Winterheim – Fabrice Colin

winterheimRésumé : Il y a bien longtemps, les Faeders et les Dragons ont décidé de ne plus s’immiscer dans les affaires des mortels. Retirés loin de Midgard, ils ont cependant confié à la Dame des Songes et à ses trois demi-sœurs les Ténèbres la tâche de veiller sur les humains. Aujourd’hui, dans le royaume de Walroek, le jeune forestier Janes Oelsen, dont les parents n’ont jamais pu comprendre le caractère rêveur et la juvénile impétuosité, entre en possession, à la suite d’un pari, d’une mystérieuse carte. Accompagné de sa fidèle chouette Flocon, il part pour le château maudit de Nartchreck où, à en croire les légendes, repose un fabuleux trésor…

Edition : Pygmalion Fantasy

 

Mon Avis : Je me suis laissé tenter par ce livre je dois bien l’avouer, en premier lieu, par sa couverture, illustrée par Vincent Madras que je trouve vraiment magnifique, possédant ce côté très fantasy et glacial qu’annonce le quatrième de couverture. C’est aussi une des raisons qui ont fait que je me suis laissé tenter par ce roman, la quatrième de couverture avec  les mythes nordiques qui sont mises en avant, ce qui est plutôt rare il faut bien l’avouer. A noter que ce roman est en fait un omnibus regroupant les trois tomes de la trilogie en un seul volume.

Et pourtant, il faut bien l’avouer, je ressors de cette lecture avec un sentiment assez mitigé voir avec un léger sentiment de déception par rapport à mes attentes. Il faut bien avouer aussi qu’après 80 pages, je me demandais encore où j’allais avec ce livre où le fil rouge n’était toujours pas apparu, possédait peu de repères temporels et surtout deux viols qui me laissait, je l’avoue, pantois malgré une bonne dose de magie, de mystères et de tensions. Puis, l’histoire démarre enfin, on découvre enfin le héros, Janes, et les fils de l’intrigue, qui se révèlent certes classiques et assez linéaire, mais pas mauvais malgré la perte de ce folklore et ce surnaturel qui remplissait les 80 premières pages. Un premier livre que j’ai trouvé assez sympathique où, certes, l’auteur arrive à éviter le roman d’apprentissage en nous offrant un héros qui subit plus qu’il ne vit sa vie, mais qui se plombe, sur la fin, par une histoire d’amour que j’ai trouvé un peu trop improbable à mon goût. La conclusion de ce premier livre, avec le labyrinthe se révèle, elle, par contre vraiment captivante.

Concernant le second livre je trouve qu’il sert un peu de tome de remplissage et part sur des bases qui me font toujours peur, la quête d’un anneau à détruire. Alors ce second livre ne se révèle pas complètement mauvais, il offre plus d’action et l’intrigue se densifie un peu plus, dévoilant la toile qui se met doucement en place, mais j’ai trouvé que l’auteur traînait peut être un peu trop en longueur développant parfois des aspects qui m’ont pas obligatoirement paru pertinents. Heureusement on retrouve la magie et le mystère dans ce second livre. Le troisième livre, lui, nous livre enfin le combat final, l’auteur nous offre un mélange d’action, de trahisons, de surprises et de magies, et même si par moment l’auteur en fait un peu trop, multipliant les points de vue, créant ainsi des longueurs, ce troisième livre se révèle vraiment efficace et m’a paru un peu mieux maîtrisé que les deux premiers.

Concernant l’univers mis en place c’est vraiment la grande force de cette trilogie, cette mythologie nordique froide, pleine de douleurs, de trahisons, de magies, de dragons et d’autres êtres mystiques colle parfaitement à cet univers blanc et glacial. Un monde riche, travaillé et soigné qui donne vraiment envie d’être découvert et qui possède pas mal d’originalités comme les fioles de rêves ou autre. Les dieux se révèlent être des êtres mesquins, froids et égoïstes qui se servent des hommes que pour arriver à leurs fins et gagner du pouvoir, et pourtant ils se révèlent être denses et, d’une certaine façon, parfois attachants ce qui est finalement loin d’être le cas des personnages.

Car oui, concernant les personnages, j’ai vraiment trouvé qu’ils manquaient de profondeurs et surtout d’accroches. On a un peu l’impression de les suivre de loin, à travers un écran, comme si leurs sentiments et leurs émotions paraissaient lointaines et peu réalistes. Alors attention ça ne veut pas dire que les personnages sont improbables ou ennuyeux, on les suit dans leurs péripéties sans vraiment s’ennuyer, mais je n’ai jamais vraiment réussi à m’identifier à eux, la faute selon moi au fait que l’auteur ne se penche pas assez sur eux et surtout va trop vite, par moment, dans l’évolution de leurs sentiments ce qui les rend parfois peu crédibles. Par exemple je reviens sur cette histoire d’amour qui a eu vraiment du mal à me convaincre tant elle est rapide et parait tirée par les cheveux. Il faut atteindre la fin du troisième livre pour commencer à s’attacher à eux, dommage.

Concernant la plume de l’auteur c’est l’un des autres points forts de ce livre, elle se révèle plaisante et attrayante, possédant du charme et de la poésie, ce qui fait qu’on se laisse assez facilement guider par cette histoire et toutes ces péripéties malgré les points faibles présents. Au final un livre dont je sors de ma lecture avec un sentiment mitigé, l’univers est vraiment intéressant et la plume plus qu’efficace mais l’intrigue manque de surprise et parfois d’originalité et les personnages ne sont pas des plus attachants.

En Résumé : Je ressors de cette lecture avec un sentiment mitigé et loin des espérances que j’avais en ouvrant ce livre. L’univers est vraiment intéressant, soigné et surtout permet de découvrir les légendes nordiques ce qui se révèle vraiment intéressant. La plume de l’auteur est efficace et possède ce charme qui fait qu’on se laisse entrainer dans cette histoire, mais voilà l’intrigue manque cruellement de surprises et d’originalité et les personnages, loin d’être mauvais, ne sont pas des plus attachants la faute à des sentiments et des émotions qui évoluent de façon surprenante et un peu trop rapidement. De plus cette fameuse histoire d’amour, limite fusionnelle, manque tout de même de conviction et de profondeur pour vraiment convaincre. Au final un livre moyen, pas mauvais, mais loin de vraiment m’emballer.

 

Ma Note : 6/10

Précédent

Mes Achats du Mois de Septembre

Suivant

Destination Univers – Anthologie dirigée par J.-A. Debats & J.-C. Dunyach

  1. Pour ma part, j’ai vraiment été séduite par le récit ; c’est, jusqu’à présent, mon préféré de F. Colin…

  2. J’avais été tentée par ce roman à sa sortie car j’aime beaucoup l’univers particulier de Fabrice Colin, mais j’avais été refroidie par une chronique mettant en avant les points « faibles » du livre,
    que ton avis ne fait que confirmer.

  3. Moi aussi je trouve que Fabrice Colin a publié des choses bien plus travaillées ! Néanmoins il a su me convaincre avec son univers, et les moyens qu’il met en œuvre pour faciliter notre immersion – je dois dire qu’à ce niveau c’est plutôt très bon comparé à ce que j’ai pu lire en Fantasy à côté. Du coup j’ai passé une lecture un peu chaotique, tantôt bouleversée par certaines descriptions somptueuses et évocatrices, tantôt un peu ennuyée ou énervée par des passages beaucoup moins bons ou des idées qui ne me convainquaient pas, sans parler de certains stéréotypes qui perturbent parfois des idées originales. Je conseille quand même.

    • Je ne le déconseillerai pas, surtout si on cherche une fantasy un peu nordique, mais voilà le livre à ses défauts selon moi qui fait que je ne l’ai pas non plus trouvé exceptionnel.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :