L’Etrangère – Gardner Dozois

l'etrangereRésumé : La première fois que Joseph Farber vit Liraun Jé Genawen, il la trouva pleine de mystères. C’était durant l’Alàntene, « la Pâque du solstice d’hiver, l’Ouverture-des- Portes-de-Dûn » sur la planète Lisle. Pour l’extraterrestre, Farber bravera tous les interdits et tabous, jusqu’à se faire modifier génétiquement pour pouvoir s’unir à elle. Et pourtant, comme toutes les plus grandes histoires d’amour, leur idylle connaîtra une fin tragique…

Edition : ActuSF

 

Mon Avis : L’auteur, Gardner Dozois, je le connais plus comme anthologiste, dont je suis d’ailleurs en pleine lecture en VO de Dangerous Woman qu’il a dirigé avec son compère Georges R.R. Martin. Par contre en tant qu’auteur j’avoue ne quasiment rien avoir lu de lui. Il fallait donc remédier a cela avec ce court roman, considéré comme un classique de la science-fiction, dont j’ai souvent entendu parler régulièrement en bien. Concernant la couverture, illustrée par Jamy Van Zyl, je la trouve sobre et réussie.

Ce roman nous plonge ainsi dans un avenir où l’humanité, grâce à l’intervention d’une race extraterrestre, s’est vu offrir la possibilité de voyager dans l’espace. Sauf que voilà, elle va très vitre se rendre compte qu’elle n’est pas toujours appréciée des autres races aliens. Joseph Farber est un artiste un peu désabusé par la vie est envoyé sur Lisle et va faire une rencontre qui va le pousser plus loin qu’il n’a jamais été, l’amenant même à faire des « sacrifices » assez surprenants, mais tout cela aura des conséquences des plus surprenantes. Je me suis laissé assez facilement porté par ce roman, qui nous propose un récit que j’ai trouvé envoûtant et intelligent. L’ensemble repose ainsi sur un rythme lent, prenant, offrant une ambiance qui possède une certaine étrangeté, une certaine fascination dans les réflexions mais aussi dans ce que l’auteur développe tout autour. On se retrouve ainsi à tourner les pages avec plaisir et envie d’en apprendre plus, que ce soit sur les Cians, mais aussi sur les nombreuses conséquences que va apporter la relation de Farber avec Liraun. Ne vous attendez donc pas à quelque chose de nerveux ou de frénétique ce n’est sûrement pas le but de l’auteur. On est plus dans un roman découverte, posé, qui décrypte autant une civilisation inconnue que les conséquences de ses liens avec l’Homme. Il m’est par contre difficile de parler de l’intérêt du récit sans trop en dévoiler dans l’intrigue.

Ainsi le gros point fort, je trouve, du récit vient clairement de la présentation de toute cette population extra-terrestre, leurs propre coutumes, leur culture, leurs évolutions, leurs différences par rapport aux humains, leurs propres aspects politiques et jeux de pouvoirs. Il y a un vrai intérêt à découvrir tout cela, permettant à l’auteur de laisser court à son imagination tout en restant cohérent dans ce qu’il construit et met en avant. Surtout qu’il pousse les choses assez loin, proposant même un travail scientifique sur eux. On a ainsi l’impression d’être l’étranger du titre, plongé dans une région, un pays, une planète qu’on ne connait pas et qu’on découvre à travers les yeux du héros proposant ainsi quelque-chose d’étrange, de déroutant et pourtant fascinant tout en dévoilant une certaine beauté. On est aussi captivé par les relations qui se nouent entre les hommes et les Cians, à la fois arrogante par l’humanité qui ne cherche que le commerce et guindée du côté des alien qui considère la terre comme une sous-planète, moins avancée, obligée de se faire aider pour évoluer, ce qui n’est pas sans rappeler, je trouve, certains épisodes colonialistes et la façon dont on a pu traiter certaines régions, certains pays. On se met aussi à réfléchir sur les poids des traditions qui parfois bloquent une société. Au final un univers dense, complexe, qui ne peut se résumer en quelques mots mais qui donne envie d’en apprendre plus.

Autres points très intéressant dans le récit ce sont les idées qui sont soulevées au fil des pages et qui restent terriblement d’actualité. Que ce soit sur la notion d’amour, ce qui l’amène, le pousse à grandir que ce soit d’un point de vue chimique, émotionnel comme aussi par exemple d’un point de vue égoïste tant notre héros fait parfois ses choix plus en réponse aux réactions qu’il occasionne. Et pourtant cette relation dégage une véritable force. Un roman qui traite aussi finalement de la relation entre deux « personne » pas obligatoirement « compatibles » initialement selon telle ou telle idée, ce qui n’est pas sans rappeler certains évènement de notre société il n’y a pas si longtemps que cela, avec toutes les interférences qui savent toujours mieux que les concernés ce qui est bien pour eux. Enfin le dernier point qui me parait important soulevé par l’auteur vient de l’incompréhension. L’Etranger aux regards des autres, qu’on le devienne par nos actes ou qu’on le soit déjà initialement. Incompréhension à tous les niveaux, que ce soit entre nos deux héros malgré leur amour, mais aussi celle des Hommes ou des Cians face aux choix qu’ils ont faits. Comme si nos choix personnel ne reposait pas sur nous, mais devait répondre à certaines normes, certains codes. On se pose ainsi de nombreuses questions au fil des pages, mais surtout sans se sentir brusqué ou forcé, l’auteur nous présentant les choses de façon à ce que chacun développe ses propres réponses.

Les personnages développés par l’auteur ne manquent pas non plus d’attraits, que ce soit Jospeh ou bien Liraun à travers son regard, chacun d’entre eux se révèle complexe, dense et travaillé. Mais c’est surtout selon moi, même si ça reste personnel, sur l’aspect émotionnel que j’ai vraiment été porté par ces héros. Que ce soit dans leur moment de bonheur, comme dans leurs incompréhensions et leurs disputes, l’auteur arrive vraiment à faire ressortir quelque-chose qui ne laisse pas indifférent. C’est d’ailleurs leur relations, cette intensité qui s’en dégage et qui je trouve permet au message d’encore mieux passer auprès du lecteur. Après les personnages ne sont que là pour faire avancer l’intrigue et les réflexions, mais cela ne dérange nullement tant c’est assez bien amené. L’ensemble est aussi porté par une plume qui possède un côté poétique, et qui s’avère efficace, sensible et entraînante, nous plongeant assez facilement dans le récit.

Alors après j’avoue quelques points m’ont tout de même légèrement dérangé dans ma lecture, je pense principalement à un retournement de situation, vers le milieu du roman, qui m’a paru manqué de crédibilité et aussi de consistance scientifique réaliste à mon goût. Ensuite j’ai trouvé que certains passages traînaient peut-être un peu en longueur, principalement après le mariage du héros, mais là rien de bien méchant tant la suite corrige cela. Enfin le dernier point vient peut-être de la conclusion, assez devinable en amont, même si cela ne lui enlève pas son côté surprenant et assez percutant. Au final pas non plus de quoi gâcher ce récit qui m’a offert un très bon moment de lecture et dont je suis content de la découverte.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman qui nous offre une histoire portée par un rythme lent, envoûtant qui happe rapidement le lecteur et l’amène à réfléchir. La relation entre notre héros et Liraun, d’une race extra-terrestre, ainsi que les nombreuses questions que cela soulève que ce soit dans l’incompréhension, l’amour, le regard des autres ou encore les conséquences se révèlent franchement intéressants et pousse le lecteur à la réflexion, sans jamais se sentir forcé, trouvant ses propres réponses. L’univers mis en place au fil des pages est, selon moi, l’un des gros points forts du roman dans la découverte de ce monde complètement différent, de ces Cians avec leurs idées, leurs cultures, leur politique, leurs évolutions, leurs coutumes. Il y a un vrai travail d’imagination complexe et soigné qui se révèle cohérent et captivant, donnant envie d’en apprendre plus. Concernant les personnages ils s’avèrent soignés, denses et vraiment prenants, principalement dans leur relations que ce soit par la force de celles-ci comme de ses incompréhensions. Les personnages secondaires malgré leur manque de densité font avancer l’histoire de façon efficace. Je regretterai juste un retournement de situation qui m’a paru manqué de crédibilité, certains passages qui trainaient légèrement en longueur et une conclusion facilement devinable, même si cela ne lui enlève pas son côté surprenant. La plume de l’auteur s’avère poétique, efficace et entraînante. Une très bon moment de lecture que je suis content d’avoir découvert.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Lune, Stelphique, …

Précédent

Les Loups Chantants – Aurélie Wellenstein

Suivant

L’Âge des Ténèbres Tome 1, Mage de Guerre – Stephen Aryan

  1. Si l’univers est soigné ça ne peut que me plaire ! Je vais probablement le lire cet été celui-là.

    • Franchement je l’ai trouvé soigné oui, la culture des Cians a vraiment un côté fascinant dans sa complexité. J’espère qu’il te plaira en tout cas.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :