Les Furtifs – Alain Damasio

Résumé : Ils sont là parmi nous, jamais où tu regardes, à circuler dans les angles morts de la vision humaine. On les appelle les furtifs. Des fantômes ? Plutôt l’exact inverse : des êtres de chair et de sons, à la vitalité hors norme, qui métabolisent dans leur trajet aussi bien pierre, déchet, animal ou plante pour alimenter leurs métamorphoses incessantes.

Lorca Varèse, sociologue pour communes autogérées, et sa femme Sahar, proferrante dans la rue pour les enfants que l’éducation nationale, en faillite, a abandonnés, ont vu leur couple brisé par la disparition de leur fille unique de quatre ans, Tishka – volatilisée un matin, inexplicablement. Sahar ne parvient pas à faire son deuil alors que Lorca, convaincu que sa fille est partie avec les furtifs, intègre une unité clandestine de l’armée chargée de chasser ces animaux extraordinaires. Là, il va découvrir que ceux-ci naissent d’une mélodie fondamentale, le frisson, et ne peuvent être vus sans être aussitôt pétrifiés. Peu à peu il apprendra à apprivoiser leur puissance de vie et, ainsi, à la faire sienne.

Edition : La Volte

Mon Avis : Bon allez, cette fois je rattrape mon retard de chronique avec mon avis sur un gros, voir un très gros morceau. Il s’agit du roman Les Furtifs d’Alain Damasio qui, dire qu’il était attendu, est un doux euphémisme. En effet il a fallu attendre 15 ans entre la publication de son excellent et dernier roman, La Horde du Contrevent, et celui-ci. Certes, on a cru il y a quelques années voir sortir un autre roman de l’auteur, le tout dans une idée de développement transmédia, avec d’autres artistes, mais à la vue des informations, non-officielles je tiens à préciser, que j’ai vu passer à droite et à gauche, je crois que ce projet est enterré. C’est d’ailleurs dommage, car je me retrouve avec un premier chapitre dans une anthologie des Utopiales qui ne me sert complètement à rien. Mais revenons aux Furtifs, vu l’attente que j’avais concernant ce roman, en entendant parler régulièrement depuis des années et étant un très grand fan de la Horde, il est donc logique que je me sois rapidement précipité pour le découvrir. Concernant la couverture, on est clairement dans le même esprit des autres écrits de l’auteur publié chez l’éditeur, qui reste un bel objet, même si l’illustration a un peu de mal à me convaincre.

Lire la suite

Le Dieu dans L’Ombre – Robin Hobb

Résumé : Evelyn a vingt-cinq ans, un époux, une belle famille et un enfant de cinq ans.
Quand elle était jeune fille, elle avait la compagnie des forêts de l’Alaska, de la poésie de la nature et de Pan, un faune mystique.
Un jour, il disparut.
Elle n’aurait jamais cru que la créature irréelle surgirait à nouveau dans sa vie et agiterait en elle ces émotions fantasmatiques et sensuelles.
A mi-chemin entre la civilisation et la nature, sous le couvert des arbres glacés, Evelyn devra faire face à des choix terribles. Trouvera-t-elle son chemin dans l’ombre ?

Edition : Actu SF

Mon Avis : Allez, je continue à tenter de rattraper mes chroniques en retard, même si ce n’est pas obligatoirement facile, manquant quand même de motivation à chroniquer. Bon, vue que je manque de motivation pour lire ça compense, je ne prend pas trop de retard. Cette fois je vais vous parler du livre Le Dieu dans l’Ombre de Megan Lindholm plus connu sous le nom de Robin Hobb. J’avoue je ne connaissais pas trop ce roman de l’autrice, par conséquent quand on m’a proposé de le découvrir, j’ai rapidement accepté, surtout que le résumé différait quand même clairement des récits que je lis habituellement d’elle. À noter aussi la magnifique illustration de couverture de Lucian Stanculescu qui, je trouve, colle parfaitement bien au récit et donne envie.

Lire la suite

Le Cycle de Mithra – Rachel Tanner

Résumé : VIIIe siècle après Jésus-Christ : le culte de Mithra est devenu la religion officielle de l’Empire romain, et les autres cultes, dont celui de la petite secte chrétienne, sont férocement réprimés. Mais les mécontents s’agitent : peuples germaniques en révolte, Armoricains jaloux de leur autonomie, tribus helvètes bien décidées à interdire l’accès à leurs montagnes… À Vindossa – jardin d’Éden protégé du monde extérieur – Ygrène, une puissante magicienne, s’efforce de rassembler les ennemis de Rome. Il ne manque qu’une étincelle pour mettre le feu aux poudres, et elle viendra de Judith de Braffort, fille d’un noble armoricain, envoyée à Vindossa par un dieu assez mystérieux. À Rome pourtant, alors que les légions se mettent en marche pour écraser toute résistance, la vie continue, entre jeux du cirque et chasse aux hérétiques, complots politiques et menaces diverses.

Edition : Mnémos

Mon Avis : Je tenais, avant de me lancer dans ma chronique, à faire un point sur le blog. Vous l’avez peut-être constaté, mais depuis quelques semaines le blog est un peu en « pause ». En effet, ces derniers temps je me suis retrouvé pris par de nombreux aspects IRL qui ont fait que j’ai eu une légère panne de lecture et d’écriture. Je n’arrivais plus à me concentrer sur un livre et ne pouvait plus écrire tant j’avais l’impression de courir partout et ne plus trouver de motivation. Les choses s’étant un peu calmé, je recommence donc doucement à lire et je tente aussi par la même à reprendre l’écriture de chroniques. J’ai ainsi repris la lecture avec cette intégrale du cycle de Mithra. J’avoue, je n’avais pas envie de me lancer dans un récit trop complexe ou prise de tête et quand on m’a proposé de découvrir ce livre, je me suis dis qu’il pouvait correspondre à mes attentes, la référence à David Gemmell allant plutôt dans ce sens. A noter qu’avant de me lancer dans ce cycle, je n’avais rien lu de Rachel tanner. Concernant la couverture, illustrée par Qistina Khalidah, je la trouve franchement très réussie.

Lire la suite

Les Meurtres de Molly Southbourne – Tade Thompson

Résumé : Molly est frappée par la pire des malédictions. Aussi les règles sont-elles simples, et ses parents les lui assènent depuis son plus jeune âge.
Si tu vois une fille qui te ressemble, cours et bas-toi.
Ne saigne pas.
Si tu saignes, une compresse, le feu, du détergent.
Si tu trouves un trou, va chercher tes parents.

Molly se les récite souvent. Quand elle s’ennuie, elle se surprend à les répéter sans l’avoir voulu… Et si elle ignore d’où lui vient cette terrible affliction, elle n’en connaît en revanche que trop le prix. Celui du sang.

Edition : Le Bélial’

 

Mon Avis : J’ai découvert Tade Thompson, il y a quelques mois maintenant, en me lançant dans la lecture de son cycle sur Rosewater ( Mon avis sur le Tome 1, Tome 2) qui m’avait offert de très bons moments de lecture à travers un univers captivant ains qu’une intrigue efficace et surprenante. Concernant cette novella, j’en entends parler de fçon positive depuis un petit moment déjà, mais ayant rapidement vu que les droits étaient acquis par l’éditeur Le Bélial’, j’ai préféré attendre sa publication en VF. Cela me permet aussi de continuer tranquillement ma collection des exemplaire Une Heure Lumière et aussi de profiter de la magnifique couverture d’Aurélien Police.

Lire la suite

The Kingston Cycle Book 1, Witchmark – C.L. Polk

Résumé : In an original world reminiscent of Edwardian England in the shadow of a World War, cabals of noble families use their unique magical gifts to control the fates of nations, while one young man seeks only to live a life of his own.
Magic marked Miles Singer for suffering the day he was born, doomed either to be enslaved to his family’s interest or to be committed to a witches’ asylum. He went to war to escape his destiny and came home a different man, but he couldn’t leave his past behind. The war between Aeland and Laneer leaves men changed, strangers to their friends and family, but even after faking his own death and reinventing himself as a doctor at a cash-strapped veterans’ hospital, Miles can’t hide what he truly is.
When a fatally poisoned patient exposes Miles’ healing gift and his witchmark, he must put his anonymity and freedom at risk to investigate his patient’s murder. To find the truth he’ll need to rely on the family he despises, and on the kindness of the most gorgeous man he’s ever seen.

Edition : Tor

Mon Avis : J’ai entendu parler pour la première fois de ce roman un peu avant sa sortie, grâce à la communication qu’en avait fait l’éditeur, allant même jusqu’à proposer d’en découvrir en avance une dizaine de chapitres. Pour autant, je n’avais pas craqué à l’époque de sa sortie, certes le résumé m’intriguait, mais pas assez pour me pousser à l’acheter tout de suite. Il a donc fallu attendre que l’éditeur le propose, il y a quelques mois, en ebook gratuit pour que je décide enfin de le faire entrer dans ma PAL et le découvrir. Concernant la couverture, illustrée par Will Staehle, je la trouve très sympathique et collant finalement assez bien dans l’ambiance du roman.

Lire la suite

Braises de Guerre – Gareth L. Powell

Résumé : Le Chien à Problèmes est un croiseur lourd, construit pour semer la violence. Doué de conscience, c’est aussi une adolescente dégoûtée par le rôle qu’elle a joué dans le génocide d’une planète entière. Le Chien, reconverti dans le sauvetage des naufragés spatiaux, et sa capitaine, Sal Konstanz, reçoivent l’ordre de venir en aide aux éventuels survivants d’un paquebot en perdition au cœur d’un système contesté. De l’épave émerge une poétesse dissimulée sous une fausse identité pour échapper à l’horreur de la guerre, Ona Sudak. À quelques années-lumière de là, Ashton Childe, un agent des services secrets mis au placard, fait équipe avec un membre d’une faction adverse pour partir à la recherche de la rescapée. Tous risquent de se retrouver, bien malgré eux, au cœur d’un conflit qui menace d’embraser à nouveau toute la galaxie.  

Edition : Denoël Lunes D’Encre (Publié le 11-04-2019)
Traduction : Mathieu Prioux

 

Mon Avis : J’avoue, dernièrement mes lectures m’ont laissé un sentiment de frustration avec un décalage, plus ou moins important, entre ce que proposait le livre et les attentes que j’avais initialement. Le soucis, quand on aligne quelques frustrations, c’est de trouver un roman qui puisse sortir de cette spirale. Quand on m’a donc proposé de découvrir Braises de Guerre, j’ai rapidement accepté, sachant un peu dans quoi je me lançais suite à quelques retours que j’avais lu chez d’autres blogueurs. Je me disais qu’une lecture sans prétention, présentée comme très classique mais efficace, serait agréable et au moins j’aurais moins de mauvaises surprises. Concernant la couverture, illustrée par Alain Brion, je la trouve très sympathique.

Lire la suite

Page 1 of 200

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre