Sorcières Associées – Alex Evans

Résumé : Dans la cité millénaire de Jarta, la magie refait surface à tous les coins de rue. Les maisons closes sont tenues par des succubes, les cimetières grouillent de goules… Pour Tanit et Padmé, sorcières associées, le travail ne manque pas.
Mais voilà qu’un vampire sollicite leur aide après avoir été envoûté par un inconnu, tandis que d’étranges incidents surviennent dans une usine dont les ouvriers sont des zombies… Tanit et Padmé pensaient mener des enquêtes de routine, mais leurs découvertes vont les entraîner bien au-delà de ce qu’elles imaginaient. En effet, à Jarta, les créatures de l’ombre ne sont pas les plus dangereuses…

Edition : ActuSF Bad Wolf

 

Mon Avis : Bon, j’avoue, j’ai craqué pour ce livre principalement par la faute de sa couverture, illustrée par Sébastien Caiveau, que je trouve superbe avec son petit côté Steampunk et magique et qui donne clairement envie de découvrir le récit. Ajoutez à cela un quatrième de couverture proposant un résumé qui avait l’air d’offrir une intrigue efficace et percutante, il était donc logique que ce roman termine rapidement sa course dans ma PAL. Bon, comme souvent devant la taille de ma pile il a un peu trainé, mais il y a peu j’ai décidé de me laisser tenter, ayant envie d’un récit de détente et pensant que ce livre pourrait convenir. Il est à noter qu’il s’agit, si je ne me trompe pas, d’une réédition de ce roman qui avait été initialement auto-édité par l’autrice.

Ce récit nous plonge dans la cité de Jarta à la découverte de deux sorcières, Tanit et Padmé, qui ont monté leur propre entreprise. Leur quotidien va changer le jour où elles vont accepter plusieurs affaires qui vont les emmener beaucoup plus loin que ce qu’elles croyaient et affronter des dangers plus redoutables que prévu. Elles vont devoir donner le maximum pour s’en sortir. Alors voilà, une fois la dernière page tournée je dois bien admettre que je n’ai jamais franchement réussi à entrer dans ce roman. Je dirais que je ne suis clairement pas le public cible de ce récit, je pense. Pourtant je ne partais pas avec de trop grandes attentes, je cherchais juste une lecture fun entre deux romans plus complexes, sauf que voilà j’ai rapidement été déconnecté du récit et je n’ai jamais clairement réussi à me faire pleinement happer à nouveau.

C’est bien simple dès l’introduction du vampire dans le premier chapitre j’ai commencé à moins accrocher. L’autrice monte pourtant une ambiance un peu angoissante, sombre avec une vision du vampire comme un monstre sanguinaire intéressante, puis le premier dialogue arrive et le « soufflé » retombe. Ce vampire n’a finalement aucun charisme et le côté loufoque du récit ne m’accroche pas. Attention, je ne dis pas qu’un vampire doit être une machine à tuer ou ne doit pas avoir d’humour, mais voilà la représentation du vampire chez l’autrice tombe plus, à ce moment là, à l’adolescent pleurnicheur tellement à l’opposé de ce qu’elle nous a présenté que je me suis senti d’une certaine façon déçu, voir un peu trompé. C’est un peu d’ailleurs ce que je reproche aussi au récit, de ne jamais chercher à aller plus loin que le côté fun et rapide ce qui rend l’ensemble simple, prévisible, linéaire et manquant de piment. Mais bon je me disperse.

Déjà le gros point fort du récit c’est son rythme, oui tout va vite, très vite et l’ensemble est sans temps morts, proposant énormément de scènes d’action et explosives qui font que, pour peu qu’on se laisse porter, on se retrouve à tourner les pages rapidement avec l’envie d’en apprendre plus. L’intrigue principale est construite de façon certes convenue, que ce soit dans la présentation des héroïnes comme dans leurs évolutions, mais dans l’ensemble fonctionne plutôt pas mal. Là où ça commence à perdre de son intérêt c’est la façon dont l’autrice gère ses différentes lignes rouges et sous-intrigues, qui s’entrecroisent parfois au profit de toute logique ou de toute explications. On saute d’une intrigue à l’autre selon le bon vouloir de l’autrice, qui ajoute au passage des sous-intrigues pas toujours percutantes, intéressantes ou assez efficaces pour fonctionner, et qui donnent l’impression de simplement être là parfois pour remplir les pages ou préparer un Deus Ex Machina. Ce qui est d’ailleurs assez dommage, car il aurait mieux fallu se concentrer sur l’univers et les personnages qui m’ont paru manquer de consistances, plutôt que de vouloir partir dans tous les sens. D’ailleurs les indices et révélations, selon moi, tombent un peu comme un cheveu sur la soupe, voir au petit bonheur la chance, simplement pour faire avancer le récit sans se soucier de toute logique ce qui est dommage. Au final cela donne une impression de récit brouillon, qui cherchent à trop en faire et qui en plus ne le fait pas toujours bien.

Concernant l’univers, j’avoue, j’espérais quelque chose de plus Steampunk, ici le cet aspect ne reposant finalement que sur quelques machines présentes ici ou là ce qui finalement rend compliqué le fait de présenter ce récit comme un roman Steampunk. Mais voilà, même si on enlève ce côté Steampunk peu présent, le reste ne suit pas non plus je trouve. Il y a pourtant un vrai potentiel dans ce monde, que ce soit dans sa notion de magie, ses différentes guerres, son histoire et son évolution. On sent qu’Alex Evans a envie de proposer quelque-chose de dense. On sent qu’il se cache beaucoup plus que ce que l’on voit dans ce monde. Pourtant, le récit ne reste continuellement qu’en surface et donne surtout l’impression d’être développer que pour répondre à des besoins de l’intrigue plus que dans l’idée d’offrir un univers plus soigné je trouve. Pareil pour tout ce qui pourrait être social, politique ou bien encore culturel, l’ensemble reste trop esquissé et à chaque fois qu’une information est divulgué, cela donne plus l’impression que c’est pour l’intrigue que pour plutôt construire une toile de fond vivante. Concernant l’aspect magie, là aussi on manque clairement de densité, les bases sont à peu près expliqué, mais après les informations sont présentées un peu n’importe comment. Je prends pour exemple cette règle de magie qui veut qu’on ne peut pas tuer une autre personne avec la magie sinon on meurt soit-même, elle m’a paru mal amenée et mal adaptée à la situation au moment de son explication, je trouve, servant plus à meiux faire comprendre une situation qui interviendra quelques pages plus loin. Cela donne au final l’impression de plonger dans un univers qui sonne un peu vide, un peu creux, qui manque franchement de profondeur, ce qui est quand même frustrant, car on sent tout un potentiel s’en dégager.

Concernant les personnages, là encore on sent que tout doit aller vite, très vite et même trop vite au point de passer à côté d’eux. Nos deux héroïnes arrivent un peu à sortir du lot, à travers leurs constructions ou encore les passages racontant le passé de chacune d’entre elle. On sent ainsi qu’il y a plus à gratter et qu’une certaine complexité se dégage d’elles. Alors certes parfois c’est amené de façon un peu incongrue, comme Tanit qui rencontre un de ses anciens supérieurs devenu un zombie, ce qui a pour effet, en plus d’offrir un flashback, de soulever pas mal de questions qui n’auront jamais franchement de réponses et dont on oubliera presque l’existence. Dans l’ensemble les deux héroïnes, sans dire qu’elles s’avèrent marquantes, sont tout de même un minimum entraînantes. Ce qui est frustrant par contre c’est l’absence de différence dans le ton de chacune d’entre elle. Si l’héroïne n’était pas nommé au début de chaque passage par moment il m’aurait été difficile de savoir qui parlait. C’est assez dérangeant car elles sont quand même loin d’être identiques dans leurs tempéraments. Autre point qui m’a aussi frustré c’est dans le développement des personnages secondaires qui est inexistant. Nos héroïnes ont des stagiaires qui n’ont aucun autres rôles que parfois d’offrir une présence et les différentes autres protagonistes que l’on rencontre sonnent assez creux et donnent l’impression de n’être là que pour donner leurs indices, leurs informations ou autres et disparaitre. C’est bien simple j’aurai pu appeler chacun d’entre eux A, B, C, … que cela n’aurait rien changé. C’est assez dérangeant, car dans l’ensemble cela donne l’impression que tout est fait pour que l’intrigue aille vite, très vite, oubliant que parfois, tout du moins pour moi, développer un peu autour est toujours intéressant.

Je regretterai aussi les nombreuses facilités présentes ainsi que plusieurs Deus Ex Machina qui m’ont paru un peu trop téléphonés à mon goût. Franchement le coup de la banque et de l’invitation de l’une des sorcières à participer aux soirées m’a complètement déconnecté tant cela m’a paru improbable. Pareil la capacité des gens à parler et à tout dévoiler dans les moindres détails limite au premier venu me laisse plus que perplexe. Concernant l’aspect humour et le côté décalé, j’avoue cela reste assez gentil et sans dire que j’ai complètement accroché, j’ai trouvé que cela offrait un peu de fraicheur au récit. Ce qui est dommage c’est que la majorité des dialogues par contre tombent à plat ou paraissent mal joués. Concernant la conclusion, j’avoue, elle ne m’a pas marqué plus que cela. Cette révélation qui n’apporte finalement que peu de choses, qui m’a paru vite trouvé et vite balayé, cela m’a un peu frustré. Le chapitre en soit ne manque pas d’action et de tension, mais voilà la révélation finale ne m’a pas captiver plus que cela. Concernant les réflexions soulevés j’ai trouvé que le traitement était souvent assez simpliste, même si parfois ça arrive à toucher. Au final je pense que vous l’aurez compris, je suis complètement passé à côté de ce roman. Je pense qu’il n’était tout simplement pas fait pour moi, répondant plus à une demande de récit de Fantasy rapide et sans temps morts avec de l’humour, là où moi, en tant que lecteur, j’ai besoin d’un minimum de profondeur et de densité que je n’ai pas retrouvé ici. Alors oui ça se lit vite, mais de mon côté ce n’est pas suffisant. Je ne doute pas pour autant que ce roman saura trouver son public, la preuve les nombreuses chroniques positives que j’ai vu.

En Résumé : Au final je pense que je n’étais pas le public de ce roman qui n’a jamais franchement réussi à me captiver. On est clairement dans une sorte d’Urban Fantasy ou tout va vitre, très vite et sans temps mort. C’est d’ailleurs le gros point fort du roman ce côté plutôt rapide et, pour peu qu’on se laisse porter, incisif et qui pousse le lecteur à tourner les pages. Mais voilà pour moi l’ensemble ne m’a paru perpétuellement ne rester qu’en surface et surtout offrir trop peu pour me captiver. Concernant l’univers, il possède un certain potentiel, mais voilà il m’a paru manqué de profondeur et de travail, ne se construisant que pour les besoins de l’intrigue et non pas pour tenter de le rendre vivant. Que ce soit le côté social, culturel ou magique l’ensemble parait un peu vide et même certaines informations m’ont paru mal amenées. Concernant les personnages, nos deux héroïnes s’en sortent pas trop mal, se révélant un minimum complexe et construit, mais ce qui est dommage c’est l’absence de différence de ton quand on passe de l’une à l’autre ce qui rend parfois difficile de les différencier. Les personnages secondaires, par contre, ne sont quasiment jamais développé, ne servant finalement qu’à apporter indices, révélations et informations avant souvent de disparaitre ou être oublié du lecteur tout aussi vite. Je regretterai aussi de nombreuses facilités, de Deus Ex Machina frustrant et aussi une certaine simplicité dans les réflexions propose même si certaines arrivent à toucher un minimum. Je n’étais tout simplement pas le public cible de ce roman, cherchant plus le côté haletant, là où moi j’ai besoin d’un peu de profondeur.

 

Ma Note : 4/10

 

Autres avis : Ours Inculte, Zina, Melisende, Aranae, …

Précédent

Le Meilleur des Mondes Possibles – Karen Lord

Suivant

Bonne Année 2018 !

  1. Effectivement, quand j’ai vu que tu avais lu ça, j’ai été étonnée, ce n’est pas un livre que je t’aurais forcément recommandé. Même si moi j’ai quand même passé un bon moment 🙂

    • J’ai craqué sur la couverture. Après je comprends parfaitement qu’on puisse apprécier ce livre, juste il n’était pas obligatoirement fait pour moi.

  2. J’ai lu un roman de cette collection. C’était fun plaisant, mais pas tout à fait mon style de bouquin.
    Je n’ai du coup pas poursuivi l’aventure. Je ne suis guère surprise que tu n’aies pas accroché.

    • Après je pense que comme toute collection il y a des hauts et des bas. Aussi je commence à moins trouver d’intérêt dans des récit qui ne cherche finalement que le divertissement sans temps mort qui me laisse de plus en plus sur ma fin surtout si l’univers aussi manque de densité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :