La Maîtresse de Guerre – Gabriel Katz

la maitresse de guerreRésumé : Fille de maître d’armes, Kaelyn rêve de reprendre le flambeau paternel, tandis que les autres rêvent d’un beau mariage. Elle a le talent, l’instinct, la volonté. Elle ne demande qu’à apprendre. Mais cela ne suffit pas : c’est un monde dur, un monde d’hommes, où la place d’une femme est auprès de son mari, de ses enfants, de ses casseroles.  Il va falloir lutter. Alors elle s’engage dans cette grande armée qui recrute partout des volontaires pour aller se battre au bout du monde. Des milliers de soldats partis « libérer » le lointain sultanat d’Azman, plaque tournante de l’esclavage, terre barbare où règnent les cannibales. Dans la violence de la guerre, elle veut acquérir seule ce que personne n’a voulu lui enseigner. Mais le grand sud, plongé dans le chaos de l’invasion, va bouleverser son destin bien au-delà de ses attentes…

Edition : Scrinéo

 

Mon Avis : Gabriel Katz est un auteur qui avait réussi à me convaincre par sa première trilogie, Le Puits des Mémoires, qui offrait un récit vraiment haletant, déjouant les codes de la Fantasy le tout avec une pointe de cynisme et d’humour vraiment efficace qui avait réussi à m’emporter malgré, c’est vrai, quelques légers défauts (chronique Tome 1, Tome 2, Tome 3). C’est donc avec intérêt que j’ai piqué ce livre à une Marmotte qui passait par là et me suis lancé dans son nouveau roman pour voir ce qu’allait nous proposer l’auteur. Concernant la couverture, illustrée par Miguel Coimbra, je reste assez dubitatif et mon avis est mitigé mais j’en parlerai plus tard dans ma chronique.

S’il y a bien une chose qu’on ne peut pas enlever à Gabriel Katz c’est sa facilité à raconter des histoires qui se révèlent fluides, vivantes, efficaces et pleines d’énergie. La Maîtresse de Guerre en est d’ailleurs la preuve car dès les premières pages on sent qu’on ne va pas s’ennuyer avec des rebondissements et des retournements de situations efficaces. Entre quête initiatique, guerre sanglante et dénonciation, le roman se révèle vraiment rythmé et rempli d’aventures ce qui fait qu’au final j’ai trouvé qu’il se lisait facilement et rapidement malgré, c’est vrai, un aspect un peu linéaire. Un roman qui cherche aussi à faire réfléchir un minimum le lecteur comme par exemple sur l’absurdité de la guerre ou encore la position de la femme dans un monde d’hommes voir même dans la Fantasy en général. Et pourtant malgré ces qualités habituelles et ces bonnes idées sur le papier, j’avoue que j’ai moyennement accroché à ce livre manquant de complexité.

Le gros problème selon moi vient de la simplicité et parfois même de la naïveté du récit et des différentes réflexions qu’on nous présente. Par exemple le récit met en avant l’ineptie de la guerre en montrant le peuple des Rouges présentés comme des libérateurs d’un pays barbare, qui au fil des pages vont montrer leur vrai visage, dévoilant ainsi toute l’horreur insoutenable de la Guerre. Mais voilà cela a pour effet de présenter le peuple d’Azman comme intelligent et raffiné alors qu’il accepte quand même le concubinage des hommes mariés sans l’avis de la femme ou encore l’esclavage. D’ailleurs l’héroïne qui honnit justement l’esclavage durant la grande partie du roman, l’accepte avec grande facilité à la fin, certes pour certaines raisons que je ne peux citer sans spoiler, mais le tout se révèle vraiment  dérangeant. Je pense qu’avec un travail un peu plus conséquent sur ses peuples, mettant en avant leurs différences, leurs ressemblances et leurs complexités le message aurait pu mieux passer, là j’ai juste eu l’impression qu’on m’annonçait de façon trop simple « tu sais, les méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit et vu qu’il y a pire que nous, alors c’est qu’on est bon ».

Après vient aussi le souci de la place de la femme dans ce roman. L’auteur a eu la bonne idée présenter comme personnage principal une femme, guerrière, dans un monde d’homme où elle est très mal acceptée, luttant ainsi contre certains stéréotypes. Déjà premier point qui me dérange, et qui n’a rien à voir avec l’auteur je préviens d’avance, c’est la couverture ; si on veut prendre la défense des femmes on évite quand même l’illustration avec une femme à moitié nue et dont la seule grande question est de savoir si elle porte une culotte ou pas. D’ailleurs si ce n’était pas un roman de Gabriel Katz je doute que je l’aurai lu. Ensuite, ce qui est dommage c’est que l’héroïne s’impose dans ce monde, plus parce que les autres personnages sont idiots, que par ses propres qualités vu que quasiment chaque combat est gagné soit car  l’adversaire est surpris de voir une femme se battre, soit notre héroïne a un moment ou à un autre se retrouve malencontreusement a moitié nue ce qui distrait obligatoirement l’ennemi. Ensuite on repassera parfois sur le côté femme forte, principalement dans sa relation avec Hadrian qui possède sa petite dose d’humiliation mais j’y reviendrai. Il va falloir aussi m’expliquer la pertinence de certains combats en arène et en robe, certes je n’en porte pas, mais j’ai énormément de mal à visualiser la liberté de mouvements.

C’est dommage, vraiment, car il y a de très bons passages dans ce récit comme par exemple les différentes trahisons bien menées, des passages guerriers vraiment efficaces et prenants, l’idée des Waeg qui se révèle vraiment intéressante avec ce côté barbare sans pitié ou encore l’héroïne qui navigue parfois entre deux eaux, deux clans. Concernant l’univers il se révèle solide avec cette fois non pas les froides contrées du Nord comme dans le Puits des Mémoires, mais plus le chaud désert du sultanat avec son aspect très moyen-orient. Un univers qui aurait mérité tout de même d’être un peu plus développé à mon goût, car j’ai eu l’impression de n’en voir que le vernis, mais rien de bien gênant de ce côté-là. Je ferai juste comme léger reproche l’aspect un peu jeux de rôle et un peu facile pour tout ce qui concerne magie et soins.

Concernant les personnages, Kaelyn est une héroïne vraiment pleine d’énergie, de fougue et d’envie et on s’attache rapidement à elle et à son combat pour être respectée malgré certains aspects surprenants dans sa relation avec le maître de guerre. Concernant Hadrian, par contre c’est le vide complet, on ne sait rien du tout de lui, ni ce qui fait qu’un étranger ait rejoint le Sultanat, ni les raisons de son mariage avec la nièce du Sultan et encore moins ce qui fait qu’il est Maître de Guerre, mis à part que les autres personnages ont l’air trop mauvais pour avoir ce rôle. Certains trouveront cela mystérieux ce qui donne une aura supplémentaire au personnage, pas moi; je trouve le personnage creux et peu consistant. Par contre je rêve de devenir Maître de Guerre, si si, ATTENTION SPOILER pouvoir crier haut et fort que non je ne tromperai jamais ma femme car je suis un gars bien, puis coucher finalement avec Kaelyn car bon elle est différente, magnifique et il a des sentiments pour elle, avant de la tromper elle aussi avec une servante pour lui apprendre la plus grande des leçons « qu’il ne faut jamais se fier à personne » avant de coucher à nouveau avec elle car bon il l’aime fort, et le tout sans que Kaelyn bronche un seul instant franchement ça fait rêver. J’en reste même dubitatif. FIN SPOILER. Sinon à part cela deux personnages secondaires sortent du lot, je pense a Felia et Dikaon soit-disant mari de l’héroïne qui sombre dans la folie et rejoint les Waeg.

La plume de l’auteur est toujours aussi fluide, entrainante et énergique avec un humour vraiment efficace ce qui fait que le lecteur est facilement emporté. Oui j’ai tourné rapidement les pages devant le rythme dynamique et cela malgré les nombreuses fois où j’ai levé les yeux au ciel. D’ailleurs je pense que si l’histoire avait été un peu plus travaillée le tout aurait été beaucoup plus efficace selon moi. Là j’ai un livre qui sur la forme se lit bien, mais dont les bonnes idées sont soit contredites, soit mal amenées, soit à peine esquissées ce qui fait qu’au final j’ai trouvé cette lecture très moyenne. De plus je n’ai pas complètement accroché à la conclusion un peu trop « happy end » avec aussi un léger Deus Ex Machina qui vient débloquer une situation inextricable. Peut-être que je n’étais pas fait pour ce roman, manquant de complexité et de densité à mon goût. Cela m’empêchera pas de lire d’autres récits de l’auteur, espérant retrouver la qualité du Puits des Mémoires.

En Résumé : Je ressors de ma lecture de ce roman avec une impression vraiment mitigée. Comme à son habitude l’auteur sait gérer le rythme de son histoire nous offrant quelque chose d’entrainant et d’efficace, le tout porté par une plume simple et prenante. Mais voilà j’ai trouvé le fond de l’histoire un peu trop simpliste, voir naïf et parfois même mal amené, que ce soit dans la dénonciation de la guerre ou encore de la place de la femme dans cette société, ce qui est vraiment dommage. Concernant les personnages j’ai facilement accroché à Kaelyn qui se révèle intéressante, malgré parfois son côté un peu midinette, ainsi qu’à Felia et Dikaon dans leurs fourberies et leurs folies. Je n’ai par contre pas accroché à Hadrian qui manque de densité et se révèle creux. L’univers développé par l’auteur est toujours aussi solide et tend vers les déserts et le sultanat même si on aurait aimé en savoir plus. La plume de l’auteur se révèle toujours aussi fluide, simple, pleine d’humour, captivante et se révèle être une des grandes force du récit. Peut-être qu’au final je n’étais pas le public cible pour ce récit qui manque, selon moi, de complexité et de densité, ce qui ne m’empêchera pas de lire les prochains romans de l’auteur espérant retrouver ce qui m’avait accroché dans Le Puits des Mémoires.

 

Ma Note : 5/10

 

Autres avis : Ptitetrolle, Phooka, Dup, MarieJuliet, nymeria, Crunches, Aranae, Lady K, Mandy88, etc…

Précédent

Wollodrïn, Le Convoi Tome 2 – Chauvel & Lereculey

Suivant

Les Petites Fées de New York – Martin Millar

  1. Un livre sympathique, mais pas le coup de cœur que j’espérais.

    • Après je ne pense pas non plus avoir été le public cible pour ce livre. Cela ne m’empêchera pas de lire d’autres romans de l’auteur 🙂

  2. Yep, je te rejoins complétement dans ton avis, je n’ai pas apprécié la façon dont l’auteur mène son récit. Qu’est-ce qu’il avait besoin de mettre de la romance dedans ? En plus, de la romance mal menée et mal amenée… Bref, c’est maladroit. Je veux une héroïne badass moi. 😀 Comme toi, je ne me sens pas bon public pour ce genre de roman. ^^’

  3. Ly

    J’ai pratiquement terminé le roman et je suis assez d’accord avec toi sur certain point! Je trouve que l’héroïne est un peu trop « puissante ». Je veux bien que, l’égalité homme/femme est importante etc. mais dans ce roman, j’ai justement l’impression que la femme est montré comme un peu plus supérieure que l’homme.. J’ai un peu l’impression de lire un discours de feministe en fait x) « Pour l’égalité è___é mais nous on a pas besoin des hommes pour s’en sortir <3 " .. Je trouve ça bête..
    Surtout que, l'homme est montré comme un véritable idiot qui pense qu'à coucher avec elle.. On dirait qu'ils ont jamais vu de femme de leur vie tellement, c'est assez pitoyable à la longue.

    Et puis, après je trouve ce roman pas très réaliste. Kaelyn est beaucoup trop parfaite. C'est un peu lourd, et puis, il est un peu orienté jeunesse et franchement, je m'attendais pas à trouver des scènes sexuelles dans le roman!
    Mais bon, j'apprécie quand même énormément ce roman. Je trouve que l'histoire est bien racontée, que l'action est bien répartie et même si par moment c'est simpliste comme tu dis, je trouve que à d'autres moment l'intrigue devient plus complexe. Et je me suis rapidement attachée aux personnages.

    Après, je suis totalement d'accord avec toi sur la vision de la guerre et des "méchant". Kaelyn nous montre une image plutôt "sympathique" de l'esclavage..
    Enfin bref, très bonne chronique :p

    • Oui un roman loin d’être parfait, peut-être que l’idée de traiter un tel sujet sur un seul tome n’tait pas totalement adéquat. C’est vrai par contre que le livre se révèle entrainant, bien porté par la plume de l’auteur.

      Merci pour ton commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :