La Mort du Temps – Aurélie Wellenstein

Résumé : Un séisme temporel a dévasté la Terre, massacrant une large partie de la population et mélangeant les époques entre elles. Callista se retrouve seule survivante dans un Paris ravagé où s’amalgament deux mille ans d’architecture. Tous ses repères chamboulés, la jeune fille n’a plus qu’un espoir : retrouver en vie sa meilleure amie, restée dans l’Est de la France. Callista part à pied pour un long périple, talonnée par la monstrueuse réplique du séisme qui semble la suivre pour l’anéantir. Si elle s’arrête, si elle ralentit, le cataclysme la dévorera. Au côté d’étranges compagnons, issus de siècles différents, elle va tout faire pour échapper au chaos.

Edition : Scrinéo

 

Mon Avis : Depuis quelques années maintenant, et ma découverte du récit Le Roi des Fauves de l’auteur, je me laisse facilement tenter par les nouveaux romans d’Aurélie Wellenstein. Il faut dire que pour l’instant j’ai toujours passé de bons moments de lecture avec les précédents romans de l’auteur, offrant des récits plutôt sombres, efficaces, percutants et bien porté par des personnages intéressants et entraînants. Il était donc logique que je reparte des dernières Imaginales avec son tout dernier livre dans ma PAL. Concernant la couverture, illustrée par Benjamin Carrée, je la trouve très sympathique et qui colle plutôt bien au récit.

On se retrouve ainsi ici à suivre Callista qui se réveille dans un hôpital suite à un incident dont elle ne se souvient pas vraiment. Son père, présent à son réveil, n’a pas le temps de lui expliquer la situation qu’un grand flash et un énorme séisme surviennent et commencent à détruire la ville de Paris. Cette catastrophe va aussi provoquer d’étranges phénomènes incompréhensible liés au temps. Callista, une des rares survivantes, va alors se lancer dans un long périple pour survivre et tenter de retrouver sa meilleure amie. Je dois bien admettre qu’une fois encore l’auteur a réussie à me happer assez facilement et rapidement dans son récit, avec une intrigue qui se révèle plus qu’efficace et qui offre aussi un certain nombre de surprises et de révélations terriblement efficaces. Le démarrage, haletant, maîtrisé, offrant de nombreux rebondissements, fait aussi qu’on se retrouve rapidement happé par ce récit. On en vient ainsi à tourner les pages facilement et rapidement, avec l’envie d’en apprendre plus sur les mystères au coeur de ce livre.

Le gros point fort du récit vient de ce que construit l’auteur d’un point de vue  de l’univers et principalement de son côté fantastique/SF. Principalement dans les nombreuses questions qu’il soulève, mais aussi dans l’aspect plut émotionnel et philosophique que l’histoire développe à travers les rencontres que fait Callista. On plonge clairement dans un récit où la survie est primordiale, où les relations sont loin d’être idylliques et qui ne tombe jamais dans une sorte de « guimauve » qu’on retrouve parfois dans d’autres romans et qui m’a toujours étonné quand on sait que le seul but et de sauver sa peau. On découvre donc un univers cohérent, âpre avec cette touche de SF étrange qui apporte un plus. L’auteur nous propose toujours aussi cette ambiance assez sombre, plutôt sauvage, violente, qui colle parfaitement à ses récits et offre un côté que je trouve plus réaliste au récit.

La thématique sur les animaux est aussi présente, en parallèle avec l’homme, sauf que contrairement au Roi des Fauves qui se servait de l’Homme/Animal comme réflexion sur la sauvagerie qui se tapie en chacun d’entre nous, ici elle amène plus une réflexion, certes parfois un peu simpliste mais efficace, sur la différence et l’acceptation des autres. On y retrouve aussi d’autres réflexions intéressantes et bien amenées que ce soit sur la perte d’un être cher, les conséquences que cela peut avoir ou bien encore sur la notion de morale et de choix. Le travail historique et architectural de l’auteur est cohérent, même si je suis loin de pouvoir le juger, mais en tout cas il colle très bien à l’ambiance et à l’histoire. Le dernier tiers du roman prend une tournure complètement différente et réussie, avec un message sous-jacent plus mystique qui ne manque pas non plus d’attrait, mais dont je ne dirai rien pour éviter de trop en révéler et de vous gâcher la conclusion.

Concernant les personnages, ils s’avèrent eux aussi intéressants à suivre et à découvrir, principalement l’héroïne qui va rapidement se retrouver perdue dans ce monde en pleine apocalypse étrange et surprenante. Son évolution au fil des pages, ne manque pas de toucher, de marquer le lecteur devant les choix qu’elle va devoir faire et les conséquences que cela va avoir. On se retrouve ainsi avec une héroïne qui se révèle dense et soignée, humaine, ce qui fait, je trouve, qu’on s’attache ainsi rapidement à elle et que, même si on peut remettre en cause ce qu’elle fait, on la comprend. Elle porte ainsi efficacement le récit, que ce soit dans son combat pour survivre et avancer, comme à travers les nombreux mystères et réflexions qui vont se révéler autour d’elle. Ce qui est toujours un peu dommage avec un personnage principal qui prend une telle place et qui marque, c’est que les personnages secondaires se retrouvent un peu effacés. Alors, rien de non plus trop dérangeant, cela n’empêche pas par exemple Rolland de se révéler intéressant à découvrir, ou bien encore Emma qui ne manque pas non plus d’attrait, se révélant humaine, mais voilà ils paraissent quand même un peu éclipsés.

Mon seul regret concernant ce roman vient d’un léger ralentissement qui se ressent au milieu du récit. Autant le premier tiers nous happe s’avérant incisif, sans temps morts avec de nombreux rebondissements et de mystères, le dernier tiers captive par ses révélations et la tournure inattendu et efficace que prend le récit, autant le milieu m’a paru par moment un peu tourner en rond. Cela se ressent surtout, je trouve, au niveau de la construction des péripéties qui reposaient un peu sur le même type de construction, avec une péripétie qui est souvent résolue en un voir deux chapitres maximum avant d’en proposer une nouvelle. Alors ce n’est en rien gênant, et ne gâche pas franchement la qualité du roman, mais se ressent tout de même un peu. J’ai aussi trouvé une ou deux facilités ici ou là, mais là, clairement, rien de très gênant de ce point de vue là. Au final, j’ai de nouveau passé un bon moment de lecture avec ce nouveau roman de l’auteur qui offre en plus un final percutant et surprenant, le tout porté par une plume efficace, entraînante et qui a réussi à me happer dès la première page. Je lirai sans soucis et avec plaisir d’autres de ses écrits.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman qui nous propose un récit efficace avec son lot de surprises. On est happé dès la première page par un rythme percutant et sans temps morts qui fait qu’on se retrouve à tourner les pages avec plaisir et envie d’en apprendre plus. L’univers  ainsi que les notions de science-fiction présentées ne manquent pas d’attraits, offrant leurs lots de révélations et quelques originalités. On plonge ainsi dans un monde où la survie est au centre des préoccupations, où nos héros vont devoir tout donner pour avancer. L’ambiance sombre, violente colle parfaitement au récit et se révèle réaliste. Le personnage principal de Callista s’avère très intéressant à suivre et à découvrir, principalement dans la façon dont elle évolue et les choix qu’elle se retrouve à devoir faire. On s’attache ainsi assez facilement à elle, l’auteur nous offrant une héroïne touchante et charismatique. Ce qui est un peu dommage c’est qu’elle s’impose tellement qu’elle en éclipse un peu les personnages secondaires même si rien de trop gênant. Je regretterai par contre un certain coup de mou dans le milieu du livre, une impression de tourner un peu en rond dans la construction des péripéties. Rien de bien dérangeant tant le dernier tiers compense, s’avérant marquant et surprenant offrant une conclusion plus que réussie, mais cela se ressent quand même un peu. La plume est fluide, entraînante et efficace et je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

 

Ma Note : 7,5/10

 

Autres avis : Dup (Book en Stock), Le Comptoir de l’Ecureuil, Boudicca (Bibliocosme), Saiwhisper, …

Partager

One Response to La Mort du Temps – Aurélie Wellenstein

  1. Pingback: La mort du temps | Le Bibliocosme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *