Vortex – Robert Charles Wilson

vortexRésumé : «Je m’appelle Turk Findley et je vais vous raconter ce que j’ai vécu longtemps après la disparition de tout ce que j’aimais ou connaissais.»
C’est par ces mots que commence le premier des dix carnets lignés trouvés dans le cartable d’Orrin Mather, jeune vagabond interné dans un centre d’accueil de Houston. Ces carnets racontent l’histoire de ce Turk Findley qui, en passant un arc temporel des Hypothétiques, a fait un bond de dix mille ans dans le futur et s’est retrouvé sur Vox, un archipel artificiel sur le point de franchir l’arc pourtant fermé qui fait communiquer Equatoria avec le berceau de l’humanité – une Terre à l’agonie devenue toxique et inhabitable.
Pour Sandra Cole, le médecin en charge d’Orrin, ce récit est un roman de science-fiction plein d’élucubrations sur les Hypothétiques, mais certains faits contredisent cette confortable théorie, car Orrin connaît bien un monsieur Findley, un trafiquant très dangereux…

Edition : Denoël

 

Mon Avis : Ce livre fait partie des livres que j’attendais depuis quelques temps, venant boucler la trilogie Spin lancé par l’auteur. En effet après avoir passé un excellent moment avec Spin et un bon Moment avec Axis (chronique de Spin ici, Chronique d’Axis ) j’avais hâte de savoir ce qu’allait nous réserver l’auteur dans ce troisième tome venant ainsi clôturer l’histoire et ainsi apporter les réponses tant attendues sur les hypothétiques. En tout cas je dois dire que je trouve la couverture, illustrée par Manchu, vraiment magnifique.

Vortex se révèle différent des autres tomes précédents sur la narration, en effet il propose deux histoires, sur deux époques temporelles différentes, les deux histoires se croisant dans les chapitres et se liant au fur et à mesure de l’histoire, et pourtant, malgré sa différence il se révèle efficace et plaisant à découvrir. Comme à son habitude l’auteur nous offre vraiment une intrigue soignée, travaillée que ce soit sur l’aspect scientifique, sans jamais ennuyer ou perdre le lecteur, ou bien encore sur l’aspect humain qui est l’une des grandes forces des romans de l’auteur. On ne s’ennuie jamais dans se livre et on se laisse entrainer avec une grande facilitée dans ces deux histoires cherchant régulièrement les liens de cause à effet. On a du mal à lâcher ce livre, car, malgré un rythme légèrement lancinant, l’auteur sait jouer au bon moment des effets de surprises et des rebondissements pour vraiment happer le lecteur.

Ma grande crainte avec ce tome venait surtout des réponses qu’allait apporter l’auteur sur ces Hypothétiques, cette race alien qui apparaît depuis le premier tome mais dont, au final, on ne sait que peu de choses, et pourtant j’ai été agréablement surpris par le tournant pris par l’auteur pour dévoiler ces êtres venus d’ailleurs. Il évite vraiment les clichés et nous offre une explication efficace, solide et qui ne manque pas d’intérêt selon moi. De plus l’auteur continue à agrémenter son histoire d’axe de réflexions intéressant, mais souvent ambigus, sans jamais vraiment prendre de parti, et laissant le lecteur devant les erreurs qui ont amené l’évolution de cette humanité. L’écrivain nous offre des situations, sans jamais les accentuer ou les pointer du doigt, et laisse pour seul juge le lecteur.

L’univers mis en place par l’auteur est vraiment intéressant et solide avec dans une phase temporelle un univers juste après la fin du spin et proche du nôtre, et dans une autre phase temporelle un univers futuriste avec ses évolutions. J’ai trouvé vraiment intéressant le développement des aspects politiques mis en place par l’auteur dans l’univers futuriste principalement par la présentation des gouvernements limbiques ou corticales qui, au final, n’ont pas l’air si différent de ce qu’on actuellement, simplement mieux maîtrisés. Je trouve juste dommage que ces façons de gouverner soient si peu développés, elles sont bien expliquées, mais manquaient de faits concrets pour les rendre palpables. Je reproche aussi un peu que, malgré la solidité de l’univers, il reste un peu « light » à mon goût, j’aurai aimé en apprendre plus surtout sur les différentes planètes présentées, mais bon rien de gênant.

Concernant les personnages comme à l’habitude de l’auteur ils se révèlent finalement proches de nous, ce ne sont pas vraiment des héros mais simplement des personnes, comme vous et moi, embarqués souvent dans une histoire qui les dépassent. Ils se révèlent vraiment humains dans leurs façons de gérer les évènements, des protagonistes pleines d’émotions et de sentiments qui tentent d’avancer avec leurs envies et leurs peurs. On s’attache vraiment facilement à ses personnages travaillés et soignés. Chaque personnage à son importance et tente de jouer son rôle dans cette histoire qui les dépasse.

La plume de l’auteur est vraiment plaisante, captivante transformant ce récit en une lecture vraiment prenante du début à la fin, sans véritable temps morts. La conclusion de cette trilogie se révèle agréable, efficace, solide et, même si elle risque de ne pas plaire à tout le monde, elle m’a convaincu et parue vraiment intéressante. Finalement les deux grosses faiblesses de ce roman, qui finalement se rejoignent, sont premièrement qu’il s’agit d’un roman assez court, 341 pages comparés aux 388 pages d’Axis et aux 550 pages de Spin, ce qui fait que certains points m’ont parus à peine esquissés et auraient mérités plus amples explications, et deuxièmement finalement c’est qu’il s’agit de la suite de Spin et, même si le roman reste bon et plaisant à lire, il n’atteint pas la densité de Spin ni même son impact. Au final un bon roman, légèrement meilleur qu’Axis, qui clôture parfaitement cette trilogie.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce livre qui vient clore de façon intéressante et efficace la trilogie entamée par l’auteur avec Spin. L’histoire se révèle solide, soignée et plaisante à lire le tout porté par une plume vraiment efficace et captivante qui fait qu’on a du mal à lâcher le livre une fois emporté par les premières pages. L’univers se révèle solide mais aurait, selon moi, mérité plus de développements sur certains aspects comme les différentes façons de gouverner dans le futur. Les personnages sont, comme à l’habitude de l’auteur, proches de nous, humains et vraiment attachants. La conclusion présentée par l’auteur sur les hypothétiques ne convaincra peut-être pas tout le monde, mais moi m’a vraiment accroché et paru intéressante. Les seuls défauts de l’oeuvre sont premièrement, comme je l’ai déjà dit, un manque de développements de certains points qui auraient mérité plus amples explications et deuxièmement être finalement la suite de Spin, car malgré toutes les qualités de cette oeuvre on est quand même un cran en dessous de la densité de Spin. Mais au final ce troisième tome se révèle tout de même efficace et vraiment plaisant à lire.

 

Ma Note : 8/10

Précédent

Résultat du Concours : Deux Ans!!

Suivant

Léviathan Tome 3, Goliath – Scott Westerfeld

  1. Oh celui ci j’ai vraiment hâte de m’y mettre. Mais je devrai sans doute attendre la sortie de la version poche…
    Contente de lire que tu l’as trouvé au dessus d’Axis que j’avais trouvé moins rythmé et passionnant que Spin, mais un peu triste qu’il aille apparemment moins en profondeur que le premier tome,ce
    qui est dommage tout de même pour un tome de conclusion supposé apporter les explications finales.

  2. C’est tout à fait ça. Malheureusement pour l’auteur, difficile de ne pas faire la comparaison lorsqu’il s’agit d’une suite, et c’est difficile de passer après Spin (surtout lorsque lesdites suites
    sont composées de moins de pages…)
    Axis avait beau être un excellent roman, j’ai vraiment eu du mal à l’apprécier parce que je n’y retrouvais pas la densité de l’aspect scientifique de Spin, et c’est dommage ! D’ailleurs, il faut
    que je chronique celui-ci avant de passer à Vortex.

    Tu as lu d’autres RC Wilson hors saga Spin ?

  3. La plume (française) de l'auteur

    Je me permets de conseiller « Les Chronolithes » et « Blind Lake »

Laisser un commentaire

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :