Suprématie – Laurent McAllister

suprématieRésumé : Le Capitaine Alcaino commande le Doukh, la dernière grande nef de guerre indépendante de l’Amas. Mais les mondes de l’Amas sont de plus en plus nombreux à accepter le contrôle de la Suprématie, qui impose la paix à ses mondes en contrôlant leur façon de penser. Ainsi, quand la Ville d’Art appelle à l’aide le Doukh, Alcaino accepte le contrat même s’il soupçonne que les Suprémates l’attendront de pied ferme. Il réussit à les chasser mais la riposte des
Suprémates ne se fait pas attendre… Tous les habitats spatiaux du système rebelle sont impitoyablement détruits.
Ce massacre amène Alcaino à soumettre à ses troupes un projet insensé : détruire la capitale des Suprémates au cœur de l’Amas, sur la planète la mieux protégée de l’univers humain…
Mais, pour qu’une nef de guerre isolée ait une chance de réussir, il lui faut profiter d’une boucle temporelle et utiliser des bombes thermonucléaires dont la fusion serait catalysée par la matière étrange. C’est le début d’une quête qui conduira Alcaino et son équipage jusqu’aux limites de ce qu’ils croyaient possible.

Edition : Bragelonne

 

Mon Avis : Cela faisait un petit moment que je n’avais pas lu de Science Fiction Space Opéra, le Space Op étant un sous genre de la SF à l’échelle galactique avec des voyages et des combats dans l’espace mais aussi des découvertes de nouvelles planètes. Depuis un moment j’avais envie de me lancer dans ce livre sans jamais vraiment craquer, puis récemment je me suis laissé tenter. Le pseudonyme Laurent McAllister regroupe en fait deux auteurs canadiens Yves Menard et Jean-Louis Trudel. A noter que la couverture est sympathique mais finalement très sobre.

Alcaino est le capitaine du Doukh, une nef de guerre mercenaire, dernière de sa génération et pilotée par une des dernières IA existante. Un jour la ville de l’Art va lui proposer un contrat pour les libérer des Suprémates qui viennent d’envahir leur monde. En Effet, les Suprémate contrôlent la façon de penser des gens en offrant une pensée unique. Mais voilà la Suprématie ne va pas se laisser faire. L’intrigue est plutôt classique du héros mercenaire contre un Empire mais elle est efficace, bien travaillée, complexe et se laisse suivre faiclement avec des rebondissements maîtrisés et des retournements de situations efficaces. Je reprocherai juste parfois, certaines facilités offrant des solutions un peu trop rapides à des situations qui paraissaient insurmontables.

Les personnages sont très travaillés, denses et assez attachants, même si par moment l’écriture des auteurs très scientifique les font paraîtres un peu froid, surtout lors de leurs interactions physiques. On suit nos héros avec plaisir le tout entrelacés de flash-back dévoilant le passé des personnages principaux et permettant ainsi une meilleure compréhension de la psychologie de chacun. La folie du capitaine Alcaino, qui a un faux air d’Albator, est, je trouve très bien retranscrite et efficace. Même l’Intelligence Artificielle est bien travaillé et possède un côté humain.

L’univers développé par les auteurs est vraiment intéressant et surtout un univers basé vraiment sur toutes les nouvelles technologies que ce soit le contrôle de la pensée par les implants, les IA ou encore les vaisseaux spatiaux et les virus cybernétiques. L’univers politique est intéressant et bien mis en place avec la Suprématie qui gouverne une grande partie de cet univers en imposant la paix par la pensée unique. Plusieurs réflexions sont soulevées dans ce livre comme le fait que la multiplication des points de vues engendrent obligatoirement un conflit, les Suprémates mettant donc en avant la sécurité a la liberté. Aussi la question de savoir s’il faut devenir un monstre pour contrer un pouvoir monstrueux.

La plume des auteurs est vraiment denses, scientifiques et détaillés mais aussi plutôt complexe. Il faut vraiment se plonger dans le livre car chaque phrase, chaque explication à son importance sous peine de devoir relire certains passages. Ce qui n’empêche pas l’écriture d’être efficace. Par contre je reprocherai à ce livre certaines longueurs, des scènes qui n’apportent pas grand chose, ce livre aurait mérité de perdre du poids pour le rendre encore meilleur. Un autre reproche, mais personnel, c’est le changement des unités de mesure, on ne parle plus en heures ou minutes mais qu’en secondes, kilo-secondes voir hecto-seconde; même chose pour les unités de distance ici on parle en seconde lumière. C’est assez perturbant.

En Résumé : Un bon livre de SF Space Opéra comme on n’en fait plus trop dernièrement offrant une intrigue vraiment bien travaillée et complexe, des personnages étoffés et denses le tout porté par une plume efficace, scientifique et vraiment détaillée. Je reprocherai juste certaine facilités dans le déroulement de l’intrigue mais aussi quelques longueurs dans l’histoire. De plus l’utilisation d’unités différentes de celles habituelles sont déroutantes.

 

Ma Note : 7,5/10

Précédent

Smoke City Tome 1 & 2 – Benjamin Carré & Mathieu Mariolle

Suivant

De Bons Présages – Neil Gaiman & Terry Pratchett

  1. Jean

    ça fait un moment que je cherchais si quelque chose sur les Supremates avait été publié. J’avais lu quelques nouvelles parues dans Bifrost et autres anthologies. Les Supremates et leur univers
    m’avait vraiment faciné (ils m’ont assimilé…). Dès que je peux, je l’achète.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :