Elfes et Assassins – Anthologie 2013 des Imaginales dirigée par Sylvie Miller & Lionel Davoust

elfes et assassinsRésumé : Les elfes sont beaux, puissants, séducteurs ; ou bien sombres, dominateurs et effrayants… Dans l’ombre, les assassins se montrent froids, méthodiques, grisés par la chasse, mais ils sont parfois fragiles, rongés par le doute, ou encore poussés par une cause qui les dépasse. À travers toutes les nuances de la fantasy, médiévale, héroïque, urbaine voire post-apocalyptique, découvrez leurs aventures et leurs mystères, de la tragédie à l’humour, de l’épique à l’émotion – entrez dans la danse des Elfes et Assassins !

Edition : Mnémos

 

Mon Avis : Depuis quelques années maintenant je me laisse tenter, tous les ans, par l’anthologie du festival Les Imaginales. Chaque année, selon un thème précis, l’anthologie nous propose différentes nouvelles qui offrent souvent une variété de possibilité et je dois dire que je n’ai jamais été réellement déçu. J’avais donc hâte de voir ce que Elfes et Assassins allait bien pouvoir nous proposer. Comme d’habitude cette lecture a été réalisée en mini LC avec Snow, mais aussi une nouvelle collègue de lecture Mariejuliet. Une mini LC vraiment agréable où tous les textes ont pu être discutés à fond.

La Dernière Affaire de Sagamor de Pierre Bordage. Cette nouvelle ouvre l’anthologie et j’avoue je l’ai trouvé terriblement classique, un maitre assassin qui a un contrat sur une elfe. Une histoire simple, écrite efficacement, mais qui clairement se révèle linéaire et sans véritable surprise. J’avoue que je suis resté un peu sur ma fin même si finalement, en tant que mise en bouche introductive, elle pose clairement le sujet.

La Seconde Mort de Lucius Van Casper de Raphaël Albert. Je dois dire que j’ai retrouvé avec plaisir Sylvio et ce Panam Stempunk fascinant avec ce texte vraiment intéressant que j’ai trouvé efficace et à la narration épistolaire intéressante. On suit l’histoire d’un homme à la recherche de son frère qui a terriblement changé. Alors, bien sûr la nouvelle en soit est un ton en dessous des romans, mais une nouvelle agréable avec tout de même son lot de surprises.

La Légende d’à Peu Près Punahikka de Nathalie Legendre. L’auteur nous livre une nouvelle ici agréable qui nous est raconté par la voix un conteur à son élève et qui offre une lutte entre un Elfe et un Assassin pour un bien encore plus précieux. Un affrontement efficace, qui ne manque pas de mordant, traité de façon légère et efficace et où il n’est pas toujours facile de détermine le bon camp, mais dont l’auteur, sur la fin, en fait un peu trop avec les surprises, ce qui est un peu dommage.

Le Sourire de Louise de Anne Duguël. Comme à son habitude l’auteur (aussi connue sous le pseudo Gudule) nous offre une histoire vraiment frissonnante, qui monte lentement en tension au fil des pages tel un cauchemar dont on aurait du mal à quitter pour notre plus grand plaisir. Une histoire vraiment efficace et passionnante qui se révèle sans temps morts, pleine de surprises et de rebondissements. L’auteur arrive toujours aussi bien à transformer efficacement et de façon passionnante pour tous les amoureux du genre, une histoire idyllique en cauchemar.

Le Sentiment du Fer de Jean-Philippe Jaworski. Avec ce texte on reconnait très vite la patte de l’auteur qui nous offre un texte toujours aussi travaillé sur la langue et la forme et qui nous présente un assassin qui se retrouve balancé au milieu de complots et de guerres. Mais voilà je n’ai pas réussi complètement à rentrer dans l’histoire, trouvant par moment la narration longue, je ne sais pas trop pourquoi. De plus le lien entre l’elfe et l’assassin reste très ténu. Une nouvelle sympathique tout de même, mais j’attendais mieux, même si on retrouve avec plaisir certains passages fascinant et truculents comme ce dialogue en argot entre deux personnages.

Du Rififi Entre les Oreilles de Anne Fakhouri. Sûrement l’un des meilleurs textes de cette anthologie selon moi. Un texte qui nous plonge dans les années 30, au temps de la prohibition et où les faes et les humains sont en trêve. Une histoire vraiment passionnante, avec son lot de surprises et de rebondissements, mais surtout pleine d’humour avec des personnages fascinants et un neveu de parrain de la mafia vraiment pittoresque  et passionné de psychologie ce qui va amener une nouvelle image au crime pleine de cynisme et de fantaisie. C’est drôle, efficace, entrainant et surprenant,  que demander de plus

La Nature de l’Exécuteur de Rachel Tanner. J’avoue je n’ai pas du tout accroché à ce texte, déjà le contexte reste classique, une demi-elfe qui travaille pour les services secrets et doit assassiner un elfe, qui plus est de sa famille. Mais là où ça bloque c’est que le texte en lui-même se révèle très politique, reprenant l’affaire de l’aéroport de Notre Dame des Landes comme fond et l’auteur cherche plus à asséner son message politique qu’à faire réfléchir, ce qui a le dont de toujours me bloquer. De plus l’auteur tombe quand même trop dans la facilité et aussi quelques absences d’explications. Dommage.

Libera Me de Fabien Clavel. J’avoue je sors un peu circonspect de cette nouvelle, c’est bien écrit, c’est sombre, c’est violent, mais voilà j’ai eu l’impression qu’il me manquait certaines clés pour vraiment apprécier cette œuvre. Je me suis senti frustré de ne pas tout comprendre, un peu comme s’il me manquait une pièce du puzzle. Pourtant, le personnage paraît intéressant à travers cette quête à travers une sorte d’abîme.

Eschatologie du Vampire de Jeanne-A Débats. Ce texte fait partie de mes textes préférés de cette anthologie, j’ai retrouvé avec plaisir Navarre de Métaphysique du Vampire qui vient nous présenter une vision complètement délirante, pleine d’humour et de cynisme des elfes. L’auteur nous livre une histoire enlevée, entrainante sur fond d’apocalypse maya et d’antéchrist, le tout toujours aussi bien porté par une plume vive, efficace, entrainante et pleine d’ironie. La situation va vite dégénérée et nous offrir son lot de surprises pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Elverwhere de Xavier Mauméjean. J’ai eu un peu de mal à entrer dans les premières pages de ce texte, mais finalement une fois happé j’ai passé un très bon moment. Une nouvelle qui nous offre une histoire de complots, de double voir triple jeu où les elfes ont dominé les humains à la façon troisième guerre mondiale. Le tout repose rapidement sur le personnage personnel qui se révèle énigmatique et va rapidement offrir son lot de surprises.

Sans Douleur de Fabrice Colin. Voilà une nouvelle originale sur le point de vue des elfes et qui offre aussi des axes de réflexions sur la maladie et l’oubli. J’ai trouvé le texte agréable à lire, mais pas non plus des plus transcendants, un texte agréable avec quelques surprises et rebondissements malgré des fois la présence de détails qu’on ne comprend pas toujours bien.

J’irai à la Clairière de David Bry. J’avoue que sur le fond ce texte avait un fort potentiel, l’auteur jouant sur l’opposition entre la religion qui cherche à s’imposer et les mondes féeriques, mais je n’ai jamais réussi à rentrer pleinement dans l’histoire. L’auteur nous offre des axes d’histoire comme la comptine ou encore la mère du héros dont on ne comprend pas bien l’utilité, alors qu’ils paraissent importants et la fin m’a paru mal amenée et surtout trop brusque, comme si l’auteur n’avait pas réussi à mettre totalement en avant ce qu’il voulait.

Grise Neige de Johan Heliot. Voilà un texte étrange, une nouvelle qui cherche à jouer avec le lecteur, avec le côté fantasy pour offrir une chute vraiment surprenante et qui ramène à la réalité. Mais voilà je n’ai jamais vraiment pu complètement rentrer dans cette nouvelle, surtout du point de vue émotionnel. Je ne sais pas trop pourquoi, ça vient peut-être de moi.

 

J’avoue je me sens légèrement frustré par cette anthologie qui, sans être mauvaise et ayant des textes vraiment passionnants, m’a paru être un ton en dessous que celle de l’année dernière. Peut être que le sujet m’a aussi moins touché, je ne sais pas trop. Ça reste tout de même une anthologie intéressante et accessible qui permettra à ceux qui veulent se lancer en Nouvelles de Fantasy de découvrir des textes variés et aux autres offrira une lecture sympathique avec tout de même quelques perles à découvrir. Par contre, je me pose la question du sujet qui sera choisi l’année prochaine.

En Résumé : J’ai passé un moment de lecture sympathique avec cette anthologie des Imaginales, mais, j’avoue, je l’ai tout de même trouver un ton en dessous que celle de l’année dernière, ce qui m’a un peu frustré. Ça n’empêche pas cette anthologie d’avoir de très bons textes mais certains se révèlent anecdotiques voir ne m’ont pas accrochés. Dommage. Peut être cela vient du sujet aussi. Je lirai quand même avec plaisir celle de l’année prochaine.

Ma Note : 7/10

Retrouvez la chronique de mes compagnes de LC : Snow, Mariejuliet

 

chalenge

Challenge JLNN 7ème lecture

Précédent

La Mort du Melkine – Olivier Paquet

Suivant

Cornes – Joe Hill

  1. Ah je pensais que tu avais plus apprécié la nouvelle de Jaworski. Je lirais aussi avec plaisir l’anthologie de l’année prochaine 😀

    • Je l’ai apprécié mais en comparaison de ce qu’à fait l’auteur je suis légèrement en deçà de mes attentes. D’ailleurs je sais pas trop pourquoi. Oui à l’année prochaine 🙂

  2. On the PAL ! (et JLNN tiens)

  3. Je ne me suis jamais laissé tenter par une anthologie, j’ai toujours peur d’être déçue même si les thèmes me plaisent souvent beaucoup.

    • Ça dépend toujours de ce que tu recherches dans un anthologie. Celles des Imaginales sont quand même accessible mais après les affinités dépendent au finale de chaque textes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :