Résumé : Un jour, ils débarquèrent, comme tout le monde l’avait prévu. Tombés d’un ciel bleu candide par une froide et belle journée de novembre, ils étaient quatre, quatre vaisseaux extraterrestres à la dérive tels les premiers flocons de la neige qui menaçait depuis déjà une semaine. Le jour se levant sur le continent américain, c’est là qu’ils atterrirent : un dans la vallée du Delaware vingt-cinq kilomètres au nord de Philadelphie, un dans l’Ohio, un dans une région désolée du Colorado, et un (pour un motif inconnu) dans un champ de cannes des abords de Caracas, au Venezuela…

Edition : Le Bélial’

 

Mon Avis : Gardner Dozois, j’avoue, avant de le découvrir en tant qu’auteur lors de la nouvelle publication de L’Etrangère chez ActuSF, je le connaissais surtout comme anthologiste. Il est d’ailleurs à noter que ses anthologies ont d’ailleurs été régulièrement menées en collaboration avec George R.R. Martin. Puis, comme je l’ai dit, je l’ai découvert à travers son récit L’Etrangère qui m’avait alors offert un très bon moment de lecture à travers un récit poétique, touchant, humain dans un univers très intéressant (ma chronique ici). Il était donc logique, quand j’ai vu que la collection Une Heure Lumière, de la maison d’édition Le Bélial’, allait publier une novella de l’auteur, que je me laisse facilement tenter. Cela et le fait que je n’ai, à ce jour, raté aucune sortie de cette collection (excepté celle que j’avais déjà lu en VO). Malheureux hasard, l’auteur nous a quitté il y a quelques mois. Concernant la couverture, illustrée par Aurélien Police, je la trouve comme souvent magnifique.

Ce récit est un texte qui démarre finalement assez classiquement avec le débarquement de vaisseaux extra-terrestres qui va complètement chambouler la vie de l’humanité. Que veulent-ils? Pourquoi ne communiquent-ils pas ? En parallèle on va aussi découvrir Tommy Nolan un jeune garçon, écolier, qui vit un peu à part dans son monde, discutant avec des êtres qui paraissent imaginaires, mais qui connait aussi une existence compliquée que ce soit dans sa famille et à l’école. Au final j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre. Certes comme je l’ai dit le côte science-fiction avec cette invasion extra-terrestre est très classique dans son ensemble, mais le but, selon moi, de cette partie n’a jamais été de parler d’invasion. Non, cette partie n’est finalement là que pour soutenir les passages avec Tommy et tenter de créer un parallèle qui se dévoile lentement au lecteur et l’amène à réfléchir. Alors, c’est vrai, ces passages sur le débarquement alien sonnent parfois un peu désuet, il faut dire que le texte à quand même plus de quarante ans, ils donnent aussi une impression de déjà-vu, même si cela ne l’empêche pas de se révéler intéressant. Sauf que voilà ces petits défauts s’effacent finalement en grande partie rapidement plus on avance dans l’oeuvre qui, au fil des pages, devient plus prenante, plus captivante. Après si vous cherchez plutôt un texte sans prise de tête, ou sur une invasion pleine d’action, alors il vaut mieux passer votre chemin, Le Fini des Mers, pour moi, me parait plus un texte qui vient questionner le lecteur, soulever par moment certains aspects, certaines anomalies de notre société, de notre vision des autres, de façon froide et glaçante.

Là où le récit gagne clairement en intérêt c’est, dans un premier temps, au niveau de la caractérisation du personnage de Tommy. On découvre ainsi peu à peu un héros touchant, très rapidement attachant, qui connait un contexte social, familial et personnel très compliqué. Un jeune garçon qui doit faire face à des problématiques qui le dépassent complètement, qui sait qu’il ne peut pas en parler et qui le mine de plus en plus. On se rend aussi rapidement compte qu’il s’avère « différent », il vit un peu dans son monde, parle a des êtres invisibles, même si c’est bien plus complexe que cela. Tommy n’est ainsi pas un personnage qui s’intègre dans le moule de la société et d’une certaine façon pour les autres c’est une mauvaise chose, on va essayer de le redresser, de le changer, sans jamais chercher à le comprendre. Ce qui marque c’est que cette différence est traitée avec justesse, se révélant d’une certaine façon dérangeante, légèrement angoissante sans jamais trop en faire. On y retrouve ainsi un peu notre société avec ce modèle de pensée et d’idée imposé à tous, les traumatismes que cela peut occasionner; mais surtout aussi cette incapacité à communiquer, à se comprendre. C’est, en grande partie, à travers ces points là que le parallèle avec les extra-terrestres se fait. D’une certaine façon la peur de l’autre, la peur de ne pas le comprendre, de se sentir rejeter, abandonner, détruit, nous change. C’est sur ses réflexions que le récit gagne en intérêt, qu’il va se révéler beaucoup plus qu’une simple débarquement alien, qu’il a réussi à me captiver jusqu’à la toute dernière page. Il faut dire aussi que je me suis aussi en partie identifié au héros, principalement à travers son côté un peu solitaire.

L’aspect un peu « fantastique » que vient proposer le récit en toile de fond, mais dont je ne dirai rien pour ne pas spoiler, m’a aussi paru intéressant, offrant une réflexion sur notre planète, la façon dont nous la voyons, mais aussi dont nous la traitons. Certes c’est assez court et un peu classique, mais dans le récit cela fonctionne plutôt bien. Alors après, c’est vrai, on pourrait regretter un démarrage par moment un peu froid et austère, on pourrait aussi trouver certains aspects, certains passages amenés un peu rapidement, d’autres qui ont un peu mal vieilli. Certains protagonistes, principalement dans la bande d’amis de Tommy, auraient peut-être aussi mérité d’être un peu plus travaillé, mais franchement je ne peux pas dire que les points que je soulève se soit révélé trop bloquant, loin de là, tant petit à petit je me suis retrouvé happé par ma lecture de cette novella. La plume de l’auteur est soignée, marquante, touchante et prenante et je lirai sans soucis et avec plaisir d’autres écrits de l’auteur.

En Résumé : Au final j’ai passé un très bon moment de lecture avec cette novella qui nous offre un récit intéressant, non pas à travers l’invasion, mais plutôt avec le parallèle qu’amène ce débarquement et Tommy. On découvre ainsi au fil des pages un personnage touchant, attachant, différent qui vit une vie difficile, que ce soit au niveau familial ou encore à l’école, qui se replie sur lui-même, dans son propre monde et qui sonne juste. Le parallèle avec les alien vient ainsi accentuer les réflexions soulevées que ce soit sur notre société, le moule mis en place où tout le monde doit rentrer sous peine d’être rejeté, sur la difficulté de communiquer. On y retrouve aussi des questions, certes peut-être classiques, mais intéressante, sur la façon dont nous voyons et nous traitons notre planète. On est clairement dans une SF qui vient questionner le lecteur, par conséquent si vous cherchez un récit d’invasion il vaut peut-être mieux passer votre chemin. L’aspect un peu « fantastique », dont je ne dirai rien pour éviter de spoiler, colle, je trouve, bien au récit apportant un plus à l’ensemble. Alors après on pourrait regretter un démarrage un peu austère, certains passages donnent l’impression d’avoir un peu mal vieilli, d’autres d’être traités un peu rapidement, on aurait aussi pu apprécier que certains personnages secondaires soient plus développés, mais franchement rien de trop dérangeant tant je me suis retrouvé au fil des pages happé par ce récit qui ne manque pas d’émotion et s’avère captivant porté par une plume soignée et efficace.

 

Ma Note : 7,5/10

 

Autres avis : Ours Inculte, FeydRautha, …