Le Cycle de Mithra – Rachel Tanner

Résumé : VIIIe siècle après Jésus-Christ : le culte de Mithra est devenu la religion officielle de l’Empire romain, et les autres cultes, dont celui de la petite secte chrétienne, sont férocement réprimés. Mais les mécontents s’agitent : peuples germaniques en révolte, Armoricains jaloux de leur autonomie, tribus helvètes bien décidées à interdire l’accès à leurs montagnes… À Vindossa – jardin d’Éden protégé du monde extérieur – Ygrène, une puissante magicienne, s’efforce de rassembler les ennemis de Rome. Il ne manque qu’une étincelle pour mettre le feu aux poudres, et elle viendra de Judith de Braffort, fille d’un noble armoricain, envoyée à Vindossa par un dieu assez mystérieux. À Rome pourtant, alors que les légions se mettent en marche pour écraser toute résistance, la vie continue, entre jeux du cirque et chasse aux hérétiques, complots politiques et menaces diverses.

Edition : Mnémos

Mon Avis : Je tenais, avant de me lancer dans ma chronique, à faire un point sur le blog. Vous l’avez peut-être constaté, mais depuis quelques semaines le blog est un peu en « pause ». En effet, ces derniers temps je me suis retrouvé pris par de nombreux aspects IRL qui ont fait que j’ai eu une légère panne de lecture et d’écriture. Je n’arrivais plus à me concentrer sur un livre et ne pouvait plus écrire tant j’avais l’impression de courir partout et ne plus trouver de motivation. Les choses s’étant un peu calmé, je recommence donc doucement à lire et je tente aussi par la même à reprendre l’écriture de chroniques. J’ai ainsi repris la lecture avec cette intégrale du cycle de Mithra. J’avoue, je n’avais pas envie de me lancer dans un récit trop complexe ou prise de tête et quand on m’a proposé de découvrir ce livre, je me suis dis qu’il pouvait correspondre à mes attentes, la référence à David Gemmell allant plutôt dans ce sens. A noter qu’avant de me lancer dans ce cycle, je n’avais rien lu de Rachel tanner. Concernant la couverture, illustrée par Qistina Khalidah, je la trouve franchement très réussie.

Ce récit propose ainsi de nous plonger au milieu d’un Empire Romain uchronique, où le culte chrétien a complètement disparu au profit d’une autre religion, le culte de Mithra, qui est devenu la religion officielle de l’Empire. Comme on peut s’en douter, ce culte cherche à asseoir sa position dominante et s’imposer face aux cultes païens qui continuent à faire plus que vivoter dans les provinces les plus éloignées de Rome. Une guerre entre les religions est donc inévitable, qui plus est quand de la magie s’en mêle. Alors, au final une fois la dernière page tournée, j’ai passé un agréable moment de lecture avec ce récit qui, certes pour moi, n’est pas un récit majeur de la fantasy comme l’annonçait la préface mais s’avère plaisant. Il a en tout cas réussi à me replonger dans la lecture, mais il possède je trouve, quand même, des défauts qui l’empêche d’offrir plus qu’une lecture divertissante et entraînante.

J’ai ainsi trouvé qu’il y avait un vrai décalage entre le travail de fond historique mené par l’autrice, et ce qui est proposé au niveau de l’intrigue. Je pense aussi que la préface en a fait de trop à mon goût, ce qui a créé un léger décalage entre mes attentes et ce que m’a offert le roman. Pour autant ce cycle de Mithra reste intéressant et assez divertissant, ce qui fait que je me suis retrouvé un minimum emporté par les aventures de l’héroïne de ce récit : Judith. Par contre, si vous vous attendez à un récit à la Gemmell il vaut mieux finalement passer votre chemin, car on est plus dans de la Fantasy Histoique et, même si le récit ne manque pas de quelques scènes un minimum épique, on est loin du genre lié à Gemmell. Par contre, concernant ma chronique, je vais parler du cycle de façon globale et non pas traiter obligatoirement de chaque roman.

Le gros point fort de ce roman vient clairement du travail de recherche et de construction menée par Rachel tanner concernant la construction de son univers. Il y a une vraie densité, que ce soit aussi bien dans la partie historique, politique, sociale ou encore religieuse. On sent bien qu’elle a fait de nombreuses recherches et connaît son sujet. On se retrouve ainsi à plonger dans une toile de fond qui s’avère rapidement accrocheuse et fascinante. Elle met aussi en avant de façon intéressante le culte de Mithra, que personnellement je connaissais peu, et l’intègre de façon logique et fluide dans son récit. On redécouvre aussi les problématiques de l’époque et les intrigues et jeux de pouvoir, avec cet empire romain décadent qui cherche à se maintenir en place. Onn plonge facilement dans cette uchronie, tant cette réécriture de l’histoire repose sur des bases et un développement historique solide et que cela s’avère cohérent et soigné. Je regretterai par contre le développement religieux. Certes, comme j’ai dit, c’est d’une certaine façon rafraichissant de découvrir le culte de Mithra, il y a une certaine nouveauté, tout du moins pour moi, qui a fait que j’ai rapidement accroché. Mais très vite, je me suis rendu compte que ce culte, pas tant dans ses coutumes, traditions et règles, mais plus dans sa construction, était une copie du culte chrétien. Edit interdisant les autres religions, chasse aux cultes non reconnus etc… Je ne dis pas qu’il a perdu complètement de son intérêt, mais voilà une fois la nouveauté passé, il restait trop classique dans son évolution.

Concernant l’intrigue, dans les grandes lignes elle s’avère plutôt solide, se reposant clairement sur cette guerre de religion, mais aussi sur cet empire Romain de plus en plus contesté, que ce soit aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de ses frontières. Franchement il y avait un énorme potentiel, je trouve, pour construire quelque-chose de dense et de captivant, pour autant je trouve que l’autrice n’a pas réussi à tirer le maximum de son récit. Oh, les intrigues des romans ne sont pas mauvaises et sont traités de façon plutôt intéressante, mais voilà à chaque fois j’ai eu un peu l’impression qu’on ne restait qu’en surface. Que j’étais en parti passé à côté de quelques choses de plus important. Je pense que cela vient d’un point que j’ai personnellement trouvé dommage, l’envie de l’autrice de faire une sorte de roman choral, nous faisant suivre de nombreux personnages. Certes cela permet de développer historiquement son récit, de densifier sa toile de fond, mais j’ai vraiment eu l’impression de faire de nombreux sauts de puces. Tellement de sauts que j’avais l’impression que cela n’apportait pas toujours grand-chose au récit outre le petit détail historique. C’est un peu dommage, car cela donne aussi un sentiment de précipitation dans l’évolution du roman, je prends pour exemple la bataille de Cologne qui m’a paru à peine esquissé pour se conclure tellement rapidement que c’était frustrant, ou encore la libération d’un personnage qui va trop vite pour être complètement crédible. Il aurait fallu, je pense, soit développer plus chaque passage, soit s’intéresser à moins de points de vues.

Concernant les personnages principaux, ils ne sont pas mauvais je trouve, l’autrice arrivant  à les développer assez pour les rendre un minimum solides, humains et intéressants. Seul Damien, dans le second roman, a eu du mal à complètement m’accrocher, mais cela vient plus du fait qu’il ne m’a pas paru apporter toujours grand-chose au récit, autre qu’une vision humaine et historique. Pour les personnages secondaires c’est un peu plus compliqué, comme par exemple Charles, qui pourtant ne manque pas d’importance, ou encore par exemple l’apparition d’un traitre, en effet par moment le manque de profondeur fait qu’on a du mal à vraiment les appréhender et à complètement comprendre leurs actes, leurs motivations. Maintenant, cela ne les empêche pas de se révéler un minimum entrainants et intéressants à découvrir. Par contre, je trouve parfois leurs évolutions un peu brusque comme par exemple tout ce qui tourne autour de Judith. L’évolution de l’héroïne dans le premier tome est clairement expéditive, passant très, voir trop, rapidement d’adolescente pleine d’idéaux à adulte. Mais son évolution entre le premier roman et le second est encore plus étonnant, se révélant dans ce dernier un peu trop héroïne badass, cool et surpuissante, mais qui pourtant ne fait pas grand-chose.

C’est d’ailleurs aussi un point assez frustrant, pour moi, du récit : La Magie. Rachel Tanner le dit, en préface d’une nouvelle, la magie ce n’est pas son truc, elle en met car il en faut en Fantasy. Bon, outre le fait qu’il existe des romans de Fantasy sans magie (même si ce n’est pas la majorité je l’avoue), on ressent rapidement que l’autrice ne sait pas trop quoi en faire. On a une magie qui est surpuissante à un moment et inutile à un autre, une magie qui paraît pouvoir tout clore dès le début tant elle a de libertés mais ne le fait pas, une magie qui fait que l’héroïne passe d’apprentie à « super-sayan » Magicienne en trois chapitres, tout cela montre, je trouve, qu’elle est juste là pour l’aspect esthétique, les rebondissements et offrir par moment quelques déblocages de situations. J’ai aussi noté quelques facilités et quelques deus ex machina, mais rien de très bloquant. Pour autant, malgré ces quelques points, je ne regrette pas ma lecture, certes ce cycle n’est pas le meilleur cycle que j’ai lu, mais il possède assez de qualité pour m’avoir diverti et m’a aussi aidé à retrouver goût à la lecture. Concernant les nouvelles, personnellement, elles m’ont paru par contre plus dispensable, une seule ayant réussi à m’intéresser. La plume est simple, efficace et entraînante. Alors oui, si vous cherchez un récit marquant et dense, il vaut mieux passer votre chemin, mais si vous cherchez une fantasy historique, lecture d’été, plutôt agréable et un minimum entraînante alors tentez votre chance.

En Résumé : J’ai passé un agréable moment de lecture avec cette intégrale de Mithra. Certes tout n’est pas parfait, ce n’est pas le plus grand cycle de Fantasy que j’ai lu, mais cela ne l’empêche pas de s’avérer divertissant et intéressant. J’ai apprécié le travail de fond et de recherche menée par l’autrice pour offrir un univers solide et captivant. L’intrigue, même si elle m’a paru trop se disperser, ne manque pas pour autant de s’avérer plutôt efficace. Concernant les personnages, autant les personnages principaux sont intéressants, humains et soignés, autant j’ai trouvé que les personnages secondaires manquaient de profondeur, la faute justement à la dispersion de l’intrigue qui cherche à trop en faire. Je regrette par contre la magie présente dans ce cycle qui n’apporte pas grand chose et paraît mal utilisée. J’ai aussi noté quelques facilités et un ou deux deus ex machina facile, mais là rien de très bloquant. Au final le Cycle de Mithra est une Fantasy historique que j’ai trouvé fluide, plutôt entraînante, soignée dans son univers, qui offre une lecture plaisante, qui certes, aurait pu être encore meilleur, le tout porté par une plume simple et efficace.

Ma Note : 6,5/10

Autres avis : Ours inculte, Celindané, Bibliocosme (Boudicca), Tome 1 Bibliocosme (Dionysos), …

Précédent

Les Meurtres de Molly Southbourne – Tade Thompson

Suivant

Le Dieu dans L’Ombre – Robin Hobb

  1. L'ours inculte

    Ouais, on a eu globalement le même ressenti, top sur l’historique, moyen sur le coté roman fantasy.

    • C’est ça, et aussi une impression que le récit se dispersait de trop. Comme s’il n’arrivait pas à se focaliser sur son intrigue.

  2. Content de te revoir 😉

    • C’est une reprise en douceur. Je pense aussi que je vais revoir ma façon de chroniquer, je passe parfois trop de temps sur des livres qui ne m’ont pas tant marqué que cela.

  3. Il est prévu que je le lise celui-ci.

  4. Ah crotte, bon je ne l’avais pas pris lors des Imaginales, je suis tout de même intéressée pour le côté historique mais je suis plutôt refroidie par le côté magique mal maitrisé apparemment
    Le bébé et la maman ça va ? Te sens pas obligé de répondre si c’est trop indiscret ^^

    • Après, comme je l’ai dit, c’est surtout que la magie est là pour dire que c’est de la fantasy. Ca peut fonctionner, moi j’ai trouvé cela trop flou, donc si tu attends à un minimum d’explication oui tu risques d’être frustré.

      Pas d’indiscrétion particulière, tout le monde va bien mini-dalek pousse bien et devrait envahir la terre avant la fin de l’année.

  5. Je te souhaite une bonne reprise 😀
    L’univers de ce livre m’attire mais ce que tu dis sur l’intrigue ne me donne pas envie de le lire en priorité. On verra à l’occasion ^^

    • C’est un peu le soucis des romans à voix multiples, il faut trouver un juste milieu. Si jamais tu le lis j’espère qu’il te plaira.

Répondre à BlackWolf Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre