La Folie des Anges ou La Resurrection de Matthew Swift – Kate Griffin

la folie des angesRésumé : Matthew Swift est l’apprenti du puissant sorcier Robert James Bakker. Il est aussi présumé mort, tué par un mystérieux attaquant. Mais deux ans plus tard, ce jour n’est pas un jour comme les autres, c’est le jour où il revient à la vie.
Il s’éveille dans son lit, dans sa maison. Sauf que ce n’est plus son lit, ce n’est plus sa maison. Il s’éveille avec des yeux bleu électrique, et avec des pouvoirs bien supérieurs à ce qu’il maîtrisait auparavant.

Edition : Eclipse

 

Mon Avis : Je dois bien avouer que si on ne m’avait pas conseillé de lire ce livre je pense que je ne me serai pas trop penché dessus, la faute à une couverture, illustrée par Jean-Sebastien Rossbach, que je trouve vraiment trop agressive et flashy pour le regard. De plus la biographie de l’auteur nous annonce qu’elle a écrit son premier roman à 14ans; vous allez me dire c’est un fait, rien de bien méchant, mais j’ai encore le souvenir cuisant de Eragon. Mais au final si je m’étais arrêté à cela, je me serai bien planté et je vais essayer de vous le prouver avec cette chronique. Par contre je me pose une question, pourquoi vouloir tant rallonger un titre? La Folie des Anges était la traduction du titre Anglais; la suite du titre n’avais pas lieu d’être.

Matthew Swift est un sorcier, un sorcier urbain pour tout dire, mais voilà il est mort. Deux ans plus tard il revient à la vie, changé, mais son retour ne va pas passer inaperçu. Alors je vais être franc, les première pages ne sont pas des plus excellentes, le héros reviens à la vie complètement désorienté et perdu et je dois dire que nous aussi on se trouve perdu dans les 80 premières pages que j’ai trouvé un peu confuses. Et pourtant il se dégage déjà un petit quelque chose d’énigmatique qui fait qu’on tourne les pages pour en découvrir plus; une envie d’en savoir et d’en découvrir plus.

Mais, une fois cette première partie légèrement confuse passé, on se retrouve alors plonger dans cette histoire de vengeance, certes classique sur le fond, mais parfaitement maîtrisée par l’auteur du début à la fin. Il faut dire que notre héros a une liste d’ennemi incroyable et très peu d’amis dont il peut avoir confiance. L’histoire va se révéler prenante, nerveuse et pleines de rebondissements et de surprises. On ne s’ennuie pas un seul instant et on se retrouve happé par une intrigue dense, solide et soignée.

Les personnages ne sont pas en restes et se révèlent, eux aussi, travaillés et complexes. Matthew Swift lui est un personnage véritablement charismatique et imposant mais surtout c’est la façon dont l’auteur traites sa « Multiple Personnalité », de façon troublante, surprenante et efficace qui m’a plu. On se demande si Matthew est bien lui même ou si il se révèle n’être qu’une partie de ce corps revenu à la vie. De plus l’écriture à la première personne fait qu’on s’attache rapidement et facilement à lui tout au long du texte.

Mais voilà un des grandes forces de ce livre c’est l’univers que nous présente l’auteur. Déjà parlons de Londres qui devient véritablement un personnage à part entière dans le livre, que ce soit par ses lieux communs, son histoire ou encore son organisation tout est fait pour nous la présenter de façon surprenante et magique. J’ai de plus en plus envie de visiter Londres. Mais voilà tout comme Gaiman dans Neverwhere l’auteur nous présente surtout un Londres des bas fonds, que ce soit le métro, les mendiants ou autres, et elle le fait de façon pleine de magie et de mystère qui ajoute encore plus à la beauté et au mystère de la ville. Alors bien sûr je ne compare pas le livre de Griffin à Gaiman, Gaiman cherchant plus la « poésie » là ou Griffin recherche le côté mystique et magique.

Autre point vraiment intéressant c’est la magie, cette magie urbaine que maîtrise le héros, manipulant des forces surprenante et liés à la ville et ses lois. La clocharde, le dernier train, les motards, le règlement de la ville etc…. des choses aussi banales prennent une grande ampleur dans ce texte, touchant à la magie, et je dois dire que j’ai été subjugué par ces idées plus qu’originales qui nous sont présentés. Et tout déborde de magie, de mystères et de légendes pour l’auteur. De plus elle construit sa propre mythologie de la magie, la construisant page après page, une mythologie solide et propre à son univers.

La plume de l’auteur est vraiment efficace, fluide et par moment pleine de magie nous plongeant dans son histoire et son univers avec une grande facilité. Et puis une auteur qui se permet des clins d’oeil à la série Doctor Who, moi je dis ça mérité un plus. Alors bien sûr il y a quelques scènes qui trainent un peu en longueur et parfois l’auteur se laisse un peu emporter par sa plume, mais rien de finalement dérangeant et j’ai terminé ce livre avec l’envie de connaître la suite, qui, je l’espère sera publié. En tout cas on retrouve ici un roman de Fantasy Urbaine véritablement prenant et efficace qui devrait plaire, je pense, aux fans de Dresden, tant la qualité est présente.

En résumé : J’ai passé un très bon moment avec ce livre qui, c’est vrai, a un peu de mal à démarrer se révélant légèrement confus, mais qui, une fois embarqué, on a du mal à lâcher. L’histoire de vengeance se révèle solide, efficace et très bien maîtrisée par l’auteur; les personnages sont tous complexes et attachants. Mais la grande force de l’oeuvre c’est l’univers crée par l’auteur, que ce soit par la ville de Londres, comme toute la mythologie autour de la magie qu’a construit Kate Griffin. Alors bien sûr il y a bien quelques légères longueurs ici ou là mais rien de véritablement dérangeant. De la très bonne Fantasy Urbaine.

 

Ma Note : 8/10

Précédent

Lunardente Tome 1, La Cité Noire – Thomas John

Suivant

Mes Achats du Mois de Janvier

  1. J’avais déjà bien envie de découvrir ce bouquin, tu attises mes pulsions librairiennes et désespères ma carte bleue 😀 !

  2. Lelf

    Donc tu confirmes le bien que j’avais entendu sur ce bouquin. J’aime beaucoup l’idée de la magie urbaine et ce que tu dis sur la façon d’aborder l’univers, la ville… me plaît beaucoup aussi. Peut
    être que je le lirai à l’occasion 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :