Zombie Ball – Paolo Bacigalupi

zombie ballRésumé : Rabi, Miguel et Joe jouent près de l’abattoir de la ville. Il s’en dégage une terrible puanteur.
Les adolescents mènent l’enquête et découvrent que l’alimentation toxique des vaches les transforme en zombies ! Les Fast-Foods de la région regorgent de burgers contaminés…

Edition : Au Diable Vauvert

 

Mon Avis : Paolo Bacigalupi fait partie des auteurs dont je suis la publication de ses écrits avec une grande attention. Il faut dire que les deux livres que j’ai lus de lui, La Fille Automate et La Fille Flûte et Autres Fragments de Futurs Brisés, m’ont offerts d’excellents moments offrant ainsi des histoires denses, réfléchies et efficaces. Donc quand j’ai vu que l’auteur proposait un nouveau récit, qui plus est sur les zombies, je n’ai pas mis longtemps avant de le faire rentrer dans ma PAL. Alors certes il s’agit d’un roman plus jeunesse et, vu que j’avais moins apprécié son Ferrailleurs des Mers, je savais qu’il serait différent de ses romans plus adultes, plus simple, mais je ne doutais pas de passer un moment fun. Il faut dire que la couverture joue beaucoup à cette impression.

On se retrouve donc à suivre Rabi, jeune américain d’origine indienne, qui, pour éviter d’être la risée de l’équipe de baseball, décide d’aller s’entrainer avec ses amis, Miguel et Joe, près de l’abattoir local. C’est là que les ennuis vont commencer pour eux et que les zombies vont apparaitre. L’auteur va alors, à partir de ce postulat de base simple, nous offrir une histoire qui se révèle vraiment divertissante, entrainante, fluide et efficace. Certes l’ensemble reste finalement assez linéaire, mais grâce à une intrigue solide et à une gestion du rythme réussie et sans temps morts, le lecteur se retrouve à tourner les pages avec plaisir et l’envie de savoir comment nos jeunes héros vont s’en sortir face à une telle crise. J’avais même, d’une certaine façon, l’impression de replonger dans certains de mes livres jeunesses d’aventures où une bande d’adolescent se retrouve à mener l’enquête, sauf qu’ici au lieu de résoudre un crime on se retrouve à tenter d’éviter une apocalypse zombies. La tension monte ainsi au fil des pages avec en point d’orgue une conclusion qui va se révéler des plus percutante, explosive et efficace où nos héros ne s’en sortent pas toujours gagnants. Je vous laisse découvrir pourquoi.

Mais voilà, au fil des pages on se rend aussi rapidement compte que l’auteur, comme à son habitude, nous propose bien plus qu’un simple roman divertissant et entrainant. Une certaine morale et un certain nombre de réflexions commencent à se dégager tout le long du récit. Que ce soit sur l’immigration, sur la société de surconsommation qui pousse à produire encore et toujours plus ou bien encore sur le pouvoir de l’argent, de nombreux axes forts sont développés. Le récit cherche d’ailleurs principalement à nous ouvrir les yeux sur la chaine alimentaire, la façon dont sont traités les animaux qu’on bourre de médicament pour les engraisser et qu’on parque par millier les unes collées aux autres avant de les tuer pour répondre à une demande exagérée, on est loin de l’époque ou les bêtes vivaient à l’air libre tranquillement. Mais surtout l’auteur arriver à garder une certaine alchimie dans son histoire, avec l’alternance de passages plein d’adrénalines et des passages plus réfléchis. Alors certes ces réflexions se révèlent efficaces, mais manque parfois selon moi de densité, l’auteur plongeant parfois un peu trop dans la caricature je trouve, que ce soit par exemple dans cette impression que les riches sont toujours mauvais, dans l’absence parfois aussi de contradiction ou bien encore dans la façon dont nos héros visualisent la société de façon un peu trop simpliste. Rien de bien dérangeant, surtout que le roman doit toucher un large public, mais parfois ça surprend.

L’aspect zombie se révèle solide, reprenant les bases classiques du mort-vivant affamé cherchant à se nourrir de cerveaux, le tout ponctué de nombreuses références un peu « geek » que ce soit sur des comics ou encore sur des jeux-vidéos. L’auteur nous offre aussi de nombreux moments plein d’humour que je vous laisse découvrir, mais la rencontre avec Bart n’a pas manqué de me faire sourire. Les personnages se révèlent eux aussi intéressants, soignés et attachants. Comment ne pas s’accrocher à ces trois jeunes héros qui décident de tout faire pour lutter contre un système qui va lobotomiser et zombifier les foules, que ce soit Miguel dont la famille fut expulsée par l’immigration et qui s’assombrit au fil des pages, Joe l’américain un peu timbré amoureux de comics, ou encore Rabi moitié américain et moitié indien qui est un peu le cerveau et le stratège de la bande. Trois caractères complètement différents, qui offrent une vision différente des évènements et qui s’associent parfaitement pour mener à bien leur quête et aussi découvrir que la vérité n’est pas toujours facile à démontrer. Les personnages secondaires répondent parfaitement aux attentes, qu’ils soient bons ou mauvais, dévoilant une société américaine pas toujours des plus reluisante, même si parfois ils tombent un peu dans la simplicité.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi entrainante, efficace et fluide, nous offrant ainsi un récit qui se révèle à la foi intelligent, barré et rempli d’aventures et d’action. Certes l’ensemble reste un peu élémentaire et sans surprise, mais franchement, j’ai été facilement happé par ce court roman que j’ai quasiment lu d’une traite. Il remplit donc ainsi parfaitement son rôle de divertissement efficace et percutant et continue à me faire penser tout le bien que je pense de l’auteur. J’ai d’ailleurs L’Alchimiste de Khain qui m’attend dans ma PAL et qui ne devrait pas tarder à terminer entre mes mains.

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman qui nous propose une histoire de zombies qui se révèle solide, efficace, pleine d’humour, mais aussi proposant des réflexions intéressantes. J’avais un peu l’impression, à travers l’enquête de ces trois jeunes adolescents, de retrouver certaines de mes lectures d’aventures de jeunesse. Alors certes l’ensemble se révèle un peu linéaire, profite de quelques simplicités et l’ensemble tombe parfois légèrement dans la caricature, mais l’ensemble au final marche bien et je me suis laissé happé par l’intrigue, tournant les pages avec l’envie d’en apprendre plus. L’auteur nous offre des zombies qui sont loin d’être originaux, mais se révèlent solides et angoissants, tout en permettant à l’auteur de nous poser des questions que ce soit sur la chaine alimentaire ou encore par exemple sur l’immigration. Les personnages nous entraînent avec envie dans leurs aventures et se révèlent efficaces et attachants, même si certains personnages secondaires tombent un peu dans la simplicité. La plume de l’auteur est toujours aussi entrainante, efficace et fluide. Je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

 

Ma Note : 7,5/10

 

AUtres avis : Nymeria, Cafe-Powell, Léa Touch Book,

zombies challenge

Précédent

Yellowstone – L. Albar

Suivant

Vongozero – Yana Vagner

  1. J’aime bien le « L’aspect zombie se révèle solide » , en même temps se superpose l’image de zombies en décomposition avec des bouts qui tombent… uh uh uh 🙂

  2. Ce n’est pas le meilleur livre sur les zombies mais j’ai vraiment bien ri pour ma part 🙂

    • Je ne pense pas aussi que l’auteur cherchait a en faire le meilleur livre de zombies, mais comme tu le dis c’est marrant et fun. Parfois c’est suffisant 🙂

  3. C’est le genre de roman qui s’accorde très bien à la génération actuelle, mais qui est par ailleurs, diffusé à l’ancienne. Tout simplement fantastique!

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :