Les Chevaux Célestes – Guy Gavriel kay

Résumé : On donne à un homme un coursier de Sardie pour le récompenser immensément. On lui en donne quatre ou cinq pour l’élever au-dessus de ses pairs, lui faire tutoyer l’élite – et lui valoir la jalousie, parfois mortelle, de ceux qui montent les chevaux des steppes. L’impératrice consort du Tagur venait de lui accorder deux cent cinquante chevaux célestes. À lui, Shen Tai, fils cadet du général Shen Gao, en reconnaissance de son courage, de sa dévotion et de l’honneur rendu aux morts de la bataille du Kuala Nor. On me tuera pour s’en emparer. On me réduira en charpie pour mettre la main sur ces chevaux avant même que j’aie regagné la capitale. » Deux cent cinquante sardiens, introduits par son entremise dans un empire qui éprouvait pour ces montures un désir insatiable, qui gravait à leur image des blocs de jade et d’ivoire, qui associait les mots de ses poètes au tonnerre de leurs sabots mythiques. Le monde vous offre parfois du poison dans une coupe incrustée de pierreries, ou alors des présents stupéfiants. Il n’est pas toujours facile de distinguer l’un de l’autre.

Edition : L’Atalante

 

Mon Avis : Pour ceux qui suivent ce blog depuis un bon moment, vous devez savoir que Guy Gavriel Kay fait parti de ces auteurs dont les récits m’ont toujours laissé un plaisir de lecture plus que positif et dont je me plonge assez facilement dans ses univers. Les Chevaux Célestes a pourtant eu du mal à sortir de ma PAL, un peu effrayé par le pavé qui était proposé et surtout étant dans une période où je traine un manque de sommeil flagrant, j’avais peur de ne pas arriver à entrer complètement dans l’histoire. Sauf que voilà lors des dernières Utopiales j’ai fait entrer dans ma PAL Le Fleuve Céleste qui est lié à ce roman, il fallait donc que je me motive pour le sortir de ma PAL. Ce qui est chose faite. Concernant l’illustration de la couverture, je la trouve bien sympathique, sobre et attrayante.

Il faut savoir que depuis plusieurs romans maintenant, Guy Gavriel Kay s’est spécialisé dans la Fantasy dites Historique et, on ne peut le nier, il le fait de façon fascinante, percutante, envoutante et réussi. Ce livre prend ainsi le parti de se baser sur le cadre imaginaire de la chine de l’époque de la dynastie des Tang et, plus précisément, de revisiter la révolte d’An Lushan. Attention, l’auteur offre bien un roman de Fantasy, j’entends par là qu’il revisite librement l’Histoire en y ajoutant une touche personnelle et même fantastique, si vous cherchez un récit plus détaillé et précis sur cette époque il vaut mieux passer son chemin je pense. Mes connaissances sur l’époque n’étant que minimes je ne peux en aucun cas l’affirmer. Sinon à part ce point je ne peux que fortement vous conseiller de vous laisser tenter par ce roman qui confirme toutes les qualités de l’auteur. Il devrait aussi intéresser ceux qui recherche un one-shot en Fantasy, même si on a quand même entre les mains un beau petit pavé, la « suite » étant clairement indépendante de celui-ci.

Le premier gros point fort de ce livre, selon moi, vient clairement de l’univers qui est mis en place au fil des pages et qui se révèle accrocheur, vivant et fascinant. On sent d’ailleurs le travail mené par l’auteur sur la recherche et le détail, tant l’ensemble est extrêmement dense et soigné, où rien n’est clairement laissé au hasard tout en restant fluide et captivant. On a franchement l’impression de plonger dans cette Chine imaginaire superbement porté par des descriptions envoutantes et élégantes. L’auteur ne tombe ainsi jamais dans la lourdeur et nous dévoile ainsi une image de fond et un paysage fascinant. L’aspect politique et sociologique n’est pas non plus en reste, tant lui aussi se révèle travaillé et complexe offrant ainsi son lot de manipulations, de trahisons et de mensonges sans jamais non plus tomber dans le déjà-vu ou la caricature. En effet entre cet empereur considéré comme un dieu, la dualité entre le premier ministre et le général ou bien encore l’aspect très protocolaire de l’époque, l’ensemble ne manque pas d’intérêts, d’attraits et apporte aussi une véritable originalité et une tension au récit. L’atmosphère chinoise qui se retrouve dans ce récit offre aussi quelque chose de différent, le tout teinté de légères touches de fantastiques qui offrent un vrai plus au récit. on sent que l’auteur maîtrise son image de fond du début à la fin pour le plus grand plaisir du lecteur qui se laisse emporter.

L’autre gros point fort du récit vient de ses personnages. Clairement tous les personnages que l’on croise dans ce récit sont travaillés, intéressants, touchants et surtout profondément humains. En effet on est ainsi rapidement happé par chacun d’entre eux, que ce soit dans leurs envies, leurs failles, leurs émotions ou encore leurs besoins. Chacun d’entre eux possède ainsi sa propre personnalité et va avoir une importance, même minime, dans l’histoire qui se déroule. Surtout ils sont loin de se révéler binaires, possédant une certaine ambivalence qui les rendent d’une certaine façon fascinants et même très attachants. J’ai ainsi été vite happé par Shen Tai, son côté humble, noble et qui, pourtant, possède aussi une certaine dualité dans ses envies. Il est celui par qui, d’une certaine façon, tout va être bouleversé, et on se retrouve à tourner facilement et rapidement les pages avec l’envie de savoir comment il va se sortir des nombreux pièges qui se referment autour de lui. Les personnages qui gravitent autour de lui offrent un panel large de protagonistes où chacun se révèle unique, efficace et passionnant à découvrir. Mais surtout ils surprennent tous, ne tombant jamais dans les stéréotypes, comme par exemple la concubine préférée de l’Empereur qui se dévoile beaucoup plus complexe qu’on ne pourrait le croire.

Pour autant aucun des personnages secondaires n’est laissé pour compte ou ne tombe dans le simple rôle de déclencheur et c’est un peu ce qui en fait une force, mais donne aussi une ou deux fois l’impression de trop trainer sur des personnages pas obligatoirement « d’une très grande importance » dans l’histoire comme par exemple ce soldat qui s’occupe des chevaux. Mais franchement rien de bien dérangeant tant on est emporté par les différents protagonistes et surtout cela permet de dépeindre des personnages du plus humble au plus puissant. Il a aussi, je trouve, un travail intéressant de l’auteur sur les aspects historiques et la vision des héros, comme par exemple l’importance des Courtisanes à cette époque, qui offre un certain idéal et une certains charme, mais qui possède aussi de sacrés contraintes. C’est ainsi, je trouve, très bien écrit ce qui permet ainsi au lecteur d’en comprendre la fascination et l’intérêt mais aussi la souffrance.

L’intrigue ne manque pas non plus d’intérêt, construisant au fil du récit un complot des plus délicats, mais aussi des plus explosif. Le tout est ainsi porté par un rythme et une construction lente qui permet clairement à l’auteur de dévoiler de façon détaillé à la fois son image de fond et les fils du complot qui s’entremêlent autour du héros, qui apparait un peu comme la poussière au milieu de l’écheveau. Ce rythme lent, posé joue aussi énormément sur l’ambiance happante du récit, j’avoue je suis ressort subjugué de ma lecture de ce roman que j’ai trouvé extrêmement fluide malgré le fait que ce soit quand même un beau pavé. Je regretterai peut-être juste la séparation de l’intrigue à un moment du récit où on se retrouve à suivre la soeur de Shen tai. Attention pas que le récit sur cette héroïne soit mauvais, loin de là, il est très bon et dépaysant, mais voilà j’ai trouvé qu’il avait un peu de mal à franchement se rattacher à l’intrigue principal. Bon après j’avoue je chipote un peu. La plume de l’auteur est toujours aussi poétique, dense, soignée et entrainante et dans tous les cas je lirai d’autres écrits de l’auteur sans soucis.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman qui propose de nous plonger dans une Chine imaginaire fortement inspirée de la Chine des Tang. L’univers est ainsi fascinant à découvrir tant on sent que l’auteur a fortement travaillé son sujet ne laissant rien au hasard. Un univers qui se révèle vivant et se dévoile devant nos yeux bien porté par des descriptions soignées et envoûtantes. On a ainsi franchement l’impression de plonger dans ce monde. Les personnages sont aussi un gros point fort du récit car, tout comme le travail qu’il propose sur son image de fond, il nous offre des protagonistes qui ne manquent ni de profondeur ni de densité. Chacun de ceux que l’on croise se révèle ainsi unique, humain, touchant et soigné et c’est cette grande diversité qui fait que chaque héros marque, d’une certaine façon le lecteur. Cela n’empêche pas certains de sortir du lot, je pense par exemple à Shen Tai, sa soeur ou encore la concubine préférée de l’Empereur qui m’ont paru encore plus « flamboyants ». L’intrigue est construit sur un rythme lent et posé, dévoilant de façon magnétique son univers et son complot et qui finalement colle parfaitement à l’ambiance souhaitée. Je pourrai peut-être regretter que l’intrigue sur la soeur de Shen tai soit un peu trop déconnectée du récit principal, mais franchement je chipote tant elle est intéressante et dépaysante. La plume de l’auteur est toujours aussi poétique, entrainante et soignée et je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

 

Ma Note : 9/10

Précédent

Des Toiles aux Utopiales !

Suivant

Welcome to Harmony – Juan De Dios Garduño

  1. Très intéressant, encore un titre (et sa suite) que je met dans ma liste d’envie :/

  2. Superbe roman, duquel j’ai eu du mal à me détacher pour lire autre chose ensuite !
    J’ai hâte de me pencher sur la « suite », « Le fleuve céleste ». 😉

    • C’est vrai que c’est un roman qui s’avère marquant. Par contre je ne pense pas me lancer dans la suite tout de suite, histoire justement de bien digérer Les Chevaux Célestes.

  3. Un jour je me replongerais dans l’oeuvre de cet auteur… dès que j’aurais fait de la place dans ma PàL, ses pavés n’y tiendraient pas en ce moment ^^.

    • Il y a bien longtemps que je ne demandais plus l’avis de ma PAL. Avec mon déménagement je suis miantenant obligé de la prendre en compte ^^

  4. Travail soigné, dense et si accessible quand on ne connait rien à la part de l’Histoire sur laquelle il s’investit : c’est vraiment bluffant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :