Dominium Mundi, Tome 2 – François Baranger

dominium mundi livre 2Résumé : 2205. C’est le débarquement. Les troupes de l’Empire Chrétien Moderne se déploient dans les plaines arides d’Akya du Centaure.
A l’arrière, Albéric Villejust organise la rébellion qui gronde parmi les inermes.
De leur côté, Tancrède de Tarente et Clorinde ont retrouvé l’amour, une foi inébranlable, et comptent mener à bien leur mission, au nom du tout-puissant Pape Urbain IX. En tant que méta-guerriers, la prise de l’ultime tombeau du Christ repose en grande partie sur leurs épaules.
Mais sous l’implacable soleil centaurien, rien n’est gravé dans le marbre. Alors que les rebelles se cachent et s’organisent dans le désert, que les Atamides se révèlent plus dangereux que prévu, les luttes de pouvoir s’intensifient et des forces nouvelles s’agitent dans l’ombre. De ces zones obscures dépendront l’avenir d’Akya, des nouveaux Croisés et, à plus grande échelle, de peuples entiers…

Edition : Critic

 

Mon Avis : Après un premier tome qui m’avait offert un bon moment de lecture grâce à un Space-opéra efficace et entrainant, cela malgré quelque grosses ficelles et parfois une impression que l’auteur veut trop en faire (ma chronique ici), j’avais hâte de voir ce qu’allait bien nous proposer la suite et fin de cette série et surtout obtenir les réponses aux nombreuses questions qui restent encore en suspend. Tout comme celle du tome précédent, je trouve la couverture, illustrée par l’auteur lui-même, vraiment sublime.

Le premier tome ayant servi à poser les bases et à bien présenter les personnages, on rentre dans ce second tome directement. Les humains ont atterris sur Akya du centaure et ont juste le temps de bâtir une Nouvelle Jérusalem avant de se lancer enfin dans cette guerre de reconquête tant attendue pour y libérer le tombeau sacré. La première partie est sauvage, guerrière, palpitante qui fait qu’on tourne les pages rapidement pour suivre ces batailles, cette grande guerre, le tout agrémenté tout de même de réflexions intéressantes sur son utilité. Puis arrive une seconde partie, plus posée on va dire, mais qui se révèle tout de même haletante où les secrets vont se révéler et où la vérité va éclater remettant en cause énormément de choses. Elle nous permet aussi de découvrir les Atamides, un peuple à la fois proche et éloigné de l’homme. Dans l’ensemble on obtient donc un ensemble qui ne manque pas de charme ni d’attrait dont l’auteur maîtrise bien les rebondissements et les retournements de situations offrant ainsi un divertissement qui se laisse lire facilement, avec plaisir et dont le lecteur tourne les pages avec l’envie d’en apprendre plus.

L’univers mis en place par l’auteur depuis le tome précédent continue à se développer, principalement justement par l’arrivée sur cette nouvelle planète permettant à l’auteur de nous faire découvrir une nouvelle civilisation aussi bien par des descriptions vives et captivantes, que par l’architecture, et plus tard au cours du roman en découvrant cette nouvelle race plus en profondeur par son mode de vie. Alors on pourrait peut-être reprocher ces aliens d’être très (trop) proches des humains, mais franchement cela ne se ressent pas du tout. On y trouve aussi les réponses aux nombreuses questions que se posait le lecteur sur cette fameuse guerre qui a failli anéantir la Terre et sur cette régression sociétal qui a poussé les peuples à se réfugier sous la bannière de la religion. Une explication cohérente et intéressante même si un ou deux aspects me laissent songeur. Il démontre aussi, certes de façon classique mais efficace, la folie humaine qui les pousse régulièrement à se lancer dans des trahisons, des luttes de pouvoir et même des guerres sanglantes ainsi que de nombreuses réflexions aussi bien sur le rejet de l’autre, le pouvoir de l’éducation que sur la religion avec des révélations, propres à l’intrigue, qui risquent d’en surprendre plus d’un. Je reprocherai juste que l’auteur se révèle quelquefois, selon moi,  un peu trop raide dans ses idées, ne laissant pas place au débat, mais rien de bien gênant. On sent bien que l’auteur a pris tout son temps pour travailler son histoire tant l’ensemble se révèle dense, complexe et détaillé.

Mais voilà malgré toutes ses qualités, j’avoue je reste un peu sur ma faim, ce second tome ne répondant pas à toutes les attentes que j’avais. Déjà, un des points qui m’a le plus dérangé vient aussi de ce que j’ai dit un peu plus tôt, l’auteur ayant travaillé son histoire pendant dix ans il l’a vraiment poussé au maximum du détail, trop pour moi. Quand je lis un livre j’aime m’évader et faire travailler mon esprit et mon imagination, donc quand un livre me prend par la main et m’explique tout dans le moindre détails ça me frustre un peu. Un exemple, quand un personnage, dans un combat, fait une rotation avec son avant bras à 180°, pas besoin de tenter de m’expliquer ce que c’est une rotation à 180° j’avais bien compris. Pareil l’auteur crée des ellipses temporelles logiques dans un roman, tout ne méritant pas d’être expliqué, laissant le lecteur se faire ses propres explications, surtout sur des aspects vraiment simples. Bah non, il se sent obliger de revenir dessus quelques pages plus loin et de prendre du temps par un flashback, souvent inutile, et qui apporte plus de longueurs qu’autre chose. Je n’ai pas besoin de savoir comment tel personnage est rentré chez lui après avoir gagné une bataille, surtout quand ça n’apporte rien de concret ni à l’intrigue ni à l’univers et quand la plupart du temps je l’avais déjà deviné. En gros selon moi l’ensemble aurait mérité quelques coupes. C’est dommage, ça n’empêche pas de trouver l’histoire sympathique, mais ça l’empêche de passer ce cap de très bon roman alors qu’on y retrouve les qualités pour.

Concernant les personnages ils se révèlent eux aussi denses, travaillés et soignés et on arrive facilement à s’attacher à eux et à leurs aventures.  L’importance des castes ainsi que de la religion permet de développer des personnages qui n’ont pas la même vision du monde et n’offrent pas les mêmes interactions ce qui est intéressant. Des personnages charismatiques et efficaces même si, du point de vue des sentiments l’auteur a le même problème qu’avec son histoire, il en fait parfois trop ce qui donne parfois une impression d’être surjoué, principalement dans les scènes romantiques où les scènes d’amitié où l’auteur se sent obligé de rappeler plusieurs fois à quel point ils s’aiment ou a quel point ils sont amis. Mais bon rien de dramatique. Par contre, l’auteur nous offre un roman choral où on retrouve plusieurs points de vues et je trouve que certains personnages que l’auteur met en avant ne servent pas toujours. Je pense par exemple à Godefroy de Bouillon qui n’apporte pas grand-chose ; par exemple une fois qu’il apprend le grand secret il ne fait rien, rien du tout, il attend. Même pas une petite rébellion ou autre alors qu’il découvre qu’il s’est fait manipuler depuis le début, c’est frustrant et surtout ne correspond pas au caractère du personnage. Un peu comme si l’auteur n’arrivait pas à se dépêtrer de tous ses héros, mais ne se sentait pas de les laisser un peu de côté.

La conclusion se révèle vraiment enlevé, prenante et nerveuse même quelques grosses facilités apparaissent ici ou là pour permettre à l’histoire de s’offrir sa bataille final entre deux armées au sol dans la plus pure tradition chevaleresque (car bon ils ont beau avoir des archers qui visent à plus de 500m j’ai du mal à imaginer des engins aériens descendre aussi bas pour larguer leurs bombes). On est emporté par ces dernières pages haletantes et efficaces même si tout ne m’a pas non plus accroché comme ce duel final un peu trop dans le ton « sacrifice larmoyant ». On pourrait croire, avec tout ce que je raconte, que je n’ai pas vraiment accroché à cette histoire, c’est faux, elle se révèle agréable et remplit son rôle de divertissement, mais voilà si les 1400 pages, sur l’ensemble des deux tomes, avaient minci de quelques centaines de pages, l’ensemble y aurait gagné et, je pense, aurait pu se révéler vraiment meilleur.

Concernant le style de l’auteur il se révèle simple, efficace, entrainant et prenant même si quelquefois, sur certains dialogues, il se révèle un peu trop ampoulé, mais là rien de franchement dérangeant. Dans l’ensemble un roman, qui plus est premier publié, de space-opéra qui ne manque pas de charme ni d’attrait, offrant une lecture vraiment sympathique même si, sur l’ensemble l’auteur en fait trop ce qui offre parfois des longueurs et des lourdeurs. Cela ne devrait pas empêcher, si vous appréciez les Space-opera, d’apprécier ce roman. En tout cas je lirai d’autres récits de l’auteur sans soucis.

Résumé : J’ai passé un moment de lecture sympathique avec ce second tome. Il nous plonge directement dans l’histoire et on se retrouve emporté par cette guerre pleine d’adrénaline, de combats et de violence, mais qui ne s’arrête pas là et nous offre des réflexions intéressantes sur les hommes, la religion et le rejet des autres tout en répondant aux différentes questions que le lecteur se pose. L’univers se révèle dense, soigné et travaillé, l’auteur ne laissant rien au hasard, montrant bien que ça fait des années qu’il travaille sur son histoire. Mais voilà là où le bat blesse c’est que justement l’auteur a beaucoup trop travaillé son texte ; déjà il explique tout dans les moindres détails ce qui ne laisse que peu de place à l’imagination, ensuite à force de trop détailler cela crée des longueurs. Pourquoi aussi revenir sur toutes les ellipses temporelles que le lecteur avait bien compris tout seul. Concernant les personnages ils se révèlent denses, travaillés et soignés, même si on devine aisément leurs camps, mais dans la présentation des sentiments parfois ça manque de naturel.  De plus l’auteur utilise une narration chorale, mais des fois ne sait pas quoi faire de ses personnages. La conclusion, malgré quelques facilités, se révèle haletante, prenante et efficace. Le style se révèle toujours aussi entrainant, simple et captivant. Au final si on prend l’histoire dans son ensemble, le roman aurait selon moi mérité plusieurs coupes, mais pour un premier roman publié il se révèle tout de même efficace et divertissant.

 

Ma Note : 7/10

 

Autres avis : Cornwall, …

Précédent

The Rithmatist, Book 1 – Brandon Sanderson

Suivant

Bifrost n°74 – Spécial Léo Henry

  1. Dans l’ensemble, ça me confirme que j’ai bien fait d’abandonner après le premier volume. Surtout s’il faut encore s’enfiler quelques centaines de pages dans ce deuxième volume avant de commencer à avoir droit aux révélations. :p

    • Ce que je peux comprendre si tu as déjà pas accroché au premier tome. Après je parle bien entendu de « grosses révélations » où il faut attendre, il y a quand même des réponses sur des sujets secondaires tout du long.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :