Le Livre des Martyrs Tome 1, Les Jardins de la Lune – Steven Erikson

Résumé : Dans un monde qui a vu naître et disparaître d’innombrables races et civilisations, l’empire malazéen étend implacablement sa domination, soumettant des continents entiers les uns après les autres, grâce à la discipline de ses armées et la supériorité de ses mages de guerre.
Mais la loyauté de ses soldats, abandonnés et trahis par leur impératrice, est mise à rude épreuve. Perdus, abandonnés et déchus, les fidèles de l’empire vont devoir tenter de survivre, entre sacrifices et dangers mortels.
Un complot bien plus vaste se joue en toile de fond. D’anciennes forces terrées dans l’ombre semblent se réveiller, prêtes à tout pour regagner leur splendeur passée. Regroupés sous la coupe du jeu des dragons, dieux et ascendants, sorciers et chamans, Eleints et changeurs de formes, tirent les ficelles d’un drame qui, transcendant les conflits des simples mortels, se joue à l’échelle du temps lui-même.
Avec un enjeu de taille : la suprématie totale.

Edition : Léha

 

Mon Avis : Ce cycle j’en entends parler maintenant depuis des années, au point limite de me faire peur tant les retours que j’avais eu auparavant étaient majoritairement plus que positifs. Le soucis concernant cette série venait que deux éditions française existaient déjà, mais s’étaient arrêtées après la publication de l’équivalent deux premiers tomes en VO, si je me souviens bien, faute de succès. Souvent dans ce cas-là il est rare de revoir réapparaitre la série en VF au point que j’avais fait entre initialement le premier tome en VO il y a plusieurs mois. Des échos que j’en avais concernant la plume de l’auteur qui demandait un bon travail de concentration a occasionné le fait qu’il a longtemps traîné dans ma PAL au point de finalement apprendre, il y a peu, qu’une nouvelle maison d’édition françophone allait laisser sa chance à ce cycle. J’ai donc décidé, lors des dernières Imaginales où l’auteur était l’un des invités, de faire entrer ce tome 1 en VF dans ma PAL pour enfin découvrir ce cycle. Pour information il s’agit d’un cycle de 10 tomes. Concernant la couverture, illustrée par Marc Simonetti, je la trouve superbe et elle donne envie de découvrir ce roman.

L’histoire se situe dans l’empire Malazéen qui, neuf ans plus tôt, a vu son empereur être éliminé et remplacé par une impératrice qui a, depuis, bouleversé le système en tentant de le purger à son avantge. Neuf ans après cette prise de pouvoir l’empire continue sa progression, mais la loyauté des soldats s’étiole de plus en plus, certains se sentant de plus en plus rejetés par leur dirigeante. La guerre fait rage, de nombreux complots sont en cours et quand les dieux s’en mêlent, alors il vaut mieux savoir où l’on met les pieds, le principal étant au final de survivre. Alors, autant le dire tout de suite, une fois la dernière page tournée, je dois bien admettre que je comprends les nombreuses éloges que j’ai vu passer sur ce cycle tant je me suis retrouvé rapidement emporté et captivé. Il s’agit pourtant d’un récit dense, complexe, mais à chaque fois que je plongeais dedans j’avais du mal à le lâcher au point de le terminer en quelques jours.

Maintenant il faut savoir, et l’auteur le dit lui-même dans la préface, qu’il s’agit d’un cycle qui plaira d’emblée ou n’accrochera pas du tout. Déjà, rien que la construction du récit pourra en déranger certains, je ne pense pas obligatoirement à la complexité et à la densité de l’intrigue, je ne me suis jamais senti perdu de ce côté-là, mais plus de la capacité de l’auteur à finalement nous « balancer » dans un monde sans obligatoirement offrir toujours d’explications, auquel vient s’ajouter la présence de nombreux personnages. Moi je trouve cette façon de faire, si elle est bien menée, très intéressante, poussant ainsi le lecteur à en découvrir plus pour lier par soi-même les informations fournies. Certes cela peut s’avérer frustrant de ne pas tout comprendre immédiatement, de devoir attendre plusieurs pages, voir le prochain chapitre tournant autour du personnage concerné pour dévoiler un peu plus le puzzle. Je pense certains pourront se sentir peut-être rapidement perdus au point qu’ils abandonneront, mais ce serait, je trouve, dommage tant il y a de la qualité dans ce premier tome.

Concernant l’intrigue, ses différents jeux de pouvoir qui viennent s’entrecroiser les uns avec les autres en fonction des personnages que l’on croise, elle s’avère efficace, percutante et, pour moi, captivante. On sent bien que l’auteur la maîtrise de bout en bout et surtout joue parfaitement avec pour maintenir une certaine nervosité et l’intérêt du lecteur du début à la fin tout en travaillant ses personnages et son univers. Entre rebondissements, surprises et révélations les différents fils rouges vont peu à peu se retrouver et ainsi dévoiler la toile de fond qui se dégage de ce premier tome. La construction est finalement assez classique, mais au vu des nombreux personnages et des manipulations de chacun cela ne l’empêche pas de gagner en densité, en mystères face aux secrets des uns et des autres et finalement en intérêt. L’autre point intéressant, c’est qu’en suivant plusieurs protagonistes on y trouve une vision plus d’ensemble, évitant ainsi une vision assez binaire, permettant à chacun de dévoiler les différentes manœuvres à l’œuvre et d’en comprendre aussi les motivations. On évite ainsi, d’une certaine façon, le manichéisme qui pourrait se dégager de ce genre de batailles, montrant qu’il n’y pas obligatoirement de camps de gentils et d’autres de méchants. Au final chaque fil conducteur repose ainsi sur des motivations qui lui sont propres, chaque fil ne manquant pas d’intérêt et, même si c’est vrai que certains sont plus percutants que d’autres, ils sont tous bien menés et nécessaires, on ne sent ainsi jamais clairement de baisse de régime dans le récit.

En ce qui concerne l’univers il s’avère, pour moi avec l’intrigue, l’un des points forts de ce roman. Pourtant il ressemble un peu a un assemblage de mondes, de races et de magies déjà vus, mais cela ne vas pas l’empêcher de rapidement gagner son identité propre, trouver son originalité, et réussir à me captiver. Il y a une vraie richesse, une vraie densité qui se dégage dans ce que construit Steven Erikson, on sent clairement qu’il le travaille d’ailleurs depuis des années. Que ce soit concernant le travail descriptif, comme la découvertes des différents peuples ou encore tout l’aspect fantastique, divin et magique, je me suis rapidement retrouvé captivé et dépaysé avec l’envie d’en apprendre plus. On est clairement dans un univers de Fantasy sombre, violent, sanglant, mais pourtant il se dégage quelque-chose de fascinant. La magie est, elle aussi, très intéressante à découvrir, reposant sur des notions de garennes, chaque garenne étant différente et amenant des pouvoirs différents. On peut maîtriser plusieurs garennes et il existe même des garennes disparues. Il y a un vrai potentiel dans cet aspect qui ne parait, ici, être qu’à peine esquissé et qui donne envie d’en apprendre plus. Enfin il y a aussi des dieux, des êtres plus mystiques comme des morts-vivants, des êtres anciens, tout en restant cohérent avec l’ensemble. Cet univers s’avère ainsi très bien construit et logique, ce qui donne à l’ensemble une certaine rationalité. Alors je regretterai peut-être par moment un côté un peu jeu de rôle (même si je sais qu’avant d’être des romans les auteurs avaient crée le JdR) qui amène une ou deux simplicités, mais rien qui ne gâche la découverte de ce monde dont on sent qu’on en touche, avec ce premier tome, qu’une infime partie et qu’il se cache encore un énorme potentiel.

Concernant les personnages l’auteur s’en sort là aussi très bien, proposant des protagonistes complexes, soignés et travaillés. Chacun d’entre eux va ainsi, d’une certaine façon, accrocher le lecteur, ce qui fait qu’on se laisse facilement porter par leurs péripéties et leurs aventures. Maintenant, comme je l’ai déjà dit, il ne faut pas oublier qu’il y a de nombreux personnages, cela pourra peut-être en déranger certains, mais pour ma part je n’ai jamais ressenti à un seul instant qu’il y avait trop de personnages et je ne me suis jamais senti perdu. On découvre ainsi une galerie de héros hétéroclite, complexe et fascinante, chacun cherchant principalement à survivre dans un monde en guerre et, si possible, atteindre le but qu’il s’est donné. Ils s’avèrent ainsi humains et certains deviennent même très vite attachants. Après c’est vrai que certains personnages prennent le « dessus » sur d’autres qui sont un peu moins « puissants » (on va dire), mais on parle d’un cycle qui doit tenir sur 10 tomes et je ne m’en fais pas sur le fait qu’on les reverra et qu’ils pourraient gagner encore plus en intérêt. Au final on a quand même des personnages charismatiques, entrainants et vivants à découvrir avec certains qui sortent clairement du lot comme par exemple Kruppe ou encore Mes Regrets. Le seul regret que je pourrai avoir c’est que devant le nombre de personnages, l’auteur n’ait pas complètement réussi à offrir une voix propre à chacun d’entre eux, mais rien qui ne vienne déranger franchement la lecture.

Un dernier point qui permet aussi à ce premier tome de gagner encore plus en intérêt c’est son côté épique présent tout du long, cette montée en tension au fil des pages, cet aspect nerveux et percutant qui se dégage de ce récit et qui fait qu’on se retrouve rapidement emporté jusqu’à cette conclusion terriblement efficace, pleine de surprises et explosive. Alors après je pourrai peut-être regretter un sentiment de tirer un chouïa sur le fil du récit vers le milieu du roman, mais c’est très vite oublié devant les qualités de l’ensemble. J’ai vraiment dévoré ce récit plein de mystères, de richesse, d’originalité, d’aventure, d’héroïsme et de fantastique bien porté par une plume riche, maîtrisée et entraînante je trouve. Dans tous les cas les éditions Léha ont prévu de sortir un tome tous les six mois et j’ai maintenant hâte de découvrir la suite.

En Résumé : Cela faisait longtemps que je souhaitais me lancer dans la lecture de ce cycle, c’est maintenant chose faite, profitant de la nouvelle édition de ce premier tome. Je dois bien admettre que j’ai passé un excellent moment de lecture qui offre une Fantasy sombre, épique, fascinant et percutante. La construction de ce récit pourra en déranger certains, l’auteur nous balançant dans un univers sans obligatoirement nous donner toutes les clés d’un coup, poussant ainsi d’une certaine façon le lecteur à en découvrir plus pour en apprendre plus, mais pour ma part j’ai adoré cette façon de faire. Concernant l’univers il s’avère clairement dense, soigné, sauvage et que ce soit dans son aspect politique, magique, féérique et autre il m’a paru complexe et captivant. On sent que l’auteur le travaille depuis des années, présente une cohérence dans son ensemble et offrant par la même occasion une sorte de dépaysement, d’envie d’en découvrir plus tant il paraît vaste et possède encore de nombreux secrets. L’intrigue qui est construite à travers les nombreuses manipulations et les nombreux fils rouges est prenante et efficace, nerveuse dès le premier chapitre tout en arrivant à monter en tension au fil des pages sans jamais paraitre trop en faire. J’ai bien ressenti une impression de trop vouloir en faire vers le milieu tirant un peu sur l’intrigue, mais rien de bloquant. Les personnages sont complexes, humains, intéressants à découvrir et même si certains prennent le « dessus » sur d’autres ils m’ont tous paru intéressants et je ne doute pas qu’ils ont encore de nombreux secrets à dévoiler. Je regretterai peut-être le fait que l’auteur ait parfois eu un peu de mal à offrir une voix propre à chacun d’entre eux, mais je chipote un peu. Au final un premier tome plus que réussi et fascinant, bien porté par une plume efficace, riche et vivante. Je lirai la suite sans soucis et avec plaisir.

 

Ma Note : 8,5/10

 

Autres avis : Apophis, Just a Word, Shaya, Lutin, Herbefol, Lianne, …

Précédent

Le Cycle de Rama Tome 2, Rama 2 – Arthur C. Clarke & Gentry Lee

Suivant

Les Sentiers des Astres Tome 3, Meijo – Stefan Platteau

  1. Belle critique ! Si tu as aimé celui-là, tu vas vénérer le second, qui est pour moi deux divisions au-dessus.

  2. J’ai tellement hâte de le commencer celui-ci ! Et ta critique ne fait que renforcer mon impatience 😉

  3. Pierre-Jean

    « Franciser » tous les noms n’est pas vraiment génial…

    La nouvelle traduction n’apporte pas grand’chose, mais il est politiquement incorrect de le dire puisqu’un éditeur veut traduire tout le cycle…gràce à Gilossen du site Elbakin…

    • jean GIBRAT

      D’accord, mais c’est un grand livre !

      • Comme je l’ai dit oui c’est un excellent livre, maintenant il va falloir tenir 10 tomes.

        • Il paraît que ça ne fait que s’améliorer. Les jardins de la lune étant un de ses premiers romans.

          D’ailleurs le second tome est, de l’avis de beaucoup et du mien aussi, bien mieux écrit en terme de fluidité.

          Content que toi aussi tu sois pris au piège de ce monstre de la fantasy

  4. Il est dans ma PAL j’ai hâte de le lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2010 - 2018 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :