Les Quinze Premières Vies d’Harry August – Claire North

Résumé : Harry August se retrouve sur son lit de mort. Une fois de plus. Chaque fois qu’Harry décède, il naît de nouveau, au lieu et à la date exacts auxquels il est venu au monde la première fois, possédant tous les souvenirs des vies qu’il a déjà vécues. Peu importent ses actions ou ses choix, le processus est toujours le même. Harry ne sait comment ni pourquoi, seulement qu’il en existe d’autres comme lui. Alors qu’arrive la fin de sa onzième vie, une petite fille apparaît à son chevet. « J’ai bien failli vous rater, Docteur August, dit-elle. Je dois vous transmettre un message, passé d’enfant à adulte, d’enfant à adulte, à travers des générations depuis mille ans dans le futur. Le voici : Le monde se meurt, et nous ne pouvons rien y faire. À vous de jouer. »
Voici l’incroyable histoire d’Harry August, de ce qu’il a fait, de ce qu’il va faire, et comment il va essayer de sauver un passé qu’il ne peut changer, et un futur qu’il ne peut accepter.

Edition : Audible

 

Mon Avis : Enfin converti aux livres audio, me permettant de « lire » à des moments où c’est compliqué d’avoir un livre en main, j’ai cette fois décidé de me laisser tenter par le récit sur Harrry August dont j’avais entendu de nombreux échos positifs. A la base je me lançais dans ce récit en me disant que c’était aussi, par la même occasion, une découverte de l’autrice dont je pensais n’avoir encore rien lu. Sauf que voilà, après une recherche sur Wikipedia, en plein milieu de ma lecture, je me suis rendu compte que j’avais déjà lu des romans de l’autrice. En effet Claire North est un pseudonyme pour Catherine Webb qui a aussi écrit la série Matthew Swift sous le pseudonyme Kate Griffin, dont j’ai lu le premier tome paru chez Eclipse avant que la maison d’édition disparaisse. Je songeais d’ailleurs justement me relancer prochaine dans ce cycle, mais je digresse. Concernant la narration de l’audiobook, je suis un peu mitigé, autant je ne renie pas l’enthousiasme du lecteur, autant par moment les fautes et les soucis de liaisons m’ont donné l’impression d’un enregistrement fait trop vite. Mais bon rien de trop bloquant non plus, ayant terminé le livre sans soucis, ni envie de tout abandonner faute à la narration.

Ce roman nous fait ainsi découvrir Harry August, immortel à sa façon, puisque dès qu’il meurt il revient au début de sa vie et recommence à nouveau, un peu comme une boucle. Sauf que voilà, cette fois sur son lit de mort, une jeune fille vient lui annoncer que la fin du monde se rapproche. Quelqu’un a décidé de modifier le cours du temps malgré les règles mises en place et Harry va alors tout tenter pour changer cela. Je dois bien admettre que j’ai passé un bon moment de lecture avec ce récit. Oh, tout n’est pas non plus parfait, mais il a su parfaitement me divertir, proposant un récit entraînant, efficace, vif et percutant. L’intrigue peut paraitre assez classique finalement, avec cette idée de fin du monde à arrêter, mais cela n’empêche pas pour autant l’autrice de proposer quelque chose de solide et de maîtrisé. Elle arrive ainsi à trouver une sorte d’équilibre entre phases d’enquêtes, phases plus intimistes, phases d’explications et phases plus nerveuses ce qui a fait que je me suis retrouve à vouloir en apprendre plus et à tourner les pages avec plaisir. Il faut dire, c’est vrai, que ce n’est pas obligatoirement l’intrigue qui fascine le plus, la fin étant finalement facilement devinable, mais plus la façon dont Claire North mène son récit avec énergie et principalement l’univers dans lequel elle le place. Surtout elle prend le temps de construire son monde et son récit, ce qui pourra en déranger certains qui aiment quand tout va très vite, mais qui pour ma part a ajouté de l’intérêt à ma découverte.

Déjà, pour moi, le gros point fort de ce récit vient clairement du narrateur : Harry August. En effet j’ai rapidement été happé par l’histoire de ce héros au destin atypique puisqu’à chaque fois qu’il meurt il revient au début de sa vie. Cela aurait quand même le don, à force, de rendre fous les gens. C’est d’ailleurs, pour moi, ce qui m’a captivé, la façon dont Claire North traite son personnage, évitant de trop se concentrer simplement sur sa trame d’enquête, mais d’offrir une vision plus large de son héros et de le construire. Que ce soit à travers ses quêtes personnelles, ses émotions, sa vie, son besoin de réponse, on découvre un héros complexe, loin d’être parfait et qui continue à se chercher et à chercher des réponses sur lui, le monde, les autres, l’existence, malgré ses nombreuses vies. Surtout l’autrice le fait sans jamais nous imposer son point de vue, avec petite touche, évitant de tomber dans la lourdeur ou le côté mystique. Pour moi c’est ainsi la densité du personnage qui joue un très grand rôle dans l’intérêt du récit, s’il ne nous accroche pas alors il y a des grandes chances de ne pas accrocher au livre. J’ai d’une certaine façon été ainsi touché par le destin d’Harry. D’habitude, quand un narrateur s’impose autant dans un récit, il est parfois difficile de s’imposer à côté, pour autant le roman arrive quand même à dégager deux ou trois autres protagonistes. Que ce soit la quête de Vincent qu’on comprend d’une certaine façon, que ce soit Akinley qui apporte l’insouciance de l’immortalité et ses doutes ou bien encore Charity, ils arrivent quand même à se détacher, même si c’est vrai parfois c’est difficile et certains ont du mal à exister comme par exemple Jenny qui aurait pu offrir plus à mon avis. L’ensemble est aussi porté par des dialogues que j’ai trouvé souvent incisifs et qui ne manquent pas de vivacité et d’humour.

Concernant l’univers je dois bien admettre que son idée de départ complètement barré m’a clairement accroché. Imaginez revivre sa vie indéfiniment avec tout ce que cela implique et apporte comme questions est clairement original et intrigant. Il y a d’ailleurs, je trouve, un petit côté Doctor Who dans l’idée de base de l’univers et dans la façon dont l’autrice s’en sert, cette petite touche de folie et de vivacité qui s’en dégage. Alors après attention Il faut accepter cette idée telle qu’elle est, aucune explication véritablement scientifique sur cette habilité ne sera proposée et c’est tant mieux, je trouve, tant Claire North aurait pu se perdre et finalement rendre clivant cet aspect. Ne pas savoir permet ainsi à chacun de se faire sa propre idée. Ensuite la façon dont elle traite la notion de temporalité ne manque pas non plus d’attrait, dans l’ensemble notre héros revit continuellement la « même » vie, seul lui et les autres Orobouros comme lui changent de voies, et pourtant l’ensemble des variations que cela peut amener est intéressant. L’autre point intéressant vient de la façon dont elle gère aussi, finalement, cette quasi-impossibilité de mourir. Car, si notre héros est immortel, où est la tension dans son enquête ? Hors elle propose pour autant quelques idées très efficaces que je vous laisse découvrir pour ne pas spoiler. Il y a aussi quelques réflexions intéressantes qui sont soulevées que ce soit sur l’idée de ce qu’on referait si on revenait dans le passé, ce qu’on souhaiterait changer, améliorer mais aussi dans cette vision des Orbouros qui finalement présentent ainsi une certaine condescendance vis-à-vis des linéaires (nous donc), mais aussi bien entendu sur l’impact de nos choix dans nos vies ou bien encore sur l’importance de nos actes. Au final une idée qui peut paraitre simple, et qui demande clairement au lecteur d’y adhérer sans trop se poser de questions, mais qui est bien traité et s’avère percutante.

Alors après, le roman est fun, captivant, assez barré et plein d’émotions, mais il possède aussi quelques défauts qui se font parfois ressentir. Le premier vient clairement du fait que le récit est « bavard », très bavard, voir trop même . L’autrice offre ainsi de nombreuses digressions qui sont parfois très intéressantes dans la construction du héros, de sa moralité et de sa philosophie de vie, mais qui parfois tombent clairement dans le remplissage et, pour moi, n’apportent pas toujours au récit. Franchement on aurait pu retirer une cinquantaine de pages sans que cela gêne le récit et le rendre peut-être même encore plus prenant. Ensuite, une ou deux facilités apparaissent ici ou là, mais de ce point de vue là rien de clairement bloquant. Enfin je parlerai du Deus Ex Machina, que vous trouverez sans que je l’explique pour ne pas spoiler, qui pour m’ part ne m’a pas dérangé plus que cela car je l’ai trouvé plutôt bien amené et, je trouve, d’une certaine logique, mais qui pourra peut-être en déranger certains. Au final une chouette découverte que ce roman, qui se révèle entrainant, tendu et efficace, le tout porté par une plume vive, simple et captivante. Je lirai sans soucis d’autres écrits de l’autrice sous son nouveau pseudonyme (et son ancien aussi, mais c’était déjà prévu).

En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture à la découverte de ce roman qui propose, je trouve, un récit vif, entraînant et efficace. La grande force du récit vient clairement du personnage d’Harry August et surtout de la façon dont l’autrice le construit, ne se consacrant pas que sur son enquête, mais proposant un héros dense, complexe et d’une certaine façon attachant dans sa quête, ses questionnements, ses envies et ses faiblesses. Les personnages secondaires ne manquent pas non plus d’attraits, certains se détachant clairement, même si c’est vrai d’autres manquent quand même de profondeur là où ils auraient pu offrir plus. Concernant l’univers que construit le roman, je trouve que cette idée de ne jamais mourir en revivant à chaque fois sa vie, est intéressante et s’avère traité, je trouve, de façon solide et intéressante. Il y a, pour moi, un petit côté Docteur Who dans la construction de l’univers, se révélant vivante et percutante. Alors après, tout n’est pas non plus parfaite pour autant, je regretterai par moment un récit quand même trop bavard ainsi qu’une ou deux facilités ici ou là. Il y a aussi un Deus Ex Machina qui pourrait en déranger certains, mais qui pour ma part m’a paru bien amené. La plume de Claire North est simple, entraînante et efficace et je lirai avec plaisir d’autre de ses écrits.

 

Ma Note : 7 ,5/10

 

Autres avis :

Précédent

The Innsmouth Legacy Book 1, Winter Tide – Ruthanna Emrys

Suivant

L’Enfer du Troll – Jean-Claude Dunyach

  1. Belle critique =)
    Je suis du même avis, aussi bien sur le remplissage (même si ça ne m’a tant dérangé que ça au final) que le reste.

    Le seul point qui m’a un peu dérangé c’est leur histoire de miroir quantique qui m’a semblé vraiment tiré par les cheveux et pas crédible sur le plan scientifique. Bon après j’ai fini par l’accepter et peut être que je me plante vraiment et que c’est une des théories actuelles niveau scientifique mais pour la coup la ça n’a pas vraiment marché avec moi xD

    • Ah le fameux miroir quantique, pour moi par rapport à mes connaissances, non il n’est pas vraiment crédible. Maintenant elle repose sur des idées (largement romancé par l’autrice) qui sont étudiés par la physique quantique si je ne me trompe pas sur la notion de temps non figé. J’avoue ça fait bien longtemps que je ne me suis plus trop pensé sur des articles scientifiques.

      Maintenant après de mon côté je l’ai surtout pris comme métaphore de « science sans conscience » mais évitant de mettre en avant un scientifique qui inventerait une arme destructrice, mais plus un scientifique qui a une idée pas mauvaise, mais qui se fout des conséquences.

  2. Ah contente que tu l’aies lu ! J’avais passé un bon moment aussi, même si oui, il faut accepter le postulat de base sans trop chercher le pourquoi (ce qui ne m’a pas dérangée non plus). J’ai tellement de fois pensé à « et si je retournais dans mon passé avec mes connaissances actuelles » que j’étais contente de lire un truc dans la même vague ^^

    • Ah content qu’il t’ait plu aussi. C’est vrai qu’il m’ait aussi arrivé plusieurs de me demander la même chose, bon pas au point de sauver le monde quand même ^^

  3. Cette lecture réalisée avec quelques fautes est tout de même chagrinante. Tout comme toi, j’ai aimé que l’autrice s’investisse sur le paradoxe temporel et la construction de son univers. C’est vrai qu’elle écrit avec énergie, j’ai passé un bon moment !

    • Oui ça fait obligatoirement tiqué le lecteur et c’est dommage de ne pas l’avoir refaite. Après je ne sais pas comment ça marche de créer un livre audio.

      Oui c’est vraiment ce côté entrainant et vif qui fait qu’on se laisse aussi porter par le récit. Content qu’il t’ait plu en tout cas.

  4. Si on y réfléchit le concept même de vivre plusieurs vies n’est pas crédible du départ, quelques soient les explications scientifiques ou non !
    Sinon, c’est un excellent roman que j’ai dévoré.

    • Ah mias de tute façon il n’y a pas a cherché, aucune des grosses idées de ce roman ne repose sur des concepts scientifiques avérés. Que ce soit le miroir quantique ou l’idée de recommencer sa vie après sa mort, tout repose sur l’imagination de l’auteur.
      Maintenant oui j’ai trouvé cela efficace et plus que divertissant.

  5. Depuis le temps que je veux le lire celui-là, il va bien falloir que je m’y mette un jour !

    • J’étais un peu dans le même cas que toi, c’est pour cela que je l’ai d’ailleurs aussi pris en audiobook qui me permet de lire des romans que je dois lire depuis bien longtemps.

  6. Ah ah ! je n’ai pas bien vu le côté « vif » du récit pour ma part, par contre « bavard » pas de problème ^^ le héros m’a également paru assez antipathique.
    J’ai abandonné à la moitié.

    • Après si on n’accroche pas du tout au narrateur c’est sur que ca va vite se révéler bloquant. Je comprends que tu sois passé à autre chose alors.

  7. Je l’avais découvert via le blog d’Acro. Fort tentant à mon goût, il a intégré ma PAL depuis un an et demi je pense 🙂 (la version poche)…. faut vraiment que je le lise. Ton avis est tentant aussi.
    Depuis qques temps, je me suis aussi mise (et j’apprécie) les livres audio (au début j’avais beaucoup de mal). Maintenant, c’est clair que si c’est « mal lu », ça peut être difficile.
    (En écoute actuellement, le tome 2 de la série Cormoran Strike de Robert Galbraith, et je kiffe! même si je préférais le lecteur du tome 1 -qui revient pour le tome 3).

    • C’est vrai que le narrateur va forcément jouer un grand rôle dans l’appréciation ou non d’un audiobook. Avec ce roman, pour moi le narrateur n’est pas mauvais, mais parfois il ne faut pas s’arrêter à la première prise surtout quand quelques fautes se font parfois entendre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :