Rois du Monde Tome 2, Chasse Royale Livre 2 – Jean-Philippe Jaworski

Résumé : Après avoir défié toute l’armée rebelle pour couvrir la retraite du haut roi, j’ai fini par me rendre. Qu’est-ce qu’un captif, sinon un demi-mort ? Dans les deux camps, on le méprise pour sa faiblesse. Même si on ne le massacre pas de suite, on lui ôte l’essentiel de sa vie. Moi, on me retire mon mauvais cheval, on me soustrait mes dernières armes, on m’arrache mes bijoux, on m’entraîne vers la rivière avec rudesse. Je patauge bientôt sur la rive boueuse. On crie autour de moi, j’ai l’impression que personne ne sait vraiment ce qu’il faut faire. Je crains de plus en plus que n’arrive l’ordre de me noyer. La mort par l’eau, après tout, est une sentence que peuvent prononcer les rois comme les druides…
Qui va décider de mon sort ? Articnos, roi des Éduens, que j’ai été à deux doigts de tuer ? Sa sœur, la mystérieuse Prittuse, haute reine déchue de Celtique ? Ou bien ce sorcier redoutable que jadis on appelait le gutuater et qui vient d’usurper le sacerdoce du grand druide ?

Edition : Les Moutons Electriques

 

Mon Avis : Un nouveau roman de Jean-Philippe Jaworski est toujours un évènement pour moi en tant que lecteur. Il faut dire que cette suite de Rois du Monde je l’attendais avec impatience, puisque j’avais dévoré le premier tome et le premier livre du second tome avec grand plaisir. C’est donc logique que ce second livre du tome deux ait rapidement fini dans ma PAL. Alors je sais, le découpage peut paraitre compliqué, je vous propose donc de retrouver les explications de l’auteur sur le site Elbakin ici. Je laisse ensuite à chacun se faire son propre avis sur le découpage et ce que cela occasionne, de mon côté j’y reviendrai plus tard. Dans tous les cas c’est avec impatience que je me suis plongé dans ce nouveau tome, espérant y retrouver toutes les qualités des deux premiers romans (chronique du Tome 1 et Livre 1 du Tome 2).

Ce roman nous plonge à la suite direct du roman précédent, on retrouve ainsi Bellovèse qui, aidé d’autres Héros, a sauvé le haut-roi Ambigat trahi par  nombreux de ses partisans qui cherchent à mettre au pouvoir un nouveau haut-roi considéré comme plus légitime. Pour permettre la fuite d’Ambigat, Bellovèse s’était alors lancé dans une bataille perdu d’avance, mais qui a permis de ralentir l’armée en traque du haut-roi. Capturé il va devoir maintenant faire face à ses actes et attendre la sentence de sa condamnation. Bon j’avoue, deux ans après ma lecture du tome précédent il m’a fallu un peu de temps avant de tout remettre en place, mais c’est avec grand plaisir que j’ai replongé dans les aventures de Bellovèse. Il faut dire aussi que la plume de l’auteur ainsi que sa capacité de conteur font qu’on replonge quand même très facilement dans ce récit et même si parfois la mémoire m’a fait défaut, l’auteur propose des rappels qui font que je ne me suis jamais non plus senti complètement perdu. On est ici dans une histoire portée par un rythme plus lent que le livre précédent, notre héros prisonnier va voyager vers son jury, va devoir faire face à ses actes et aux conséquences et va surtout nous proposer des retours sur son histoire et principalement l’ellipse de neuf ans entre le premier et le second roman. C’est clairement moins effréné, le récit propose peut-être moins de révélations, s’avérant plus de transition entre deux phases de la vie du héros, des choix qu’il va prendre, mais cela n’empêche pas l’ensemble de s’avérer vivant et entraînant. L’intrigue elle se développe aussi, avec l’apparition de nouveaux personnages important dans la guerre qui se prépare.

L’univers présenté tout du long s’avère toujours aussi solide, dense, envoutant et passionnant à découvrir. Ces Celtes continuent à me fasciner et m’emporter, que ce soit dans leurs moeurs, leurs mythologies ou bien encore dans tout ce qui tourne autour du pouvoir. Je me suis replongé ainsi avec grand plaisir à la découverte de ce monde présenté tout du long qui continue à se densifier au fil des pages. En effet cette fois cela permet à l’auteur de présenter une autre facette, celle du prisonnier et de différentes coutumes qui s’y retrouvent lier, surtout que notre héros ne sera pas jugé par une jury classique. La magie prend aussi une place plus prépondérante dans ce tome, que ce soit lié à des éléments du premier tome comme à l’apparition du personnage de Prittuse qui offre aussi son lot d’élément fantastique. Surtout la grande force de tout cela est de rester cohérent, de ne pas non plus commencer à créer des différences ou des écarts et de ce point de vue l’auteur s’en sort très bien. L’intégration des mythes et de la magie se fait ainsi de façon fluide et logique. On commence aussi à comprendre un peu mieux certains points de l’intrigue qui se révèlent, principalement au niveau du gututater. Mais ce qui, je trouve, rend cet univers toujours si vivant, immersif, et réaliste ce sont surtout les petites anecdotes, les petites précisions que l’auteur place ici ou là, qui pourraient paraitre inutiles pour certains, mais qui pour moi offre des accroches supplémentaires comme par exemple tout ce qui tourne autour de la laine et du filage. L’aspect politique lié autour du statut de Bellovèse gagne aussi en profondeur, ou la guerre qui se déclare commence à y trouver des explications et où certains jeux de pouvoir se dévoilent de façon efficaces intéressantes.

Mais la grande force de ce tome vient, selon moi, clairement des personnages qui gagnent clairement en profondeur et en intensité, principalement certains personnages secondaires des tomes précédents et certains nouveaux. Il faut dire aussi que la narration très introspective et plus posé de ce tome permet clairement d’offrir de tels développements et de rendre les personnages encore plus fascinants et marquants. On découvre ainsi par exemple à travers différents flashback l’évolution de Bellovèse qui est passé du jeune fougueux, au guerrier plus assagi, marié et avec des enfants. On en apprend plus aussi sur les amitiés qu’il a nouées et qui ont permis de bâtir sa maisonnée. On découvre aussi l’évolution de la relation avec son frère, deux héros toujours aussi liés et proches et pourtant très différents l’un de l’autre. Mais surtout on découvre un Bellovèse avec ses faiblesses, avec ses doutes et ses erreurs, avec sa folie mais aussi sa sagesse, au final un héros humain, intéressant et attachant, loin d’être parfait, ce qui le rend attachant. Comme toujours avec l’auteur, les personnages secondaires ne sont pas non plus en reste, s’avérant eux aussi travaillés, soignés et fascinants à suivre et à découvrir. On se demande même parfois s’ils ne devraient pas avoir leurs propres récits. On est ainsi loin de héros binaires, proposant des protagonistes complexes ayant chacun leurs propres envies, leurs vengeances et leurs quêtes. L’auteur brosse ainsi de nombreux portraits marquants, qui ne m’ont pas laissé indifférents, qui nous happent dans leurs aventures et qui donnent franchement envie d’en apprendre plus sur eux.

Alors, j’ai aussi noté quelques défauts, rien de bien méchant face à la qualité de l’oeuvre, mais qui se font parfois ressentir. J’ai ainsi trouvé quelques petites longueurs à un ou deux endroits, l’auteur entrant parfois un petit peu trop dans les descriptions à mon goût, même sur ce point là rien de trop dérangeant tant l’ensemble reste fascinant et envoutant. Par contre, un point qui se fait un peu plus ressentir, c’est concernant le choix du découpage. On sent ainsi clairement qu’on est dans la seconde partie d’un livre découpé en trois parties, on sent ainsi clairement tout du long qu’on est dans le passage de transition et un peu contemplatif d’un roman plus large, ce qui est légèrement frustrant. Attention cela n’enlève en rien les qualités du roman en lui-même, ni du cycle qui est toujours aussi immersif et bien porté par une plume dense, soignée avec un travail sur la langue et les mots toujours aussi poétique, mais voilà ce choix éditorial laisse un goût d’incomplet une fois la dernière page tournée. Bon après je chipote peut-être un peu, j’ai tout de même passer un très bon moment de lecture avec ce tome et j’attends la suite avec impatience.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce tome qui nous plonge à nouveau dans cet univers Celtes passionnant, mélange réussi de héros charismatiques, de jeux de pouvoir complexes et de magie. J’ai ainsi retrouvé avec plaisir les nouvelles aventures de Bellovèse qui se retrouve prisonnier et va devoir faire face à ses actes. L’ensemble est toujours aussi immersif, fluide et entrainant, avec un univers qui continue à se densifier au fil des pages et qui s’avère toujours aussi solide et entraînant, où les enjeux se dessinent avec de nouveaux personnages importants qui apparaissent. Mais surtout le gros point fort de ce roman c’est le travail sur les personnages qui se révèle dense et complexe, bien aidé par un rythme plus posé que le tome précédent. Bellovèse gagne ainsi encore un peu plus en intérêt, en profondeur et en densité, offrant un héros avec ses forces et ses faiblesses et qui se révèle attachant. Les personnages secondaires ne sont pas non plus en reste tant l’auteur arrive à les rendre soignés et fascinants. Je regretterai par contre quelques longueurs ici ou là, même si rien de complètement dérangeant, mais aussi un découpage frustrant. En effet on sent bien qu’il s’agit d’une seconde partie d’un roman découpé en trois, ce qui est quand même un peu dommage, même si cela n’enlève en rien les qualités du récit et du talent de Jean-Philippe Jaworski de l’auteur à travers une plume soignée et poétique. Dans tous les cas j’attends la suite avec impatience.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Ours Inculte, Just A World, Lecture 42, …

Précédent

Utopiales 2016, Anthologie – Collectif

Suivant

Wayfarers Book 1, The Long Way to a Small, Angry Planet – Becky Chambers

  1. Une bien belle chronique encore une fois.
    J’adore l’atmosphère de cette série qui change beaucoup du tout-venant en SFFF

    • J’adore aussi cette série qui, pour moi, fait parti du haut du panier et des publications que j’attends avec impatience. Mais je ne pouvais vraiment pas passer à côté du découpage qui, selon moi, joue au niveau du plaisir de lecture.

      • Clairement oui, j’en ai parlé aussi parce que la structure en prend vraiment un coup. Ça enlève rien à la qualité de l’univers et de l’écriture mais c’est quand même frustrant

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :