The Rook, Au Service Surnaturel de sa Majesté – Daniel O’Malley

the rook, au service surnaturel de sa majesteRésumé : Victime d’une agression, Myfanwy Thomas reprend conscience dans un parc de Londres. Autour d’elle, des hommes en costume portant des gants de latex. Tous sont morts. Situation peu réjouissante, certes, mais il y a pire : Myfanwy ne se souvient plus de rien. Le plus surprenant, c’est qu’elle semble avoir prévu cette amnésie. Elle a sur elle une lettre écrite de sa main lui expliquant qui elle est et ce qu’elle doit faire pour découvrir qui veut l’éliminer.
C’est ainsi que Myfawny rejoint le siège de l’Échiquier, une organisation secrète chargée de combattre les forces surnaturelles qui menacent la Couronne. Au sein de cette version paranormale du MI5 anglais où elle occupe un poste élevé, entourée de surdoués aux pouvoirs plus que spéciaux, la jeune femme va rapidement se retrouver seule, cherchant son chemin dans un univers d’ombres et de menaces.
À présent, il va lui falloir lever le voile sur une conspiration aux proportions inimaginables.

Edition : Super 8
Poche : Pocket

 

Mon Avis : J’ai fais rentré ce livre dans ma PAL il y a plusieurs mois déjà pour cette simple accroche au dos de la couverture qui annonçait un mélange entre X-Files et l’univers de JJ Abrams. Vous allez me dire que je suis faible, oui, sûrement, mais bon le résumé ne manquait pas non plus d’attrait et les quelques chroniques que j’avais vu passé se révélant plus que positives, j’avais envie de le découvrir. Mais comme tout bon livre qui vient rejoindre une pile à lire gigantesque, il a commencé à jouer à cache-cache avec moi au point qu’il a fallu que je remarque sa sortie en poche pour que je sorte mon chapeau et mon fouet pour l’extirper de ce monstre qui est ma PAL. Concernant l’aspect graphique de la couverture, je la trouve sympathique et qui colle plutôt bien à l’intrigue.

Une chose est sûre avec ce roman, c’est qu’on plonge directement dans l’action puisque qu’on se retrouve à suivre l’héroïne, Myfanwy Thomas, qui se réveille au milieu d’un parc entouré de cadavre, ayant perdu la mémoire et possédant, comme fil conducteur, des lettres laissées là par son ancienne personnalité. Elle va alors découvrir qu’elle n’est pas une Anglaise comme les autres, qu’elle possède des pouvoirs surnaturels et qu’elle travaille pour une organisation gouvernementale secrète. Elle n’est pas au bout de ses surprises. Une fois la dernière page tournée je dois bien avouer que l’histoire se révèle très efficace, certes classique sur le fond avec l’amnésie et l’ennemi qui cherche à éliminer l’héroïne, mais dont l’auteur arrive à clairement donner vie et ainsi faire que le lecteur tourne les pages avec plaisir et envie d’en apprendre plus. Cela s’avère efficace, plein d’adrénaline, porté par un rythme tendu et entrainant, et surtout l’auteur y ajoute une bonne dose d’humour et d’ironie qui apportent un véritable plus à l’ensemble, offrant  ainsi un peu de légèreté. L’intrigue, très Fantasy urbaine, s’amuse au chat et à la souris avec nous, amenant ainsi de nombreux rebondissements et de nombreuses surprises, sans jamais non plus trop tomber dans l’extrême, ce que je craignais à un moment avec l’arrivée des greffeurs, mais que l’auteur arrive à éviter habilement.

L’univers qui nous est présenté à travers ce récit se révèle solide, soigné, et réussi, mais surtout très visuel, limite cinématographique. Ce n’est pas la première fois qu’est utilisé le thème de la société secrète surnaturelle luttant contre les invasions mystérieuses, mais voilà là où l’ensemble gagne en intérêt c’est finalement dans la façon dont elle est présentée et représentée, à la fois pleine de tension et de surprises, tout en y a joutant une bonne couche d’humour anglais, qui fait qu’on se révèle finalement captivé et happé. L’auteur prend le parti de rester sérieux tout en ne se prenant pas la tête et ça marche. Concernant le côté surnaturel il possède une imagination débordante, ce qui offre de nombreux aspects intéressants, que ce soit dans les pouvoirs comme dans les « manifestations », et permet de nombreuses bizarreries qui s’intègrent parfaitement dans l’histoire. Concernant les jeux de pouvoir, l’ensemble possède clairement une bonne base anglaise, ainsi que son flegme, ce qui permet d’offrir un ensemble plus que solide, de plus l’idée de la guerre entre deux pays, que je vous laisse découvrir, se révèle délirante et pourtant intéressante. J’avoue que j’attendais peut-être par contre un peu plus de la ville de Londre, qu’on retrouve souvent en urban Fantasy, mais ici elle se révèle finalement très limitée. Ce n’est en rien gênant, loin de là, et ça permet à l’auteur de se consacrer pleinement aux nombreux fils d’intrigues du récit.

Concernant les personnages, il faut bien avouer que tout dépend de l’accroche que chacun va avoir avec l’héroïne, mais j’avoue m’être assez facilement attaché à elle, se révélant être charismatique, pleine d’entrain, d’humour, de répartie, mais surtout l’auteur a décidé d’en faire une héroïne lambda, certes avec du pouvoir, mais tout en évitant de la rendre trop parfaite. Elle est aussi ouvertement critique, râleuse et effrayée, avec cette capacité exceptionnelle de passer de la chef de guerre sans pitié à la jeune fille perdue, ce qui la rend encore plus accrocheuse selon moi. Mais surtout on découvre deux Myfanwy, celle des lettres qui était beaucoup plus gratte-papier qui vit dans son coin en ne s’intéressant qu’à ses bilans et évitant tout contact avec le terrain, et la nouvelle Myfanwy qui, un peu par la force des choses, va devoir prendre son destin en main, parfois de façon violente, et se battre pour avancer. Je regrette par contre que l’aspect amnésie soit traité avec si peu de contrecoup envers l’héroïne, même si c’est vrai les évènements font que tout va vite pour elle. Concernant les personnages secondaires, ils subissent un peu la conséquence d’avoir une héroïne « imposante », ils ont un peu de mal à se développer. Alors certes ils apportent une touche d’humour et de folie, permettant de faire aussi avancer de façon intéressante l’intrigue, mais m’ont paru manquer un peu de profondeur, même si quelques-uns arrivent à s’en sortir honorablement.

Alors après tout n’est pas non plus parfait, la narration fait qu’on alterne entre les éléments présents et les lettres de l’ancienne Myfanwy pour expliquer sa vie à la nouvelle, mais voilà l’ensemble possède quand même quelques longueurs, principalement dans les lettres à mon goût, voir même des dialogues qui prennent trop leur temps. Franchement le livre aurait pu avoir une bonne soixantaine de pages en moins que cela n’aurait dérangé en rien la lecture. Surtout que par effet inverse j’ai trouvé que la conclusion avait été traitée un chouïa trop rapidement à mon goût. Après ce ne sont que quelques petits défauts, qui n’élèvent en rien le côté entraînant et efficace de cette lecture.

La plume de l’auteur se révèle pleine d’humour, efficace et captivante, même si par moment j’ai trouvé que les dialogues se révélaient un peu trop familier, surtout dans une organisation aussi hiérarchisée que la Checquy. Au final pour un premier tome et un premier roman, j’ai passé un très bon moment de lecture avec cette histoire de Fantasy urbaine percutante et sans temps morts. Une suite est normalement en cours d’écriture et devrait être publiée, en VO, en 2016 et je la lirai avec plaisir, même si (pour ce qui que cela intéresse) ce premier tome peut suffisamment se suffire à lui-même.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre qui nous propose de découvrir une histoire de Fantasy Urbaine efficace, pleine de surprises et de rebondissements et avec une bonne dose d’humour. On se retrouve à tourner les pages facilement pour en apprendre plus. L’intrigue peut paraître classique, mais pourtant l’auteur s’en sort très bien, le tout à travers un rythme tendu. L’univers qui est construit au fil des pages se révèle très visuel et efficace, bien porté par l’imagination de l’auteur offrant quelques originalités dans les pouvoirs et quelques bizarreries qui s’intègrent parfaitement à son monde. Myfanwy, l’héroïne, s’avère rapidement attachante, nous présentant un personnage charismatique, plein d’entrain et d’humour, évitant de tomber dans la perfection, avec ses forces et ses faiblesses. J’ai juste eu un peu de mal sur la rapidité avec la quelle elle négocie son amnésie, mais rien de bien bloquant. Concernant les personnages secondaires, ils ne sont pas mauvais mais paraissent éclipsé par l’héroïne principale. Je regrette par contre quelques longueurs dans le récit, ainsi qu’une conclusion peut être un chouïa trop rapide, mais rien de bien bloquant. La plume de l’auteur se révèle simple, percutante, efficace et captivante, plongeant rapidement le lecteur. Une suite est annoncée pour 2016 et je la lirai avec grand plaisir.

 

Ma Note : 7,5/10

 

Autres avis : Lune, Gruz, Phooka, Well-read-kid, Zina, …

Partager

4 Responses to The Rook, Au Service Surnaturel de sa Majesté – Daniel O’Malley

  1. J’ai trouvé ça très sympa aussi, fun, un bon divertissement 🙂

  2. Je n’avais jamais entendu parler de cette série avant de tomber sur un exemplaire Pocket en librairie. Avec la publication de ton avis sur le tome 2, je commence par la lecture sur celui du premier tome, histoire de prendre le tout dans le bon sens. La quatrième couverture m’avait parlé, le libraire a su attiser ma curiosité mais je suis repartie sans (oui, je suis forte).

    • Moi j’essaie de plus en plus d’être fort sinon je vias bientôt me faire manger par ma PAL.
      APrès concernant The Rook franchement si la Fantasy Urbaine efficace et avec un humour décapant t’intéresse tu pourrais accrocher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *