Kaïken – Jean-Christophe Grangé

kaikenRésumé :Quand le Soleil Levant devient un Soleil noir,
Quand le passé devient aussi tranchant qu’une lame nue,
Quand le Japon n’est plus un souvenir mais un cauchemar,

Alors, l’heure du kaïken a sonné.

 

Edition : Albin Michel

 

Mon Avis : Jean-Christophe Grangé fait partie des auteurs français de Thriller que j’apprécie énormément et, malgré quelques livres que j’ai trouvés moins réussis, je suis impatient de découvrir à chaque fois ses nouveaux livres. Surtout, qu’il faut bien l’admettre, le livre précédent de l’auteur, Le Passager, m’avait rassuré sur les qualités de mise en place d’un bon Thriller sanglant de l’auteur (chronique ici) et j’avais donc hâte de découvrir son nouveau roman. Je dois dire aussi que je trouve la couverture de ce livre esthétiquement réussie avec une certaine sensualité qui donne envie de découvrir l’histoire derrière.

Et pourtant je dois bien l’avouer je ne sors pas complètement emballée par ce roman, il est loin d’être complètement raté et mauvais, mais voilà il est aussi très loin des meilleurs livres que j’ai lu de l’auteur. Un livre juste sympathique, mais qui est loin de m’avoir emporté. Et pourtant on sentait que l’auteur souhaitait, avec ce livre, une sorte de renouveau, changer sa façon d’écrire pour surprendre le lecteur en s’éloignant du thriller classique pour nous plonger dans une histoire sombre, sanglante, noire mais, au fil des pages, glissant dans une histoire plus intimiste pleine de secrets, de souffrances et de mensonges qui vont marquer profondément les différents personnages. Mais voilà finalement je trouve que l’auteur n’a pas réussi son pari.

La faute en vient au fait que l’auteur décide de nous offrir deux intrigues, une sur un serial killer « L’Accoucheur », mais qui manque clairement de souffle et de surprises, vu que dès le départ l’auteur nous annonce clairement la couleur avec l’annonce du coupable dès les premières pages, puis une seconde intrigue qui démarre vraiment à la moitié du livre, qui elle se révèle plus prenante et captivante et qui va toucher personnellement le héros et l’amener à reconsidérer sa vie entière et ses proches. C’est cette seconde intrigue qui m’a vraiment intéressé et passionné. De plus l’auteur cherche à embrouiller le lecteur, cherchant à le détourner de la vérité, mais les fausses pistes glissées manquent souvent de rebondissements et paraissent assez balisées. Pour simplifier, la première moitié du livre se lit gentiment, distraitement grâce à la plume de l’auteur un minimum entrainante, il faut attendre le départ de la seconde intrigue pour commencer à se réveiller lentement au fil des pages, pour monter doucement en tension dans les cent dernières pages et cette traque sans merci.

Ce livre se révèle aussi être une véritable déclaration d’amour de l’auteur envers le Japon, pays contradictoire entre les anciennes coutumes, souvent sacrés, héroïques, pleines de non-dits, de traditions et d’honneur, et le Japon actuel en pleine régression et décrépitude, un pays de geek perdu entre nouvelles technologies et le passé. Un Japon qui se révèle, somme toute, dans ce roman assez fascinant. Ajouter à cela le fait que l’auteur arrive toujours à nous dépeindre un monde sombre, plein de violences, de souffrances et de libertés et on obtient un univers vraiment sombre qui devrait coller parfaitement à un Thriller. Et pourtant, j’ai trouvé que l’auteur en faisait parfois un peu trop dans le glauque comme si plus aucun espoir n’existait vraiment, ce qui parfois fait qu’on décroche un peu, surtout dans la première partie, mais rien de vraiment gênant.

Les personnages se révèlent assez intéressants, mais surtout reposent sur les relations entre le policier Passan et sa femme Naoko mais aussi entre Passan et le serial killer L’Accoucheur. Des relations vraiment fortes, surprenantes pleines de charismes et intenses, mais ce que j’ai trouvé dommage c’est que sur le fond ils se ressemblaient tous un peu trop, principalement Passan et le tueur, tous les deux enfants abandonnés, ayant grandi dans le 93, zone de violence et de haine et aux destins différents. D’ailleurs c’est aussi un léger reproche que je fais, l’auteur a voulu sortir des stéréotypes en montrant les deux facettes des banlieues d’où sont sortis un flic et un assassin, mais à force de vouloir quitter ces stéréotypes l’auteur s’y enfonce quand même par moment. Sinon je trouve dommage aussi, à propos de Naoko, d’avoir construit un personnage pendant toute la moitié du livre pour, une fois un secret révélé nous dévoiler le total opposé de ce que l’auteur a essayé de nous présenter, c’est trop abrupte et improbable pour m’avoir complètement emporté.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi fluide, simple, sanglante et efficace et il sait parfaitement nous faire suivre son histoire sans à coups; on se laisse bercer tranquillement par ce thriller qui finalement se révèle en demi-teinte. Surtout que comme à son habitude l’auteur a, selon moi, offert une fin mitigée avec un duel qui manque de force et surtout se révèle expédié en quelques pages à peine. Au final un roman sympathique, surtout après la moitié du roman, avec un univers assez fascinant, mais qui est loin des meilleurs Grangé. J’espère que le prochain livre de l’auteur retrouvera cet univers prenant, mais surtout s’offrira une intrigue plus soignée et travaillée.

En Résumé : J’ai passé un moment juste sympathique avec ce livre, nouveau thriller de Jean-Christophe Grangé. L’auteur change de style et nous offre deux intrigues, mais la première se révèle peu haletante et surtout sans surprise et il faut attendre la moitié du livre pour entre dans la seconde intrigue qui a plus réussi à m’emporter, malgré quelques simplicités et des raccourcis faciles, et monte rapidement en tension. Par contre comme d’habitude avec l’auteur j’ai trouvé la conclusion en demi-teinte. L’auteur nous présente dans ce livre sa passion pour le Japon et arrive vraiment à la partager avec le lecteur sur une nation pleine de contraste et de surprise. Les relations des personnages se révèlent vraiment prenantes et efficaces, mais les personnages en eux-mêmes donnent l’impression d’être tous créé sur le même moule. La plume de l’auteur est toujours aussi simple et angoissante ce qui fait qu’on se laisse aller facilement dans cette histoire même si j’avoue j’en attendais quand même mieux.

 

Ma Note : 6/10

Précédent

La Saga des Wildenstern Tome 1, Voraces – Oisin McGann

Suivant

S.A.M. Tome 1, Après L’Homme – Marazano & Shang

  1. Le seul Grangé que j’ai lu c’est Miserere mais il m’avait beaucoup plu et donné envie d’en découvrir d’autres. Chose que je n’ai pas encore eu le temps de faire ! Vu ton commentaire, celui-ci ne
    m’emballe pas plus que ça, mais peut-être pourrais-tu m’en conseiller un ?

  2. C’est un auteur que j’adore, et quand j’ai vu que tu étais en train de lire ce livre, j’ai attendu ton avis avec impatience !
    Dommage qu’il se soit révélé moins bon que d’autres ! Mais bon, quand je lis ce que tu as pensé de la deuxième intrigue, j’ai quand même eu envie de le découvrir… A suivre 😉

  3. ça risque de pas être tout de suite, mais je partagerai mon avis avec plaisir !

  4. Ok, je note, merci 🙂

  5. Et bien, que dire sinon que je te rejoins tout à fait dans ton avis. Ok ce n’est pas un mauvais roman, c’est même un page-turner, mais je lui ai trouvé trop de défauts que pour prendre du plaisir à
    sa lecture…
    Dommage 🙁

  6. Les premiers Grangé sont les meilleurs mais j’ai quand même passé un excellent moment avec celui-ci, qui s’éloigne un peu de ses derniers. Sans être transcendant, un excellent moment de lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :