Décadence, Tome 1 – Sylas

décadenceRésumé : Twynte.
Monstre urbain au squelette d’échelles, de coursives et de traverses, caparaçonné de murailles titanesques ; Twynte repousse depuis toujours les limites du ciel pour loger ses parasites humains qui la nécrosent et la soignent.
Fahim Lévi arpente ce dédale vertical à la recherche des disparus. Quand un riche client lui demande de percer à jour la Bulle Rouge, réseau clandestin de trafic d’organes, le mage pressent que cette affaire ne sera pas une partie de plaisir.
À l’autre bout du pays, une jeune femme se découvre un Potentiel Magique Individuel hors du commun. Elle s’enfuit de son village natal et se met en route vers Twynte. Mais le chemin sera long et semé d’embûches, d’autant qu’elle va vite découvrir que sa magie est une arme à double tranchant…

Edition : Asgard

 

Mon Avis : J’ai fait rentrer ce livre dans ma PAL un peu par hasard je dois bien avouer. En effet, lors d’une de mes nombreuses visites dans une librairie, ce livre m’a tapé dans l’œil, il faut bien l’admettre, grâce à sa couverture, illustrée par Pascal Quidault, qui se révélait vraiment énigmatique et accrocheuse. Ajouter à cela un quatrième de couverture qui ne manquait pas d’attrait et voilà un livre qui rejoint ma bibliothèque malgré le fait que je ne connaissais aucun écrit de l’auteur.

Le récit va au final se révéler séparer en deux histoires qui vont se rejoindre, la première tendant plutôt vers le Thriller, avec une enquête sur des vols d’organes, tandis que l’autre offre le voyage initiatique, classique en Fantasy, d’une jeune fille qui apprend qu’elle possède un fort potentiel magique. L’idée de départ était intéressante, mais voilà, au final, j’avoue ne pas avoir vraiment accroché à ma lecture. Il faut admettre, que ce soit l’une ou l’autre des intrigues, elles se révèlent tout de même rapidement balisés, linéaires et sans véritables surprises.

Plus j’avançais dans ma lecture plus je ressentais aussi l’effet premier roman où l’auteur a énormément d’idées intéressantes, mais qu’il n’arrive pas à les lier ensemble, à les rendre complètement cohérentes sur le papier, ne faisant que les accumuler en espérant que la mayonnaise prenne. Mélanger Fantasy, Thriller et sujet contemporain avec un trafic d’organe parait intéressant, mais encore faut-il pouvoir rendre ces différents aspects complémentaires dans l’intrigue global, hors là déjà les deux histoires se recoupent vraiment un peu par hasard.

L’auteur tombe un peu, il faut bien l’avouer, dans le sur-mélange des genres et des stéréotypes, car en plus de la magicienne au potentiel exceptionnel on va retrouver au fil de la lecture quelques poncifs du genre comme la prophétie ou l’objet magique disparu depuis des millénaires, mais le tout amené de façon un peu trop brusque et parfois sans véritable intérêt. On pourrait croire après tout ce que je viens de dire que l’histoire est complètement mauvaise, alors que ce n’est pas tout a fait exact car cette histoire possède un potentiel intéressant. Finalement c’est là que le bât blesse, cette histoire m’a paru n’être que potentiel avec quelques fulgurances, mais j’en reparlerai plus tard. De plus on ne peut pas nier que l’auteur offre vraiment un rythme plutôt tendu et nerveux cherchant clairement à divertir sans se prendre la tête. Dommage que les points que j’ai soulevés m’ont vraiment empêché de clairement rentrer dans le récit.

Concernant l’univers développé par l’auteur il possède certaines qualités intéressantes. Je pense principalement au développement  de Twynte, ville gigantesque qui ne fait que s’élever en hauteur, qui possède son charme et donne envie d’en savoir plus. L’auteur développe aussi quelques points qui ne manquent pas d’attrait comme la rareté du métal ou encore la décadence, même si je lui reproche un peu de rester un peu trop light sur le sujet. Concernant la magie et les castes, on reste dans du classique, mais qui se révèle efficace. Par contre, je reproche un peu à l’auteur d’avoir voulu trop en faire, je pense principalement à tout ce travail sur les déplacements qui renvoie toujours à des notes en bas de page ou même l’aspect temporel. Je ne suis pas contre qu’un auteur décide d’inventer sa propre échelle de temps, qui renvoie à la nôtre, mais si je dois passer ma lecture à faire des calculs pour me remettre dans ma norme, j’avoue, j’accroche moins.

Concernant les personnages, j’avoue, je les ai trouvés moyens, ils ont du mal à vraiment s’imposer au lecteur dans cette histoire, ils manquent clairement de charisme et donnent plus l’impression de subir les évènements que d’essayer d’avancer par eux-mêmes ou de changer les choses pour avancer. Ils manquent aussi parfois d’un peu de profondeur; certes ils possèdent une histoire, une famille, un passé qui les a façonné, mais le tout est toujours un peu survolé je trouve. Je pense clairement qu’avec un peu de travail on aurait pu tirer plus des personnages principaux. Je ne parlerai très peu des personnages secondaires, car il y a au final très peu à en dire, servant juste à faire avancer l’intrigue.

Concernant le style je vais avoir du mal à en parler, je pourrai dire qu’il est lourd, trop terre à terre, accumule les explications alors qu’on a bien compris, les dialogues se révèlent assez plats et il abuse un peu de métaphore pas toujours appropriés. Je ne vais pas en parler car je voudrais surtout évoquer un aspect, lié au style et au roman, qui m’a marqué. À la fin de ma lecture, j’avais l’impression d’avoir en main un manuscrit avec un potentiel intéressant et c’est là que vient l’un des principaux problème à mon avis, c’est que ce roman ne donne pas l’impression d’avoir été retravaillé par la suite. Il donne l’impression d’avoir été publié dans la foulée. J’ai eu un peu l’impression d’avoir entre les mains une pierre qui brille de temps en temps, mais qui n’a pas été taillée et travaillée pour en faire ressortir tout son éclat. C’est sur ce point là que je suis le plus frustré, car peut-être qu’avec un travail plus intense sur le texte on aurait pu en sortir un divertissement agréable, je ne le saurai jamais. En tout cas désolé, mais si suite il y a, elle se fera sans moi.

En Résumé : J’avoue que je ressors déçu de ma lecture. J’avais un peu fait entrer ce livre dans ma PAL par hasard, l’intrigue paraissait intéressante, mais très vite elle se retrouve balisé et linéaire, l’auteur cherchant en plus à trop en faire essayant de mélanger trop de genres et de stéréotypes. L’univers possède des atouts vraiment intéressants, mais là aussi l’auteur en fait trop cherchant à offrir un univers complètement différent abusant des notes en bas de page et offrant une échelle temporelle trop mathématique. Les personnages manquent clairement de charismes et les personnages secondaires servent juste à faire avancer l’intrigue. Mon principal problème c’est que je comprends pourquoi ce roman à taper dans l’œil de l’éditeur, il a du potentiel, mais il donne l’impression de n’avoir eu aucun travail éditorial pour passer de l’état manuscrit à celui de roman, ce qui est dommage. Je ne pense pas, en tout cas, lire la suite.

 

Ma Note : 4/10

 

Autres avis : nymeria, …

Précédent

The Rain Wild Chronicles Book 3, City of Dragons – Robin Hobb

Suivant

Trois Ans!!

  1. Un livre à éviter du coup…

  2. il y a pas mal de choses vraies dans cette article, mais je trouve que pour un premier livre, c’est un essai plus que réussi. Ce serait le dixième bouquin d’un auteur célèbre, je dirai pourquoi pas.
    certes, on ne s’attend pas au livre du 21ème siècle, mail il est plaisant à lire et mérite qu’on laisse une chance à l’auteur.
    par contre, j’ai trouvé l’idée des standards de temps et d’espace différents des nôtres sympas, ça change et démontre une certaine originalité. bon, d’un autre côté, j’aime bien le calcul mental !!

    en tout cas, la couverture est très belle, ce serait dommage de ne pas l’avoir ans sa bibliothèque !

    • Justement je suis pas tout à fait d’accord, certes il fourmille d’idées sympa et possède des atouts mais son côté brouillon m’a vraiment bloqué.

      Concernant le système temps, ça me dérange qu’un auteur veuille créer quelque chose de nouveau et je ne suis pas trop mauvais en calcul mental non plus. Maintenant quand on sait que miliheure fait 3,6s centiheure fait 36s et déciheure 360s l’auteur ne va pas non plus dans la facilité. Alors déciheure aucun soucis car 360s fait 6 min on calcul rapidement. Maintenant si je prend l’exemple des centiheures, imaginon que l’auteur annonce 5 centiheures je calcul ça fait 180s et là seulement je suis content car je sais que 180s fait 3 min. Il y a peut être un moyen mnémotechnique plus facile que recalculer à chaque fois mais voilà je lis un roman pas un essai de mathématique. C’est mon point de vue personnel, je sais que d’autres ont aimé le roman 🙂

  3. C’est marrant parce que j’ai eu l’impression inverse. Le mix des genres m’a paru sympathique. Les stéréotypes pas trop marqués. Une linéarité qui rend le roman assez fluide. Des persos, avec quelques incohérences, mais attachants. Ce n’est pas un roman parfait, certes, mais cé’tait une lecture bien divertissante.
    Quant aux systèmes de temps et métrique, un peu de cartésianisme ne fait jamais de mal 🙂

    • Comme quoi l’appréhension d’un livre dépend beaucoup aussi du lecteur. Comme je le dis je ne nie pas le potentiel du livre, juste il est mal exploité selon moi.

      Concernant le cartésianisme, crois-moi j’en profite tous les jours, donc oui, quand je sors un livre, je ne souhaite pas trop sortir ma calculette. 🙂

  4. Salut
    Personnellement, j’ai voulu remettre à plat le système de temps pour des raisons de cohérences avec l’univers très mathématique (ce qui sera développé dans d’autres tomes). Ca prend en compte la géographie du monde, le système de magie codifié et, évidemment, le découpage du temps.
    Dans la vision que je me faisais de la lecture, on remplaçait mentalement centiheures par minutes, milliheures par secondes et déciheures par « dix minutes ». Tu remarqueras que je ne suis pas allé jusqu’à utiliser des décaheures ou des hectoheures… je n’utilise ces termes que lors des descriptions, genre « quelques centiheures plus tard » ou « il mit plusieurs milliheures à réagir ». Je ne pense pas que la calculette soit nécessaire à la compréhension de l’action.
    En tout cas, je suis désolé que tu n’aies pas accroché au roman. C’est un premier essai, je ferai mieux la prochaine fois 🙂

    • Bonjour,

      Je suis d’accord la calculette en soi n’est pas obligatoire, on peut se baser sur des environs et avoir une idée proche du temps écoulé. Après ça vient de ma façon de me lancer dans la lecture, j’aime connaitre les référentiels et, si possible, savoir les utiliser. En soit je n’ai pas non plus fais des tonnes de calculs, mais une ou deux fois j’ai trouvé cela bloquant. Après la-dessus tout est question de point de vue et d’appréhension de la lecture, chacun verra les choses différemment.

      Comme je l’ai dis aussi, pour moi ce livre fourmille de bonne idées, je ne doute donc pas que la suite puisse être meilleur.

      En tout cas merci pour le petit mot.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :