Les Chroniques du Radch Tome 1, La Justice de L’Ancillaire – Ann Leckie

la justice de l'ancillaireRésumé : Rien ne peut arrêter l’expansion radchaaï. Chaque annexion fournit des armées supplémentaires, les ancillaires, des captifs à la conscience détruite changés en troupes de choc, des marionnettes animées par l’intelligence artificielle des vaisseaux de guerre de l’empire. L’un de ces vaisseaux, le Justice de Toren, a été détruit, victime d’un complot au plus haut niveau du pouvoir. Mais son IA est parvenue à s’échapper et à s’incarner dans le seul ancillaire rescapé du massacre. Dix-neuf ans plus tard, sa vengeance est sur le point de s’accomplir…

Edition : J’ai Lu Nouveaux Millénaires

 

Mon Avis : Cette trilogie, j’en entends énormément parler depuis sa sortie aux USA, dont j’ai survolé de nombreux retour en VO qui se révélaient en majorité tous positifs. De plus, il est a noté que ce livre s’est offert de nombreuses récompenses dont le prestigieux prix Hugo, même si j’en reparlerai. C’est donc sans surprises que quand j’ai appris que ce roman allait être publié en français, je n’ai pas mis longtemps à le faire entrer dans ma PAL et à me lancer dans sa lecture. À noter la couverture que je trouve assez réussie. Par contre, je me permets une petite digression rapide sur la traduction, je ne reviens pas sur le chois par rapport au pronom, il fallait en faire un, mais certains passages m’ont légèrement paru manquer de fluidité, comme si le traducteur avait manqué de temps.

On se retrouve ainsi à suivre Breq, perdue sur une planète glaciale, à la recherche d’une personne bien précise dans sa quête. On va alors découvrir au fil des pages que Breq est en fait le Justice de Toren, Intelligence Artificielle d’un vaisseau militaire, trahi et détruit et dont Breq en est la dernière incarnation qui cherche à se venger. Annoncé comme cela l’intrigue n’a rien de vraiment révolutionnaire et je dois bien l’avouer que c’est le cas, mais pour autant ce livre est loin d’être mauvais et j’avoue avoir été rapidement embarqué dans cette quête de vengeance. Car même si le récit n’est pas des plus original, cela ne l’empêche pas de posséder de bonnes idées et surtout de se révéler fluide, efficace et entrainant. L’auteur joue ainsi sur deux fils de narration, la première celle de Breq dans sa quête de vengeance et la seconde celle du Justice de Toren, ce qui a amené ce complot et sa destruction, on monte ainsi lentement en tension au fil des pages, des rebondissements et des révélations et j’avoue m’être laissé de plus en plus happer par le puzzle qui commence à se dévoiler. Attention, on n’est pas non plus dans le roman effréné rempli d’explosion et d’action, l’auteur construit son récit lentement, avec des passages nerveux et d’autres plus réfléchis, qui je trouve marche bien. Entre complot, machination et trahisons l’ensemble se révèle clairement efficace et captivant. Alors certes, c’est vrai, un certain essoufflement se ressent dans une partie du dernier tiers du récit, et certains passages paraissent un peu trop verbeux, mais dans l’ensemble j’ai trouvé le récit efficace et plus que divertissant.

Concernant l’univers, je dois bien avouer que l’élément important et original vient principalement de la société du Radch, et principalement de leur utilisation du pronom. En effet pour le radchaaï le seul genre qui existe est le genre féminin, ce qui fait que chaque personnage est présenté comme « elle », sauf quand ils vont d’en d’autres cultures pour éviter des impairs. J’ai trouvé que cela offrait quelque chose d’assez surprenant et efficace, car on ne se réfère ainsi plus au genre ;  chaque personnage peut être ainsi interpréter par le lecteur comme un homme ou une femme. Chacun se retrouve ainsi à se faire sa propre opinion, et surtout j’ai trouvé que cela pouvait amener, pour peut qu’on se laisse prendre par ce choix, à des réflexions sur la position du genre en général, mais aussi dans les écrits face à nos attentes. Concernant le reste de l’univers construit par l’auteur il apparait assez classique dans sa présentation, avec ce peuple colonialiste qui a besoin de s’étendre pour vivre sous peine de s’effondrer sur lui-même, ces nombreuses technologies futuristes que ce soit dans les vaisseaux, les voyages dans l’espace ou encore sur les Intelligences Artificielles, mais se révèle finalement, je trouve, solide même s’il me parait encore au stade embryonnaire et devrait prendre encore plus d’ampleur par la suite principalement sur ce conflit avec les extra-terrestres. L’aspect politique ne manque pas de faux-semblants et de manipulations, même si certains aspects sont devinables, et je l’ai trouvé attrayant et prenant. En tout cas un univers qui me donne envie d’en apprendre plus.

Concernant les personnages il faut bien avouer qu’au début, avec le jeu sur les pronoms, on a du mal parfois à se lier complètement à eux, car on a un peu de mal à les définir comme on peut le faire d’habitude, à les visualiser, mais finalement très vite on se rend vite compte que les frontières disparaissent et on se laisse alors porter par les protagonistes. Que ce soit Breq dans sa quête de vengeance, IA qui va se révéler finalement « humaine » dans ses choix et ses réactions, mais aussi Seivarden, jeune capitaine qui se réveille après près de mille ans en cryogénisation et qui a perdu tous ses repères et doit se réadapter à ce monde. Chaque personnage se révèle ainsi intéressant à suivre et à découvrir, certes il arrive que certains choix paraissent douter et certaines évolutions un peu faciles, mais franchement pour un premier roman je n’ai rien trouvé de trop dérangeant. Concernant les personnages secondaires, il y a du bon et du un peu moins bon selon moi. Je reproche à certains de n’être là que pour faire avancer l’intrigue, ce qui est légèrement dommage.

Alors, finalement, quelle est le principal reproche qu’on pourrait faire à ce livre? C’est bien simple c’est sa liste de prix longue comme un bras. Je m’explique. Comme beaucoup, je pense, quand on choisit un livre primé on s’attend soit à un livre d’ambiance intense, soit à une énorme originalité, ou pourquoi pas aussi une « claque », sauf que voilà La Justice de l’Ancillaire n’est finalement qu’un livre de Space-Opera militaire plutôt classiques avec quelques bonnes idées, mais rien de non plus franchement révolutionnaire. Attention ce n’est pas une critique, j’ai apprécié cette lecture. Faut-il pour autant bouder ce roman? Je répondrai non, tout dépend de vos attentes. Si vous cherchez le dernier livre révolutionnaire, passez votre chemin, si vous cherchez par contre une lecture SF plus que divertissante et efficace, alors laissez-vous tenter et faites-vous votre avis. Dans tous les cas ne vous faites pas avoir par la cette liste de prix gagnée par ce livre.

La plume de l’auteur se révèle simple, efficace et entrainante, malgré parfois quelques légers soucis de fluidité. Au fil des pages j’ai de plus en plus été pris par ce récit, malgré un léger essoufflement dans le dernier tiers, et je lirai sans soucis la suite des Chroniques du Radch pour savoir ce que va bien pouvoir proposer l’auteur par la suite.

En Résumé : J’ai passé un très agréable moment de lecture avec ce premier tome de cette trilogie qui nous offre une histoire de vengeance efficace et entrainante, qui monte doucement en tension et a réussi à me happer de plus en plus au fil des pages. Certes un léger essoufflement se ressent dans le dernier tiers et certains dialogues paraissent un peu trop verbeux, mais rien de non plus bloquant. La grande originalité de l’univers vient de la fonction du genre qui se perd pour le radchaaï où le seul genre qui existe est le genre féminin, cela peut dérouter, mais qui, je trouve pourtant, offre quelque chose au récit dans notre approche des héros comme dans les réflexions que cela ouvre. Le reste de l’univers se révèle certes classique, mais solide et efficace. Concernant les personnage le jeu sur les genres fait que j’ai pris un peu de temps à complètement m’accrocher à eux, mais une fois cette barrière tombée je me suis lié à eux et à leurs aventures avec plaisir. Je reprocherai juste certains protagonistes secondaires qui ne sont là que pour faire avancer l’intrigue. Le principal soucis de ce livre, je pense, vient de sa liste de prix assez impressionnante, ce qui peut amener certaines attentes assez importantes, mais qui ne trouvent pas obligatoirement de réponse lors de la lecture. Alors attention ce livre est bon dans le genre Space-Opera militaire avec complots et trahisons, mais si vous cherchez la claque de l’année ou le roman original du moment vous risque peut-être d’être déçu. À vous de voir. La plume de l’auteur se révèle fluide, simple et efficace et je lirai sans soucis la suite de cette trilogie.

 

Ma Note : 7,5/10

Précédent

Le Jour où les Zombies ont Dévoré le Père Noël – S.G. Browne

Suivant

Concours 5 ans du blog – Phase 3 – Résultats

  1. Il est présent dans ma librairie pres de chez moi mais j’hesite a l’acheter. Apparement ton avis me donne une réponse mais sommes nous comblés niveau action/ scenes de guerre?

    • Après comme je le dis ce premier tome ne cherche pas être non plus bourré d’action et de batailles, il vient poser un complot qui aboutira dans les prochains tomes, pour moi, à plus d’action. Cela n’empêche pas non plus ce premier tome de posséder quelques scènes nerveuses, même si ça pourrait se révéler light pour certains.

  2. D’accord 🙂 merci du renseignement !! 🙂 si la saga s’avère longue et riche en univers, effectivement je crois que je vais me l’acheter 🙂 merci Blacky !! 😀

  3. Je viens de le lire et, personnellement, je n’ai pas vraiment accroché.
    J’ai trouvé l’histoire un peu confuse ( le mélange féminin-masculin n’arrange rien ), et pas si originale que ça ( le transfert d’une Intelligence Artificielle dans un corps humain est finalement assez banal en SF).
    Très mode sur la théorie du genre et assez chiant pour tout dire…
    Mais tout cela n’engage que moi….

    • Après tout comme toi, ma chronique n’engage que moi.
      Je n’ai jamais ressenti de confusion par contre oui, comme je le dis, c’est loin d’être le roman le plus original qui soit cela n’a pas empêché que je l’ai trouvé efficace.
      Oui on ressent la théorie du genre, même si je n’ai pas trouvé qu’elle prenait trop d’importance. Par contre je doute qu’on puisse vraiment parler de mode.
      Dommage au final que tu n’ai pas accroché.

  4. Il me dit bien, et maintenant que je suis prévenue que ce n’est pas non plus le livre du siècle, ça devrait bien se passer 😉

  5. Salsal

    C’est justement l’utilisation de personnages unisexe qui fait cette longue liste de récompenses.
    On est dans l’air du temps et cela décrédibilise la valeur que je donnais à ces prix.
    Je n’irais pas plus loin que le tome 1.

    • Je ne suis pas obligatoirement d’accord, ce n’est pas le seul point selon moi qui joue, il y a de nombreux facteurs surtout que le Hugo repose quand même sur le vote des adhérents. Après la remise du prix peut se discuter, comme chaque remise de prix d’ailleurs, et je peux comprendre qu’on passe à côté du roman.

Répondre à Salsal Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :