Roche-Nuée – Garry Kilworth

Résumé : Sur Roche-Nuée, atoll de corail blanc qui, depuis que la mer s’est retirée, se dresse comme un énorme champignon au milieu d’un désert de sel, les êtres comme moi n’ont pas le droit à l’existence.
Je suis un nain de sexe indéterminé, un indésiré, et ce n’est que par un caprice de mon frère aîné que je n’ai pas été jeté à ma naissance du haut de la falaise. Pour moi, vivre, c’est me faire oublier ; c’est demeurer une Ombre. Que j’attire l’attention d’autrui par une parole ou un regard, et c’est la chute mortelle dans le vide. Mais je comprends le langage de l’eau, du vent, du feu et de la roche. Et lorsque la transgression des tabous qui nous gouvernent déclenchera la colère des éléments, c’est de l’Ombre méprisée à quoi me réduit ma nature que surgira peut-être la lumière.

Edition : Scylla

 

Mon Avis : Aujourd’hui je vous propose une nouvelle chronique des éditions Scylla. En effet après ma lecture passionnante de Il faudrait pour grandir oublier la frontière, je me suis rapidement laissé tenter par ce Roche-Nuée en espérant y retrouver la même qualité.  Déjà concernant le livre, rien à dire, on a là un bel objet avec une couverture illustrée Laurent Rivelaygue que je trouve réussie et qui colle bien au récit. Concernant l’auteur, j’avoue ne jamais avoir rien lu de lui jusque maintenant. Il est aussi à noter que Roche-Nuée a déjà été publiée à la fin des années 80 aux éditions Denoël.

On se retrouve au cours de ce récit à suivre le destin d’Ombre, un indésiré de son peuple qui n’a pas été sacrifié, comme le veut la tradition, sur un caprice de son frère Argile. Il survit ainsi dans l’ombre de son frère, ne mangeant que le reste grappillés à droite et à gauche. Personne ne doit lui parler ou le regarder sous peine de reconnaître alors son existence et de devoir le sacrifier. A travers son destin on va ainsi découvrir un monde étrange, Roche-Nuée, où vivent deux familles. La famille de Jour et celle de nuit. Sauf que tout va changer le jour où le frère d’Ombre va tomber amoureux d’une fille de la famille de nuit. Un amour impossible aux tragiques conséquences. Une fois la dernière page tournée je dois bien admettre que ce roman a réussi son pari, offrant un texte riche, soigné et qui, même s’il ne révolutionne pas le genre, soulève des questions toujours d’actualité et de façon efficace. Alors tout n’est pas parfait, mais dans l’ensemble j’ai clairement passé un très bon moment de lecture avec ce récit.

Le point le plus intéressant vient déjà, selon moi, de l’univers que construit l’auteur au fil des pages. L’auteur ne nous offre pas un univers balisé, clé en main. On plonge directement dedans à travers les yeux du héros, Ombre, et les informations ne sont données qu’au compte goutte, en fonction de ces rencontres et de son récit, de sa vie. Cela pourra en surprendre plus d’un, demandant peut-être une légère adaptation pour entrer dans cet univers, mais franchement j’ai trouvé cela très intéressant dans la façon dont le développe l’auteur. Ça permet d’intégrer pleinement ce monde comme un « étranger » qui le découvre, à guetter les informations et à composer soit-même les vides qui sont inconnus du narrateur. Car oui, tout ne trouvera pas de réponse, ce qui d’une certaine façon est une force, permettant à chacun d’en tirer ce qu’il souhaite, même si je me doute que cela pourra en bloquer certains. On est ainsi dans un monde indéterminé, aride, sauvage où la survie est un combat, mais qui possède tout de même une certaine beauté. L’ensemble est aussi porté, je trouve, par des descriptions très efficaces et très visuelles, ce qui ajoute à l’immersion du lecteur. Encore plus quand on va se retrouve à évoluer hors de Roche-Nuée. Enfin le dernier point vient du travail de l’auteur sur tout ce qui est social, les mœurs ou bien encore les mythes. L’auteur ne laisse ainsi rien au hasard, offrant un travail de fond sur le sujet qui s’avère soigné et dense, rendant ainsi ces peuples cohérents et captivants à découvrir. Tout cela donne ainsi envie d’en découvrir plus sur cet univers, son histoire et son évolution.

Le récit repose pleinement sur la quête initiatique de notre héros, qui va peu à peu, à travers cette histoire à la Roméo et Juliette en toile de fond, découvrir que son monde est bien plus vaste qu’il le croit. Et surtout qu’il offre de nombreux secrets et mystères qui vont le forcer à changer. On découvre aussi un personnage complexe, tellement habitué de sa vie d’ombre qu’il s’en satisfait pleinement et qui va, par la force des choses, découvrir qu’il est bien plus que ce qu’il croyait. Il va ainsi devoir évoluer, grandir, gagner en maturité pour s’adapter et trouver une nouvelle place. S’imposer. Il y a ainsi un vrai travail sur la façon dont il va assimiler tout cela et changer pour ne pas se perdre, là où d’autres personnages restent figés, mais aussi au niveau des émotions ce qui le rend un peu plus attachant au fil du récit. On se retrouve alors à suivre ces aventures avec plaisir et envie d’en apprendre plus. Les personnages qui gravitent autour de lui sont eux, certes, peut-être plus classiques dans leurs constructions, mais cela ne les empêche pas de s’avérer solide et clairement intéressants à découvrir. Seul Argile sort aussi du lot, s’avérant complexe dans ses émotions, ses envies et dans la façon dont il va gérer sa vie et ses choix dans un univers rempli de traditions.

L’intrigue par contre n’est pas qu’un simple Roméo et Juliette, en effet l’auteur cherche à faire passer un message qui va se révéler encore plus fort dans le dernier tiers. En plus d’offrir ainsi un travail anthropologique et social qui s’avère dense et percutant, ils nous offre un récit de changement, de bouleversement qui vont alors remettre en cause tout ce qui nous a été présenté dans la première partie. Il va nous montrer que rien n’est jamais figé, que le changement et l’adaptation sont nécessaires pour avancer. Il nous propose aussi un travail de réflexion intéressant sur la façon dont nous gérons notre planète et la façon dont elle réagit. On obtient ainsi un roman intelligent qui pose des questions intéressantes. Alors après tout n’est pas non plus parfait, j’ai ainsi eu l’impression que la deuxième partie était traité trop rapidement, surtout comparé au travail soigné et méticuleux de la première partie. Cela n’a rien de bloquant, mais se ressent dans le rythme donnant l’impression d’une fin un chouïa rapide. Autre point, je ne sais pas si ça vient du fait que le récit à quelques années, mais j’ai eu un léger sentiment de récit convenu, de déjà-vu, qui rendait certains points prévisibles. Rien de non plus trop dérangeant tant l’oeuvre reste de qualité, bien porté par une plume agréable, poétique et entraînante. Je suis bien content d’avoir découvert ce récit et je pense que je lirai d’autres écrits de l’auteur.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman qui nous propose de découvrir Roche-Nuée, où vit Ombre un indésiré qui n’a pas été sacrifié sur un caprice de son frère. L’auteur nous propose ainsi un travail assez dense et fascinant sur les peuples de cet univers, que ce soit d’un point de vue social, des mœurs ou bien encore des mythes. On découvre ainsi un peuple qui fait réfléchir dans la façon dont il se gère et les causes qui l’ont amené à devenir ainsi. L’univers dans son ensemble s’avère aussi très attrayant et donne envie d’en apprendre plus, bien porté par des descriptions efficaces et immersives. Les personnages sont certes classiques, mais s’avèrent solides et intéressants à découvrir. Ombre et son frère Argile, eux sortent du lot que ce soit dans leurs complexités comme dans leurs façons de vivre leurs vies, leurs émotions et les changements qui surviennent. Le récit nous offre aussi de nombreuses réflexions intelligentes que ce soit sur notre planète, la notion d’identité et d’évolution et le tout est porté par une plume agréable, poétique et entraînante. Alors après tout n’est pas parfait, la seconde partie me parait traité trop rapidement au vu de la première et un certain sentiment convenu et prévisible se dégage par moment, mais franchement rien de non plus trop bloquant. Je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Lelf, Tigger Lilly, Shaya, Un dernier livre avant la fin du monde, …

Précédent

Il Faudrait pour Grandir Oublier la Frontière – Sébastien Juillard

Suivant

Good Morning, Midnight – Lily Brooks-Dalton

  1. Un chouette texte, qui change de ce que je connaissais de l’auteur jusque là (plutôt des textes drôles).

    • Je n’avais encore rien lu de l’auteur. Je vais me renseigner sur ses livres. Pour les textes drôles, ça dépend vraiment de l’humour pour que je puisse accrocher.

  2. J’ai adoré Roche nuée également. De la vraie science-fiction anthropologique. Dans la même veine, je conseille le Monde Aveugle de Galouye, où des hommes vivant dans une caverne ont dû s’habituer à l’obscurité, au point de ne plus savoir ce qu’est la lumière, et de développer des compétences pour appréhender leur environnement et une culture liées aux sons.
    Grand supporter de Scylla, j’ai offert Roche Nuée à plusieurs personnes autour de moi. Tous l’ont adoré. J’ai donc voulu lire d’autre Kilworth, et ai ainsi lu Abandonati récemment, qui m’a malheureusement déçu.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :