La Cité de l’Orque – Sam J. Miller

Résumé : 22ème siècle. Les bouleversements climatiques ont englouti une bonne partie des zones côtières. New York est tombé; les États-Unis ont suivi. Au large de pays plongés dans le chaos, ou en voie de désertification, de nombreuses cités flottantes ont vu le jour. Régies par des actionnaires, elles abritent des millions de réfugiés. C’est sur Qaanaaq, l’une de ces immenses plateformes surpeuplées, qu’arrive un jour, par bateau, une étrange guerrière inuit. Elle est accompagnée d’un ours polaire et suivie, en mer, par une orque. Qui est-elle ? Est-elle venue ici pour se venger ? Sauver un être qui lui serait cher ?

Edition : Albin Michel Imaginaire

Mon Avis : Ce roman, la première fois que j’en ai entendu parler ce fût au moment de la promotion qui a été faite lors de sa sortie en VO. Je pensais pendant un temps me laisser tenter, puis j’ai vu qu’Albin Michel Imaginaire allait le traduire et le publier, je me suis alors dit que j’allais attendre un peu. Cela ne m’a pas empêché de suivre de loin ce livre qui a connu un beau succès, eu de nombreux retours anglophones positifs et même, il y a peu, une nomination aux Nebula Awards. À noter qu’il s’agit du premier roman adulte de l’auteur et qu’il avait écrit auparavant un roman Young Adult qui s’était déjà fait remarquer. Concernant la couverture, illustrée par Aurélien Police, je la trouve franchement superbe et elle donne envie de découvrir ce livre et cette ville.

Ce roman nous plonge dans un futur pas si lointain où la crise climatique a amené une forte montée des eaux qui a, par conséquent, fortement réduite les surface de terres habitables. De nombreuses cités flottantes ont alors vue le jour, souvent dirigée par des actionnaires « invisibles » qui en tirent parti pour s’enrichir encore un peu plus. Un jour sur Qaanaaq une guerrière Inuit va arriver sur dos d’Orque avec un ours aux pattes et au museau encagés. Son arrivée va alors provoquer de grands changements sur cette ville flottante. Alors, au final j’ai passé un bon, voir un très bon moment de lecture avec ce roman qui ne manque pas de s’avérer complexe, brassant de nombreuses idées et offrant aussi, d’une certaine façon, un récit coup de poing. Pour autant deux ou trois aspects ont fait que, même si je ne regrette pas ma lecture, j’ai l’impression que ce roman aurait pu être encore meilleur, voir encore plus marquant. Maintenant, comme je l’ai dit, il s’agit du second roman de l’auteur et de son premier récit adulte et il ne manque clairement pas de qualités.

Le premier gros point fort de ce roman vient, je trouve, de son univers qui s’avère extrêmement riche, dense et soigné du début à la fin. Que ce soit dans sa représentation de cet avenir, où l’eau va monter au point de forcer les gens à se réfugier dans des villes flottantes, les conséquences sociales et politiques que cela amène, ou bien encore cet aspect humain qui nous montre que l’Homme est toujours un loup pour lui-même, on sent que l’auteur a du longtemps travailler son monde. Qaanaaq en devient ainsi un peu le résumé de tout cela, un mélange des rêves, des espoirs, mais aussi des cauchemars de chacun face à cette grande crise. On découvre ainsi un monde où les politiciens se sont effondrés, pour autant cette ville flottante, qui aurait pu devenir un rêve de liberté, est en fait dirigée par des « actionnaires » qui s’en servent pour s’enrichir en utilisant les mêmes procédés qu’avant la crise climatique pour le faire. La fracture sociale d’une certaine façon s’accentue et, pour autant, la gestion parait plus proche de chacun. Cette densité dans la construction se ressent d’ailleurs pleinement dans le regard donné à la ville à travers « ville sans plan » qui offre alors un kaléidoscope de regards, de visions de Qaadaaq, lui apportant profondeur, diversité, richesse, ainsi que de nombreuses réflexions. Cela permet aussi lui de donner vie, rendre cette ville plus palpable. Ajoutez à cela un côté mafia, une guerre de pouvoir, des nanoliens et autres pour rendre encore plus complexe cet univers qui s’avère globalement bien maîtrisé et donne envie d’en apprendre plus.

L’intrigue s’avère finalement assez simpliste et, vu qu’elle tourne autour d’un mystère, je ne vais pas trop en dévoiler pour éviter de trop spolier. Pour autant même si elle s’avère simple et que certains points m’ont paru prévisibles, j’ai trouvé que dans l’ensemble elle ne manquait pas pour autant d’être solide. On est clairement dans un récit assez lent, contemplatif qui prend clairement son temps pour construire aussi bien sa toile de fond que ses personnages. Cela ne plaira peut-être pas à tout le monde, surtout si vous aimez les récits qui bougent, ici la tension et l’action n’étant pas obligatoirement le moteur du récit, pour autant il y a un côté envoûtant qui se dégage du récit. Les réflexions, les thématiques que vient soulever l’auteur n’ont pas manqué non plus de se révéler, je trouve, percutante et pousse à se questionner sur notre société. Ainsi que ce soit sur la notion de réchauffement climatique de plus en plus impossible à contrôler, la notion de communautarisme ainsi que les conséquences que cela entraîne comme par exemple la haine, la notion de politique qui s’effondre de plus en plus ou bien encore la capacité des plus riches à tenter de s’enrichir sur les plus pauvres, le récit et ses idées ne m’ont pas laissé indifférent. Surtout que c’est l’ensemble est bien amené, ne cherchant pas à forcer le lecteur, lui montrant plutôt un avenir plausible, tout en tentant de le secouer.

Concernant les personnages, l’auteur nous propose un récit choral, avec différents personnages que l’on croise et qui vont tous à un moment ou à un autre se croiser. Dans l’ensemble là encore l’auteur nous offre des héros qui ne manquent pas de se révéler complexes, que l’on voit se dévoiler au fil des pages avec leurs forces, leurs faiblesses, leurs rêves ou encore leurs souffrances. Le récit offre ainsi un échantillon assez large et diversifié de personnages, chacun offrant une vision différente de cette ville, de la vie à Qaanaaq, et qui se retrouvent à devoir évoluer en fonction des changements qui arrivent. Pour autant, j’avoue, qu’un voile m’a paru se glisser entre eux et moi, une certaine distance, un certain manque d’émotion. En soit ce n’est pas gênant, je ne demande pas obligatoirement à des personnages de m’émouvoir, mais plus d’être cohérents. Pour autant le récit cherche par moment à construire par moment des scènes, on va dire plus « sentimentales », principalement quand certains héros se croisent et cela ne fonctionne que moyennement. Ensuite, j’avoue que le personnage de Fill m’a paru un peu de trop, certes je vois pourquoi l’auteur l’a construit, son rôle dans le récit, mais il a du mal a être plus que cela.

Alors après, je regretterai aussi quelques éléments de facilité voir certains Deus Ex Machina qui sont un peu trop pratiques et permettent simplement de faire avancer l’intrigue ce qui est un peu dommage. L’autre point qui m’a légèrement frustré vient de la transition, l’évolution dans le dernier tiers de deux personnages, dont je ne dirai rien pour ne pas spolier, mais qui ont une grande importance dans la conclusion, qui m’a paru étrange. Comme si j’avais loupé une clé pour bien les comprendre. Peut-être qu’un chapitre de plus aurait permis une meilleure transition. Alors c’est vrai, les éléments positifs compensent en grande partie les quelques aspects que j’ai soulevé, mais cela reste quand même un peu frustrant. La plume de l’auteur est simple, efficace et entraînante et a réussi à rapidement me plonger dans la découverte de cette ville. J’ai passé dans tous les cas un bon, voir un très bon moment de lecture avec ce livre, et j’avoue que je suis intrigué maintenant par savoir ce que va bien pouvoir proposer l’auteur dans son prochain roman.

En Résumé : J’ai passé un bon, voir un très bon moment de lecture avec ce roman qui ne manque pas de se révéler percutant et intéressant. Je me suis retrouvé rapidement plongé dans la découverte de cette ville de Qaanaaq qui est le gros point fort de ce roman. En effet on découvre un univers riche, dense et soigné que ce soit dans la diversité de la ville, comme dans les images qu’il développe que ce soit concernant le dérèglement climatique, les aspects sociaux politique et autre. Ce récit nous fait ainsi réfléchir sur notre société, sur l’avenir que l’on offre à notre planète, sur la capacité de l’homme à parfois s’autodétruire et le tout sans chercher à imposer son point de vue. Concernant l’intrigue elle est en soit plutôt simpliste et par moment prévisible, mais pour autant cela ne l’empêche pas d’être solide et intéressante. Par contre, cela en dérangera peut-être certains, mais on est dans un récit plutôt contemplatif, qui prend bien le temps de construire toile de fond et personnages. Justement, concernant les protagonistes, je les ai trouvés intéressants, soignés et complexes, même si je dois bien admettre qu’une certaine distance entre eux et le lecteur se fait ressentir. J’avoue par contre avoir peu accroché à Fill, même si je comprends son utilité. Je regretterai aussi certaines facilités et Deus Ex Machina qui sont un peu dommage, ainsi qu’une impression de transition trop rapide concernant deux héros qui ont une importance sur la fin. Pour autant ces quelques points soulevés sont en grande partie compensés par les qualités du livre. Le tout est porté par une plume efficace, simple et entraînante.

Ma Note : 7,5/10

Précédent

Blues pour Irontown – John Varley

Suivant

The Only Harmless Great Thing – Brooke Bolander

  1. Bon, tout cela me rapelle qu’il faut que je m’y mette, mais je lis en ce moment 2 énormes pavés, alors….

    • C’est pas facile de faire des choix je trouve, encore plus quand on lit en VO et qu’il y a de nombreuses sorties intéressantes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2019 Blog-o-Livre