Feuillets de Cuivre – Fabien Clavel

feuillets de cuivreRésumé : Paris, 1872. On retrouve dans une ruelle sombre le cadavre atrocement mutilé d’une prostituée, premier d’une longue série de meurtres aux résonances ésotériques. Enquêteur atypique, à l’âme mutilée par son passé et au corps d’obèse, l’inspecteur Ragon n’a pour seule arme contre ces crimes que sa sagacité et sa gargantuesque culture littéraire.

Edition : ActuSF

 

Mon Avis : De l’auteur j’ai lu il y a quelques mois ses écrits côté zombies que sont L’Evangile Cannibale (ma chronique ici) et Métro Z (ma chronique ), qui m’avaient offerts de bons moments de lectures, efficaces et entrainants. Par conséquent quand j’ai vu que l’auteur se lançait dans un livre Steampunk, j’étais sûr qu’il terminerait sa course dans ma PAL, surtout que le résumé avait ce je ne sais quoi de vraiment accrocheur. Il faut aussi avouer que rien qu’à sa couverture, illustrée par Ammo, que je trouve magnifique, je me serai penché sur ce bouquin. Il est aussi à noter le superbe travail d’édition mené par ActuSF, qui nous offre un livre vraiment superbe avec couverture rigide et des illustrations intérieures qui viennent enrichir l’objet en lui-même, ainsi qu’une préface et une postface vraiment intéressantes.

Ces Feuillets de Cuivre nous propose ainsi de suivre, à travers plusieurs intrigues différentes, le quotidien de Ragon, policier, qui va enquêter sur plusieurs crimes et délits dans un Paris fin du 19ème siècle qui diffère légèrement du nôtre. L’auteur a décidé ainsi de s’inspirer, d’une certaine façon, des feuilletons policiers d’époque, un peu à la Sherlock Holmes ou encore à la Auguste Dupin, où notre héros se repose en grande partie sur ces capacités intellectuelles, et plus précisément ici sur son amour de la lecture, car toute intrigue est finalement un livre et quand ce n’est pas le cas elle ne mérite même pas d’être traitée, pour faire la lumière sur les mystères qu’il découvre. Et il faut bien avouer que l’ensemble marche vraiment bien, pour peu qu’on apprécie ce genre d’enquêtes. On se laisse ainsi facilement emporter par les différentes intrigues que construit l’auteur et par la façon dont le héros va devoir, par la force de son esprit principalement, reconstruire le puzzle et les résoudre. Certes on est loin du Thriller effréné et frénétique, l’auteur cherchant plus à construire ses récits de façon posé, jouant plus sur la manipulation et le jeu que sur l’action, mais cela n’empêche pas l’ensemble de se révéler fluide, prenant, entraînant et efficace.

Surtout que la construction proposée par  Fabien Clavel en deux parties se révèle vraiment fascinante dans sa construction et son évolution, avec une première qui servira, on va dire, à poser le personnage et l’univers, offrant différentes intrigues qui paraissent déconnectées les unes des autres, puis une seconde partie qui vient apporter un « ennemi » à notre policier et surtout vient aussi lier, d’une certaine façon, l’ensemble des nouvelles, renouvelant alors l’intérêt du lecteur qui se retrouve ainsi encore un peu plus happé par les aventures de Ragon, mais surtout par les questions qui sont alors soulevées et leurs réponses. Alors certes les premières nouvelles m’ont paru se résoudre parfois un peu trop rapidement et certaines intrigues complexes m’ont paru manquer de pages pour être vraiment bien développés, mais franchement rien de non plus bloquant tant j’ai trouvé l’ensemble réussi et soigné.

L’univers steampunk que construit l’auteur au fil des pages se révèle vraiment passionnant, évitant clairement le côté flamboyant et imposant pour offrir quelque chose de plus ténu, de plus discret, mais de bien présent que le lecteur reconnait au détour d’expressions, de machines rencontrées, d’éther, voir même de magie croisée et qu’il s’amuse alors à chercher, à traquer, à dévoiler au fur et à mesure qu’avancent les nouvelles. On plonge ainsi avec grand plaisir dans ce Paris où l’Histoire que l’on connait se mélange avec cet aspect « étranger », différent voir fantastique qui apporte un cachet supplémentaire et donne clairement envie d’en apprendre plus. Surtout que l’auteur rend l’ensemble encore plus crédible et réaliste en y faisant intervenir, parfois de façon détourné, des personnages connus que ce soit aussi bien des chercheurs, des artistes et mêmes des écrivains. D’ailleurs l’écriture, les romans, possèdent une grande importance dans ce livre que ce soit par l’amour du héros pour la lecture qui en devient obsessionnelle, mais aussi dans sa façon de résoudre les enquêtes, elle se révèlera même plus ou moins au centre du fil rouge. On sent ainsi toute la passion que porte l’auteur pour la littérature, la mettant clairement en avant, devenant alors d’une certaine façon un personnage du récit, soulevant par conséquent de nombreux questions et de nombreuses réflexions. L’ambiance présente tout du long se révèle sombre, légèrement angoissante, sanglante ce qui, je trouve, apporte une touche supplémentaire à cet univers et lui va comme un gant. En tout cas un univers qui donne envie d’être retrouvé.

Concernant les personnages, le héros principal qu’est le policier Ragon se révèle très rapidement attachant et passionnant à suivre et à découvrir, se dévoilant lentement, montrant forces et faiblesses. En effet au fil des pages on aperçoit un héros qui possède des blessures liées à la guerre, qui se réfugie dans la littérature pour, d’une certain façon, oublier la vie et qui va même se servir de cette littérature pour guider sa vie. Un personnage aux valeurs fortes, humaines, mais qui pourtant d’une certaine possède des zones d’ombres qui vont se dévoiler au fil des pages. Ragon fascine aussi par son esprit, sa capacité d’analyse, lui qui est une personne du peuple, devenu simple policier, qui va très vite se démarquer, évoluant au fil des pages vers un personnage de plus en plus solitaire, qui se démarque par son physique imposant, se trouve rejeté, mais qui pourtant ne manque ni de charisme, ni d’intelligence. Les personnages qui gravitent autour de lui ne manquent pas non plus d’attrait, même si je dois bien avouer, certains auraient peut-être mérités un peu plus de développement, mais bon rien de bien méchant. Dans tous les cas l’auteur nous propose ici une galerie de personnages des plus attrayante et captivante, qui évolue au fil des intrigues et des années.

La plume de l’auteur se révèle soignée, fluide et entrainante, collant parfaitement bien à l’époque fin du 19ème siècle, début du 20ème et qui, sans jamais tomber dans l’esbroufe ou l’explosif, happe rapidement le lecteur pour ne plus le lâcher. On sent au fil des pages que l’auteur aime les mots et le montre sans non plus se révéler lourd. Au final ce Feuillets de Cuivre s’est révélé être une très bonne lecture, à travers ses différentes nouvelles qui surprend par sa construction entre recueil et roman. Je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre qui nous propose plusieurs nouvelles des aventures de Ragon policier qui va enquêter sur différents crimes. L’ensemble se révèle ainsi captivant, entrainant et, comme le montre la postface, une construction un peu à la série TV avec une première partie de nouvelles qui viennent poser le personnage et l’univers puis un fil rouge qui se dessine et redéfinit l’ensemble pour surprendre et encore plus happer le lecteur. Alors certes, certaines nouvelles m’ont paru trop courtes et d’autres manqué de pages pour vraiment bien poser leurs histoires, mais franchement rien de non plus trop bloquant ou dérangeant. L’univers steampunk construit par l’auteur se révèle léger, qu’on découvre par à coup au fil des découvertes de l’auteur, mais qui attise la curiosité du lecteur et le pousse à vouloir en apprendre et a en découvrir plus, le tout mâtiné d’une ambiance sombre qui apporte un vrai plus. On sent aussi que l’auteur aime la littérature que ce soit à travers les références comme son utilisation limite en tant que personnage de l’intrigue. Concernant les personnages, Ragon se révèle un héros vraiment fascinant à suivre et attachant et les personnages qui gravitent autour de lui ne manquent pas d’attraits, même si certains auraient mérité un peu plus de développement à mon goût. Rien de non plus bloquant. La plume de l’auteur s’avère soignée, fluide, entrainante et collant parfaitement à cette époque fin 19ème, début 20ème siècle. Au final un recueil surprenant et prenant, je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Lorhkan, Doris, Dionysos (Bibliocosme), …

CRAAA

Challenge CRAAA 4ème lecture

Partager

6 Responses to Feuillets de Cuivre – Fabien Clavel

  1. Une belle construction, un beau personnage, un bel univers, que demander de plus ? 😉

  2. J’en ai un arrivé dans mes bacs cette semaine …

    Il me tentait beaucoup … J’hésitais …. Je pense que je ne vais pas hésiter longtemps ^^

    A bientôt 🙂

  3. Il me fait trop envie celui-là !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *