Cru – Luvan

cruRésumé : Des cris étranges sur un brise-glace en pleine mer, une morsure fatale en Afrique, la disparition de Maria du côté de Kiruna, les loups, les ours, les morts qui attendent dans les bois, le… courbe dans le noir, ou encore ce jeu de l’oie bizarre auquel joue Selma, à la recherche de son anneau dans Paris, et qui finit toujours par tomber dans le puits.
Cru c’est le bruit que fait un glacier quand il craque. C’est une fissure qui s’ouvre dans la glace, et qui dit que ça bouge en dessous.

Edition : Dystopia

 

Mon Avis : J’avoue, je me suis laissé tenter par ce petit livre il y a un long moment déjà, un peu sur un coup de tête, un peu suite à différents avis plus que positif que j’ai vu passer. Il faut dire que, comme toujours avec Dystopia, j’ai aussi rapidement été attiré par le travail graphique du livre, réalisé par Stéphane Perger, qui attire vraiment le regard par son côté un peu étrange et attirant. Cru est ainsi un recueil de 11 nouvelles (10 assez courtes et une de près de 80 pages) et, contrairement à mes habitudes, je ne vais pas chroniquer chaque texte, mais plutôt faire une chronique d’ensemble tant elles forment d’une certaine façon un ensemble cohérent et aussi pour éviter de dénaturer chaque histoire.

Entrer dans Cru n’est pas obligatoirement chose aisée aux premiers abords, car il faut dire que l’auteur a un univers fantastique qui lui est propre. Il faut ainsi complètement lâcher prise et se laisser porter par chaque texte, qui oscille entre réel et imaginaire, construisant une mythologie dense et propre à chaque texte et qui ne laisse pas indifférent. Les nouvelles du livre sont ainsi déroutantes, offrant plus des écrits brisés dans la construction, des images, de sensations, des émotions qui prennent peu à peu forme, se révélant au fil des récits pour offrir quelque chose de complexe, de marquant voir même de touchant. L’ensemble possède aussi une ambiance froide, détachée, qu’on pourrait trouver légèrement austère mais qui finalement en grattant un peu et en se laissant happer offre finalement une poésie étrange. C’est à la fois fascinant et perturbant tant j’ai été fasciné par ces textes, happé par eux, tout en constatant une fois la dernière ligne atteinte qu’ils restaient, par certains aspects, abstraits, ouverts. Dans ce recueil il y a ainsi un vrai échange entre l’auteur et le lecteur, où chacun fournit sa part pour ainsi construire un récit qui est à chaque fois unique.

L’aspect fantastique n’est pas non plus anodin chez l’auteur, on a ainsi clairement l’impression de jouer un jeu d’équilibriste entre réalité et fantastique. Chaque héros donne ainsi l’impression de pouvoir basculer à tout instant, voir à même pu déjà basculer, sans que le lecteur le sache, où ne puisse le juger. Le surnaturel est ainsi, d’une certaine façon, insidieux et pourtant tellement naturel et présent, il se montre sans vraiment complètement se dévoiler et donne l’impression de jouer avec le lecteur. On y retrouve ainsi des images qui peuvent paraître connus, mais que l’auteur amène avec originalité et pas mal de surprises. On sent aussi les connotations du nord, de la Suède dans sa mythologie, on se rend compte que l’auteur a l’air, soit de bien connaître, soit de s’être fortement documenté pour construire ses écrits. Dans tous les cas chaque texte, qu’il soit court ou long, offre au final un dépaysement efficace et d’une certaine façon marquant, le tout avec finalement parfois peu de description. Chacun d’entre eux possède ainsi son atmosphère propre, unique et qui donne envie d’en apprendre plus.

Le panel de personnages qui est développé par l’auteur ne manque clairement pas d’intérêt que ce soit dans leurs constructions, leurs visions de leur monde ou encore dans leur façon de l’appréhender. Entre amnésique, radio opératrice d’un brise-glace, chanteuse etc… l’auteur offre ainsi différents portraits à la fois fascinants et déroutants qui devraient ne pas laisser indifférent. On accroche ainsi très rapidement à leurs histoires, leurs aventures et leurs quêtes qui sont à la fois étranges et envoûtantes. Au milieu de tout cela l’auteur nous offre aussi de nombreux axes de réflexions que ce soit sur l’amour, la folie, l’amour qui ne se révèlent pas anodins, efficaces et s’avèrent parfois marquantes.

Comme je l’ai dit chaque nouvelle nous plonge dans un univers propre à l’auteur, qu’on découvre au fil des pages, où au final on découvre que la fin n’est qu’un commencement, ou l’ensemble possède de multiples couches et dont il faut relire pour bien en comprendre toutes les nuances. La Dernière nouvelle, qui est la plus longue du livre, joue ainsi avec tout cela développant et densifiant de nombreux aspects de façon efficace, mais j’ai par contre trouvé qu’il tirait peut-être légèrement trop en longueur. Alors après, certains textes m’ont trop dérouté pour que je rentre complètement dedans, voir parfois m’ont perdu, mais cela n’enlève en rien la qualité globale plue que positive de ce recueil. La plume de l’auteur colle finalement bien à cet univers, à la fois simple et pourtant percutant par ses phrases courtes, et efficace. Dans tous les cas je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur.

En Résumé : Cru se révèle un livre difficile à chroniquer, mais aussi à appréhender finalement. Il propose ainsi 11 nouvelles qui vont nous plonger dans l’univers assez unique de l’auteur, où il faut se laisser porter par ces récits déstructurés, mélange d’émotion, de rebondissements, d’images qui viennent ainsi assaillir le lecteur et former au final un tout cohérent et ouvert. Il y a un vrai échange entre l’auteur et le lecteur, ou chacun doit faire sa part de travail pour aboutir à une histoire unique. On a clairement l’impression d’osciller entre réalité et surnaturel, offrant ainsi un fantastique surprenant, insidieux, à la fois présent et pourtant qui ne se dévoile pas vraiment, pas complètement. On plonge ainsi dans une atmosphère unique, froide, déroutante et entrainante qui donne envie d’en découvrir plus. Au milieu de tout cela on découvre un panel de personnages uniques qui nous font réfléchir sur l’amour, la folie, l’Homme qui ne laissent pas indifférent. La plume de l’auteur a un côté simple et pourtant percutant, d’une certaine façon poétique et efficace. Alors certes, il est arrivé qu’un ou deux textes me déroutent de trop, voir m’ont perdu, mais dans l’ensemble un recueil de textes fantastiques que je suis content d’avoir découvert. A chacun de voir si vous vous laissez tenter.

 

Ma Note : 8/10

 

Autres avis : Vert, julien le naufragé, Lune, …

CRAAA

Challenge CRAAA 17ème lecture

Précédent

Ex Machina – Recueil Collectif

Suivant

Les Chroniques du Radch Tome 2, L’Epée de l’Ancillaire – Ann Leckie

  1. J’en garde un bon souvenir, même si je confirme que c’est assez déroutant à lire comme recueil.

    • C’est vrai que c’est déroutant, j’ai d’ailleurs été assez surpris d’adhérer car quand c’est trop déroutant je décroche. L’auteur a réussi à trouver un juste milieu.

Laisser un commentaire

© 2010 - 2017 Blog-o-Livre

%d blogueurs aiment cette page :