Capitaine Futur Tome 1, L’Empereur de l’Espace – Edmond Hamilton

Résumé : Il y a Simon Wright, dit le Cerveau, ce qu’il est, littéralement, et dans un bocal de sérum : un scientifique exceptionnel. Et puis Grag, la montagne de fer indestructible dotée d’outils intégrés étonnants. Sans oublier Otho, l’androïde synthétique, spécialiste du combat rapproché, de l’infiltration et du camouflage. Ils sont les Futuristes, la plus stupéfiante association qui puisse s’imaginer. Et enfin il y a celui qu’ils ont élevé, celui qu’ils ont juré de protéger, celui qui est devenu leur leader : Curt Newton, le géant roux, le sorcier de la science doté d’un esprit hors normes, infatigable justicier connu des peuples du Système sous le nom de capitaine Futur.
Tous quatre veillent sur les neuf mondes et au-delà, attentifs, depuis leur base lunaire à l’emplacement secret.
Or un fléau court à travers le Système solaire, une épouvantable pandémie derrière laquelle semble se tapir un mystérieux criminel, l’empereur de l’Espace. Il n’est alors qu’un seul recours : celui du capitaine Futur ! Les tuyères du Comète, le formidable vaisseau des Futuristes, crachent déjà la puissance de l’atome : l’empereur de l’Espace n’a qu’à bien se tenir !

Edition : Le Bélial’

 

Mon Avis : Il faut savoir que ce roman se classe dans de la Science-Fiction qu’on pourrait considérer comme Pulp. J’avoue ce n’est pas obligatoirement la littérature que je lis le plus, et j’hésitais un peu à me lancer à la découverte de ce tome. Babelio a alors proposé de recevoir ce roman lors de son dernier Masse Critique et étant dans un état d’esprit un peu « fatigué », me détendre avec une lecture efficace et pleine d’aventure ne me déplaisait pas. Par conséquent j’ai tenté ma chance et j’ai eu la chance d’être sélectionné. Je remercie donc Babelio et les éditions Le Bélial’ de m’avoir permis de découvrir ce récit. Concernant la couverture, illustrée par Philippe Gady, elle colle parfaitement au récit je trouve avec ce côté un peu vintage et sympathique. Il est aussi à noter que cette série  Capitaine Futur a été librement adaptée en animé sous le titre, connu par beaucoup de monde je pense, de Capitaine Flam.

Il me parait intéressant de définir pour moi le mot pulp, on évitera ainsi tout malentendu. Le Pulp est à la base un magazine imprimé sur du papier de qualité très moyenne et qui a connu un véritable succès aux USA. Il proposait ainsi des histoires de genres divers et variés mettant principalement en avant l’aventure, l’action, avec des héros chevaleresques et des situations toutes plus périlleuses les unes que les autres. C’est d’ailleurs ce que propose ce roman puisque qu’il nous plonge dans un futur lointain, où l’humanité aura colonisé l’ensemble des planètes du système solaire, et où une terrible maladie inconnue fait régresser les personnes qui sont touchées. Le président de la terre et de l’univers n’a pas d’autre choix alors que d’appeler le Capitaine Futur et son équipe pour résoudre ce mystère et peut-être même affronter leur pire ennemi. Si ce genre de récit, qui ne cherche que le divertissement, proposant une histoire efficace, sans temps morts, alignant péripéties et action ne vous intéresse pas alors je doute que vous puissiez vous laisser tenter par ce livre. Moi de mon côté, j’avoue avoir passé un agréable moment avec cette aventure du Capitaine Futur. Ce récit possède quelque chose de captivants qui fait qu’on se retrouve à avancer facilement dans l’histoire, avec l’envie d’en apprendre plus. C’est un véritable page turner maîtrisé et tendu que nous propose l’auteur et qui, même s’il n’a rien de très révolutionnaire, ne manque pas pour autant d’intérêt.

L’univers qui est présenté et mis en avant tout du long est franchement intéressant à découvre, que ce soit dans son aspect imaginatif mais aussi dans son côté scientifique. Alors oui clairement il a vieilli, il a gagné ce côté un peu suranné, grandiloquent et kitsch d’un univers qui était fascinant et d’une certaine façon cohérent à l’époque, mais dont on sait aujourd’hui qu’il est improbable. Cela doit-il être bloquant ? Tout dépend de quelles seront vos attentes avec ce livre, en tout cas moi je me suis laissé porté par ce que construit l’auteur, l’imagination débordante dont il se sert pour tenter d’imaginer un futur plausible et surprenant. Que ce soit dans les différentes races rencontrées, les différentes planètes visitées ou bien encore les technologies qu’on croise, on sent bien que ce que l’on découvre possède une certaine densité qui fait qu’il n’est pas qu’une simple toile en fond. On retrouve ainsi un peu l’esprit de cette époque où la conquête spatiale n’était qu’un rêve qu’on pouvait satisfaire à travers différents récits de frissons et d’actions aux mondes flamboyants, sauvages et dangereux. Il faut dire que l’auteur rend aussi son univers plus cohérent par un travail scientifique soigné, tout en restant accessible. Alors bien sûr la science a énormément évolué depuis les années 40, par conséquent les hypothèses d’époque ont bien changé, mais cela n’est en rien bloquant pour peu qu’on se laisse porter.

Concernant les personnages on se retrouve dans du très classique avec le Capitaine Futur, héros sans peur et sans reproches qui possède un sens de l’honneur poussé, ayant décidé de protéger l’univers du « Mal » qui lui a pris ses parents. Autour de lui gravite une équipé hétéroclite et surprenant avec un robot, un androïde et Simon Wright, génie dont on a, face à la maladie, transféré le cerveau dans une boîte qui le maintient envie indéfiniment. Il va ici faire face à l’Empereur de l’Espace aux motivations sombres et dangereuses. On trouve aussi quelques personnages féminins qui, même si elles sont loin d’être les pires clichés qui soient, manquent quand même de profondeurs et ne sont là que pour mettre en avant les héros. Oui c’est assez caricatural, et c’est un peu le reproche qu’on pourrait leur faire, ce côté un peu binaire et sans surprises, mais cela ne les empêche pas d’apporter chacun d’entre eux leur pierre à l’édifice de ce récit, d’offrir rebondissements et surprises. On y trouve aussi ce côté très optimiste, avec ce héros sûr de lui et qui ne se remet jamais franchement en question tant il parait imbattable et son combat est juste. Si je devais faire une comparaison (qui comme toute comparaison ne vaut pas grand-chose), il me fait un peu penser à la naissance des super-héros des comics, ces premiers tomes ou tout était clairement défini, avec une luette entre le bien et le mal. Cela pourra en déranger certains, de mon côté , le fait que le roman soit court (moins de 200 pages) a fait que cela ne m’a pas dérangé plus que cela, même si je ne nie pas que parfois j’ai souri devant certaines situations. Par contre dans un roman plus long, je pense que je me serai à force déconnecté d’eux.

Autre point intéressant selon moi, le récit nous offre quelques réflexions intéressantes, que ce soit sur la notion d’humanité et d’intelligence, principalement par les piques entre Otho et Grag, mais aussi par moment sur la notion de colonisation, d’égalité. Bien entendu il ne faut pas se leurrer, c’est fait de façon très simpliste pour éviter de casser le rythme du récit, mais ça fonctionne tout de même un minimum. On pourra aussi reprocher au récit une certaine linéarité et une conclusion sans surprise avec son happy-end, mais voilà ca colle parfaitement à ce genre de récits et n’est en rien bloquant je trouve. La plume de l’auteur est simple, efficace et percutante nous plongeant assez facilement dans son récit. Au final ce roman a rempli pleinement son rôle de simple divertissement et devrait plaire si vous cherchez un récit fun, sans temps mort, efficace et pleins de surprises ou si comme moi vous cherchez un petit moment de détente entre deux romans plus « imposants », alors je pense que cette aventure du Capitaine Futur devrait vous plaire.

En Résumé : J’ai passé un sympathique moment de divertissement avec cette aventure du Capitaine Futur. On plonge ainsi clairement dans un roman d’aventures pulp, sans temps morts et bien porté par de nombreux rebondissements et de nombreuses surprises qui font qu’on tourne les pages assez facilement. Certes on y retrouve ce côté un peu suranné et vintage des romans de l’époque, mais pour autant ce récit n’a pas si mal vieilli tant il s’avère efficace et entraînant. L’univers, bien porté par l’imagination de l’auteur débordante et un travail scientifique un minimum soigné, s’avère dépaysant et donne envie d’en apprendre plus. Alors certes les concepts scientifiques ont évolué et les hypothèses d’époques sont devenues impossibles, cela pourra en bloquer certains devenant un peu farfelu, tout dépendra de vos attentes. Concernant les personnages ils s’avèrent très classiques avec le héros, chevalier blanc, aidé d’une équipe hétéroclite avec un robot, un androïde et le cerveau d’un génie dans une boîte où il peut vivre indéfiniment. L’ensemble est très binaire, avec le bien d’un côté et le mal de l’autre, et les personnages féminins manquent un peu d’intérêt, je l’avoue, mais vu que le roman est assez court, ça ne m’a pas dérangé plus que cela. Le récit se permet même de soulever quelques réflexions, certes de façon simpliste, mais qui fonctionne tout de même un minimum. La plume de l’auteur est simple, percutante et entraînante. Au final ce court roman à pleinement rempli son rôle de simple divertissement et pourrait plaire à ceux qui cherchent des récits d’aventures ou à ceux qui, comme moi, sont à la recherche d’un moment de détente entre deux romans plus « complexes ».

 

Ma Note : 7/10

 

Autres avis : Apophis, Maks, …

Précédent

The Memoirs of Lady Trent Book 3, The Voyage of the Basilisk – Marie Brennan

Suivant

Récidive – Sonja Delzongle

  1. J’ai prévu de le lire, j’adore ce genre de vieillerie bien kitsch en général ^^.

    • Alors tu devrais apprécier ce Capitaine Futur 🙂
      Moi j’apprécie ce genre de lecture dans des périodes plus de transition, où je n’ai pas envie de me prendre trop la tête.

  2. J’essayerais peut-être. D’un côté je suis attiré par le côté Pulp/aventure, de l’autre j’avais peur que ça soit trop daté.
    Mais après tout j’ai plutôt apprécié le premier tome de Tschaï, du coup ça peut le faire 🙂

  3. Moi j’avais très envie de le lire avant, et ce que tu soulèves me plait bien !
    (Ah et je savais bien que j’avais vu cette couverture quelque part, elle est affichée dans le salon de Sheldon et Léonard dans Big Bang Theory) ><"

    • Je ne peux que te souhaiter une bonne lecture alors. Je n’avais pas fait le rapprochement avec la Série Big Bang theory, merci pour l’information

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :