Neverwhere – Neil Gaiman

neverwhereRésumé : Dans une rue de Londres, un soir ordinaire, Richard trouve une jeune fille au sol, blessée. Il la prend dans ses bras, elle est d’une légèreté surprenante.
Le lendemain, tout dérape : sa fiancée le quitte, on ne le reconnaît pas, certains ne le voient même plus. Le monde à l’envers, en quelque sorte.
Car il semblerait que Londres ait un envers, la « ville d’En Bas », une cité souterraine où vit un peuple d’une autre époque, invisible pour le commun des mortels. Comme plus rien ne le retient « là-haut », Richard rejoint les profondeurs…

Edition : Au Diable Vauvert

 

Mon Avis : Je continue ma plongée dans l’écriture et l’univers de Neil Gaiman, après avoir chroniqué Odd  et les Géants de Glace puis L’Etrange Vie de Nobody Owens je me suis lancé dans la lecture de Neverwhere. Replonger à chaque fois dans un univers de Neil Gaiman est une expérience à part entière et pour le moment je ne l’ai jamais regretté. Je trouve la couverture, réalisée par Frédéric Perrin, vraiment jolie. A noter que Neverwhere fut tout d’abord écrit comme une série TV, diffusée sur la BBC, par l’auteur mais trouvant que ce qui passait à la TV ne correspondait pas à ce qu’il voulait vraiment il décida d’en faire un livre.

L’intrigue du livre a un faux air d’Alice aux Pays des Merveilles; Richard trouve une jeune fille blessée et décide de lui venir en aide. Mais voilà le lendemain il devient presque invisible, plus personne n’a l’air de le connaître et même de le voir. Il se rend compte alors qu’il existe deux Londres « La ville d’en Haut » et « La ville d’en Bas » et qu’en aidant la jeune fille il a rejoint le monde d’en bas. Pourtant malgré la ressemblance on se laisse emporter par l’histoire dans ce mélange d’univers ou les lois sont si différentes. Les rebondissements sont nombreux et très bien amenés et maîtrisés. L’intrigue est palpitante et envoûtante. Je me suis tellement laissé emporter que j’ai fini ce livre en une journée.

L’univers crée par Neil Gaiman est vraiment un univers magique, sombre et original. Je dois dire que je ne verrai plus jamais Londres de la même façon et que j’ai même envie de revisiter la ville, surtout ses lignes de métro. L’auteur a su crée un monde « d’en bas » sombre, effrayant et même crasseux mais aussi coloré, magique et féerique empli de mystère qui le rende fascinant et attirant. Un univers complètement décalé et pourtant totalement attachant. Ce monde, malgré les choses qui peuvent arriver, est empli de poésies et de charmes qui le rendent attrayant et c’est là une des grandes forces du livre.

Les personnages sont hauts en couleur, denses, rempli de fougue, authentique et attachants. Chaque personnage ayant sa palette de personnalité allant du dandy, snob et ironique du marquis de Carabas, le banal, naïf et empoté Richard mais aussi les cruels et sombre tueurs Croup et Vandemar. Chaque personnage a ses propres ressentiments et émotions, sa propre histoire qui le rend unique et totalement passionnant. Alors bien sur quelque fois on a envie de secouer le héros, mais ça fait parti de son caractère ce qui le rend encore plus attachant je trouve.

L’écriture de Neil Gaiman est toujours aussi magique, dense et emprunt de poésie faisant vivre et ressentir avec ses phrases son univers onirique et empli de magie. Mais en plus dans ce roman l’auteur y ajoute un humour et un cynisme rendant cet histoire encore plus rafraîchissante et dédramatisant ainsi certaines des situations. L’écriture est vraiment un point fort de ce livre. L’auteur arrive à mélanger fantasy, humour et aventure pour créer cette histoire prenante, surprenante et fascinante.

Si j’avais un reproche à faire à ce livre ce serait que quelques passage donnent plus l’impression d’une écriture visuelle pour la TV. Rien de dérangeant bien au contraire, le livre est tellement passionnant, bien ficelé dans son intrigue et attachant qu’on ne le remarque même pas. J’ai entendu dire qu’il existait une BD de Neverwhere, je me laisserai peut être tenté. En tout cas je vais
continuer ma découverte de la bibliographie de l’auteur.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce livre que j’ai fini en une journée. Une intrigue bien mené, palpitante  avec un univers original, sombre et féerique, des personnages sensibles, attachants et hauts en couleurs le tout porté par une plume superbe et emprunt de poésie.

 

Ma Note : 9/10

Précédent

Sous Des Cieux Etrangers – Lucius Shepard

Suivant

Shift Volume1 – Ange & Henri Loevenbruck

  1. Mon Neil Gaiman préféré pour le moment. Je suis contente que tu aies aimé (^-^)

  2. C’est vrai que Neverwhere est bien le seul livre qui donne envie de prendre le métro londonien ! J’ai moi aussi passé un excellent moment en le lisant, Gaiman reste un des plus grands raconteurs
    d’histoires que je connaisse.
    Alors, le prochain ? American Gods peut-être ?

  3. De bons présages est drôle et loufoque, alors qu’American Gods est plutôt sérieux et mystique. J’ai aimé les deux, à toi de voir de quelle humeur tu es au moment du choix 😉

  4. Ah, Neverwhere est effectivement un excellent bouquin 🙂 J’en garde un très bon souvenir !

  5. Je crois que je vais craquer pour un autre Neil Gaiman…Bonne lecture !
    😉

  6. Je le note ! Ce sera le prochain Gaiman alors 😉 Merci !

  7. J’aime bien ce que j’ai lu de Gaiman pour l’instant mais j’adore pas non plus.. j’sais pas trop pourquoi, ces univers ne m’embarquent pas totalement, même si ça m’intéresse et que la lecture reste
    agréable.
    J’ai aussi De bons présage dans ma PAL ^^ On pourra se faire une mini LC si tu veux à l’occasion 🙂
    Neverwhere j’attends encore un peu.. que le rat orange de ma couverture arrête de me dissuader 😛

  8. Je suis d’accord avec toi pour la plume de Gaiman mais je n’ai pas été pour autant emportée par l’histoire à mon grand regret…

  9. « Univers onirique et empli de magie », tu m’otes les mots de la bouche ! Comme toi, j’ai été conquise ! J’essayerai peut-être ses livres jeunesse. J’ai également noté Stardust et American Gods dans
    ma lal pour une prochaine lecture de l’auteur !

  10. it's over

    Pour moi qui ne lit pas souvent, j’en dois etre a mon 15 eme livre peut etre, j’avais peur de m’aventurer dans un roman de 500 pages. Mais la couverture et le titre m’interpellait tellement, que
    j’en ai lu le resumé et m’etais dit, de toute facon s’il me plait pas au bout de 20 pages je referme, et finalement j’en suis presque a la fin en 1 semaine et demi. ce livre je le trouve geant. et
    j’ai hate de lire la fin

  11. j’ai l’impression d’être passée à côté de l’histoire, pourtant le pitch me plaisait beaucoup 🙁

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :