Les Rumeurs d’Issar Tome 1, Le Talisman Perdu – Marie Caillet

Résumé : Dis-moi quel est ton Signe, et je te dirai quel est ton pouvoir…
Dans les royaumes d’Issar, la magie habite tous les Hommes. Mais parfois, elle en choisit un. Le pouvoir dont il dispose alors est si puissant qu’il s’incarne en un animal mystique, qui dépend de son signe de naissance. Ces deux êtres, liés à tout jamais, ont pour mission de protéger les puissants de ce monde.
Edjan, seize ans, est l’un de ces élus. Le problème, c’est que son animal, loin d’être redoutable, est minuscule et possède un caractère épouvantable. Ils ont bien du mal à cohabiter dans leur boutique de tapis volants. Jusqu’au jour où leur secret est découvert par Shaëll, voleuse intrépide, qui travaille pour une entité hors-la-loi. Avec elle, ils décident de quitter l’anonymat et d’apprendre à contrôler leur magie.
Par-delà les dunes, ils vont devoir se rendre à Galène, capitale du royaume d’Aestera, où le Lion a disparu…

Edition : Hachette

 

Mon Avis : Parfois, après plusieurs lectures un peu denses, j’ai envie de lire quelque-chose d’un peu différent et souvent je me laisse ainsi tenter par un roman plus jeunesse. Par là je n’entends pas que les romans jeunesse sont moins bons, simplement je sais que les mécanismes de construction du récit ou des personnages sont quand même moins complexes. Cela n’empêche pas d’avoir de très bons romans jeunesse, la preuve en est j’avais énormément apprécié la première trilogie de Marie Caillet : L’Héritage des Darcer. C’est aussi d’ailleurs pour cela que je me suis rapidement laissé tenter par ce nouveau cycle de l’autrice. Concernant la couverture, illustrée par Sébastien Del Grosso, je la trouve très sympathique.

Ce livre nous plonge dans le royaume d’Issar où l’on suit Edjan, un jeune garçon, propriétaire d’une boutique de tapis volants, mécontent de sa vie actuelle, suite à sa Journée qui l’a vu recevoir son Talisman et son signe. Il décide, pour cette nouvelle Journée, de rejoindre le Palais et demander des explications, mais rien ne va se passer comme prévu, car des voleurs vont dérober une grande partie des Talismans. Pire, le soir-même dépité une de ses voleuses va entrer dans son magasin et lui demander de l’aide. Il va alors profiter de cette opportunité pour voir s’il ne pourrait pas s’offrir une vie plus aventureuse.  Clairement, une fois la dernière page tournée, j’ai passé un moment de lecture sympathique et divertissant avec ce roman, même si certains points ont parfois eu du mal à complètement m’accrocher.

Concernant l’intrigue on est plutôt dans une trame classique, avec une sorte de quête initiatique qui voit un jeune adolescent ne pas accepter sa différence. Il va alors au fil des pages et des évènements évoluer, se rendre compte que rien n’est jamais vraiment facile et qu’il faut parfois s’imposer. En fond de tout cela, se dessine aussi un jeu de pouvoir entre le monde des Gardiens et ceux de la maison et cette lutte de pouvoir va se manifester en Aestera suite à la disparition d’un des gardiens les plus puissantes : Le Lion. Alors certes, comme je l’ai dit cela a un côté très classique, mais l’ensemble fonctionne plutôt bien, l’autrice maîtrisant de façon très intéressante son récit, évitant de tomber dans un jeu de révélations convenues  ou explosives pour essayer de construire quelque-chose d’un peu plus complexe. De nombreux mystères sont ainsi distillés au fil des pages et, même si ce premier tome en lève une partie, il reste assez de questions soulevées pour donner envie de découvrir la suite. Le rythme s’avère aussi entraînant, bien porté par de nombreuses révélations et de retournements de situations qui, même s’ils sont parfois un peu simplistes, font qu’on se retrouve à tourner les pages assez facilement.

Le gros point fort du récit vient clairement, pour moi, de l’univers que construit l’autrice et qui s’avère, je trouve, très intéressant à découvrir. Elle nous offre ainsi un univers très « conte de mille et une nuits » avec tapis volants, djinns et autre le tout en y ajoutant la notion de signes astrologiques, de gardiens et de magie. L’ensemble peut paraître surprenant, mais de mon côté j’ai trouvé qu’elle offrait une sorte d’originalité et proposait quelque-chose d’assez captivant à découvrir. Surtout qu’elle arrive à lier les deux de façon cohérente et fluide. Je me suis ainsi facilement laissé porter par ce que construisait l’autrice, par les paysages, les villes et les lieux que l’on visite et qui ne manquent pas de dépayser, même si parfois j’aurai aimé avoir plus de détails. L’aspect politique reste assez classique, mais cela ne l’empêche de s’avérer efficace avec ses jeux de pouvoirs, ses manipulations et ses trahisons. La magie n’est pas non plus sans attrait, même si à mon goût elle me paraît un peu figée dans toutes ses règles. Marie Caillet n’oublie pas de nous offrir aussi quelques réflexions, certes parfois classiques, mais bien amenées, principalement sur la notion de l’adolescence, les changements que cela amène et la façon dont il faut les gérer, mais aussi sur la notion d’acceptation, de différence, de colère. La découverte que le monde des adultes n’est pas obligatoirement si passionnant qu’on pourrait le croire et qu’il faut parfois aussi apprendre à se rendre compte de ce que l’on a déjà. Au final un univers qui donne envie d’en apprendre plus.

Concernant les personnages ils ne sont pas, en soit, mauvais, offrant des héros un minimums soignés, avec leurs forces, leurs faiblesses, leurs rêves, leurs déceptions, mais voilà j’ai eu un peu de mal à totalement m’attacher à eux. Il faut dire qu’ils s’avèrent quand même un peu stéréotypés pour moi et restent parfois un peu trop figés dans leurs rôles définis par avance ce qui est un peu dommage. Je prends pour exemple les frictions entre nos deux héros, Kez et Shaëll, qui, sans se révéler incohérentes, m’ont paru un peu trop théâtrales par moments, minutées et surjouées. Pareil concernant Kez et Shanis dont certains passages m’ont paru un peu faciles. Il ne faut pas croire qu’ils sont mauvais pour autant, que ce soit Kez dans son côté assez simple, perdu dans un monde qui ne le comprend pas et inversement, Shaëll dont on se rend rapidement compte que sa colère repose sur un secret ou encore Shannis héroïne manipulée qui n’a d’autres choix que de tout donner pour tenter de s’en sortir, ils possèdent quand même des caractères et une psychologie qui ne manquent pas non plus d’attrait. J’avais simplement régulièrement envie d’en secouer un, c’est tout. Par contre j’ai trouvé intéressant que l’autrice ne tombe pas dans la romance facile voir pire dans le triangle amoureux gratuit. Les personnages secondaires évitent de tomber dans le côté simple outil pour l’intrigue, proposant ainsi des personnages un minimum travaillé.

La conclusion s’avère aussi très prenante, tout s’accélère, les révélations apparaissent, une partie du mystère se lève et le tout s’avère ainsi prenant et percutant. Alors après, je regretterai tout de même au niveau de ma lecture quelques situations qui m’ont paru résolues un peu trop simplement ainsi que quelques révélations et retournement de situation un peu facile, mais rien de non plus trop bloquant. Ensuite il s’agit d’un roman jeunesse certains passages m’ont donné l’impression de s’avérer artificiels et certains m’ont aussi paru traités un peu rapidement, mais franchement là rien de trop bloquant. Ce roman jeunesse a ainsi rempli ce que j’attendais de lui, une lecture divertissante et entraînante entre deux romans plus denses de mon côté. La plume de l’autrice est toujours aussi simple, pleine de poésie et de charme et joue aussi beaucoup dans la fluidité du roman. Je lirai la suite rien que pour savoir ce qu’elle va encore pouvoir nous révéler et nous dévoiler.

En Résumé : Je me suis lancé dans la lecture de ce roman en espérant y trouver une lecture sympathique et divertissante entre deux romans plus complexe et plus denses et je dois bien admettre qu’il a parfaitement rempli son rôle. Marie Caillet nous offre ainsi une quête initiatique qui peut paraître classique, mais s’avère finalement solide et efficace. L’autrice évite de tomber dans les révélations ou les surprises faciles pour construire quelque-chose d’un peu plus complexe. Le gros point fort vient clairement de l’univers qu’elle nous propose, mélange d’un monde des « Mille et une Nuits » proposant djinns, tapis volants et autre avec une magie liée aux signes astrologiques. Les différents aspects, qu’il soit politique, lié à la magie ou autres ne manquent pas d’attrait et on se laisse ainsi facilement porter par cette toile des fond et les lieux que l’on visite. Concernant les personnages, même s’ils ne sont pas mauvais possédant une certaine densité et s’avérant un minimum entraînant, j’ai quand même eu du mal à complètement m’attacher à eux. Ils ont, je trouve, un côté un peu stéréotypés et figés qui a fait que je suis un peu resté en retrait. Je regretterai aussi une certaine simplicité dans des révélations ou des résolutions de situations ou bien une impression que parfois certains passages sont traités rapidement, mais rien de trop bloquant. La plume de Marie Caillet s’avère simple, fluide, entraînante et je lirai sûrement la suite.

 

Ma Note : 7/10

Précédent

Célestopol – Emmanuel Chastellière

Suivant

Nuit Mère – Kurt Vonnegut

  1. Je crains que cela soit un peu trop « joli » pour moi. En revanche, je me dis qiue cela pourrait vraiment plaire à ma fille.
    Merci pour cette découverte

    • Oui je ne pense pas que ça te corresponde. Comme je l’ai dit de mon côté je sors un livre « jeunesse » quand mon cerveau est( en vrac et que j’ai besoin de plus me « détendre » dans ma lecture.
      Maintenant oui ça pourrait plaire à ta fille.

  2. Le système de magie et l’univers ont failli me faire dépasser mon peu d’appétence pour les romans jeunesse, mais le prix de l’e-book m’a refroidi : 11.99 euros les 371 pages, c’est un peu cher à mon goût. Merci pour la découverte, en tout cas.

    • Après ça reste jeunesse, je ne sais pas si tu t’y retrouverais car même si le système de magie est intéressant je trouve, il reste quand même accessible. Maintenant j’avoue aussi que le prix de l’ebook a de quoi refroidir si on est simplement curieux.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :