Luna Tome 1, Nouvelle Lune – Ian McDonald

Résumé : 2110.
Sur une Lune où tout se vend, où tout s’achète, jusqu’aux sels minéraux contenus dans votre urine, et où la mort peut survenir à peu près à n’importe quel moment, Adrianna Corta est la dirigeante du plus récent des cinq «Dragons», ces familles à couteaux tirés qui règnent sur les colonies lunaires. Elle doit l’ascension météoritique de son organisation au commerce de l’Hélium-3. Mais Corta-Hélio possède de nombreux ennemis, et si Adrianna, au crépuscule de sa vie, veut léguer quelque chose à ses cinq enfants, il lui faudra se battre, et en retour ils devront se battre pour elle…
Car sur la Lune, ce nouveau Far West en pleine ruée vers l’or, tous les coups sont permis.

Edition : Denoël Lunes d’Encre

 

Mon Avis : Dire que Ian McDonald fait partie des auteurs dont j’attends les publications avec impatience est un doux euphémisme. Proposant habituellement une Science-Fiction dense, futuriste aux technologies fascinantes et le tout porté par des personnages captivants et des intrigues soignées j’ai toujours passé d’excellent moments avec les écrits que j’ai lu de lui. C’est donc sans surprise que dès l’instant où j’ai entendu parler du projet de l’auteur d’écrire une trilogie, j’avais hâte de me lancer à sa découverte. J’ai d’ailleurs même failli craquer et le lire en VO, mais j’ai encore un peu de doutes concernant ma capacité de la SF un peu dense. J’ai donc décidé d’attendre sa publication en VF. Concernant la couverture, illustrée par Manchu, je la trouve très sympathique.

On plonge ainsi ici dans un futur pas si éloigné que cela, où la lune a été colonisée par des entreprises privées qui sont venus l’exploiter pour soutenir les besoins de la terre. Au fil des années, quelques grandes familles se sont imposées ayant chacune d’entre elle la main-mise sur un, voir plusieurs pans du marché lunaire et ont fait fortune, devenant ainsi les piliers de ce « nouveau » monde. Sauf que de nombreuses tensions existent entre les familles, principalement avec la famille Corta qui est au centre du récit. Alors je dois bien avouer, une fois la dernière page de ce livre tournée, que j’ai passé un excellent moment de lecture avec ce récit passionnant. Pourtant l’auteur n’offre pas obligatoirement la même chose que ses précédents récits, mais cela ne l’empêche pas pour autant de proposer ici un premier tome plus qu’accrocheur et captivant. Une fois plongé dedans j’ai eu du mal à lâcher le roman, tournant les pages avec envie d’en apprendre plus.

Comme je l’ai dit, l’intrigue proposée diffère de ce que j’avais lu de Ian McDonald auparavant (en sachant que je n’ai pas lu Brasyl, fortement décrié et surtout mal traduit à ce que j’ai entendu) qui se rapprochait plus de l’enquête, voir de la quête, mais qui ici va plus se consacrer sur des luttes de pouvoir, leurs causes et leurs conséquences qui ne vont pas se révéler sans violences ni morts. J’ai lu que ce récit était considéré comme un Games of Thrones SF (en partie par l’auteur lui-même qui dit s’en être inspiré), d’habitude je ne réagis jamais à ce genre d’accroches, mais là je voulais juste en parler vite fait, car selon moi c’est à la fois vrai et faux (oui ça ne veut rien dire et alors^^). Certes on y retrouve ce jeu de pouvoir avec tout ce que cela entraîne de trahisons, de mensonges et des  sang, mais vouloir réduire GoT ou Luna à cela c’est un peu dommage. De plus Martin et McDonald différent quand même assez pour ne pas du tout proposer le même genre d’histoire, de travail de fond et de narration. Au fianl clairement je ne peux que vous conseiller de faire votre propre avis. Bon après j’ai aussi beaucoup de mal à casser les livres dans des cases ou a faire des parallèles qui, pour moi, n’apportent pas grand chose.

Dans tous les cas on plonge ici dans un récit qui s’avère clairement efficace dès les toutes premières pages et qui surtout, distille une tension qui fait qu’on est rapidement happé dans le récit. Dès le premier chapitre j’ai ainsi été captivé par ce que proposait l’auteur, cette course au pouvoir ainsi que par la richesse du récit proposé que je vous laisse découvrir pour éviter de trop en révéler et vous gâcher le plaisir de la découverte. Le récit ne manque ainsi pas de scènes nerveuses, le tout porté par une intrigue qui va se révéler finalement plus complexe qu’une simple haine entre familles, densifié par l’aspect social et légale de ce monde qui lui offre un cadre unique et original. L’autre point qui rend ce récit aussi percutant vient des nombreuses intrigue qui sont mises en place, que ce soit celles qui se dessinent clairement, comme celles qu’on ne voit pas obligatoirement venir. L’auteur maîtrise clairement son sujet et par conséquent chaque ne laisse ainsi pas le lecteur indifférent offrant son lot de surprise. Pour autant l’auteur n’oublie pas de construire un récit soigné et complexe, où chaque personnage à son propre rôle et son importance.

Un des gros points forts, selon moi, vient de l’univers mis en avant tout le long du récit. On découvre tout du long un travail soigné, fascinant et qui offre de nombreuses idées intéressantes à tous les niveaux. Comme toujours l’auteur développe un aspect technologique passionnant, franchement réaliste, plausible que ce soit dans l’idée des familiers, des lentilles de contact ou encore dans les avancées présenté que ce soit pour faciliter la vie comme pour l’achever. Car oui, vivre sur la lune est un défi de tous les instants et oblige aussi à adapter la façon dont on élimine ses adversaires. Surtout le récit ne tombe jamais trop dans la complication, les technologies sont ainsi bien expliqués, compréhensibles et accessibles. Autre point fascinant c’est le côté social, aucune loi n’existe sur la lune, aucun cadre légal fixe n’est ainsi posé. Tout ici est une question de négociation, de lutte, de contrats, de dédommagements ou encore du premier arrivé, premier servi. La justice est ainsi complètement différente et repose plus sur l’élocution et l’esbroufe que sur des textes. Cela offre ainsi, je trouve, une réflexion intéressante sur ce que pourrait être notre vie dans ce genre d’univers, où finalement la différence des classes parait encore plus prononcée.

D’ailleurs, sur la lune respirer n’est même pas un droit, cela a un coût. Pour survivre et continuer à exister les grandes familles organisent par conséquent des mariages qui présentent tous un intérêt politique. On a un peu l’impression d’un système de société féodale futuriste et qui pourtant colle parfaitement au récit. Autre point qu’on retrouve régulièrement dans les récits de l’auteur, vient de l’aspect multiculturel présenté. Chaque famille représente ainsi, d’une certaine façon, une origine différente, ainsi que des visions et des coutumes différentes. Cela offre, je trouve, un petit côté dépaysant, mais surtout un foisonnement dans cette population qui ne se retrouve ainsi pas figé. Ce qui en fait aussi la force de cet univers, c’est que l’auteur le soigne et propose de nombreux détails et un travail minutieux qui le rend palpable, vivant et prenant.

Concernant les personnages là encore l’auteur nous propose un excellent travail où on se retrouve à suivre des héros prenants, humains et complexes. On découvre ainsi au fil des pages les différents membres de la famille Corta, avec quelques passages par moment d’autres familles, et une chose à dire la famille Corta possède son lot de personnages marquants selon moi. Surtout, chacun d’entre eux est « unique », possédant sa propre histoire, son caractère, ses envies ou encore ses motivations, ses forces ou ses faiblesses. Que ce soit Adrianna avec son tempérament d’acier, Lucas et son côté manipulateur dans l’ombre qui cherche la lumière, Rafa l’ainé et héritier aux émotions explosives, Ariel l’avocate qui cherche à suivre un autre chemin, mais aussi Carlinhos le guerrier, l’homme de main ou bien aussi le personnage très intéressant et ambigu de Wagner l’homme-loup. Tous arrivent à « charmer » le lecteur, à exister, s’avérant charismatiques et profonds. Même Lucasinho, adolescent rebelle, ne tombe pas dans la caricature et gagne de l’importance au fil des pages. Les personnages secondaires ne sont pas non plus en reste, dévoilant aussi une autre face complètement différente de la Lune, comme par exemple les mères porteuses. Surtout l’auteur va les pousser à évoluer, à devoir revoir leurs positions, se battre dans un milieu ou le premier faux-pas peut être fatal.

Je ne parle même pas de la conclusion qui est, je trouve, un bijou de tension, de trahisons et de révélations, offrant un final haletant, incisif et captivant qui donne clairement envie de se plonger dans la suite. Alors après, pour  trouver des points qui m’ont un légèrement dérangé, je dirai qu’une ou deux transitions sont mal gérées et certains passages auraient pu propose un peu plus de développement, mais franchement là je chipote tant ce roman m’a offert un excellent moment de lecture. La plume de l’auteur est soignée, percutante, vivante et entraînante et j’ai franchement eu du mal à lâcher ce premier tome. Maintenant reste une grande question, se laisser tenter par la suite qui vient de sortir en VO ou attendre, selon les informations que j’ai lu, le premier trimestre 2018 pour la VF. Je vais mener un débat intense avec moi-même concernant cette question. En tout cas je ne peux que vous conseiller de découvrir ce livre pour vous faire un avis, pour peu que le sujet vous tente.

En Résumé : J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman qui nous plonge dans un futur pas si lointain, où là lune a été colonisée pour ses ressources et où se mène une guerre du pouvoir et de l’argent entre de nombreuses familles. Ce roman pose ainsi un récit qui dès la première page a réussi à me captiver et à ne plus me lâcher, offrant une ambiance tendu et efficace du début à la fin, et maîtrisant parfaitement son récit pour offrir une intrigue complexe, pleines de trahisons, de jeux de pouvoirs, de personnages charismatiques le tout dans une toile de fond riche et captivante. L’univers est l’un des gros points forts du récit, que ce soit dans son aspect technologique comme dans le côté social ou bien légal. Une Lune sans loi où tout est affaire de compromis et d’argent, ce qui offre de nombreuses réflexions. La galerie de personnages proposé s’avère complexe, soigné et fascinant, chaque personnage s’avère ainsi unique, possédant sa propre histoire, ses motivations ses forces et ses faiblesses. D’une certaine façon chacun se détache et ne laisse pas le lecteur indifférent. A noter aussi un final haletant, explosif, avec son lot de révélations qui donne clairement envie de lire la suite. Alors après on pourrai reprocher une ou deux transitions un peu brusques ou un ou deux passages un peu rapides, mais franchement je chipote un peu tant j’ai trouvé ce premier tome réussi bien porté par une plume incisive, efficace et entraînante.

 

Ma Note : 9/10

 

Autres avis : Apophis, Lorhkan, Samuel Ziterman,  …

Précédent

Chaos Tome 2, Les Terres Grises – Clément Bouhélier

Suivant

Cérès et Vesta – Greg Egan

12 Commentaires

  1. Jean

    Tout à fait d’accord avec toi…Le côté « Game of Domes », dont aurait parlé McDonald, n’est pas évident du tout…Dès qu’on parle de plusieurs familles, il faut comparer avec GoT pour faire vendre, comme si c’était la seule référence…
    Mac Donald est un auteur difficile, j’ai eu du mal avec ces sagas sur l’Inde et la Turquie, et je n’ai pas lu Brazyl…Mais Luna (dont je suis à la moitié) est vraiment splendide !
    Merci pour toutes ces bonnes critiques !
    Carry on, old fellows !

    • Le Fleuve des dieux et La Maison des Derviches sont différents, plus dense et plus complexe je dirai dans leurs intrigues et leurs messages. Luna est plus « accessible » mais c’est une belle réussite. Je te souhaite une bonne lecture pour la suite.

  2. C’est clair que ce final intense donne vraiment envie de lire la suite ! Je suis curieux de lire ses autres livres, sachant que Luna semble « plus » accessible comme tu dis.

    Belle chronique en tout cas.

    • Yep au point que je craquerai limite pour la VO. Pour ses autres romans son chef d’oeuvre (pour moi) reste Le Fleuve des Dieux, mais oui on est dans un récit plus complexe et, on va dire, pour des lecteurs qui aiment la SF plus « hard ».

  3. J’ai hâte de le lire, ça a l’air bien prenant comme roman en plus !

    • J’ai eu beaucoup de mal à le lâcher. J’espère en tout cas qu’il te plaira autant qu’à moi, bonne lecture.

  4. Je suis beaucoup moins fan 😉 je n’ai pas accroché et j’ai trouvé le style lourd (sûrement la traduction) avec des passages à la première personne au milieu d’une narration à la troisième. Trop de personnes, trop de…. Et je me suis noyée. J’ai du me forcer pour avancer. Bref, une lecture pesante avec quelques bons moments. Comme quoi, d’un lecteur à l’autre. C’est sûr que la fin me donnerait presque envie. Mais j’ai tellement peiné que je ne tenterai pas.
    Bisous

  5. pour moi, seule la fin est vraiment haletante, pour le reste je reste un peu à côté.

    • Ah mince, ça arrive. C’est vrai que ce n’est pas non plus le roman le plus énergique qui soit mais de mon côté j’ai apprécié la construction et la tension qui s’en dégage. Dommage que tu n’ai pas plus accroché que cela.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :