Superposition – David Walton

superpositionRésumé : Ancien chercheur en physique quantique, Jacob Kelley voit son monde basculer le soir où Brian Vanderhall s’invite chez lui et tire sur sa femme pour lui prouver l’existence d’intelligences découvertes au cœur même de la matière.
Mais lorsque Vanderhall est retrouvé assassiné et que la famille de Jacob disparaît, c’est lui que la police met sous les verrous. Emprisonné, il va devoir prouver son innocence au cours d’un procès très médiatique. Heureusement, il peut compter sur une aide précieuse : celle de Jacob Kelley.
Mais lorsque Vanderhall est retrouvé assassiné et que la famille de Jacob disparaît, c’est lui que la police essaie de mettre sous les verrous. En cavale, il va devoir mener sa propre enquête pour très vite prouver son innocence. Car au même moment, au tribunal, se joue le destin d’un homme : celui de Jacob Kelley.
Bienvenue dans un monde où l’impossible devient possible.

Edition : ActuSF

 

Mon Avis : J’avoue, entendre parler de thriller quantique a titillé ma curiosité. Tout d’abord, car j’ai rarement vu des idées de physiques quantiques dans un thriller et ensuite j’ai trouvé le résumé plutôt accrocheur, annonçant tout de même un récit nerveux. Je me suis donc rapidement lancé dans cette lecture, histoire de voir comment allait s’en sortir l’auteur et ce qu’il allait bien pouvoir proposer l’auteur. Concernant la couverture, illustrée par Jamy Van Zyl, je la trouve assez sympathique.

Une chose est sûre dès qu’on plonge dans ce roman, c’est que le terme thriller ne lui est pas usurpé tant on est rapidement happé par l’intrigue que développe l’auteur. Face aux nombreux rebondissements et retournements de situations on se retrouve à tourner les pages facilement avec l’envie d’en apprendre plus, le tout bien porté par un rythme nerveux et sans temps-morts. La narration joue aussi beaucoup à cet intérêt, proposant une double narration sur Jacob Walton. Une qui démarre avec la rencontre avec Brian Vanderhall qui va amener son lot de bouleversement face à ces découvertes scientifiques, et l’auteur dans un futur assez proche ou Jacob Walton est accusé du meurtre, justement, de Brian Vanderhall. Cette narration permet ainsi d’alterner efficacement les points de vues ainsi que les mystères pour se rejoindre au final de façon surprenante, mais dont je ne dévoilerai rien pour éviter de spoiler. On alterne ainsi de façon percutante entre chaque « époque », évitant par la même occasion les temps morts ou les longueurs qui pourraient apparaitre si le récit n’avait choisi qu’une seule voie narrative. Cela permet aussi de dérouter le lecteur, de jouer avec lui, pour l’amener à se poser des questions sur la vérité ou l’assassin et à tenter d’associer les indices soulevés au fil du récit.

Comme je l’ai dit ce n’est pas un simple thriller, c’est un thriller quantique. L’auteur a ainsi décidé de se baser sur de nombreuses théories de physique quantique pour construire son thriller jusqu’à en faire un élément essentiel et important de son intrigue. Alors ne fuyez pas, certes cela demande un peu de réflexions et de concentration, mais l’auteur amène le tout de façon simple, visuelle et compréhensible. Que ce soit Schrödinger, Higgs et autres, l’auteur rend l’ensemble clair et accessible à tous, sans non plus se révéler trop ennuyeux ou indigeste à lire et à découvrir. Alors certes, parfois c’est un peu répétitif, principalement pour moi qui ait « mangé » à forte dose du Schrödinger pendant des semaines durant mes études, mais rien de non plus trop dérangeant. Surtout l’auteur arrive clairement à associer la science au thriller, en effet ces théories en deviennent palpables et capitales au récit. Là où j’étais un peu moins fasciné c’est concernant certaines problématiques actuelles dont l’auteur cherche à faire réfléchir, mais qui m’ont paru un peu simplistes, voir légèrement caricaturales, comme par exemple l’idée d’enregistrer sa vie sur les réseaux.

J’ai par contre bloqué sur un point, oui les théories sont justes et bien expliquées, oui la préface de Rolan Lehoucq apporte aussi un côté encore plus scientifique, mais voilà de ce que je me souviens de mes cours et de ce que j’ai lu depuis, toutes ces théories concernent le microscopique et rien ne permet d’imaginer qu’elles seront un jour applicables à des éléments macro, même si certaines études laissent entendre une portabilité, mais cela reste si je ne me trompe pas très spécifique. Alors qu’ici l’auteur justement l’applique de façon facile et sans aucune explication à des éléments très « gros » pour coller à son intrigue. Est-ce gênant? oui et non. Pour ma part, j’ai juste switcher en me disant que je lisais un livre SF, mais c’est légèrement frustrant devant le sérieux du travail scientifique.

Concernant les personnages ils ne sont pas mauvais dans l’idée de héros de thriller juste esquissés pour faire avancer l’intrigue. Certes ils manquent parfois d’un peu de profondeur et de complexité, mais cela ne les empêche pas se révéler solide et de les suivre avec un minimum de plaisir dans leurs péripéties et leurs aventures. Car finalement c’est ce qu’on recherche, ce léger frisson devant le risque et le mystère. Il n’est donc pas obligé d’avoir des héros d’une densité extrême. Cela ne veut pas dire pour autant qu’ils sont vides, deux personnages sortent ainsi du lot, Jacob, héros impétueux qui peut très vite s’emporter dès qu’on touche à ceux qu’il aime mais extrêmement intelligent au point d’en être un ponte de la physique quantique et sa fille Alessandra adolescente, certes classiques, mais efficace dans son rôle d’adolescente légèrement rebelle et en proie aux doutes face à son père. L’auteur nous offre aussi un personnage antagoniste intéressant, dont je ne dirai rien pour éviter de trop spoiler. Je regretterai peut-être par contre des personnages secondaires qui font un peu « tapisserie » on va dire, mais rien de franchement dérangeant non plus.

Alors après tout n’est pas non plus parfait, un certain essoufflement se fait tout de même légèrement ressentir vers le milieu de récit, heureusement vite oublié par la conclusion qui s’avère explosive. J’ai trouvé aussi que certains deus ex machina se révélaient un peu faciles et certaines évolutions étaient traitées un peu rapidement. J’ai aussi trouvé la conclusion un peu trop « happy end », l’auteur cherchant à trop en faire et surtout ne voulant pas prendre une décision concernant Alessandra, qui m’a légèrement frustré et sans explications. Cela n’enlève rien aux qualités de ce récit qui remplit bien son rôle de divertissement nerveux, sans temps morts. Une lecture que je qualifierai de page-turner quantique qui se lit facilement et sans prise de tête, bien porté par une plume simple, fluide et percutante. Malgré que ce livre soit un one-shot, je sais que l’auteur a écrit une « suite » quinze après Superposition, que je lirai avec plaisir si un jour elle est publiée.

En Résumé : J’ai passé un agréable moment de lecture avec ce roman qui nous offre un thriller quantique divertissant, véritable page-turner qui se lit facilement et rapidement. L’intrigue est nerveuse, efficace et sans temps morts reposant sur une narration à deux voix surprenante et apportant son lot de surprises et de rebondissements. L’aspect quantique qu’intègre l’auteur dans son intrigue s’avère efficace et originale et apporte une certaine originalité, mais surtout l’auteur pose les théories de façon simples et compréhensibles. Pas besoin d’être calé en sciences pour les appréhender et en comprendre leurs utilités dans l’intrigue. Je regretterai juste que l’auteur se serve des théories pour les intégrer sur des éléments macro, ce qui à ce jour ne repose sur rien de très concret, mais bon rien de trop gênant, j’ai juste « switché » mon cerveau d’ancien étudiant en sciences à lecteur de SF. Concernant les personnages, ils sont juste esquissés pour se révéler solides, intéressants et donner envie de suivre leurs aventures. Certes cela manque parfois de profondeur, mais ça colle parfaitement à l’aspect Thriller recherché par l’auteur. Je regretterai par contre que certains personnages secondaires fassent un peu « tapisserie ». Après j’ai aussi ressenti un certain essoufflement vers le milieu du livre, qui s’oublie dans un derniers tiers explosifs, certains deus ex machina un peu faciles et j’ai trouvé dommage que l’auteur cherche un peu trop le « happy-end » à la fin, principalement concernant Alessandra, mais rien de non plus trop bloquant. La plume de l’auteur est simple, efficace , visuelle et percutante ce qui fait qu’on se laisse assez facilement porter.

 

Ma Note : 7/10

 

Autres avis : Lune, …

Précédent

Les Enfants de Poseidon Tome 1, La Terre Bleue de nos Souvenirs – Alastair Reynolds

Suivant

La Fenêtre de Diane – Dominique Douay

  1. J’ai passé un très bon moment pour ma part, j’ai trouvé le propos plutôt accessible pour le commun des mortels (sauf la postface paradoxalement xD).

    • Ah ça je ne le nie pas, on ne s’ennuie pas un seul instant. Content qu’il t’ait plu en tout cas. Concernant la postface, moi à l’inverse limite la postface m’a donné envie de replonger dans le quantique ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :