L’Armée des Veilleurs Tome 1, Les Frontières Liquides – Jérôme Nédélec

Résumé : À la toute fin du IXe siècle, Vikings et Bretons se font face de part et d’autre du fleuve.
Deux peuples, deux armées, deux soldats, deux hommes, prêts à s’affronter dans un déferlement de métal et de feu. Mais pour quoi au juste ? Pour un surcroît de richesses ? La possession d’un territoire ? La fidélité à un chef ? Ou parce qu’il n’y a pas d’autre choix ?
Alors que les armes s’aiguisent, que les stratégies s’élaborent, que les peurs s’exacerbent, l’esprit d’une petite fille dotée de pouvoirs mystérieux vole au-dessus du champ de bataille et s’insinue dans l’âme des belligérants, tentant de dessiner un destin différent de celui qu’espèrent les guerriers.

Edition : Stéphane Batigne

 

Mon Avis : Alors, je vais vous faire un aveu, j’ai du mal à répondre à mes mails liés au blog, principalement pour tout ce qui concerne proposition de SP et autres, cela pour plusieurs raisons. La première vient que je manque clairement de temps, la seconde est que la moitié des SP qu’on me propose ne correspondent pas, mais alors pas du tout à mes habitudes de lectures (et même si je reste ouvert à toute découverte, les romances passionnées et fougueuses ne sont clairement pas mon genre), enfin j’avoue que devant ma PAL en pleine explosion, il m’est difficile de tout lire donc je pèse le pour et le contre avant d’en rajouter. Pourtant j’ai décidé de laisser une chance à ce roman car, il faut dire aussi, que j’avais déjà lu un texte de l’auteur dans l’anthologie des ImaJn’ère Star Ouest, qui m’avait offert un très bon moment de lecture (ma chronique ici). Par conséquent je ne partais pas complètement à l’inconnu et je voulais savoir comme l’auteur allait s’en sortir avec le format roman, surtout que le résumé se révélait intriguant. Concernant la couverture, j’avoue elle me laisse perplexe, elle a du mal à complètement m’accrocher.

Il s’agit ici d’un roman historique, légèrement teinté de fantastique, qui nous plonge en plein 9 ème siècle. Les Bretons et les Vikings, rejeté des côtes saxonnes, sont en guerre. Une grande bataille approche entre les deux camps qui pourrait redéfinir complètement l’Histoire de la région. Les deux armées se préparent, les fortifications sont en cours d’installation, la bataille s’annonce sauvage. Alors autant le dire tout de suite, tout ne m’a pas paru parfait dans ce roman, on sent clairement qu’il s’agit ici d’un premier roman et quelques points m’ont laissé perplexe. Pour autant, cela ne m’a pas empêché de trouver ce récit divertissant et sympathique à découvrir, proposant un récit dans l’ensemble efficace et qui se lit assez facilement et rapidement. Le récit, certes classique, entre deux camps qui vont en découdre, s’avère bien construit offrant son lot de surprises et de rebondissements et montant en tension efficacement au fil des pages jusqu’au final qui ne va pas manquer de se révéler explosif. L’intérêt du récit vient aussi de la double narration où, d’un côté l’on suit un breton et de l’autre un viking et qui s’avère efficace. Cela permet d’offrir une construction plus dense et plus intéressante du récit, évitant ainsi un certain manichéisme. L’auteur évite aussi de tomber dans l’alignement de scènes de batailles et d’actions, alternant ainsi plutôt efficacement entre des scènes de combats, de tactiques voir des scènes plus intimistes ou explicatives. Cela offre ainsi une certaine densité et une diversité bienvenue dans la construction du récit ce qui joue forcément sur l’intérêt que j’y ai porté.

On est ainsi, ici, dans un récit historique avec en toile de fond la Bretagne du 9 ème siècle. J’avoue ne pas trop connaitre cette période, mais on sent que l’auteur, lui, a effectué de nombreuses recherches et parait passionné par cette époque, ce qui rend l’ensemble très solide, cohérent, captivant et plutôt efficace. On découvre ainsi deux peuples qu’on pourrait croire complètement opposés, mais qui finalement quand on les découvre ne sont pas si différents que cela. On suit ainsi des Bretons qui reposent sur un système carré, reposant sur des strates sociales où chacun a sa place bien défini le tout sous le regard de dieu, le christianisme s’étant déjà fortement implanté dans la région. De l’auteur côté on a les vikings qui paraissent plus libres, dont le pouvoir ne repose pas sur un système défini, mais sur la loi du plus fort, mais qui sont pour autant loin d’être les barbares païens qu’imaginent les Bretons surtout qu’ils sont en train de se rassembler. On décèle ainsi deux visions du pouvoir différentes, l’une reposant ainsi sur une certaine hiérarchie là où l’autre repose plus sur ce qu’on pourrait considérer la loi du plus fort, mais très vite on va se rendre compte que c’est plus complexe que l’on croit. Chaque camp à ainsi ses luttes de pouvoir, ses quêtes de gloire, mais aussi ses trahisons et ses mensonges. C’est finalement ce côté humain qui rend l’univers intéressant, évitant ainsi le côté un peu binaire qu’aurait pu amener ce genre de batailles. L’aspect fantastique que vient apporter l’auteur est intrigant et, même si je trouve qu’il joue un peu trop sur le mystère, offre un plus à l’ensemble. L’aspect militaire et lié aux fortifications ne manque pas non plus d’attrait, offrant aussi des batailles percutantes et vives, même si un ou deux point m’ont paru un peu faciles. Enfin, le dernier point intéressant c’est le travail de l’auteur sur les lieux croisés et visités, on a ainsi clairement l’impression de voyager dans cette région hostile, de la découvrir.

En ce qui concerne les personnages, pour ma part, il y a du bon et du moins bon. J’ai ainsi beaucoup apprécié les deux narrateurs, le breton qui est second de sa troupe, cynique à souhait, qui ne manque pas pour autant d’avoir peur devant la guerre qui arrive, mais qui va tout faire pour lutter et du côté du viking un guerrier vieillissant, demi-frêre du chef, qui essaie d’oublier dans l’alcool, qui espère qu’il s’agit ici d’une des dernières batailles et va enfin pouvoir vivre en paix. Au fil des pages on découvre ainsi des personnages humains, qui ne manquent pas de complexité et d’intérêt dans leurs quêtes leurs envies et leurs peurs. Des héros humains, pour lesquels on s’attache finalement assez facilement. Autour d’eux gravitent de nombreux personnages secondaires qui, là, m’ont plus ou moins touché. J’ai ainsi bien apprécié le moine venu aider à la fortification du gué qui offre un protagoniste intéressant, un minimum soigné et qui ne manque pas de profondeur. Luern m’a paru intéressant au départ avant de disparaitre peu à peu du récit pour n’être plus qu’un faire-valoir, ce qui m’a paru dommage. Côté vikings j’ai trouvé la troupe qui suit le personnage principal intéressante, se coulant parfaitement dans ce que construit l’auteur, même si j’aurai aimé que des personnages comme Seidh soient encore un peu plus poussé, mais là rien de très bloquant. Je reste par contre un peu circonspect concernant l’histoire d’amour, qui m’a paru un peu facile et ne pas apporter obligatoirement grand-chose au récit, ainsi que la petite fille qui m’a paru un peu mal amenée et de façon un peu brusque.

Franchement si vous cherchez un roman de guerre avec une montée en tension, offrant quelques batailles épiques et qui soit un minimum travaillé, ce livre pourrait se révéler intéressant à découvrir. Maintenant j’ai trouvé que tout n’était pas non plus parfait pour autant et par moment on sent clairement le premier roman. Cela se voit dans le rythme du récit qui, par moment au milieu du livre, baisse un peu à travers quelques longueurs. Les dialogues peuvent être à la fois vifs, percutants et plein d’humour, mais parfois ils m’ont paru trop étiré, donnant une impression de remplissage cherchant à vouloir apporter des blocs d’informations, oubliant que parfois il vaut mieux montrer que se servir de dialogues à rallonges. Certains transitions m’ont aussi paru mal construite, comme par exemple ce qui se passe entre les deux frères qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe ou encore la trahison qui m’a paru facilement devinable. Enfin, même si dans l’ensemble j’ai bien apprécié le côté fantastique, j’ai trouvé qu’il offrait par moment quelques facilités frustrantes. Cela ne m’a pas empêché pour autant de passer un agréable moment de lecture avec ce roman qui s’avère divertissant, bien porté par une plume simple, efficace et entraînante avec une petite dose d’humour bienvenue. Je me laisserai tenter, je pense, par la suite.

En Résumé : Au final j’ai passé un sympathique moment de lecture avec ce roman qui, certes n’est pas parfait, mais offre un récit de guerre historique solide, entraînant et offrant quelques batailles épiques. L’intrigue, entre ses deux camps qui se préparent à la bataille, ne manque pas de se révéler solide, efficace et monte en tension au fil des pages ce qui fait qu’on se laisse un minimum porter avec l’envie d’en apprendre plus. La toile de fond de la Bretagne au 9 ème siècle est un des points fort, je trouve, du récit. On sent que l’auteur est passionné par cette période de l’Histoire et qu’il la retranscrit de façon réussie dans son récit, nous proposant aussi deux camps qui sont loin de tomber dans le manichéismes, s’avérant plus complexes qu’on le croit. Jérôme Nédélec nous offre aussi un joli dépaysement avec des lieux qui donnent envie d’être découverts. Concernant les personnages autant certains, comme les deux héros principaux ou encore le moinde, m’ont paru attachants et intéressants à suivre et à découvrir, autant j’ai été un peu frustré par certains comme Luern qui s’efface un peu, Arganthaël qui apporte une romance qui, je trouve n’apporte pas grand-chose au récit ou bien encore la petite fille. Après je regretterai aussi une petite baisse de tension vers le milieu du récit, quelques facilités ici ou là, des dialogues qui parfois en font trop et aussi un aspect fantastique qui offre quelques simplicité. Alors rien de non plus complètement bloquant, je me suis laissé tout de même captivé par ce récit qui se lit facilement et m’a offert un agréable moment, le tout porté par une plume simple et efficace. Je pense  que je me laisserai tenter par la suite.

 

Ma Note : 6,5/10

 

Autres avis : Ours Inculte, Samuel Ziterman, …

Précédent

Tout au Milieu du Monde – Julien Bétan & Mathieu Rivero & Melchior Ascaride

Suivant

The Ballad of Black Tom – Victor Lavalle

  1. Oui, un premier roman qui m’a bien plu. J’aurai bien vu un Luern plus développé aussi, mais comme c’est un double récit, c’est OK pour moi.
    J’attends la suite que je me ferai un plaisir de lire. 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre