Goodbye Billy – Laurent Whale

goodbye billyRésumé : 14 juillet 1881, Old Fort Sumner. Lorsque la nuit tombe sur ce coin perdu du Nouveau-Mexique, l’Ouest américain ne le sait pas encore, mais on va l’amputer d’une légende. Tapi dans l’ombre, Billy the Kid attend son heure. Dans quelques secondes, ses actes changeront à jamais le cours de l’Histoire.
Décembre 2012, Washington, bibliothèque du Congrès. Un archiviste examine un exemplaire du Miami Chronicle daté de 1934. Soudain, une photo retient son attention : les revenants existeraient-ils ?
Tandis que les sbires d’un candidat à la présidence suppriment les dossiers compromettants de leur employeur, un groupe d’historiens de choc, dirigé par Richard Benton, se met en quête de la vérité. Quel lien unit donc un jeune hors-la-loi du XIXe siècle à un requin politique de l’ère spatiale ?
Dick Benton et son équipe feront l’impossible pour le savoir.

Edition : Critic

 

Mon Avis : De Laurent Whale j’ai à peu près lu tous ses romans, il ne me manque que la lecture du livre Le Chant des Psychomorphes pour que ce soit le cas, et je dois bien avouer que je n’ai jamais été déçu tant il offre des histoires énergiques et entrainantes. D’ailleurs ce livre manquant m’attends dans la PAL de la Marmotte, je ne devrais donc pas trop tarder. C’est donc sans surprise que je me suis laissé tenter par son dernier roman qui, en plus, change des habitudes, puisqu’il ne s’agit pas ici de Science-Fiction, mais de Thriller historique. J’avais donc hâte de voir ce qu’allait bien pouvoir proposer l’auteur. En tout cas l’illustration de couverture met directement dans l’ambiance ; cela va être western. Attention par contre au risque de spoiler.

L’idée de construire son récit sur le fait que Billy the Kid ne serait finalement pas mort sous les balles du shérif Garrett en 1881, ce qui aurait alors engendré un lien avec la famille d’un homme politique américain en 2013 candidat aux élections américaines, s’annonçait comme quelque chose d’intrigant et de très intéressant. Pourtant j’ai eu du mal à complètement m’accrocher au démarrage de cette histoire. Autant la partie historique, très western, se révèle entrainante et énergique avec son lot de fusillade et d’action, autant la période contemporaine avec la présentation de l’équipe d’historiens et de Dick Benton m’a paru trop caricaturale.

Pour présenter les choses Dick Benton est un ancien du FBI mis au placard qui se retrouve à diriger une équipe de rats de bibliothèque composé d’une génie de l’informatique à qui aucun système ne résiste (bien entendu), une punkette dont il ne faut pas se fier aux apparences et un ancien, roi de la fouille sur archives. Dans les années 90 ce mélange de X-files et de Lone Gunmen, la SF en moins, m’aurait accroché, aujourd’hui je trouve que cela fait un peu caricatural, surtout que l’auteur vient nous sortir LA révélation qui pose l’équipe ; elle a résolu le meurtre de Kennedy le tout en toute discrétion, car une telle bombe ne peut être révélée au public. Trop dangereux. Bon ok, ça démarre fort, j’en suis à la page 40. J’avoue que là, personnellement je me suis senti dans le syndrome de trop de révélations et de complots tue la révélation.

Heureusement tout cela va rapidement passer au second plan et j’ai alors retrouvé dans cette histoire ce que j’étais venu chercher. Une intrigue bourré adrénaline et d’action, qui ne prend pas le temps de laisser souffler le lecteur, de réfléchir et encore moins de se reposer. On y retrouve d’ailleurs la patte de l’auteur nous proposant des chapitres courts, énergiques, efficaces et qui font que le lecteur se trouve à tourner les pages alignant rebondissements, révélations, courses poursuites et fusillades le tout de façon percutante et sans fioritures. L’auteur joue d’ailleurs facilement avec son lectorat entremêlant ces deux histoires de façon captivante, pour ne jamais trop en dévoiler sans non plus perdre son lecteur.

On voit d’ailleurs qu’il connait parfaitement les règles du thriller, les retranscrivant de façon réussie et performante, même si je lui reprocherai peut-être d’un peu trop les user par moment, cherchant à prendre trop de temps pour dévoiler certains plans ou certaines révélations. De plus l’auteur s’offre aussi quelques facilités, que j’ai déjà aussi retrouvé dans d’autres romans, comme par exemple la présence du génie en informatique qui peut aller partout, espionner partout ce qui débloque bien trop facilement certaines situations avec juste son petit PC, mais qui parallèlement n’arrive pas à retrouver l’IP cachée d’un mail. Mais ce ne sont que des détails qui sont finalement balayés tant je me suis retrouvé emporté. On y retrouve aussi une critique de la société souvent acerbe et percutante, même si parfois ce sentiment de colère et d’injustice que retranscrit l’auteur au travers de ses lignes est un peu trop présent.

Concernant les personnages, malgré comme je l’ai dit un démarrage un peu compliqué, je les ai trouvé clairement vivants, prenants et entrainants. On se retrouve à suivre avec envie les nombreuses péripéties et aventures qui leurs tombent dessus. L’équipe va finalement se dévoiler plus complexe que le début le laisser présager et même si certains héros ont un air de déjà-vu l’auteur arrive à faire qu’on s’intéresse à eux. Le personnage qui sort, selon moi, du lot c’est Billy le Kid, présentant un protagoniste plus futé et intelligent qu’on le croit. Le héros, Richard Benton, se révèle aussi très intéressant à suivre, possédant ses forces et ses faiblesses et devant effectuer des choix pas toujours faciles. Par contre je n’ai jamais réussi a accrocher à Antonia, mis à part sa capacité à pirater les PC et apporter des informations j’ai trouvé que l’auteur cherchait à la rendre trop mystérieuse sans jamais, justement, lui offrir assez de profondeur pour captiver.

L’atmosphère nerveuse et bourré d’adrénaline qui est construite au fil du récit est bien porté par des dialoguer percutants et vif, malgré parfois c’est vrai un peu trop de tout de passe-pas pour ne pas trop dévoiler d’informations. On retrouve aussi dans ce roman une passion de l’auteur, les avions, que j’avais déjà remarqué dans Les Étoiles s’en Balancent, et qui se révèle toujours aussi intéressante à découvrir, apportant un plus à l’ensemble, le tout sans non plus perdre le lecteur dans trop d’explications ou de descriptions. L’ambiance western se révèle elle aussi réussie, on a l’impression de s’y retrouver plongé, entourer de fusillades, de saloon et d’alcool.

Je regrette par contre que l’auteur en fasse parfois un peu top dans les scènes qu’il met en place, je pense principalement à la scène de diversion qui m’a paru quand même manqué clairement de crédibilité, ce que j’ai trouvé dommage. Ensuite le jeu de piste concernant Billy le Kid à l’air de mettre en jeu plusieurs acteurs, je ne comprends donc pas pourquoi l’auteur nous rajoute une sous-intrigue secondaire concernant un détenu condamné à mort. Certes elle va influencer un personnage, mais franchement elle n’a jamais réussi à me captiver, surtout qu’elle n’apporte rien à l’intrigue principale, linéaire et facilement devinable. Peut-être que l’auteur voulait offrir une critique sur la peine de mort aux USA, mais franchement, l’ensemble n’a jamais réussi à me toucher. Dommage. Heureusement que cette intrigue secondaire soit assez court au final.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi entrainante, explosive et vivante, offrant ainsi ici un thriller des plus haletant, certes qui possède ses défauts, mais qui se lit facilement et sans temps morts. Une lecture qui colle aussi parfaitement avec la période de « lecture d’été, très divertissante. Si l’auteur décide de construire une suite à cette équipe de « Rats de bibliothèque » je la lirai aussi sans soucis en sachant que je ne devrai pas m’ennuyer.

En Résumé : J’ai donc passé un moment de lecture sympathique et efficace avec ce roman qui, malgré un démarrage un peu caricatural à mon goût, nous offre une intrigue entrainante, explosive, bourrée d’adrénaline et sans temps morts. L’auteur connait parfaitement les codes du Thriller et les réutilise de façon réussie, même si parfois, c’est vrai, il en fait un peu trop dans les rebondissements et les surprises, tout en offrant une critique de la société percutante. Les personnages, malgré un démarrage un peu compliqué, se sont révélés intéressant à suivre même si je n’ai pas réussi à accrocher à Antonia. Je regrette juste une courte intrigue secondaire auquel je n’ai jamais accroché et certains passages qui me paraissaient manque de crédibilité. L’univers western sur la partie de Billy The Kid se révèle immersive et la passion de l’auteur pour les avions apporte un véritable plus. La plume de l’auteur se révèle toujours aussi vive, explosive et captivante, happant le lecteur entre courses poursuites et explosions. Au final on a là un Thriller historique qui remplit de façon efficace son rôle de divertissement et si l’auteur propose d’écrire une suite sur cette équipe de « rats de bibliothèque » je la lirai sans soucis en sachant que je ne m’ennuierai pas.

 

Ma Note : 7/10

 

Autres avis : Les Mandragores, Boudicca, Dup, …

Précédent

Je suis ton Ombre – Morgane Caussarieu

Suivant

Osama – Lavie Tidhar

  1. J’aime bien l’idée de reprendre l’histoire de Billy The Kid. Je note!

  2. Un sacré cocktail… 🙂

Laisser un commentaire

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :