Jardin D’Hiver – Olivier Paquet

jardin d'hiverRésumé : Dans le contexte du réchauffement climatique, un conflit est né en Europe entre des ingénieurs réunis sous la bannière du Consortium et des groupes écoterroristes de la Coop. Cette guerre dure depuis près de 20 ans, suite à un incident appelé « le crime du siècle ». Chaque camp a développé ses propres armes : des animaux-robots pour les ingénieurs, des plantes mécanisées pour les écologistes.
La Tchaïka, que pilote Natalia, abrite une bande de cosaques qui récupèrent des pièces détachées après les combats et dont la philosophie se résume à cette maxime : « Nous sommes des contrebandiers, des gens qui refusent d’appartenir à un camp au nom de notre choix d’emmerder le monde. »
Un soir, sur un champ de bataille, ils tombent sur un inconnu amnésique au comportement étrange. Cette découverte leur fera traverser l’Europe à la recherche du passé de l’homme qu’ils ont accueilli et des germes du futur.

Edition : L’Atalante

 

Mon Avis : Pour ceux qui suivent ce blog, ils savent qu’Olivier Paquet fait parti des auteurs dont je suis les sorties littéraires avec attention. En effet ces précédents romans m’ont toujours fait passer de bons moments de lecture, offrant des récits intelligents, poétiques et efficaces. C’est donc sans surprise que, quand son dernier roman a été publié, ait rejoint rapidement ma PAL avec l’envie de découvrir ce qu’il allait bien pouvoir offrir. A noter aussi la couverture, illustrée par Aurélien Police, que je trouve franchement magnifique.

On se retrouve ainsi avec ce roman, plongé dans un futur incertain pour l’Europe, où une guerre fait rage entre ce qui pourrait être considéré comme le clan des ingénieurs et le clan des écologistes. Chaque parti a ainsi développé des armes de plus en plus meurtrières et destructrices, pourtant le conflit s’enlise. On suit ici des contrebandiers, « chasseurs » de pièces détachées, qui vont recueillir un jeune homme amnésique. Cette rencontre va alors amener son lot de bouleversement, voir même modifier le conflit. Une fois la dernière page tournée, je dois bien avouer que j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre. L’auteur nous propose ainsi un roman d’aventures qui, dès le premier chapitre, a réussi me happer, offrant ainsi un récit vivant, sans véritable temps mort, énergique. Entre rebondissement, retournements de situations et surprises, le rythme du récit s’avère efficace et entrainant et je me suis retrouvé à tourner les pages avec plaisir et envie d’en apprendre plus concernant cette intrigue complexe, dense et pleine de manipulations. Il arrive aussi, entre des phases plus nerveuses, à poser efficacement son récit et ses réflexions. Alors après on pourrait reprocher certaines coïncidences un peu faciles et certaines péripéties traitées rapidement qui, certes, maintiennent un rythme tendu, mais sont parfois légèrement simples, mais bon, franchement, rien de non plus trop dérangeant tant je me suis laissé porté par cette intrigue percutante, entraînante, mais aussi intelligente et travaillée.

L’univers construit tout le long du récit m’a clairement paru intéressant et prenant, mais surtout m’a paru franchement immersif. On découvre ainsi une Europe déchirée, en pleine guerre destructrice, qui est franchement crédible, logique que ce soit dans son aspect politique comme dans sa géographie qui a changé suite au réchauffement climatique. L’auteur a aussi fait évoluer les villes, dans leurs architectures et leurs constructions. L’ensemble se révèle ainsi cohérent et ne manque pas non plus de résonner avec notre société actuelle. L’aspect politique ne manque pas non plus d’attrait, que ce soit d’un point de vue globale avec cette guerre entre les deux factions, comme dans les jeux et les trahisons de chacun. On pourrait reprocher que les deux camps, ingénieurs et écolo, rendent l’ensemble un peu binaire, mais il arrive à insérer assez de nuances dans chaque camp pour éviter d’avoir un tel ressenti. Aucun des deux camps n’est ainsi blanc ou noir, ils sont capables tous les deux du pire. De plus le Sanctuaire, même si pas aussi imposant que les deux autres factions, joue un peu le rôle de contre-poids.

Attention ce roman n’est nullement un roman politique, cette guerre repose sur des grandes idées concrètes, mais qui restent un peu abstraites vu que l’intérêt du roman est plus d’en montrer l’absurdité et surtout de suivre les aventures des héros. Mais là où j’ai le plus accroché à l’univers c’est, j’avoue, dans les nombreuses technologies qui sont dévoilées au fil des pages. L’imagination de l’auteur, foisonnante, nous présente de nombreuses idées captivantes qu’il arrive à lier de façon efficace les unes avec les autres. Que ce soit les daemons, les IA ou encore les plantes intelligentes, l’ensemble est plus que convaincant. Il y a aussi un petit côté « manga », que je ne dévoilerai pas, qui ressort de cet univers, qui pourrait certes en bloquer peut-être certains, mais qui, je trouve, apporte un plus à l’ensemble. Au final un univers qui donne clairement envie d’en apprendre plus.

L’autre point intéressant du roman vient des idées que soulève le récit. Principalement dans cette idée de vouloir remettre la technologie en avant, de ne pas vouloir tomber dans une sorte de diabolisation de celle-ci comme on peut le voir régulièrement. Il nous rappelle ainsi clairement que, du point de vue de la nature comme des inventions, ce sont les Hommes qui s’en servent qui les pervertissent souvent. Par contre je ne sais pas si c’est souhaité, mais j’ai trouvé qu’Olivier Paquet prenait le contre-pied d’Asimov dans sa vision, ne mettant pas en place de loi à ses machines et en offrant une explication intéressante. Il y a ainsi une vraie notion de fond sur ce sujet qui, sans nous être imposé, s’avère pertinente, nous montrant qu’on peut vivre avec la technologie si elle est réfléchie. L’auteur ne s’arrête pas là, il développe aussi des réflexions sur la façon dont on traite la planète, qu’on la transforme selon nos désirs sans aucune réflexion. Mais aussi sur la morale de nos actes, sur notre rapport avec les autres ou encore avec la nature, mais aussi sur l’avenir. Enfin il nous offre aussi un travail intéressant sur ce qui nous définit, notre identité, principalement à travers les deux héros, personnages perdus dans ce qu’on a fait d’eux, leurs rêves, leurs attentes. Ils se cherchent, ils évoluent, ils mentent aux autres et même à eux mêmes, et vont devoir trouver une place. Au final un travail de fond intéressant qui, certes parfois, s’offre quelques facilités, mais ne manque pas d’intérêt et m’ont fait réfléchir.

Concernant les personnages, ils sont très intéressants à découvrir et à suivre. ils sont humains, possédant leurs forces et leurs faiblesses, loin de tout manichéisme. Je me suis ainsi rapidement attaché au couple Laurée et Innocent qui, dans leur façon d’avancer, d’évoluer et de voir le monde, m’ont touchés. On se retrouve avec deux héros efficaces, complexes, soignés, que ce soit dans leurs côtés sombres, comme dans leurs côtés clairs. Au fil de leurs évolutions une véritable alchimie se dégage d’eux. Les personnages des contrebandiers ne sont pas en reste, on y retrouve un peu cette idée de « pirates » plein de gouaille, charismatiques, qui ne veulent pas prendre de camp, ne cherchent qu’à vivre libre, sans entraves et j’avoue cela fonctionne bien. Concernant les autres protagonistes, ils ne manquent pas non plus d’attrait, apportant ce qu’il faut à l’intrigue tout en se révélant soigné,. Je regretterai peut-être juste que le père de Laurée soit si peu présent, devenant ainsi un peu trop l’image « d’épouvantail », mais rien de bien dérangeant.

Alors après, je regretterai peut-être que certains rebondissements, certaines coïncidences, voir certaines évolutions, paraissent un peu trop faciles, ou que la solution arrive un peu trop rapidement. Certains liens entre les personnages paraissent aussi un peu précipités parfois. Enfin, j’avoue, j’aurai aimé que certains points soient plus développés, mais franchement rien de non plus dérangeant ou bloquant, tant j’ai été facilement emporté par le récit du début à la fin offrant aussi une conclusion efficace, explosive et intéressante. La plume de l’auteur est toujours aussi soignée, poétique, efficace, entraînante nous plongeant facilement dans son intrigue et son univers. En tout cas je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman qui nous plonge en plein milieu d’un conflit dans une Europe futuriste entre la faction des Ingénieurs et celles des Ecologistes. L’intrigue se révèle percutante, soignée, dense, proposant de nombreux rebondissements et de nombreuses surprises tout en évitant de tomber dans le binaire, offrant de nombreuses nuances dans sa politique et ses personnages. L’univers est captivant à découvrir que, ce soit à travers sa technologie à l’imagination foisonnante comme dans son contexte géo-politique mais aussi géographique. Les personnages ne manquent pas d’intérêts, se révélant complexes et humains. Je me suis rapidement attaché aux deux héros principaux dans leurs évolutions comme dans leurs questionnements. Un des points forts du récit vient des réflexions que soulève l’auteur que ce soit sur la dédiabolisation des machines, sur la technologie, la nature, l’environnement l’identité ou encore sur l’avenir. Alors après j’ai trouvé que certains rebondissements, certaines évolutions paraissent un peu trop faciles ou que la solution apparaissent un peu vite. Certains liens entre les personnages paraissent un peu rapides et j’avoue j’aurais aimé que certains aspects soient plus développés, mais franchement rien de dérangeant tant j’ai été emporté. La plume de l’auteur est soignée, poétique, entrainante et je lirai sans soucis d’autres de ses écrits.

 

Ma Note : 8/10

Précédent

Récits en meute ! (1)

Suivant

Eschatôn – Alex Nikolavitch

  1. Rose

    Je ne connaissais pas Olivier Paquet, mais vu ton billet, je vais m’y intéresser !

  2. Je ne connais pas non plus cet auteur.
    Je lis peu de SF (un genre qu’il faudrait que je mette plus à l’honneur d’ailleurs), plus parce que je n’ai pas de titres sous la main ou d’idées de quoi lire.

    Je note donc bien volontiers celui-ci. Le thème et l’histoire ont l’air pas mal.

    • Après si tu cherches des conseils je peux toujours essayer de t’aiguiller.
      En tout cas si tu lis ce livre j’espère qu’il te plaira autant qu’à moi.

  3. Ce livre me fait de l’oeil depuis quelques semaines, ta chronique va me faire dépenser de l’argent. Ce sera l’occasion pour moi de découvrir un nouvel auteur.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :