The Wormwood Trilogy Book 1, Rosewater – Tade Thompson

Résumé : Rosewater is a town on the edge. A community formed around the edges of a mysterious alien biodome, its residents comprise the hopeful, the hungry and the helpless – people eager for a glimpse inside the dome or a taste of its rumored healing powers.
Kaaro is a government agent with a criminal past. He has seen inside the biodome, and doesn’t care to again — but when something begins killing off others like himself, Kaaro must defy his masters to search for an answer, facing his dark history and coming to a realization about a horrifying future.

Edition : Orbit

Mon Avis : Ce roman, je souhaitais le découvrir depuis courant de l’année dernière, au moment il a gagné le tout premier Nommo Awards, le prix récompensant les auteurs Africains d’Imaginaire. Il s’était alors retrouvé dans mes fils de réseaux sociaux et les retours m’avaient alors intrigué. Sauf qu’au moment de cette annonce l’auteur a aussi annoncé que son roman allait être, après avoir été sorti chez un petit éditeur, publié à nouveau chez Orbit. J’ai donc attendu sa nouvelle publication avant de pouvoir me lancer dans la lecture de ce livre qui est le premier tome d’une trilogie. Concernant la couverture, j’avoue elle n’est pas obligatoirement la plus marquante que j’ai vu, mais possède un petit truc sympa et permet d’offrir une ligne au cycle au vu de la couverture du second tome qui a été dévoilé il y a peu.

Ce récit nous plonge dans la ville de Rosewater, au Nigéria, qui est une toute jeune ville née de la présence d’un biodome alien, présent sur place et qui permet, une fois par an, de guérir certaines personnes aléatoirement. On se retrouve à suivre Kaaro, qui possède des capacité un peu particulière et qui propose ses habilités à une banque mais aussi, un peu contre son gré, au gouvernement étant un employé de la Section 45. Je vais m’arrêter là dans mon résumé, pour éviter de ne trop en dévoiler, mais ce que je peux vous dire c’est que j’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman. Rosewater est un roman à la construction un peu différente de ce qui se fait d’habitude je trouve.

Ainsi, quand on rentre dans le livre on ne sait pas trop vers quoi on va se diriger, on se retrouve à suivre la vie du héros à travers une ligne temporelle déconstruite, alternant des passages au présent et des flashbacks. Cette construction pourra peut-être en déranger certains, surtout ceux qui aiment savoir vers quoi ils vont, mais elle permet aussi d’offrir de nombreuses surprises. Surtout elle permet de jouer avec le lecteur, distillant des indices au fil du récit qui prennent de l’importance avec l’avancée de l’intrigue. Pour autant, même si on ne sait pas trop où on va dans les premières pages, cela ne m’a pas empêché de me retrouver captivé par le récit grâce à une narration efficace et aussi par un monde déroutant et captivant. On part alors de la découverte du héros, pour tendre vers le Thriller et finir ainsi avec une intrigue beaucoup plus vaste et dense que ce que l’on pouvait imaginer initialement.

Le rythme du récit est plutôt posé. Il y a une certaine tension qui s’en dégage et qui s’accentue au fil des découvertes, mais ne cherche jamais à trop en faire. On n’est pas du tout dans le roman d’action pure ou l’histoire sans temps-morts, le héros étant clairement à l’opposé des héros de ce genre de romans. On est plus dans le roman d’ambiance, de construction, de manipulation, qui gagne en complexité au fil des pages et cela fonctionne parfaitement , tout du moins avec moi. On plonge dans un récit kaléidoscopique qui oscille environ des années 2040 jusqu’aux années 2060 et qui, morceau par morceau, indice par indice, va construire son personnage, mais surtout dévoiler une toile de fond beaucoup plus dense et étrange que prévu. Le saut d’une ligne temporelle à l’autre est clairement maîtrisé et permet aussi de maintenir l’intérêt du lecteur. On se retrouve ainsi à chercher des informations, des renseignements, des petits détails pour comprendre la vision globale développée même si de nombreux mystères demeurent encore et donnent envie d’en apprendre plus. D’une certaine façon, ce récit parait être aussi une uchronie, mais je ne préfère pas m’avancer pour ne pas spoiler et vous laisser découvrir ces aspects, ces références.

Comme je l’ai dit, l’univers développé par l’auteur tout du long nous offre une image riche, complexe et travaillée. C’est d’ailleurs le gros point fort, je trouve, de ce roman, que ce soit dans la vision que nous propose l’auteur sur ce Nigéria du futur, mais aussi l’évolution du monde qui est présenté à travers quelques indices. L’aspect science-fiction ne manque pas non plus d’attrait et d’originalité, selon moi, et vient aussi y mélanger mysticisme et technologie. On est clairement dans ce qu’on retrouve depuis peu dans certains nombres de récits écrits par des auteurs ou autrices venant ou ayant des origines Africaines ; ce mélange de magie, de science et de tradition qui, d’une certaine façon, change de ce que l’on peut voir d’habitude, accroche et dépayse. Surtout que Tade Thompson y apporte aussi sa propre touche personnelle. De plus, l’auteur a une façon d’appréhender la SF qui ne manque pas non plus d’originalité, que ce soit dans le dôme de Rosewater, la présence d’aliens sur Terre, leurs influences, dans l’impact qu’a le dôme sur la population ou bien encore sur les fameuses capacités du héros.

J’ai ainsi été fasciné par cette science-fiction développée au fil des pages qui ne manque pas d’attrait et qui, certes dans les grandes lignes peut paraître classique, mais s’avère finalement plutôt atypique, jonglant aussi avec de nombreux sous-genres de la SF. Un autre point intéressant vient du futur qui nous est présenté ici, que ce soit sur cette vision du Nigeria, mais aussi de l’Afrique qui grâce à l’apparition de ce dôme ainsi que le cloisonnement des USA, est un peu devenu le centre du monde, mais qui pourtant garde des blessures de son passé houleux avec les grandes puissances mondiales. Cela se ressent justement pleinement dans la « relation » extra-terrestre/locaux, mais je n’en dis pas trop pour ne pas trop en dévoiler. Le tout est porté par une atmosphère prenante, sombre, électrique et pleine de tension qui m’a rapidement accroché.

Concernant les personnages, bien entendu tout tourne autour de Kaaro qui est le narrateur du récit. Alors, j’avoue, au départ j’ai eu un peu peur, le héros du récit se révélant être un peu antipathique et clairement distant. J’avais un peu peur de complètement me déconnecter de lui. Pourtant plus j’avançais, plus finalement j’accrochais à lui, à la vision qu’il nous offrait de ce monde, mais aussi dans la façon dont Tade Thompson le construit. Ainsi, à force de mélanger les lignes temporelles, on découvre un protagoniste au final produit de son époque, s’avérant complexe et qui va se découvrir des capacités différentes dans un monde qui change. Il est finalement, dans un certain sens, une représentation d’une personne qui a voulu s’extraire du moule de cette société, à se rebeller, mais a finalement été obligé d’en devenir un élément. Je ne dirais pas qu’il est brisé, mais il est devenu blasé, même s’il va évoluer face aux découvertes qu’il va faire. Maintenant attention, le héros reste antipathique, il ne se transforme pas du tout au tout, et c’est tant mieux, mais on le comprend, et d’une certaine façon il nous convainc, nous « charme », ce qui fait qu’on suit ses aventures avec l’envie d’en apprendre plus. Concernant les personnages secondaires, je les ai tous trouvé intéressants et solides dans leurs constructions. Il y a encore de nombreux mystères qui planent sur la majorité d’entre eux, mais ils apportent vraiment quelque-chose au récit que ce soit dans l’avancement de l’intrigue mais aussi dans la construction du héros.

Alors après, j’aurai peut-être un léger regret concernant ce roman, il vient de la conclusion qui, à force d’un récit qui joue avec de nombreux mystères, amène très rapidement, voir un peu trop, de nombreuses révélations et de nombreux rebondissements. Je ne vais pas dire qu’on est noyé, mais peut-être un peu mieux gérer j’aurai moins eu cette impression de tout recevoir en un seul bloc. Maintenant Ce n’est que broutille devant ce que propose ce roman et la façon dont l’a construit l’auteur qui m’ont plus que convaincu. La plume de l’auteur est simple, efficace et incisive et je lirai la suite sans soucis et avec grand plaisir, me demandant d’ailleurs comment l’auteur va gérer les prochains tomes.

À noter que ce roman devrait être publié en VF par J’ai Lu Nouveaux Millénaires. La sortie, selon les sites marchands donc information à prendre avec des pincettes, est prévue pour Avril 2019.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman, que ce soit à travers son intrigue pleine de surprises, mais aussi sa toile de fond fascinante. Le récit repose sur une construction qui joue avec le lecteur, oscillant sur plusieurs lignes temporelles, pour distiller de nombreux indices qui prennent de l’importance au fil des pages, tournant autour des révélations avant de surprendre. Cela pourra peut-être déranger ceux qui aiment savoir vers quoi ils se dirigent, mais pour ma part j’ai trouvé cette façon de faire intéressant. L’univers développé tout du long est l’un des gros points forts du roman, que ce soit dans sa vision du futur, du Nigéria et du monde autour, mais aussi dans ce mélange de mysticisme, de technologie et de tradition. Je trouve aussi que Tade Thompson, à travers ce roman, offre une SF plutôt atypique, mélangeant efficacement et avec originalité de nombreux sous-genres. L’ambiance sombre, violente et pleine de tension colle parfaitement au récit. Concernant les personnages, j’ai eu un peu peur au début de ne pas accrocher au héros, Kaaro, qui se révélait plutôt antipathique et distant, mais finalement la construction le rend très vite intéressant. Certes il reste assez froid, mais on le comprend. Les personnages secondaires sont plus que solides et apportent des éléments très intéressants. Ainsi de nombreux mystères restent présents. Je regretterai peut-être une petite accumulation de révélations sur la fin, mais je chipote un peu. La plume de l’auteur est simple, efficace et incisive et j’attends la suite avec impatience.

 

Ma Note : 8,5/10

Précédent

Le Sang des Princes Tome 2, L’Éveil des Réprouvés – Romain Delplancq

Suivant

Cristal qui Songe – Théodore Sturgeon

  1. C’est un auteur que je ne connais pas. Je vais sans doute attendre la sortie des Meurtres de Poly Southbourne dans la collection Une Heure Lumière pour le découvrir.

    • J’attends aussi avec impatience sa novella Meurtres de Poly Southbourne, encore plus depuis que j’ai vu quelques informations passer par le traducteur sur le forum du Bélial’.
      En tout cas pour ma part je trouve que Tade Thompson est un auteur à suivre.

  2. Je te confirme la sortie VF du roman chez J’ai Lu Imaginaire dans la collection Nouveaux Millénaire ! Et vu ta chronique je pense que je vais le lire, je suis très intriguée surtout quand tu mets SF, atypique et originalité ensemble 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :