Transition – Iain M. Banks

transitionRésumé : La Terre, aujourd’hui. Un monde entre euphorie et tragédie, figé dans l’ombre du terrorisme et menacé par une crise financière globale. Les hommes connaissent ce monde. Mais peu savent qu’il existe une multitude d’univers parallèles, et une organisation puissante dotée d’agents capables de voyager à travers les mondes. Cette organisation s’appelle le Concern. Elle prétend guider et aider la Terre. À n’importe quel prix.

Edition : Orbit

 

Mon Avis : Après m’être lancé pour la première fois dans la lecture des romans de Iain M. banks,  principalement par mon incursion dans le cycle de la Culture avec le diptyque Les Enfers Virtuels (Chronique Tome 1, Tome 2) qui m’a offert un très bon moment de lecture, j’ai fait entrer d’autres roman dans ma PAL pour continuer ainsi à découvrir ce que pouvait proposer l’auteur, dont Transition. À noter que ce roman ne fait pas partie justement du cycle de La Culture. Je trouve la couverture plutôt sympathique même si vraiment très soft.

Je dois dire que je ne ressors pas totalement convaincu de cette lecture, pourtant je trouve que ce roman offre tout de même énormément de potentiel. Déjà le sujet avait tout pour me plaire, je suis toujours accroché par les romans concernant les multiples univers, la possibilité de se laisser voguer par son imagination et ainsi imaginer une multitude de terres possibles. Pourtant ce roman ne développe jamais vraiment les univers, il y a bien quelques aspects ici ou là, mais rien de vraiment flagrant ou qui laisserait libre court à la créativité du lecteur ce qui est un peu dommage.

Pourtant le roman démarrait bien, principalement dans sa construction qui se révélait d’une certaine façon attrayante, offrant une narration éclatée entre plusieurs personnages, tous tournants avec plus ou moins d’importance autour du concern cette organisation qui voyage à travers les mondes et qui tente de l’influencer et jouant sur les interactions possibles et probables de chacun. Cette façon de présenter joue clairement sur l’inconnu, on a du mal à voir les tenants et les aboutissant de chacun dans l’intrigue de façon maîtrisé, l’auteur dévoilant ponctuellement ses révélations et happant le lecteur pour lui faire tourner les pages à essayer de dévoiler les secrets et visualiser la conclusion. Chaque indice, chaque phrase va avoir une importance capitale à un moment ou un autre. Mais voilà très vite cette présentation va se révéler confuse, n’ayant aucune ligne temporelle véritable il est parfois aussi difficile de bien comprendre où veut en venir l’auteur ce qui est légèrement frustrant.

L’intrigue en elle-même se révèle être un Thriller politique classique avec deux factions au sein du concern qui luttent entre elles. Malgré son côté un peu déjà vue elle se révèle traitée de façon vraiment efficace et, surtout, Iain M. Banks met clairement en avant le secret s’amusant avec le lecteur à travers la maîtrise de ses révélations et le tout à travers un rythme haletant. Peut être même d’ailleurs un peu trop. En effet le tout donne l’impression d’aller parfois trop vite ne laissant pas le temps à certaines réflexions et à certains fils d’intrigue de vraiment se développer, comme si l’auteur était parfois pressé de terminer l’écriture de son livre. Ce qui est dommage car il offre des axes de réflexion qui aurait pu vraiment y gagner en intérêt tel que l’argent, le capitalisme, la bourse  ou encore le pouvoir.

Concernant les personnages là aussi je suis plutôt mitigé, ils ne sont pas mauvais et possèdent chacun leurs différences et leurs complexités, pourtant tous ne m’ont pas accrochés. Certains m’ont paru  vraiment intéressants, mais une fois la dernière page tournée n’offrait quasiment rien à l’histoire. Je pense par exemple à Adrien, le trader, qui est un personnage fascinant pour peu d’apport à l’histoire principale. J’ai, par contre, vraiment apprécié le triangle d’intrigues et de complots efficace qui se lie entre Mme d’Ortolan, Mme Mulverhill et Temudjin qui se révèle vraiment bien mené et passionnant. J’ai aussi bien accroché au personnage du Philosophe qui ne manque pas d’attrait malgré peut être un côté un peu classique. Par contre, j’avoue, j’ai eu un peu de mal avec le patient dont on a du mal à voir complètement l’intérêt. L’auteur s’attarde régulièrement sur lui construisant des lignes d’intrigues secondaire qui tournent autour de ce héros, mais donne l’impression au final de laisser la moitié de côté.

La plume de l’auteur se révèle vraiment fluide, travaillée, soignée et surtout reste accessible malgré des fois la complexité des sujets traités et des points, parfois philosophiques, abordés. Elle permet vraiment au lecteur de se laisser entrainer facilement dans cette histoire. Concernant la conclusion j’avoue je suis aussi un peu mitigé aussi, tout arrive vite, très vite et pas mal de situations sont débloqués un peu trop facilement par des aspects non abordés et qui tombent un peu comme un cheveu sur la soupe. Je pense principalement à l’apparition d’un personnage, caché jusque là, qui possède des pouvoirs inconnus, mais qui tombent parfaitement bien à ce moment de l’histoire. Heureusement la fin est compensée par un rythme vif et entrainant qui fait qu’on se laisse tout de même emporter. Au final je ne sors pas complètement convaincu de cette lecture, je me suis laissé happer tout du long avec des sujets intéressants, même si parfois abordés de façon trop rapides, mais une fois la conclusion et la dernière page tournée un sentiment de brouillon est restée. Cela ne m’empêchera pas de lire d’autres romans de l’auteur.

En Résumé : Je ressors de cette lecture avec un sentiment mitigé, pourtant tout démarrait bien la narration éclatée, pleine de secrets et de manipulations, se révélait astucieuse et l’auteur offrait de nombreuses bonnes idées, mais plus j’avançais plus un sentiment brouillon persistait, comme si l’auteur s’était senti obligé de terminer d’écrire rapidement son livre. L’univers développé reste assez minimaliste là où j’attendais justement de multiples univers. Certains personnages se révèlent intéressants, mais apportent au final qu’un infime partie à l’intrigue et on se demande pourquoi les développer autant, tandis que d’autres, principaux, ont du mal à complètement accrocher le lecteur. Le rythme du roman vif et entrainant permet au lecteur de rapidement entrer dans l’histoire, mais parfois fait qu’on passe trop rapidement sur certains axes de réflexions, de plus la conclusion parait précipitée. La plume de l’auteur se révèle fluide et travaillée. Au final j’ai l’impression d’avoir eu un livre avec fort potentiel, de très bonnes idées, mais traité parfois de façon trop rapide ou de façon confuse.

 

Ma Note : 6/10

Précédent

Les Damnés de L’Asphalte – Laurent Whale

Suivant

Le Mythe d’Er ou le Dernier Voyage d’Alexandre le Grand – Javier Negrete

  1. Bonjour,
    T’as chronique est vraiment très complète! Je pense que je lirais peut être ce roman si je le trouve en bibliothèque car le thème des univers parallèles m’intéresse! =)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :