Récits du Demi-Loup Tome 3, Mers Brumeuses – Chloé Chevalier

Résumé : Véridienne et les Éponas, pour la première fois, lèvent les armes l’un contre l’autre. Sur les rivages des Mers Brumeuses, les Chats de Calvina et les guerrières de Malvane se jaugent, et les deux Suivantes, résignées et amères, se préparent à devoir verser le sang de leurs camarades d’enfance. Alors que leurs reines, à tort ou à raison, leur retirent peu à peu toute confiance et que leurs terres se transforment en cimetières, plus rien ne semble pouvoir empêcher les désastres à venir.
Les rêves se fanent, les espoirs se muent en vaines illusions, amitiés et amours se délitent, tandis que le Demi-Loup, les yeux bandés, danse au bord du gouffre.

Edition : Les Moutons Électriques

 

Mon Avis : Il y a maintenant un peu plus de deux ans je me suis lancé dans le premier tome de ce cycle qui m’avait alors offert un très bon moment de lecture, proposant un récit humain et soigné dans un univers très intéressant (ma chronique ici). Le second tome, plus sombre, m’avait tout autant emporté dans cette quête de vengeance (ma chronique ). Il était donc plus que normal que je fasse rapidement entrer le troisième tome dans ma PAL. Il s’agit aussi de l’avant-dernier tome de la série puisque Chloé Chevalier (sauf changement) a prévu d’écrire quatre tomes. A noter à nouveau une très belle couverture, illustrée par Melchior Ascaride.

On replonge ici à la suite du tome précédent, le royaume du Demi-Loup est de plus en plus au bord de l’implosion. Les deux reines de Véridienne et des Éponas continuent à se chercher doucement querelles pour asseoir son ascendance et son pouvoir sur l’autre camp. Le royaume continue à se déliter face à l’épidémie de La Mort de l’Eau, provocant l’exode de nombreuses populations et un brigandage accru. De plus l’Empire reste aux aguets, prêt à absorber le Royaume. Celaa fait très plaisir de replonger dans le royaume du Demi-Loup, d’y retrouver ses personnages surtout que ce troisième tome ne manque pas d’offrir une bonne lecture, même si j’avoue, je l’ai trouvé quand même légèrement moins prenant que les précédents. L’intrigue continue ainsi à évoluer de façon intéressante au fil des pages, les relations entre les deux royaumes du Demi-loup continuent à osciller entre froide acceptation et haine avec toutes les conséquences que cela peut avoir. Les jeux politiques et la construction mis en place par l’autrice font que la tension monte lentement au fil des pages et happe le lecteur. On se retrouve ainsi à tourner les pages avec l’envie de savoir ce qui va arriver, comment nos héros vont bien pouvoir gérer ce qui s’annonce. Comment quatre amis si proches peuvent, peu à peu, se déchirer de plus en plus. Comment le pouvoir peut ainsi transformer les gens, tout en restant humain et captivant. On sent que Chloé Chevalier maîtrise complètement son intrigue, offrant ainsi un véritable jeu d’échecs ou chacun tente de positionner ses pions et où le lecteur voit peu à peu le point de non-retour arriver, se demandant finalement qui sera le grand gagnant, s’il peut y en avoir un, alors que la souffrance de la population parait gagner de plus en plus de terrain.

En ce qui concerne l’univers il est toujours aussi plaisant et intéressant à découvrir. Certes, après un second tome dépaysant qui s’ouvrait sur l’Empire et les plaines Jaunes, on se recentre beaucoup ici sur le Royaume du Demi-Loup, mais cela ne l’empêche pas de se révéler toujours aussi prenant et captivant. Il faut dire que la plume de l’autrice y joue pour beaucoup, rendant ainsi le monde qu’elle construit maîtrisé et très immersif, à travers des phases de descriptions qui ne tombent jamais dans la lourdeur, s’avérant soignées et très visuelles et nous offrant ainsi clairement l’impression de voyager avec les personnages. Mais c’est principalement dans le côté politique et social que l’univers se développe encore plus profondément dans ce troisième tome. Les jeux de pouvoirs lancé par les différents protagonistes ont obligatoirement des conséquences, principalement au niveau du peuple. Les choix des deux princesses du Demi-Loup ne font pas que toucher et agacer les différents personnages, cela provoque aussi de graves conséquences pour la population qui se retrouve parfois sans rien, coincé entre deux camps, obligé parfois de vivre comme des vagabonds fautes de moyens et de devenir brigand pour survire. Le récit nous montre que les choix politiques et les jalousies des dirigeants a obligatoirement des conséquences, que les décisions prises ont obligatoirement des répercussions, ce qui ne laisse pas indifférent et fait réfléchir.

Pour les personnages, ils sont toujours le gros point fort, selon moi, de l’autrice. La narration fait qu’on se retrouve à suivre différents protagonistes, principalement ceux que l’on connait depuis le premier tome, auxquels vient s’ajouter Crassu. De ce point de vue là, la grande force de Chloé Chevalier est clairement d’avoir construit des héros humains, cohérents, denses et soignés pour lesquels on se captive et on s’attache facilement et rapidement. Chaque personnage possède ainsi ses propres envies, ses propres besoin, ses émotions, ses jalousies, ses contraintes et même si, c’est vrai, la plume de l’autrice fait que, si on ne sait pas qui parle, on a du mal à les différencier, dans l’ensemble ils ne laissent pas le lecteur indifférent. Chacun d’entre eux s’avère unique et le fait qu’on les suivent depuis leurs enfances offre aussi une certaine proximité avec le lecteur et une certaine compréhension. On peut ne pas être d’accord avec eux, mais on comprend pourquoi ils font tel ou tel choix, même si cela peut amener énormément de conséquences. Après concernant Crassu, sa mise en avant est intéressante, mais me parait apporter peu au récit. Je ne doute pas qu’il va clairement avoir de l’importance par la suite, ça se sent, mais je trouve un peu dommage là où suivre l’évolution d’un personnage comme Vigtan m’aurait plus  intéressé. Mais bon rien de trop gênant. Par contre concernant Aldemor je trouve que, certes il est très peu présent, mais n’apporte pas grand-chose à ce tome, montrant ainsi qu’on est clairement dans un tome de transition.

Car oui, finalement, mon seul regret concernant ce roman c’est son côté plutôt attentiste. On sent que ce troisième tome est là pour y amener de nouvelles voix et placer les dernières pièces du puzzle, les derniers mouvements qui devraient amener à la conclusion prochaine du cycle. C’est n’est en rien un aspect bloquant ou dérangeant tant l’ensemble conserve de nombreuses qualités, mais voilà pour ma part ça avait quand même un aspect frustrant, car j’espérais peut-être un peu plus de progression. J’ai aussi trouvé certains aspects un peu facile au niveau d’une ou deux péripéties, même si là je chipote peut-être un peu. Cela n’empêche pas ce Mers Brumeuses de rester pour autant un bon tome, qui se lit et se découvre avec beaucoup de plaisir, bien porté par une plume fluide, soignée et entraînante. J’ai maintenant hâte de lire le quatrième et dernier tome et voir comment Chloé Chevalier va conclure son cycle.

En Résumé : J’ai a nouveau passé un bon moment de lecture avec ce troisième tome de ce cycle, même s’il m’a paru tout de même un peu attentiste. J’ai ainsi replongé avec plaisir dans l’univers que construit l’autrice et à côté de personnages que l’on suit depuis le premier tome. L’intrigue et les jeux politiques continuent à évoluer, à avancer et le royaume du Demi-Loup semble de plus en plus au bord de l’implosion, bien aidé par certaines machinations. L’univers qui est construit, même s’il a perdu son aspect nouveauté, reste toujours intéressant à découvrir bien porté, il est vrai, par un travail de descriptions immersif et dépaysant qui fait qu’on se retrouve limite à voyager avec les protagonistes. L’aspect social gagne aussi ici en importance et en intérêt, montrant que le choix des élites a obligatoirement des conséquences. Concernant les personnages ils sont tous l’un des gros points forts du récit , Chloé Chevalier construisant des héros humains, attachants, denses et touchants. Même si on peut ne pas être d’accord avec leurs choix, leurs visions on les comprend. J’ai juste trouvé dommage que certains personnages, qui paraissent moins apporter, soient mis en avant par rapport à d’autres qui auraient pu apporter plus, mais je ne doute pas que cela servira dans le prochain tome. J’ai aussi trouvé une ou deux facilités ici ou là, mais rien de dérangeant. Mon seul léger regret finalement concernant ce tome c’est son côté transition avec peu de mouvements et une simple mise en place pour le dernier tome. Cela n’enlève en rien les qualités du livre, mais m’a un peu frustré. La plume est toujours aussi soignée, fluide et entraînante et je lirai le prochain tome avec grand plaisir.

 

Ma Note : 7,5/10

 

Autres avis : Ours Inculte, Just A Word, Dup, Au Pays des Caves Trolls, Les Lectures de Bouch’, Sia, …

Précédent

Pierre-Fendre – Brice Tarvel

Suivant

After Atlas – Emma Newman

  1. Je garde en tête que c’est un tome de transition histoire de ne pas être trop déçue quand je le lirais (remarque comme je traîne à m’y mettre le tome 4 sera peut-être sorti d’ici là ^^)

    • Après ce n’est que mon avis personnel, d’autres n’ont pas ressenti ce tome de transition. Normalement de ce que j’ai cru comprendre le Tome 4 est en cours d’écriture, il ne sortira qu’au plus tôt courant 2019 si tout va bien, tu as le temps.

  2. Par ce troisième tome, j’ai aimé le nouveau narrateur (peut-on parler de nouvelle voix au chapitre ?). J’ai apprécié découvrir l’évolution des relations entre les femmes, elles qui se sont tant cotoyées dans leur jeunesse. Les décideuses font de leur mieux mais il n’est pas évident d’obtenir un équilibre politique.

    • Crassu en m’a pas dérangé, c’est un bon narrateur et il apporte du neuf dans la galerie de héros déjà connue. Maintenant à ce jour il n’apporte pas non plus énormément, alors que Vigtan dans sa vision de ce conflit, ce qui le ronge m’aurait peut-être encore plus accroché. Après ce n’est que mon avis personnel.
      Il n’est jamais évident d’avoir un équilibre politique et vouloir retirer ses émotions de ses choix doit être quasi impossible. Je ne doute pas qu’elles font de leurs mieux et comme je le dis on comprend pourquoi elles font ça, maintenant on se rend compte aussi que certaines de leurs décisions sont juste pour aller taquiner la décideuse adverse sans se soucient un tant soit peu du peuple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :