The Arcadia Project Book 1, Borderline – Mishell Baker

Résumé : A year ago Millie lost her legs and her filmmaking career in a failed suicide attempt. Just when she’s sure the credits have rolled on her life story, she gets a second chance with the Arcadia Project: a secret organization that polices the traffic to and from a parallel reality filled with creatures straight out of myth and fairy tales.
For her first assignment, Millie is tasked with tracking down a missing movie star, who also happens to be a nobleman of the Seelie Court. To find him, she’ll have to smooth talk Hollywood power players and uncover the surreal and sometimes terrifying truth behind the glamour of Tinseltown. But stronger forces than just her inner demons are sabotaging her progress, and if she fails to unravel the conspiracy behind the noble’s disappearance, not only will she be out on the streets, but the shattering of a centuries-old peace could spark an all-out war between worlds.
No pressure.

Edition : Saga Press

 

Mon Avis : Ce roman traine dans ma PAL depuis un petit moment déjà, je crois bien limite depuis sa publication qui remonte quand même en 2016. J’avais, à l’époque, été tenté par cette Fantasy urbaine, car elle avait l’air de proposer quelque-chose de différent, principalement avec son héroïne qui paraissait clairement s’éloigner de l’héroïne ou du héros fort, pour offrir une personne plus complexe. C’est clairement cet argument qui m’a donné envie de lui offrir une chance à ce cycle. Après comme souvent avec ma PAL, il s’est caché pendant quelques temps et il y a peu j’ai décidé de lui laisser sa chance. Concernant la couverture, je la trouve plutôt sympathique. À noter que ce livre a été nominé pour de nombreux prix que ce soit par exemple le Nebula comme le World Fantasy Award.

Ce récit va ainsi nous faire découvrir Millie, qui souffre d’un trouble de la personnalité Borderline, ce qui l’a menée il y a quelques années à une tentative de suicide qui a eu pour conséquence de lui faire perdre ses jambes. Aujourd’hui, vivant dans un centre de traitement, elle est alors recrutée par l’intriguant projet Arcadia qui traiterait des problèmes de magie et de faerie. Millie va alors plonger dans un monde étrange. Que dire au final de ce Borderline ? Ce n’est pas un mauvais roman, loin de là, il y a même de très bonnes idées, je trouve, mais pour autant le récit en lui-même m’a paru tellement basique, tellement classique de la Fantasy Urbaine, que je suis par conséquent au final sur ma fin. L’autrice connaît bien les codes du genre et elle sait les réutiliser efficacement, offrant un récit qui ne va pas manquer de rebondissements et de péripéties. Le récit est fluide et plutôt entraînant, ce qui fait que j’ai tourné les pages avec un minimum d’envie et de plaisir. Maintenant moi aussi je connais bien les codes du genre et, ici, le problème c’est que l’autrice préfère rester sur un chemin très balisé ce qui a pour conséquence, de mon côté, que l’intrigue manquait quand même un peu d’originalité et de surprise. C’est un tome qui se lit facilement, mais qui ne révolutionne en rien le genre.

Le gros point fort du livre, comme je l’ai dit, et qui répond aux attentes que j’avais, vient de son héroïne et plus précisément de son trouble borderline. On découvre ainsi une protagoniste assez différente de ce qui se fait habituellement dans le genre, apportant une originalité et un intérêt supplémentaire, je trouve, dans le récit. J’ai trouvé, de mes faibles connaissances, que l’autrice a l’air d’avoir mené de nombreuses recherches sur ce trouble pour le rendre le plus crédible et réaliste possible. On se rend ainsi compte des difficultés que cela amène dans la vie de l’héroïne, des conséquences que cela produit, de sa façon de gérer ses relations avec les autres, de ses souffrances. C’est clairement Millie le point fort de ce livre, selon moi, offrant une héroïne touchante, complexe, avec ses forces et ses faiblesses, qui doit aussi apprendre à gérer son déséquilibre, apprendre à travailler avec les autres, qui va devoir parfois évoluer malgré sa condition.

Le soucis avec une héroïne aussi travaillée, c’est que les autres personnes qui gravitent autour d’elle en deviennent obligatoirement impactées, se révélant alors manquer de profondeur. C’est dommage, car Millie n’est pas la seule a voir des troubles et devoir vivre avec, chacun des protagonistes du projet Arcadia est « différent », mais pour autant vu qu’on ne reste avec eux qu’en surface j’ai trouvé cela dommage, alors que certains auraient quand même clairement mérité d’être plus développés. Je sais que c’est un cycle, que d’autres personnes seront développées par la suite, mais le décalage dans ce premier tome, entre une héroïne très présente et dense et des personnages secondaires esquissés, est un peu frustrant. Ensuite, le fait de moins se concentrer sur les autres personnages, fait que l’impact émotionnel est aussi moins prenant je trouve, ce qui fait que quand un évènement se produit concernant ceux qui gravitent autour de Millie on est moins touché, moins intéressé.

Concernant l’univers il est en soit assez classique pour ce type de récit, reposant sur l’existence de la magie dans notre monde et la présence de fae qui quittent leurs mondes pour venir séjourner dans le notre. L’équilibre entre les deux mondes est fragile et repose sur des règles strictes qu’il ne faut pas briser pour éviter une guerre. Le côté fée, êtres féériques est finalement ici assez conventionnel et l’autrice n’apporte pas grand-chose, dans ce premier tome, de nouveau ou d’original. Certes c’est solide dans le contexte et la construction du récit, mais à nouveau j’ai trouvé que c’était un peu déjà-vu. Je ne sais pas si l’autrice attend la suite pour faire évoluer sa toile de fond, mais là, sans dire qu’elle est mauvaise, elle n’a pas trouvé ce petit truc qui aurait pu me la rendre tellement plus accrocheuse.

L’autre aspect de l’univers vient que l’autrice situe son récit à Los Angeles et plus précisément dans le milieu du cinéma. Cela se ressent qu’elle a l’air d’apprécier, ou du moins de bien connaître ce milieu et j’avoue cela offre quelque-chose d’intéressant au récit. Maintenant elle a parfois, je trouve, un peu de mal entre construire son monde et partager une passion, donnant l’impression de trop en faire sur un ou deux passages. En ce qui concerne la magie, elle a , je trouve, du potentiel, mais elle est trop peu expliquée à mon goût dans ce premier tome, trop expéditive pour complètement m’accrocher. J’ai eu l’impression que finalement tout restait un peu en surface. C’est un univers que je n’ai pas trouvé mauvais pour autant, mais qui a du mal à se détacher d’autres romans du genre qui m’ont plus marqué.

Je regretterai aussi une ou deux grosses facilités, dans le dernier tiers, qui servent un peu trop à faire avancer le récit. Enfin j’ai aussi trouvé que l’intrigue reposait  par moment sur une ficelle un peu simpliste. En effet quand notre héroïne rejoint le projet, aucune règle ne lui sera expliquée, ni présentée ; régulièrement elle transgresse donc ses règles sans le savoir, ce qui amène toujours des conséquences qui bien entendu lui retombent dessus, alors qu’au final personne ne lui a rien dit. J’avoue par moment j’ai trouvé cela un peu répétitif et frustrant et surtout un peu trop commode pour offrir un rebondissement. La plume de l’autrice est simple, efficace et entraînante, maintenant comme je l’ai dit même si ce premier tome reste sympathique à lire, il lui manque ce petit truc marquant qui aurait pu me pousser à lire la suite. Surtout que ce premier tome offre conclusion, certes avec des ouvertures, mais qui permet de poser le roman sans avoir besoin de lire le Tome 2.

En Résumé : Au final je dois bien admettre que ce premier tome, de ce cycle de Fantasy Urbaine, Borderline, n’est pas un mauvais roman, il s’avère plutôt sympathique, mais voilà il lui manque un petit truc pour franchement se détacher. Le gros point fort de ce roman vient pourtant de Millie et de son trouble de la personnalité Borderline qui offre une vraie originalité au récit. En effet on découvre une héroïne différente, qui souffre et doit gérer son trouble, rendant le contact avec les gens complètement différent. On sent que l’autrice a fait de nombreuses recherches pour offrir une héroïne crédible, intéressant et attachante. Le soucis c’est que Millie éclipse un peu les autres personnages, qui eux aussi en grande partie doivent gérer des troubles personnels, et dont certains auraient mérité plus de profondeur. L’univers est assez classique, avec cette idée du monde de faérie et les passages vers notre monde qui leur permet de « séjourner » sur terre, mais j’avoue j’attendais plus, la toile de fond me paraissant ici assez déjà-vu. Le côté LA apporte un petit truc en plus, mais parfois l’autrice en fait trop et le côté magie m’a paru manqué de travail et de profondeur. L’intrigue est très classique dans sa construction, ce qui certes ne l’empêche pas d’être entrainante, mais fait qu’il lui manque un petit quelque-chose. Ajouter à cela une ou deux facilités et un ficelle de rebondissement un peu simpliste qui m’ont paru légèrement frustrant. La plume de l’autrice est simple et entraînante, mais voilà, au final, je dirai que même si ce Borderline est sympathique il lui manque un petit truc pour franchement se détacher de la masse de récit de fantasy urbaine qui existe et vu que ce premier tome, même si tout n’est pas fermé, offre sa conclusion propre, je ne pense pas lire la suite.

 

Ma Note : 6,5/10

Précédent

La Forêt des Araignées Tristes – Colin Heine

Suivant

Le Meilleur des Mondes – Aldous Huxley

  1. Dans l’absolu je pourrais être intéressée. Mais quand je vois ma PAL, je me dis que j’ai d’autres priorités. Dommage que ce ne soit pas plus enthousiasmant car, effectivement cette borderline aurait du ressort.

    • Après c’est un premier tome, c’est toujours introductif, maintenant oui niveau univers et intrigue je trouve qu’il a du mal à se démarquer de la masse d’autres romans du même genre.
      Après, peut-être que tu auras un avis différent, il rencontre quand même un certains succès chez les anglophones.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :