The Dandelion Dynasty Book 1, The Grace of Kings – Ken Liu

the-grace-of-kingsRésumé : Two men rebel together against tyranny—and then become rivals—in this first sweeping book of an epic fantasy series from Ken Liu, recipient of Hugo, Nebula, and World Fantasy awards.
Wily, charming Kuni Garu, a bandit, and stern, fearless Mata Zyndu, the son of a deposed duke, seem like polar opposites. Yet, in the uprising against the emperor, the two quickly become the best of friends after a series of adventures fighting against vast conscripted armies, silk-draped airships, and shapeshifting gods. Once the emperor has been overthrown, however, they each find themselves the leader of separate factions—two sides with very different ideas about how the world should be run and the meaning of justice.

Edition : Saga Press

 

Mon Avis : Pour ceux qui suivent régulièrement ce blog, vous devez vous être rendu compte que je suis tombé sous le charme de la plume de Ken Liu qui, à travers ses nombreuses nouvelles et novellas publiées en France, a toujours réussi à me toucher (retrouvez mes chroniques ici). Donc quand j’ai appris que l’auteur se lançait dans de la Fantasy, qui plus à travers un cycle, j’avoue j’ai rapidement craqué et fait entrer ce premier tome dans ma PAL histoire de voir ce qu’il allait bien pouvoir proposer. Bon, après il a un peu traîné dans ma bibliothèque, mais il faut admettre un roman de près de 650 pages en anglais, j’ai certes toujours une certaine hâte à le découvrir, mais d’un autre côté un peu peur aussi devant le pavé (je cache d’ailleurs Words of Radiance pour les mêmes raisons mais je vais me motiver, je le promets). La suite devant être publiée prochaine m’a motivé à le découvrir. Concernant la couverture  je la trouve sobre et réussie.

Les îles de Dara ont longtemps été séparées en différents royaumes se déchirant régulièrement selon intrigues diverses et mouvances politiques, jusqu’à ce que Madipéré, bien aidé par de nouvelles technologies, unisse les royaume suite à une guerre sanglante. Des années plus tard l’empereur Madipéré, devenu un tyran, est sur le point de mourir et sa succession va amener les îles de Dara a de nouveau s’entredéchirer. Je me lançais dans la lecture de ce roman avec une certaine appréhension, connaissant plus l’auteur pour ses textes courts que de longs romans, et pourtant je dois bien avouer qu’une fois la dernière page tournée mes doutes ont été balayés. J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman, y retrouvant la Fantasy que j’apprécie et que j’aime lire et découvrir.

Alors après c’est vrai que le début demande un travail de compréhension et de concentration tant l’auteur développe son univers complexe et nous propose de nombreux personnages. D’ailleurs, c’est plutôt rare, mais je revenais régulièrement vers la carte et vers le lexique des personnages tant il y avait une vraie densité derrière. Ce n’est en rien un mauvais point de ma part, même si je pense que cela pourra en bloquer certains. On est clairement dans une phase d’introduction de l’histoire, qui ne laisse rien au hasard et montre que le roman va développer de multiples voix dans un univers soigné. Je ne dirais donc pas que ces 150 à 200 premières pages sont laborieuses, car je les ai trouvés finalement fluides et maîtrisées, mais on peut les considérer comme introductives et si vous cherchez un récit nerveux alors vous risquez d’être frustré par cette multiplicité des points de vues, d’intrigues et des sous-intrigues qui se dévoilent.

Une fois ce démarrage et les principaux personnages posés, alors là je dois avouer que c’est que du bonheur, plongeant dans un Fantasy épique, pleine de complots et d’intrigues dont on découvre les conséquences des actes pour tous, allant aussi bien de la noblesse au peuple. L’auteur ne laisse ainsi rien au hasard et c’est ainsi l’avantage ici des multiples voix, elles permettent d’offrir de nombreux points de vues et de visions sur les évènements, surtout que le tout s’avère entrainant avec une dose d’ironie et de cynisme, qui font que je me suis retrouvé à tourner les pages avec plaisir et envie d’en apprendre plus. On est ainsi rapidement happé par cette « toile » que nous dévoile l’auteur au fil des pages, à la fois dense, complexe et fascinante. Il arrive à rendre son récit vivant, porté par de nombreux personnages captivants et charismatiques, surtout que l’intrigue, aux premiers abords, pourrait paraitre classique avec une quête de pouvoir, d’amitié et de batailles. Mais voilà Ken Liu arrive à apporter sa propre voie, à y ajouter sa propre patte, son propre style au récit et à le rendre unique et fascinant, tout en y apportant aussi quelques originalités.

La grande force du roman vient clairement de son univers. L’auteur développe ainsi un monde que j’ai trouvé magnifique, soigné, travaillé que ce soit aussi bien dans son aspect historique, dans sa mythologie mais aussi aussi dans sa géographie et son côté social. On sent bien que l’auteur l’a énormément travaillé pour ne rien laisser au hasard. Chaque région se révèle ainsi différentes, avec leurs forces, leurs faiblesses, leurs beautés, leurs cultures et donnent franchement envie d’en apprendre plus. Le côté extrême-orient apporte aussi quelque chose de différent, que ce soit de façon globale comme aussi dans les batailles héroïques comme dans l’idée de l’honneur. Si j’ai bien compris, Ken Liu a construit son univers un peu comme Georges R.R. Martin qui se basait sur Les Rois Maudit, mais en prenant comme base le roman historique Les Trois Royaumes sur la Chine. Cela n’empêche pas ce roman d’avoir son identité propre, même si les bases historiques sont en partis là c’est un vrai monde de Fantasy,où l’auteur propose un imaginaire chinois original intrigant et fascinant ne demandant aucune base de connaissance pour y plonger.

On se retrouve ainsi plonger dans un univers dépaysant, que l’auteur présente comme du « Silkpunk », avec peu de magie, mais de la technologie comme des machines volantes ou autres. Peu de magie ne veut pas dire pour autant aucune magie, on y retrouve ainsi des dieux et une légère couche de surnaturel que j’ai trouvé très intéressante, apportant un plus à l’ensemble. D’ailleurs la présence des dieux n’est pas anodine, remettant ainsi en cause la notion de hasard ce qui, je trouve, amène le lecteur à se questionner sur la réussite des personnages et leurs victoires. Dans tous les cas, un univers qui donne envie d’y replonger tant certains aspects ne paraissent par moment qu’esquisser et donne envie d’en apprendre plus.

Concernant les personnages, là de nouveau j’ai trouvé que l’auteur frappait juste, nous offrant des héros charismatiques, soignés et fascinants. Certes, comme l’intrigue, ils peuvent paraître stéréotypés avec un grand guerrier, un stratège et autres, mais voilà j’ai trouvé que Ken Liu arrivait à les rendre vivants et à les faire avancer et évoluer de façon crédibles. Que ce soit Kuni Garu petit bandit de village à l’éloquence et l’intelligence vive qui va se retrouver, un peu contre son gré, forcer de devoir faire des choix et prendre du pouvoir pour aider les autres, mais qui va découvrir que cela n’est pas sans sacrifice, ou bien encore Mata le guerrier noble dans son aspect le plus pur, qui considère la guerre selon la force et un code d’honneur bien précis, mais qui va apprendre que tout ne repose pas toujours sur l’honneur, mais aussi Luan Zya génie tourmenté par la guerre et les pertes qu’il a vécu, chacun d’entre eux se révèlent ainsi unique, attachant, fascinant et qui, je trouve, marque.

Même les personnages secondaires ne sont pas en restes, se révélant tout aussi soignés et percutants. Après, on pourrait être un peu déçu du fait qu’il faut attendre le dernier tiers du roman pour voir se dégager des personnages féminins clairement percutants (d’ailleurs je viens de me rendre compte après avoir écrit cette chronique que c’est l’un des gros débats aux US), mais voilà j’ai trouvé que chacune d’entre elles avaient leurs importances et surtout celle qui se dégagent franchement sur la fin devrait avoir une ampleur supplémentaire par la suite selon moi. Au final des personnages charismatiques, loin de tout manichéisme, dont on comprend les motivations de chacun et que j’ai trouvé attachants et touchants dont le travail sur leurs sentiments, leur réflexions et leurs émotions m’ont happé.

Le récit, en plus de nous offrir selon moi une histoire terriblement efficace, n’oublie pas pour autant de nous offrir quelques réflexions intéressantes, même si pour une ou deux, j’avoue, je les ai trouvé un peu binaires et légèrement simplistes. Que ce soit concernant le pouvoir, les sacrifices à faire pour répondre à un idéal, la notion de liberté ou bien encore la notion d’égalité elle s’avèrent efficaces. Alors après quelques longueurs se font ressentir ici ou là ou bien encore certains aspect ainsi qu’un personnage m’ont paru amené un peu trop brusquement, mais franchement là je chipote tant j’ai trouvé l’ensemble épique, intelligent, réussi et entraînant. La plume de l’auteur s’avère efficace, soignée, jonglant habilement entre batailles, réflexions et construction tout en mélangeant sérieux avec une légère touche humoristique et cynique qui colle parfaitement à l’ensemble. Hâte de lire la suite qui sort dans quelques jours en VO. À noter aussi que se livre possède une conclusion propre.

A noter que ce premier tome devrait sortir prochainement en VF chez Outre fleuve.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman qui nous plonge dans une Fantasy à l’imaginaire chinois fascinante et entraînante. L’intrigue, certes, prend son temps à démarrer posant ainsi de nombreux personnages et un monde dense et complexe et qui m’a demandé de revenir quelquefois sur la carte ou le lexique des personnages. Cela pourra en bloquer certains, mais ça ne m’a pas dérangé tant ce démarrage, malgré c’est vrai  une certaine lenteur, m’a paru fluide et intéressant. Par la suite Ken Liu m’a offert un récit épique remplie de complots, d’intrigues politique et de batailles héroïques. L’univers est l’un des gros points forts du roman se révélant dense, complexe, originale dans son imaginaire et nous proposant un monde Silkpunk (moins de magie et de la technologie) même si la magie n’est pas non plus en reste avec dieux et sorcellerie. Le côté extrême-orient permet aussi d’offrir quelque chose de différent. Les personnages sont charismatiques, efficaces, percutants et marquent assez facilement le lecteur je trouve. On pourrait regretter par contre un léger manque de personnages féminins marquant dans les deux premiers tiers du roman, même si certaines se dégagent vraiment dans le dernier tiers et devraient avoir une grande importance par la suite. Le récit propose aussi quelques réflexions intéressant que ce soit sur la notion d’égalité, de pouvoir ou d’idéal. Certes quelques longueurs se font ressentir ici ou là et quelques aspects ainsi qu’un personnage m’ont paru amener trop brusquement, mais franchement rien de dérangeant tant j’ai été emporté. La plume de l’auteur est maîtrisée, fluide, soignée et vivant avec une légère pointe d’humour et de cynisme. Je lirai la suite avec grand plaisir.

 

Ma Note : 8,5/10

Précédent

6 ans, je deviens (presque) grand !

Suivant

Les Enfants de Poseidon Tome 1, La Terre Bleue de nos Souvenirs – Alastair Reynolds

  1. Très tentant, je viens de le prendre en numérique et j’ai hâte de le découvrir

    • Bonne lecture, n’hésite pas à venir me dire ce que tu en pense. Par contre je te préviens, il y en a des personnages au début 🙂

  2. Vivement l’arrivée en France, c’est Ken Liu donc j’achète sans me poser d’autres questions. 😉

    • Je fais un peu pareil, mais au moment de sa publication en VO je n’étais pas sûr de le voir un jour en France donc j’ai préféré tenter en Anglais.

  3. Intéressant, je le lirais quand il arrivera en VF je pense ^^.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :