L’Evangile Cannibale – Fabien Clavel

l'evangile cannibaleRésumé : Aux Mûriers, l’ennui tue tout aussi sûrement que la vieillesse. Matt Cirois, 90 ans et des poussières, passe le temps qu’il lui reste à jouer les gâteux. Tout aurait pu continuer ainsi si Maglia, la doyenne de la maison de retraite, n’avait vu en rêve le fléau s’abattre sur le monde. Et quand, après quarante jours et quarante nuits de réclusion, les pensionnaires retrouvent la lumière et entrent en chaises roulantes dans un Paris dévasté, c’est pour s’apercevoir qu’ils sont devenus les proies de créatures encore moins vivantes qu’eux. Que la chasse commence…

Edition : Actu SF

 

Mon Avis : Comme depuis quelques années maintenant Plumeline s’est mis dans la tête, lors du festival des Imaginales, de me faire repartir avec un livre qu’elle a sélectionné avec son petit déambulateur ( 😀 ). Finalement cette année sous ses argumentations et recommandations je suis reparti avec deux livres dont cet Évangile Cannibale. Il faut aussi bien avouer qu’il ne pouvait que finir dans ma PAL, un mélange de zombies et de papys a le don de me questionner et je me demandais bien ce qu’allait pouvoir proposer l’auteur. À noter la couverture, illustrée par Diego Tripodi, qui se révèle sympathique et efficace.

Alors clairement ce livre ne révolutionnera pas le roman de zombies en général, nous proposant une infection qui parait lié à ce qu’il parait être un problème pharmaceutique et qui a amené le retour des morts-vivants. Non, là où l’auteur trouve l’originalité c’est plutôt dans la façon dont il présente les choses, pas de héros sur son cheval blanc, pas de sauveur baraqué, pas de groupe plein de vivacité, ici nos survivants sont tout simplement une bande de vieillard coincé dans une maison de retraite qui vont découvrir l’apocalypse. Imaginez alors des courses poursuite à 2 à l’heure entre un zombie qui se traine et un fauteuil roulant électrique, voilà l’idée qu’a trouvé l’auteur pour son récit et je dois bien avouer qu’elle accroche clairement se révélant efficace, percutante et surtout pleine de dérision.

L’auteur se met alors à construire son récit un peu en deux grandes parties avec une première qui pose l’histoire, les personnages et l’univers de cette maison de retraite, le tout de façon ironique, rempli d’humour noir et de cynisme, bien porté par les réparties incisives du narrateur et avec une petite dose de mystique. L’auteur manipule ici l’humour au Xème degré de façon captivante et on ne peut s’empêcher de sourire voir même de rire devant certains passages francs et sans concessions. Puis au fil des pages la tension commence à monter, nos héros quittent la maison de retraite pour rejoindre Paris et découvrir alors que les zombies ont pris le pouvoir, que la ville est cloisonnée. Ils se lancent alors dans une (lente) course-poursuite pour la survie qui se révèle sanglante, surprenante et terriblement efficace. On atteint d’ailleurs le paroxysme de l’horreur, de la folie et de l’angoisse suite à la rencontre avec Manon. On se rend compte alors que quel que soit l’âge des gens, quand la survie prime, que la folie apparait, alors le travail de groupe devient de plus en plus compliqué, chaotique et impossible. L’Homme est un loup pour l’Homme, même chez les anciens. Que ce soit la première ou la seconde partie j’ai été captivé du début à la fin par ce roman  sans temps morts, rempli de rebondissements le tout bien porté par un format assez court (un peu moins de 300 pages) proposant ainsi un rythme haletant.

Mais ce roman est aussi bien plus qu’un divertissement réussi et plein d’humour, il se révèle aussi intelligent, offrant de nombreux axes de réflexions comme par exemple sur la façon dont on traite nos anciens, le culte de la jeunesse et de la beauté, le consumérisme, la vie qu’on brûle par les deux bouts sans prendre le temps de se poser ou bien encore plus simplement la capacité de l’humanité à s’autodétruire. Un roman qui, une fois la dernière page tournée, s’est révélé beaucoup plus psychologique qu’il le laissait présager initialement. Alors certes l’ensemble cherche parfois un peu trop le percutant, balançant des idées sans complètement les développer et certains aspects manquent de complexité ou de densité, mais l’ensemble ne manque pas d’attrait et permet d’élever ce roman a plus qu’une simple histoire de survie.

L’une des grande réussite du roman vient aussi du narrateur, Matt Cirois, 90 ans en fauteuil roulant, qui au départ représente un peu le vieux râleur, jamais content et toujours à se plaindre, à insulter, mais un petit peu attachant par son côté bougon. Puis au fil des pages on se rend compte qu’il n’est finalement pas si fiable que cela, paranoïaque, la folie et le doute commencent alors à le prendre, mais aussi finalement à prendre le lecteur. Comment croire ce que raconte le héros quand il se met à raconter que n’importe qui conspire contre lui? qu’il se met à mentir? L’auteur arrive franchement à rendre ce personnage intéressant à suivre et à découvrir, on est loin de s’attacher à lui (sauf à aimer les personnages pourri jusqu’à la moelle) tant il se révèle cynique, salaud et psychopathe, mais il fascine clairement. Surtout il arrive à rendre cette folie palpable, angoissante et cohérente, montant lentement en tension au fil de la lecture.

 Le titre du livre n’est pas non plus anodin, l’auteur nous présente son récit comme un évangile, certes vicié au vu de ce que représente le narrateur, mais tout de même un évangile avec son messie et ses apôtres. D’ailleurs l’interview de l’auteur à la fin du roman permet aussi de découvrir énormément d’aspects que je n’avais pas obligatoirement vu dans la construction du roman. En tout cas le style se révèle efficace, jouant même parfois avec l’écriture ainsi qu’avec la vérité et le lecteur, pour mieux le surprendre. Au final un roman de zombies qui dépasse le simple divertissement mélangeant à la fois humour, sanglant et réflexion et qui m’a clairement donné envie de lire d’autres écrits de l’auteur. D’ailleurs je pense faire entrer Métro Z dans ma PAL, son roman jeunesse sur les zombies.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment avec ce roman qui, certes, ne révolutionnera pas l’idée des zombies, mais se révèle original par son contexte, offrant un groupe de vieillard en survivant. L’ensemble ne manque ni d’humour ni de cynisme et n’oublie pas pour autant d’offrir un aspect angoissant, sanglant et violent avec une tension qui monte lentement au fil des pages. Le narrateur, grand-père acariâtre et râleur possède un petit côté attachant au début, puis très vite on découvre qu’il ment, qu’il cache des choses, que la folie le guette et le rend de plus en plus salaud ce qui le rend, certes beaucoup moins attachant, mais intéressant à suivre tant l’auteur arrive à le rendre crédible. Cela force aussi le lecteur à toujours remettre en cause ce qu’il dit, à essayer de démêler le vrai du faux ce qui apporte un véritable plus. Ce roman se révèle aussi être plus qu’un simple divertissement, l’auteur nous offre de nombreux points de réflexions, certes parfois un peu simplistes, mais qui se révèlent efficaces. L’auteur s’offre aussi un véritable exercice de style dans sa façon de raconter l’histoire que ce soit dans la présentation tel un évangile ou encore dans sa façon de jouer avec le lecteur. Au final un assez court roman, clairement efficace et entrainant, qui me donne envie de lire d’autres romans de l’auteur.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Cornwall, boudicca, Sita, Tesrathilde, Nymeria, Radicale, Lune, etc…

 

zombies challenge

Précédent

Zombies Challenge!

Suivant

4 Ans, je deviens grand !

  1. Il est dans mon chevet, tu me donnes envie de l’en sortir. Je le pensais plus divertissant que tu ne le décrit !

    • Il est divertissant avec son humour et son rythme soutenu, mais après plus on avance plus l’auteur rentre plus dans un roman de survie. Il y a toujours de l’humour mais l’angoisse prends un peu le pas.

  2. Contente qu’il t’ait plu !

    T’es paré pour Métro Z ^^

  3. Je l’ai lu en début d’année, je suis novice en lectures zombiesques mais celui-ci a fait mouche. J’en suis sortie mi-révulsée par la dernière partie du livre, mi-conquise par la plume de l’auteur, dont je vais certainement lire d’autres choses au gré de mes trouvailles ! Je l’avais finalement prêté à un copain qui est fan de zombies et qui lui aussi avait beaucoup aimé.

    • C’est vrai qu’il reste assez violent, l’auteur n’oublie pas les lecteur qui aiment les romans de zombies avec des scènes bien dérangeantes et angoissantes. Moi personnellement ça ne m’a jamais dérangé.

  4. Autant ce roman ne me tentait pas du tout à sa sortie de peur que ce soit trop axé sur l’humour, autant ta critique me le montre sous un autre angle beaucoup plus positif. Vu que je suis aussi inscrite au challenge de Cornwall, cette lecture ne saurait (trop) tarder !

  5. C’est un livre que j’ai beaucoup aimé, par contre, la réaction de Matt face à Manon m’a retourné l’estomac. D’ordinaire, je lis ce genre de scène sans problème, mais l’âge de Matt m’a rendu la chose très pénible.

    • Oui c’est vrai qu’elle choque, mais je pense que c’est fait exprès, on se rend compte vraiment à ce moment que c’est l’apocalypse, l’horreur est là. De plus cela montre le pouvoir du héros sur les autres.

  6. Il est dans ma wishlist et ton avis s’accorde à mon envie : le découvrir ! (même s’il ne révolutionne pas l’univers des zombies)

    • Révolutionner l’univers du zombie devient aussi clairement compliqué, énormément de choses ont déjà été fait. Par contre un groupe de personnes âgés poursuivi par des zombies, tu vas voir, ça possède un côté fun.

      • Quatre ans plus tard… je l’ai enfin lu ! Je n’ai pas été séduite par le récit, ceci dit, je trouve l’idée de départ p’tits vieux VS zombies bien trouvée 🙂

  7. C’est vrai que clairement ce n’est pas une révolution, mais je me demande si c’est bien possible – en restant dans quelque chose qui tient la route, s’entend, pas comme la tentative foireuse de Warm Bodies d’Isaac Marion.
    Au final, je le vois un peu comme une révolution d’exploiter des ficelles scénaristiques usées et d’en faire quelque chose d’original en adaptant un point de vue différent 🙂 En tout cas, comme toi, je suis admirative de l’intelligence du récit, du ton et de la non fiabilité du héros, c’est un livre que je garderai très longtemps en tête !

    • Et très envie de lire Métro Z aussi, d’autant que j’ai cru comprendre qu’il proposait un point de vue différent sur les événements de L’Evangile Cannibale !

    • Je pense pas non plus qu’on révolutionner le genre, je dirai même qu’il est quasiment impossible de révolutionner un archétype qui est déjà très figé que ce soit zombies ou autres, maintenant comme tu le dis ce roman marque son lecteur et c’est là le principal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :