The Sorcerer of the Wildeeps – Kai Ashante Wilson

Résumé : Since leaving his homeland, the earthbound demigod Demane has been labeled a sorcerer. With his ancestors’ artifacts in hand, the Sorcerer follows the Captain, a beautiful man with song for a voice and hair that drinks the sunlight.
The two of them are the descendants of the gods who abandoned the Earth for Heaven, and they will need all the gifts those divine ancestors left to them to keep their caravan brothers alive. The one safe road between the northern oasis and southern kingdom is stalked by a necromantic terror. Demane may have to master his wild powers and trade humanity for godhood if he is to keep his brothers and his beloved captain alive.

Edition : Tor

 

Mon Avis : Bon, je dois bien avouer, aux premiers abords je ne me serai pas laissé tenter par ce bouquin. Il faut dire que, sans dire qu’elle est mauvaise, l’illustration de couverture ne me donnait pas franchement envie de me lncer dans la lecture de ce roman. Le résumé se révélait un peu plus accrocheur, mais voilà pas de quoi non plus me convaincre. Il a fallu attendre que Tor, l’éditeur, propose l’ebook gratuitement ainsi que de nombreux retours US positifs pour que je me laisse finalement tenter à découvrir ce récit. A noter qu’on est plus, pour moi, dans le format novella que dans le roman, le livre faisant environ 200 pages en format papier.

On suit ici les aventures de Demane, considéré comme un sorcier, voir un demi-dieu, qui s’est engagé en tant que garde dans une caravane de marchands. Il s’est aussi, par la même occasion, rapproché de Capitaine qui est comme lui un demi-dieu. Sauf que voilà, le voyage de cette caravane ne sera pas de tout repos et de nombreux dangers vont perturber leur trajet. Je dois bien avouer qu’une fois la dernière page tournée il va m’être difficile de parler de ce roman. J’ai apprécié ma lecture, je suis bien content d’avoir découvert l’auteur ainsi que l’univers qu’il construit et je lirai sans soucis d’autre de ses écrits, mais voilà il ne s’agit pas d’un récit qui est facile d’accès je trouve. On est ainsi clairement dans le genre de récit à double tranchant, soit on y accroche, soit le lecteur va vite se retrouver à s’ennuyer voir un peu perdu et à complètement se déconnecter. Déjà première chose à savoir, je lis en Anglais depuis quelques années maintenant, mais je ne considère pas comme totalement bilingue, loin de là, et je dois bien avouer que ce récit justement m’a poussé beaucoup plus que d’autre à me servir d’un dictionnaire anglais/français. Ce n’est pas une critique, je tiens juste à mettre en avant que l’auteur offre ici une plume parfois assez pointue et poussée, ce qui fait que si vous êtes comme moi une lecteur plutôt « moyen » en VO, vous risquez de devoir faire des recherches. Cela hache obligatoirement la lecture et pourrait en déranger certains. Moi ça me plait, ça étend mon vocabulaire, même si je ne suis pas sûr d’un jour réutiliser certains mots.

L’un des points intéressants pour moi du récit vient qu’il mélange de façon très efficace les genres, et qu’il s’en sert même pour jouer avec le lecteur, offrant ainsi au lecteur de nombreuses questions dans un univers qui alterne entre science-fiction, aspect mystique et Fantasy. On plonge ainsi dans un univers étrange dont on ne sait pas si on est dans un monde complètement différent et déconnecté, ou dans un futur lointain. D’ailleurs l’univers est l’un des autres points forts, pour moi, de ce roman. Pas parce-qu’il joue sur les genre, mais parce que l’auteur développe un monde à la fois étrange, captivant, déroutant, sauvage et fascinant. On plonge ainsi dans un univers qui mélange science, magie, fantastique, dépaysement, onirisme et qui s’avère d’une certaine façon envoutant. L’attrait principal, selon moi, vient du fait que l’auteur ne nous offre pas son image de fond clé en main, il distille ses informations au fil des pages pour obliger le lecteur à se poser des questions et lui donner envie d’en apprendre plus. Cela pourra peut-être en frustrer certains, mais moi ça m’a accroché, ça donne franchement l’impression de le découvrir comme un inconnu qui vient d’arriver. Un univers complexe, surprenant et qui soulève de nombreuses questions.

Surtout l’auteur joue sur le parallèle entre magie et technologie, la vision de chacun par rapport aux capacités de Demane et du Capitaine et de la vérité. Sont-ils des demi-dieux ou des hommes ayant de meilleures connaissances et technologies? Tout dépend ainsi du regard de chacun. Autre point qui soulève un travail de réflexion c’est la position sociale, Demane et Isa le Capitaine démontrant des capacités hors du commun et qui sont pourtant considérés comme de simples grouillots par les marchands, à peine respectés sauf pour faire le sale boulot. Enfin le dernier point, qui m’a un peu par contre laissé mitigé, c’est le travail de l’auteur sur le langage. Il y a une vraie différence entre la narration et les dialogues qui offre un argot parfois « imaginaire ». Cela doit en partie montrer une évolution du langage, mais je ne sais pas, il lui manquait un petit quelque-chose pour se révéler fluide dans le récit comme si par moment les discussions se détachaient trop du ton de la narration. C’est parfois un peu trop surprenant de passer d’une certaine poésie et magie à un langage plus châtié. Dans tous les cas ces réflexions et ces développements offrent un travail intéressant qui fait réfléchir.

La construction du récit est déroutante et pourtant elle a, je trouve, un côté intriguant. Tout comme l’univers, l’auteur ne nous offre pas les informations quand on le souhaite, mais au moment qui lui parait le plus propice. Cela fait que d’un point de vue visuel le récit « change » régulièrement pour le lecteur, gagnant d’une certaine façon en densité au fil des découvertes, révélation et les vides que le lecteur complète seul. Le récit alternent ainsi régulièrement entre flashback, ellipses et présent, de façon parfois brusque, comme si on sautait d’un point à l’autre. Clairement cela peut bloquer et déranger, mais ça offre, je trouve, une certaine tension tout du long du récit, distillant ainsi au moment propice les informations. En ce qui concerne les personnages, j’avoue, j’ai apprécié découvrir Demane, sa relation avec le Capitaine, sa vision du monde et la façon dont il le présente. Ses doutes, ses forces, ses faiblesses et ses envies sont réalistes et humaines. Alors ce n’est pas obligatoirement le personnage le plus attachant que j’ai croisé, mais il se dégage quelque-chose de lui. Les personnages secondaires qui gravitent autour de lui offrent aussi un panel de protagoniste intéressant à découvrir que ce soit dans leurs façons de vivre leurs vies, dans leurs croyances ou bien encore dans leurs visions de ce monde et des mystères qu’il cache.

Alors après tout n’est pas non plus parfait, il y a parfois un soucis de rythme qui donne l’impression que le récit prend trop son temps pour s’accélérer d’un coup au moment de la conclusion. Cela n’empêche pas pour autant la conclusion de se révéler épique, entraînant et happant, mais cela surprend. On ressent aussi une impression parfois un peu frustrante de n’être plongé que dans une tranche de vie, de ne pas tout comprendre et d’en attendre encore plus. Comme je l’ai dit il m’est difficile de parler de ce roman, car il est compliqué de pouvoir l’appréhender et retranscrire un ressenti. L’auteur offre de nombreuses lignes d’intrigues originales, de développements et de travail dans un texte parfois court, voir trop court. Il y a de nombreuses choses qui m’ont marqué et d’autres qui m’ont frustré. Il m’est aussi difficile de le conseiller, car je pense qu’il pourrait en bloquer plus d’un et d’autres pourrait, comme moi, accrocher, mais une chose est sûre l’auteur a su proposer un récit que je trouve différent et plus qu’intéressant le tout porté par une plume efficace, dense et intrigante. Je lirai sans soucis d’autres de ses écrits.

En Résumé : Ce récit aux premiers abords ne me tentait pas plus que cela, et je m’y suis plongé dedans plus sur un concours de circonstance et je suis bien content. Comme quoi l’écrin ne fait pas tout pour un livre. Alors autant le dire tout de suite il s’agit d’une novella qui va m’être compliqué à recommander, l’auteur nous offrant ici une histoire aux frontières des différents genres qui ne se laisse pas si facilement « saisir » tant l’auteur joue avec le lecteur. Que ce soit dans la façon dont il fait avancer son intrigue comme dans son univers rien n’est acquis, le lecteur jonglant entre révélations et vides qu’il comble pour créer un puzzle cohérent. Cela pour en surprendre et en bloquer certains, mais moi j’ai bien accroché. Il faut dire aussi que l’univers présenté ne manque pas non plus d’attrait, soulevant de nombreuses questions tout en se révélant sauvage, percutant et dépaysant. Le héros principal, même s’il n’est pas le plus attachant qui soit, est captivant à découvrir dans la façon dont il nous présente son monde et dans la complexité qui le constitue. Les personnages qui gravitent autour ne manque pas non plus d’intérêt, offrant des impressions et des visions efficaces. Alors tout n’est pas parfait on ressent une différente entre une narration plutôt envoutant et des dialogues par moment trop châtié, un soucis de rythme se fait légèrement ressentir entre un début qui prend son temps et une fin un peu rapide, ou bien une impression parfois un peu frustrante de ne pas avoir toutes les clés, mais franchement ce récit offre de nombreux aspects que j’ai trouvé originaux et un univers plus qu’efficace ce qui fait que j’ai passé un bon moment de lecture. La plume de l’auteur est dense, complexe et prenante et je lirai sans soucis d’autre de ses écrits.

 

Ma Note : 7,5/10

Précédent

L’Alchimie de la Pierre – Ekaterina Sedia

Suivant

Chaos Tome 2, Les Terres Grises – Clément Bouhélier

  1. Format relativement court, un retour positif alors pourquoi pas.
    C’est vrai que la couverture ne m’inspire pas du tout, c’est uniquement la curiosité qui m’a poussée à lire ta chronique.

    • Moi j’ai trouvé que cette novella proposait dans son univers quelque-chose de différent, maintenant je comprendrai parfaitement qu’il n’accroche pas devant sa narration et aussi sa plume légèrement exigeante pour peu qu’on soit pas parfaitement bilingue.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :