Contes Myalgiques I, Les Terres qui Rêvent – Nathalie Dau

contes myalgiques 1Résumé : Il était une fois… des récits fantastiques qui empruntaient au patrimoine folklorique mondial et à la mythologie incisive de leur conteuse. Comme ils aimaient les belles histoires, ils se marièrent et enfantèrent un beau recueil.
Laissez-les vous convier à un voyage entre ombre et lumière, où le merveilleux se mêle à l’affliction, où les épreuves forgent des âmes de miel comme de fiel.
Qu’ils soient issus de légendes indiennes, sibériennes, celtiques ou provençales, ces contes vous enchanteront et vous terrifieront, vous apaiseront et vous lancineront.
N’espérez pas sortir indemne d’une plongée dans l’imaginaire de Nathalie Dau : ses créatures féeriques ne vous veulent pas que du bien.

Edition : Griffe d’Encre

 

Mon Avis : Avant mon achat de ce recueil de nouvelles, je dois avouer que je ne connaissais pas vraiment Nathalie Dau, j’avais vu son nom sur quelques nouvelles sans jamais me laisser tenter. Puis devant la passion de Snow devant ce recueil aux Imaginales (Passion soufflée par Lelf, car finalement on en revient toujours à Lelf ^^) je me suis laissé convaincre par ce livre et je dois dire que j’ai été plus qu’agréablement surpris par ce recueil de 11 nouvelles.

La femme, la sorcière et l’amour : Une histoire indienne sur une femme qui refuse la mort de son mari ainsi que les traditions qui vont avec. Une nouvelle magnifique sur le prix de l’amour par la souffrance, on se laisse attendrir par cette femme qui ne cherche finalement qu’à vivre une vie avec son amour.

Bonne Année ! : Un texte intriguant, concis et vraiment palpitant sur l’amour des siens des envies d’être apprécié à sa juste valeur mais aussi sur le respect de l’expérience et du vécu des anciens.

Aenor : C’est le conte dans toute sa plus belle tradition, l’amour entre un roi et une fée jusqu’à ce que cette dernière tombe enceinte. Des personnages solides et des sentiments fidèlement retranscris rendent ce compte vraiment captivant. C’est un conte, selon moi, d’opposition entre homme/femme, magie/religion et d’autres encore.

Chicanerie : Il s’agit ici d’un poème, mignon mais qui m’a paru incongru dans ce recueil et que finalement j’ai peut être un peu vite oublié.

Le Violon et la Fée : Nouvelle qui sort de habitudes des contes habituels par son introduction surprenante. Une nouvelle qui nous montre qu’on peut surmonter nos handicaps et que quand on désire quelque chose fortement il y a toujours un moment où on est récompensé. Mais un conte qui traite aussi des questions sur la guerre et l’industrialisation.

Le Siestophage : Un conte qui nous rappelle que l’habit, la position sociale et la posture ne font pas la personne. Un conte qui appelle à la tolérance vis à vis des autres et qu’il ne faut pas toujours se fier aux apparences.

Faux Pas : Le texte le plus drôle de ce recueil traitant de l’amour interdit d’un troll et de la jalousie d’un chaman envers ce troll amoureux. Un texte léger et amusant qui nous montre que des fois l’amour est aveugle et que la jalousie est un vilain défaut, mais bon, une bonne vengeance c’est toujours sympa.

Lucine : Une nouvelle mélange de sensualité, de perversité et de vengeance, mais aussi une nouvelle qui traite de la condition de la femme soumise aux hommes. Une jeune princesse se trouver forcer d’assouvir les plaisirs de son père et son seul moyen de fuir et d’aller dans la foret et d’y préparer sa terrible vengeance.

Désespérée : Un conte sur la mort vraiment fort, passionnant et surprenant. On ne sait pas trop où va l’auteur jusqu’à cette conclusion qui lève tous les voiles et apporte les réponses. Une nouvelle plutôt courte mais vraiment efficace.

Demain les Trottoirs : L’histoire d’un enfant qui vit dans les rues jusqu’au jour où il va rencontrer une fée. Une nouvelle sur le désespoir et la souffrance mais aussi pleine d’espoir, encore faut-il ne pas se laisser consumer par la vengeance et accepter ce que l’on nous offre. Un conte sombre, magique, féerique mais à la fin tragique.

Vale Frater : Ce conte parle d’u sorcière maléfique qui chaque siècle vient prendre trois vies. Un conte qui va au-delà de l’aspect de la sorcière pour nous faire découvrir son vrai but. Un texte magique qui nous parle du rejet des autres et de leurs coutumes.

 

J’ai eu l’impression d’une certaine cohérence dans ma lecture, les nouvelles n’ont pas été alignées comme ça, mais selon un schéma précis qui rend la lecture encore plus intéressante. La postface nous fait découvrir l’auteur sous un autre jour ce qui apporte, selon moi, un plus vraiment intéressant après la lecture de toutes ces nouvelles.

Ce qui m’a frappé c’est le style de l’auteur qui est vraiment recherché, travaillé, soigné dans les moindres détails. Les textes sont à la fois sensibles, magiques, féeriques, sombres et passionnant et l’écriture de l’auteur y joue pour beaucoup. Je ne regrette absolument pas la découverte de ce recueil ou chaque conte à sa voir ses morales, traitant d’amour plus fort que les souffrances, de rejet des personnes différentes, dépassement de soi etc… Je vais essayer de me procurer au plus vite le tome 2 de ces contes myalgiques et ainsi entrer dans la « saison des ténèbres » selon la dédicace de l’auteur.

En Résumé : Voilà un recueil de nouvelles qui devrait plaire aux amoureux des contes et légendes, le tout porté par une plume vibrante d’émotions et de sentiments qui ne devrait pas laisser indifférent. Alors bien sur certains textes devraient marque plus que d’autres mais ce recueil a une certaine « cohérence » du début à la fin et offre de très bons moment de lectures.

 

Ma Note : 8/10

Précédent

Narcogenèse – Anne Fakhouri

Suivant

Tales from Outer Suburbia – Shaun Tan

  1. Il a vraiment l’air très, très intéressant ce recueil. Je note 🙂

  2. Mais tu sais qu’il me tente maintenant. Ah tu peux être fier de toi !!! grrrrrrrr En plus j’aime bien la couverture.
    Bonne semaine, je file le mettre dans ma WL et bonne lecture Pinicchiooooooooooooooooooooooooooo. lol

  3. Malorie57

    Moi aussi j’ai adoré ce recueil mais j’ai préféré le second qui est beaucoup plus sombre, en tout cas très belle chronique et plonge toi vite dans Les Atouts du Diable tu vas adorer 😉

  4. Merci pour ta jolie chroniques. Je vais mettre ce livre dans ma WL pour la rentrée, malgré le fait que normalement je ne sois pas trop attirée par les nouvelles.

  5. Ravie de voir que ce recueil t’as plus autant qu’à moi et préviens moi quand tu te procure le second 😉
    Je sens que ton avis va lui faire plaisir 🙂

  6. Lelf

    « Au commencement était Lelf ». Tu crois que ça fait trop pompeux comme première phrase pour ma biographie officielle ?

Laisser un commentaire

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :