La Roue du Temps Tome 1, L’Oeil du Monde – Robert Jordan

roue du temps l'oeil du monde Résumé : C’est la Nuit de l’Hiver dans la contrée de Deux-Rivières et, en ce soir de fête, l’excitation des villageois est à son comble. C’est alors qu’arrivent trois étrangers comme le jeune Rand et ses amis d’enfance Mat et Perrin n’en avaient jamais vu : une dame noble et fascinante nommée Moiraine, son robuste compagnon et un trouvère.
De quoi leur faire oublier ce cavalier sombre et sinistre aperçu dans les bois, dont la cape ne bougeait pas en plein vent…
Mais, quand une horde de monstres sanguinaires déferle et met le village à feu et à sang, la mystérieuse Moiraine devine qu’ils recherchaient quelqu’un : pour les trois amis l’heure est venue de partir. Car la Roue du Temps interdit aux jeunes gens de flâner trop longtemps sur les routes du destin…

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Depuis que je sais que La Roue du Temps va bientôt avoir son cycle achevé, le dernier tome sortant en 2013 en VO, j’ai qu’une envie c’est de me lancer dans à sa découverte. J’avais déjà entamé la lecture de cette série en me procurant le premier tome en poche (chronique ici), mais voilà une fois l’annonce que Bragelonne avait décidé de ressortir ce cycle en offrant une nouvelle traduction et en respectant la tomaison originale j’ai décidé de patienter un peu. J’ai d’ailleurs bien fait quand on voit comment le découpage en Poche charcute l’œuvre. J’ai alors vu que Livraddict proposait ce premier tome en partenariat,  j’ai décidé de tenter ma chance et j’ai été sélectionné. Je remercie donc Livraddict et les éditions Bragelonne pour la découverte de ce premier tome.

La Roue du Temps est cycle de High Fantasy et, je ne vais pas le cacher, ce qui se ressent dès les premières pages, cette histoire de fermier qui va se découvrir, avec ses amis, un destin qui va alors le mener au milieu d’une bataille entre la lumière et les ténèbres reste du classique et surtout se révèle fidèle à Tolkien. Mais voilà l’auteur, malgré le côté classique de l’histoire, s’approprie pleinement les codes et nous offre une histoire véritablement solide, prenante et efficace. Cette lutte entre le bien et le mal se révèle riche, haletante et prenante quasiment dès les premières pages et on a du mal à lâcher le livre. Nos héros vont se retrouver emporter par des évènements qui les dépassent de façon cohérente, bien amenés et passionnante pour tout lecteur qui apprécie un tant soit peu la High Fantasy. Car oui si la High Fantasy à la Tokien vous rebute je doute que vous accrochiez à La Roue du Temps. On a du mal a discerner qui est du côté de la lumière et qui est du côté des ténèbres, et l’auteur joue là-dessus et avec le lecteur; qui cherche à manipuler qui. Comparé à la préquelle qui ne faisait que survoler l’histoire, de peur de trop en dévoiler, ce premier tome lui nous happe du début à la fin tant l’histoire se révèle dense, riche et captivante.

La grande force de ce livre c’est l’univers mis en place par l’auteur qui est vraiment travaillé et soigné jusqu’aux moindres détails. Le mélange entre la fantasy et la reprise du mythe arthurien marche efficacement se révèlant vraiment prenant et efficace, l’auteur l’agrémentant de pas mal d’originalités intéressantes. Chaque pays visité, chaque ville, chaque lieu possède sa propre architecture, sa propre culture, ses propres codes, ce qui rend cet univers palpable, efficace et donne vraiment envie de le découvrir pleinement, d’être présent avec les protagonistes. Alors je ne le nie pas l’auteur part des fois dans des longues descriptions des lieux, des monuments et autres, soit on accroche et on se laisse emporter dans ce monde dense et d’une grande beauté, soit on ressentira quelques longueurs, chacun se fera son propre avis au cours de la lecture.

Concernant les personnages ils se révèlent véritablement plaisants, prenants, travaillés et attachants. Chaque personnage possède une vie, une personnalité et des émotions qui lui sont propres et qui le caractérise, même si je reproche un peu à l’auteur d’offrir aux femmes toujours ce même trait de caractère de supériorité envers les hommes. Rien à voir avec mon égo d’homme bafoué, rangez les tomates, non, je trouve juste que ce trait de caractère est toujours présent chez les héroïnes et ça m’a un peu dérangé, comme si elles venaient toutes du même « moule ». Je reproche aussi un peu à l’auteur quelques répétitions sur le caractère des personnages comme par exemple Perrin qui pense que Rand s’en sortirai mieux avec les filles et inversement que l’auteur utilise un peu trop selon moi, mais rien de bien méchant, car au final comment ne pas s’attacher à Rand, Mat, Perrin, Moiraine, Land, Nyvae, Egwene et les autres qui vont jalonner ce voyage.

L’écriture de Robert Jordan est vraiment fluide, soignée et agréable à lire, il nous plonge avec facilité dans cet univers plein de mystères, de poésies, de magies où le bien et le mal cohabite. L’auteur alterne efficacement les scènes d’actions et les scènes plus calmes sans jamais vraiment ennuyer le lecteur, même s’il faut l’avouer, quelques longueurs apparaissent ici ou là. Par contre malgré que l’auteur s’approprie les codes de la High Fantasy on ressent, de façon latente, une sorte d’hommage à Tolkien tout au long de ce premier tome et j’espère que l’auteur va un peu plus imprimer sa patte pour les tomes suivants. Concernant la traduction, comparé à ce que j’avais lu en poche, je la trouve plus fluide et efficace, même si je ne peux pas la comparer à la VO. En tout cas un premier tome vraiment efficace et prenant qui, malgré quelques légers défauts ici ou là, m’a offert un très bon moment de lecture.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce premier tome de La Roue du Temps. L’histoire n’est peut être pas des plus originales, reprenant les codes de la High Fantasy mais se révèle solide et captivante et surtout parfaitement maîtrisé par l’auteur. L’univers mis en place est vraiment dense, soigné et d’une grande beauté. Les personnages sont attachants, travaillés, complexe même si je fais un léger reproche à l’auteur c’est de rendre toutes les femmes un sentiment de supériorité. Concernant la plume de l’auteur elle se révèle claire, fluide et efficace nous plongeant avec facilité dans son histoire. Mes seules reproches sont quelques longueurs ici ou là et un hommage parfois un peu trop appuyé à Tolkien, en espérant que l’auteur impose un peu plus sa patte dans le tome 2.

 

Ma Note : 8/10

Précédent

American Vampire Tome 2, Le Diable du Désert – Snyder & Albuquerque & Santolouco

Suivant

Le Trône de Fer, L’Intégrale 2 – George R.R. Martin

  1. falline

    J’ai déjà promis à un ami que je lirai le tome 1 de la roue du temps, après une telle chronique je me lancerai dans ma lecture avec moins d’appréhension!!!!

  2. C’est marrant, j’ai lu ça y’a pas si longtemps en en gardant un souvenir très moyen, mais en relisant ma critique elle est plutot bonne XD Enfin ça reste trop méli-mélo et longué pour me donner
    envie d’y replonger. Quand aux personnages je n’ai pas accrochés (au point de confondre les deux filles XD).

    http://chezlaventurierdesreves.over-blog.com/article-la-roue-du-temps-t1-a-4-r-jordan-75640326.html

  3. falline

    1000éme!!!! Whouahou!!!!!

    Ca mérite un autre commentaire!!!!

    Je devrai peut-être signer « Miss Flood » 🙂

  4. Tu as raison, très fidèle à Tolkien mais il s’en démarque largement par la suite, surtout avec ses personnages et les liens qu’il tisse entre eux. C’est un monument littéraire, mais quel monument!
    🙂

  5. Moi aussi j’ai trouvé ça très classique. Sympa à lire mais pas transcendant non plus au vu de toutes les critiques emballées que j’avais lu… Bon, j’avais acheté les 3 premiers tomes alors on
    verra bien si la suite est plus originale !

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :