Que Passe l’Hiver – David Bry

Résumé : Stig vient d’avoir vingt ans, l’âge de porter une épée et de se rendre — enfin ! — sur le Wegg, l’étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d’hiver ne se déroule pas comme il l’avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire.
Menacé sans qu’il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l’ombre des festivités, protéger ceux qu’il aime… et même survivre.
Y parviendra-t-il ?

Edition : L’Homme sans Nom

 

Mon Avis : Ce livre, il a terminé sa course dans ma PAL un peu sur un coup de tête je dois bien admettre. En effet, lors du festival Les Futuriales de 2017 j’avais été captivé par sa couverture, illustrée par Simon Goinard, qui est, je trouve, franchement superbe. Je me suis rapidement retrouver à feuilleter ce livre, mais aussi à discuter avec l’auteur qui, en plus de proposer un résumé intéressant, m’a convaincu de le faire entrer dans ma bibliothèque. Alors après, comme souvent avec ma PAL de plus en plus incontrôlable, il m’a fallu un moment avant de lui laisser une chance, mais j’ai décidé il y a peu de le découvrir.

Ce roman nous fait découvrir et suivre Stig, jeune homme de 20 ans, qui a enfin acquis le droit de participer à son premier solstice d’hiver. Cette célébration n’a rien d’anodin, elle existe depuis des générations et des générations et veut que chaque clan vienne tous les ans sur le Wegg y renouveler son serment et son allégeance au roi de la Clairière. Sauf que cette année le premier Solstice d’Hiver de Stig risque de ne pas être une fête comme il l’espérait, la mort et le pouvoir venant y prendre place. Au final je partais un peu à l’aveuglette avec ce livre, ne sachant pas trop à quoi exactement m’attendre, mais je dois bien admettre que j’ai passé un très bon moment de lecture. L’auteur nous offre un récit de Fantasy qui, certes dans les grandes lignes parait assez classique, mais qui gagne peu à peu en densité, en intérêt et gagne ainsi au fil des pages un aspect Tragédie qui, je trouve, vient clairement apporter un plus à l’ensemble. J’ai été ainsi rapidement captivé par le destin de Stig, les nombreux évènements auxquels il va devoir faire face, tournant les pages avec l’envie d’en apprendre plus et de savoir ce qui va lui arriver. L’ensemble est ainsi conté sur un rythme maîtrisé, plutôt lent, qui prend le temps de bien poser l’univers, les personnages et ainsi offrir quelque chose de complexe, qui s’enchevêtre comme les fils du destin pour mieux tenter de surprendre le lecteur. Attention, pour autant lent ne veut pas dire ennuyeux, l’auteur offrant de nombreuses révélations et de nombreux rebondissements avec aussi quelques scènes percutantes.

Le gros point fort du récit vient clairement, selon moi, de son univers. L’auteur construit ainsi quelque chose de fascinant, d’envoûtant, de passionnant à découvrir, mais pas tant dans sa toile de fond, qui est assez conventionnelle, mais plus dans l’ambiance qui transparait, qui immerge le lecteur. On plonge ainsi dans un récit à l’atmosphère poétique, magique, intimiste qui offre une certaine proximité au lecteur avec les personnages et les évènements, mais permet aussi d’accentuer les tensions, ce léger sentiment d’insécurité qui va peu à peu prendre de l’ampleur. Il offre aussi une certaine beauté à l’ensemble, une certaine étrangeté à la fois fascinante et entraînante que ce soit dans ses décors comme dans ses descriptions. Un monde d’Hiver, de neige, de froid, avec ses joyaux, mais aussi sa violence, son côté sanglant. Concernant le monde en lui-même on se retrouve au milieu de quatre clans, chacun représentant une direction, chacun ayant ses propres pouvoirs dons d’Urian dieu du monde souterrain, qui doit tous les ans rappeler son engagement et faire son serment au roi de la Clairière demi-dieu qui est en partie, humain, en parti animal. On est ainsi dans une construction qui se veut à la fois Fantasy et se basant clairement sur des mythes plus nordiques qui s’avère cohérent, intéressant à découvrir et ne manque pas d’attrait. On découvre ainsi dans ce livre un fragment de l’histoire de ce monde, et c’est d’ailleurs une grande force d’avoir réussi à trouver le juste milieu entre densité et explications sans tomber dans la lourdeur. Certes on aimerait encore en apprendre plus une fois la dernière page tournée, mais l’ensemble se suffit à lui-même.

David Bry maîtrise ainsi clairement son récit et le montre à travers cet univers à la fois charmant, merveilleux, qui donne envie d’en découvrir plus, d’en apprendre plus. Surtout que l’auteur arrive aussi en partie à jouer avec le lecteur, jonglant toujours avec les genres, entre récit initiatique, jeux de pouvoir ou encore récit sur la fin d’une époque, il arrive facilement à marier l’ensemble et rendre le tout logique. Il offre ainsi par conséquent un récit qui va se révéler beaucoup plus complexe qu’on pourrait le croire initialement, évitant par la même occasion de tomber dans une simple lutte binaire pour offrir un combat à facettes multiples qui ne manque pas de s’avérer entraînant et efficace. Les aspects politique, social et mythologique ne manquent pas non plus d’attraits même si parfois certains points m’ont paru un peu trop figés. J’ai aussi trouvé très intéressant les idées un peu magique que vient apporter l’auteur, pas obligatoirement la magie des différents clans qui est très classique dans sa représentation, mais plus dans cette idée par exemple de prophétesse et tout l’aspect légende et mystère qui tourne autour. Au final un univers qui, je trouve, mérite d’être découvert que ce soit dans sa construction comme dans ses idées, même si, c’est vrai, par certains côtés il apparait par moments un peu trop classique, aspect qui ne bloque en rien la lecture pour autant.

Concernant les personnages je me suis retrouve rapidement attaché à Stig, que ce soit dans sa construction, dans la notion de sa différence vis-à-vis des autres et de la vision de ce monde face à son pied-bot, de la façon dont il a évolué pour aboutir au personnage qu’on découvre dans les premières pages. Il touche aussi dans la façon dont il va devoir avancer dans ce monde qui change, face à la mort et à la perte, face aux épreuves qu’il va subir et rencontrer, la découverte d’émotion aussi bien positives que négatives et qui vont parfois le repousser dans ces derniers retranchements. Stig est ainsi un héros qui a ses forces, mais qui doit aussi faire face à ses faiblesses, à ses manques, à des trahisons et qui va devoir faire le bon choix quand tout parait se liguer pour qu’il échoue. Au final c’est un héros complexe, soigné, touchant et qui, je trouve, ne laisse pas indifférent. Concernant les personnages qui gravitent autour, même s’ils sont un peu éclipsé devant Stig, ne manquent pas non plus d’intérêt se révélant solide et efficaces. Certains paraissent peut-être un peu trop archétypaux, mais ne tombent jamais dans la caricature ou  dans l’inutilité. Au final on a un panel de personnages qui nous entraînent rapidement dans leurs différentes aventures.

Après je regretterai quand même un point concernant ce roman, c’est une certaine linéarité qui se dégage et parfois même une certaine prévisibilité. Je ne dis pas que le récit n’offre aucune surprise, comme je l’ai dit ce n’est pas le cas, mais voilà par moment il m’a paru un peu trop balisé ce qui joue forcément sur l’impact de certaines révélations. Concernant la conclusion, elle est très intéressante dans ce qu’elle propose et dans ses idées, mais m’a paru elle, par contre, plutôt prévisible, ce qui ne lui enlève en rien de son intérêt, mais la rend peut-être un chouïa moins marquante. Après voilà, ces points que je soulève ne gâche en rien cette très bonne lecture, bien portée par une plume qui s’avère poétique, magique, soignée, envoûtante, maîtrisée et captivante du début à la fin. Au final je suis très content de ma découverte et je pense que je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

En Résumé : Que Passe l’Hiver s’est révélé au final un très bon moment de lecture nous offrant ainsi un récit de Fantasy, mélange de Tragédie, qui ne manque pas d’intérêt et m’a rapidement captivé. Le gros point fort de ce roman vient, selon moi, de son univers, non pas dans sa représentation, qui parait plutôt classique, mais dans l’ambiance à la fois envoûtante et poétique que construit l’auteur tout du long. Il se dégage ainsi une magie de ce monde, quelque-chose de beau, qui offre un sentiment de proximité qui accentue les tensions. L’ensemble est aussi porté par des descriptions et des lieux superbes, à la fois froid, enneigé, et qui pourtant révèlent à la fois beauté et violence. Le monde construit autour, très mythologie nordique, même s’il m’a paru classique, ne manque pas de se révéler solide et efficace, avec quelques idées intéressantes. Concernant les personnages, j’ai très vite accroché à Stig, un héros « différent » mais qui s’avère rapidement touchant dans la façon dot il gère justement sa différence, mais aussi dans celle dont il va devoir avancer face aux obstacles rencontrés. Les protagonistes qui gravitent autour du héros, même s’ils sont parfois un peu éclipsés, ne manquent pas pour autant d’attrait. Après je regretterai tout de même une certaine linéarité et parfois une certaine prévisibilité dans le récit, qui ne gâche en rien la lecture, mais limite l’impact de certaines scènes. Au final une très bonne lecture, que je suis content d’avoir découvert, bien porté par une plume entraînante, poétique et soignée. Je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Lhisbei, Maned Wolf, Joyeux-Drille, Elhyandra, …

Précédent

The Waning Moon Duology Book 2, The Sisters of the Crescent Empress – Leena Likitalo

Suivant

Satinka – Sylvie Miller

  1. J’ai beaucoup aimé ce personnage très émouvant et cette ambiance glacée en huis clos où tout va de mal en pis servi par une jolie plume, je l’ai lu en numérique mais j’aimerais l’acquérir en papier lors des Imaginales car c’était très touchant comme histoire

  2. On est bien d’accord, l’univers est un gros point fort de ce livre ! Et j’ai beaucoup aimé Stig aussi 🙂 Sacrément belle chronique, en tout cas !

    • L’univers est captivant et la plume très poétique joue aussi beaucoup.
      Merci pour le commentaire, ça fait toujours plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :