Un Pont sur la Brume -Kij Johnson

un pont sur la brumeRésumé : Kit Meinem d’Atyar est peut-être le plus doué des architectes de l’Empire. Peut-être… et tant mieux. Car il lui faudra convoquer toutes ses compétences, l’ensemble de son savoir pour mener à bien la plus fabuleuse qui soit, l’œuvre d’une vie: un pont sur le fleuve de brume qui de tout temps a coupé l’Empire en deux. Un ouvrage d’art de quatre cent mètres au-dessus de l’incommensurable, cette brume mortelle, insondable, corrosive et peuplée par les Géants, des créatures indicibles dont on ne sait qu’une chose : leur extrême dangerosité…
Par-delà le pont… l’abîme, et pour Kit une aventure humaine exceptionnelle.

Edition : Le Bélial’

 

Mon Avis : Je continue de me plonger dans la nouvelle collection proposée par la maison d’édition Le Bélial’ qui nous font découvrir différentes nouvelles et novellas. Cette fois il nous propose une novella de Kij Johnson, dont j’avoue n’avoir à ce jour encore rien lu d’elle, mais dont son tout dernier livre en VO me tente énormément. Il fallait donc remédier à cela, surtout que le résumé se révélait très intéressant et la couverture, illustrée par Aurélien Police, est toujours aussi superbe. J’avais donc hâte de voir ce qu’allait proposer l’auteur.

Cette nouvelle nous plonge dans un empire, séparé en deux par un fleuve de brume mortel. Le seul moyen de le traverser passe par l’utilisation d’un bac et demande des conditions très particulières, ce qui fait que chaque voyage se transforme en véritable expédition et très peu d’échanges sont ainsi possibles. Kit a été mandaté par l’empire pour construire un pont au-dessus de ce fleuve entre Procheville et Loinville et ainsi relier l’Empire. J’avoue, j’ai trouvé cette novella très réussie et elle m’a fait passer un très bon moment de lecture. Le premier point que j’ai remarqué vient de l’univers mis en place par l’auteur, un mélange de Fantasy et de Fantastique, à peine esquissé, qui laisse la part belle au lecteur à se plonger dedans, à faire travailler son imagination.

J’aime beaucoup ce genre d’ambiance un peu mystérieuse, étrange qui me happe assez facilement et rapidement, que ce soit dans l’angoisse de cette brume et ce qu’elle peut y cacher, comme dans son travail humain et social. En à peine quelques mots Kij Johnson arrive vraiment à peindre une toile de fond qui donne envie de découvrir et d’en apprendre plus. Que ce soit aussi bien concernant ses énigmes que dans son aspect politique, à peine présenté mais qui s’avère solide, ce monde possède ainsi juste ce qu’il faut de profondeur, d’angoisse et d’humanité pour réussir à me fasciner. L’ambiance calme, posée permet d’offrir un sentiment de fantaisie, de sérénité terriblement efficace tout en faisant avancer les personnages de façon soigné. Par contre, si vous cherchez l’action, ou un récit nerveux, passez votre chemin ce n’est pas du tout le but de cette histoire. On plonge plus dans une tranche de vie du héros.

On se retrouve ainsi à suivre et à découvrir Kit, le héros du roman, personnage simple, ouvert, plaisant, qui arrive dans une ville qu’il ne connait pas et va devoir faire face à une population étrangère dont sa construction va bouleverser leurs vies. Tous n’auront ainsi pas la même réaction. J’ai été rapidement captivé et touché par Kit, simple architecte, loin du héros qui transforme le monde, et qui pourtant apporte de grands changements. On découvre ainsi un personnage profond, soigné, humain avec ses forces et ses faiblesses qui doit aussi bien gérer les aspects positifs de son travail, mais aussi les souffrances et les soucis qui vont en découler, de tels chantiers amenant leurs lots d’accidents et d’incidents. Kit peut paraitre « banal » (et encore son pont est un chef-d’oeuvre d’architecture), mais c’est finalement un peu sa force dans ce texte qui cherche finalement à travailler sur l’émotion, sur la beauté de la vie. Il est, d’une certaine façon, nous -même. Les personnages secondaires qui gravitent autour de lui apportent aussi leurs pierres à l’édifice que ce soit aussi bien dans la construction de l’ouvrage d’art que dans les questionnements qu’il soulève obligatoirement. Au final l’auteur nous offre une véritable aventure humaine, touchante, une tranche de vie dont mon seul regret est peut-être que j’aurai aimé un peu plus de développement sur un ou deux personnages secondaires. On notera aussi une romance soignée, qui apporte un vrai plus dans l’évolution des héros et de l’intrigue.

Ce texte n’est pas non plus qu’une simple histoire, il apporte aussi d’une certaine façon sont lot de réflexions que ce soit aussi bien sur la société, sur soi-même, sur l’importance d’une telle construction mais aussi sur les profonds changements qu’elle apporte en général et dans la vie des un et des autres. J’ai trouvé aussi qu’il apportait une réflexion sur la vie, la mort, le choix de chacun ou bien encore l’évolution. Ou bien encore des choses plus simples, comme ces villages où l’égalité parait de mise, cette simple capacité à s’émerveiller de quelquechose, cette grandeur et cette puissance dans la construction qui fascinent, des choses que parfois on oublie, blasé devant certains bouleversements et certains ouvrages. Un texte qui montre que l’émerveillement est important dans la vie. La grande force de cette nouvelle vient aussi des émotions qu’elle transmet, on rit avec les personnages, on pleure devant leurs pertes, on aime leurs insouciances, l’auteur a vraiment réussi à apporter une justesse et une sincérité du début à la fin. Le tout est porté par une plume simple, directe, efficace et j’avoue que j’ai bien envie de découvrir d’autres écrits de Kij Johnson maintenant. Au final une très belle novella et je pense que je vais craquer pour son dernier roman VO.

En résumé : J’ai passé un très bon moment avec cette novella, Un Pont sur la Brume. On plonge dans une tranche de vie attachante, pleine d’émotion et touchante d’un architecte qui a pour objectif de construire un pont au-dessus d’un fleuve de brume mortel et ainsi relier plus facilement les deux côtés de l’Empire. L’univers, mélange de Fantasy et de Fantastique, se révèle vraiment captivant, laissant la part belle à l’imagination et offrant une ambiance douce et étrange, le fleuve étant là pour amener une légère angoisse et de nombreuses questions. De nombreuses réflexions sont aussi proposés que ce soit sur notre société, soi-même ou encore sur le changement. Les personnages sont humains, marquants, soigné et même si j’aurai aimé en voir un ou deux plus développés, ils happent le lecteur facilement. Une novella qui sonne juste, offrant de nombreuses émotions et que j’ai lu rapidement et avec grand plaisir. La plume de l’auteur est simple, efficace, soignée et je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

 

Ma Note : 8,5/10

 

Autres avis : Ours inculte, Apophis, Just a World, …

Précédent

Eschatôn – Alex Nikolavitch

Suivant

L’Homme qui mit fin à l’Histoire – Ken Liu

  1. Cela me donne bien envie de l’acheter vu ta chronique qui me plait bien.
    J’ai déjà Dragon de T.Day dans cette collection et je ne savais pas lequel choisir ensuite, et bien je vais me reporter sur celui ci !

  2. Bovlaad

    Bonjour à toi!
    Pour ma part, je suis en pleine lecture de ce livre. Et je dois dire que je l’adore, surtout l’univers en arrière plan. J’ai beaucoup de mal a trouver des livres dont l’univers est le même que celui présenté ici.
    Auriez vous des livres a me proposer?
    Merci beaucoup.

    • Comme ça, je vais avoir un peu de mal à vous conseiller. Pourriez-vous déjà me dire ce qui vous plait dans cette novella pour que je puisse me faire une idée?

      • Bovlaad

        Ce qui me plait? Et bien cet univers mêlant sf et fantasy sans qu’on ne le soit vraiment. Le fait est aussi que l’on voit le monde changeait autour des personnages. Cette histoire, je pense, d’amour entre les deux personnages principaux est aussi très bien introduite. Et aussi connaitre le quotidien de ces personnes qu’on dirait presque banale. J’adore ce livre je viens de le terminer, j’aimerais tellement une suite sur l’Océan!
        Merci encore!

        • C’est compliqué comme ça de trouver les bonnes lectures adéquates, je peux peut-être vous conseiller La Ménagerie de Papier de Ken Liu, des histoires courtes mélangeant imaginaire à la réalité avec un contexte et des personnages profondément humain. Peut-être aussi les textes de Mélanie Fazi, mais c’est peut-être un peu plus sombre. Je vais aussi réfléchir à d’autres écrits à vous conseiller.

          • Bovlaad

            Merci pour ces premier écrit je vais me pencher dessus.
            N’hésitez pas a m’en dire plus!

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :