Remembrance of Earth’s Past Book 1, The Three-Body Problem – Cixin Liu

Résumé : 1967: Ye Wenjie witnesses Red Guards beat her father to death during China’s Cultural Revolution. This singular event will shape not only the rest of her life but also the future of mankind.
Four decades later, Beijing police ask nanotech engineer Wang Miao to infiltrate a secretive cabal of scientists after a spate of inexplicable suicides. Wang’s investigation will lead him to a mysterious online game and immerse him in a virtual world ruled by the intractable and unpredicatable interaction of its three suns.
This is the Three-Body Problem and it is the key to everything: the key to the scientists’ deaths, the key to a conspiracy that spans light-years and the key to the extinction-level threat humanity now faces.

Edition : Tor Books
Poche : Head of Zeus

 

Mon Avis : Bon, je me lance dans la dernière ligne droite de mon mini-challenge concernant les roman nominés aux Hugo Awards. En effet il ne me reste plus qu’à chroniquer la trilogie de Cixin Liu et de faire un article qui expliquera mon vote et je serai libéré (non je ne chanterai pas ^^). Alors je sais que le gagnant du meilleur roman a déjà été dévoilé, que j’espérais pouvoir boucler toutes mes chroniques avant, mais bon je vais essayer de tout finaliser d’ici à 15 jours quand même. À noter que j’ai bien lu The Three Body Problem en Anglais (traduit par Ken Liu) mais que ce roman est disponible en France sous le titre Le Problème à Trois Corps aux éditions Actes Sud (traduit par Gwennaël Gaffric). Concernant l’illustration de la couverture je la trouve réussie et prenante.

Ce roman nous plonge dès la première page en pleine Révolution Culturelle, en 1967, où l’on suit le lynchage de Ye Zhetai, professeur de physique, par ses étudiants ainsi que de sa femme et une de ses filles qui ont rejoint les Gardes rouges. On va alors suivre le destin de son autre fille, Ye Wenjie, qui va t’enter de s’exiler pour sauver sa vie, mais qui va être rattrapée par son passé et la lâcheté de certains. Elle va être sauvée et trouvé refuge dans un projet militaire top secret : « Red Coast Base ». En parallèle on va découvrir, en 2007, Wang Miao expert en nanomatériaux qui va voir sa vie basculer le jour ou apparait un compte à rebours qui va lui faire découvrir le jeu vidéo The Three Body Problem qui simule la vie sur une planète qui possède des ères stables et des ères chaotiques. Une fois la dernière page de ce livre tournée, je dois bien avouer que j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman. Alors, on est clairement, selon moi, dans un roman de Hard SF, mais que l’auteur construit comme un jeu de piste, un peu comme un récit policier, levant les mystères et offrant des révélations de façon maîtrisée et efficace, tout en offrant de nombreuses réflexions. Alors le démarrage pourra peut-être s’avérer un peu lent pour certains, mais il a son importance.

Rien que les premiers chapitres suffisent, je trouve, à rendre ce roman intéressant, nous plongeant avec effroi et de façon percutante et glaciale au milieu de la Révolution Culturelle chinoise. J’en avais bien sûr déjà entendu parler, mais là je trouve qu’on est pris par cette période à la fois sombre et sanglante. On y découvre aussi une idéologie politique et un jeu de manipulation du pouvoir, qui n’est pas sans en rappeler d’autres et qui continue aussi à faire écho avec notre société actuelle, certes tout de même dans une moindre mesure. Enfin je l’espère. Le roman nous offre aussi une vision de la Chine, pays que finalement je ne connais qu’à travers ce qu’on m’en dit ainsi que par les médias. On découvre ainsi un pays qui s’isole complètement lors de cette révolution, qui rejette tout ce qui peut venir du mode capitaliste et de l’ennemi, où toutes les connaissances considérées comme venant de l’Est ou qui sont contre le socialisme chinois sont bannies et punies. C’est un pays qui va devoir attendre les années 70-80 pour commencer à s’ouvrir à nouveau. La partie contemporaine nous dévoile ainsi une Chine qui oscille entre tradition et modernité, à la recherche d’une nouvelle identité culturelle et scientifique. Cela ne veut pas dire que le pays est devenu un paradis, loin de là, mais on découvre une Chine en pleine évolution, en plein changement, mais qui reste aussi par certains aspects très traditionnel, limite parfois désuet. On oscille ainsi entre ville très développées et des villages ruraux qui ne possèdent pas grand-chose.

On plonge aussi ici dans un roman de science-fiction qui met clairement le mot science en avant, qui tend même vers le Hard Science, sans non plus se révéler trop ardu ou trop compliqué. Cixin Liu propose ainsi de nombreux concepts scientifiques existants captivants à découvrir et rigoureux, même dans le monde virtuel étrange que l’on découvre ; le problème à trois corps étant lui-même un problème mathématique connu. Le gros point fort, je trouve, vient de la façon dont l’auteur arrive à les intégrer dans son récit, à les rendre compréhensible et accessible au plus grand nombre, sans non plus tomber dans des notions trop complexes ou trop lourdes, surtout que l’ensemble est contrebalancé par le rythme lié à l’enquête, aux nombreux mystères qu’on découvre et aux trahisons qui se dévoilent. La simulation du Problème à Trois Corps offre aussi un plus au récit je trouve, avec tout ce travail sur cette planète virtuelle, la survie, l’aspect scientifique et économique qui change et offre un point de vue complètement différent. Un travail scientifique plein d’imagination et d’émerveillement qui s’avère accrocheur et prenant. Enfin l’auteur n’oublie pas pour autant de nous offrir des réflexions et des questionnements moraux efficaces et intéressants. Outre par la découverte de la Chine et des conséquences de la Révolution Culturelle, dont j’ai déjà parlé, il nous fait réfléchir aussi comme par exemple sur la notion de science et de religion, sur la notion d’humanité et ce côté sans avenir que l’on voit de plus en plus s’imposer, ou bien encore sur la notion de choix.

Concernant les personnages, je dois bien admettre qu’il s’agit peut-être, pour moi, du point faible du roman. Déjà mis à part les deux héros que sont Ye Wenjie et Yang Miao, qui s’avèrent être des protagonistes denses, complexes et travaillés dans leurs histoires et leurs passés, les autres personnages que l’on découvre manquent quand même un peu de profondeur. Ça ne veut pas dire qu’ils « sonnent » creux pour autant, mais voilà on sent qu’ils ne sont présent que pour permettre à un moment ou un autre à faire avancer l’intrigue et qu’au-delà de cela il est compliqué de les faire exister. Shi Qiang sort bien du lot, offrant un point de vue moins scientifique et plus terre-à-terre intéressant, mais son sixième sens qui tend régulièrement vers le Deus Ex Machina m’a un peu frustré. Ce n’est en rien complètement bloquant, on se laisse quand même porté par leurs aventures, mais voilà c’est un peu dommage. Autre point frustrant l’aspect émotionnel des différents personnages qui est assez limité. J’avais l’impression de lire un roman de SF de l’époque des Asimov ou Heinlein, où la science et l’intrigue sont clairement le point d’orgue du récit, hors c’est dommage car on a du mal alors à s’attacher complètement aux différents héros. Il y a bien quelques scènes plus profondes comme ce qui tourne autour du suicide de la fille de Ye Wenjie, mais elles sont trop rares pour faire disparaitre cette petite distance entre le lecteur et le personnage.

L’ensemble est porté par une plume que j’ai trouvé efficace, entraînante et soignée qui a fait que je me suis retrouvé plongé facilement dans ce roman que j’ai eu du mal à le lâcher. Si le côté un peu hard science vous dérange alors il vaudrait peut-être mieux passer votre chemin par contre. Alors certes tout n’est pas parfait, des défauts se font parfois ressentir et on est clairement dans un tome d’introduction où la révélation finale réussie, surprenante et captivante offre clairement l’ouverture pour la suite, mais j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce récit qui nous offre, je trouve, un grand roman de SF qui marque. Je lirai la suite avec grand plaisir en espérant qu’elle soit du même niveau.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman qui nous offre un récit de Hard SF abordable, efficace, prenant et offrant quelques réflexions intéressantes. On alterne ainsi entre la Chine en pleine révolution culturelle et une Chine contemporaine qui nous fait découvrir un peu l’évolution de ce pays, comment elle s’est refermée sur elle-même dans le sang et s’ouvre difficilement depuis quelques années, oscillant entre modernité et tradition. On y apprend aussi plus sur la culture de ce pays ainsi que tout ce qui concerne l’aspect social. Cixin Liu nous offre alors une enquête efficace, pleine de mystère et qui se situe dans le milieu de la science. On est ainsi dans un récit de Hard Science, mais qui reste tout de même assez facilement compréhensible et abordable tant il intègre parfaitement ses explications au récit sans jamais l’alourdir. Les nombreux concepts scientifiques sont réalistes et permettent à l’auteur d’apporter son imagination et une bonne dose d’émerveillement au récit. Concernant les personnages je suis un peu plus circonspect, les deux héros sont complexes et travaillés, mais les personnages qui gravitent autour manquent quand même de profondeur. De plus il manque un aspect émotionnel, je trouve, qui les aurait rendu attachants. Un peu comme les romans d’il y a quelques années qui mettaient plus en avant l’intrigue et le côté scientifique que l’attachement aux héros. La plume de l’auteur est soignée, entraînante et efficace et je me suis laissé porter facilement par l’histoire. Certes on est clairement dans un tome d’introduction, mais une très bonne introduction. La conclusion est percutante, efficace et je lirai la suite sans soucis

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Lutin82, Apophis, Lune, Xapur, Lorhkan, Yogo, RSF Blog, …

Partager

3 Responses to Remembrance of Earth’s Past Book 1, The Three-Body Problem – Cixin Liu

  1. Pingback: Le problème à trois corps – Cixin Liu | Le culte d'Apophis

  2. Salut !
    Merci pour ton avis ! Ce livre m’intéressait bien au moment de sa sortie, mais je sentais justement que ce serait, comme tu l’as souligné, de la Hard SF, j’avais donc assez peur et n’ais jamais osé ^^ » Finalement, ta chronique me donne très très envie de le découvrir, je le mets immédiatement dans ma wish !
    Bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *